Chronique d'un premier voyage mouvementé

Aller à la page : Précédent  1, 2
Stanislava F. Braginsky
Stanislava F. Braginsky
♕ • Sang-Pur • ♕
Messages : 76
Âge du personnage : 600 ans environ

Mémoire de vie
Race: Sang-pur
Métier/Rang: Tueuse a gages / Garde du corps de Charles
Statut amoureux: Célibataire
Profil Académie Waverly
Chronique d'un premier voyage mouvementé - Page 2 EmptyLun 19 Aoû - 10:16
Chronique d'un voyage mouvementéStanislava & EckhardLouder than sirens
Louder than bells
Sweeter than heaven
And hotter than hell (Drumming noise)
Des soldats et des mercenaires. Voilà ce qui expliquait en grande partie leur discipline et leur efficacité à monter le camp. Et Stanislava n'allait pas contredire ses dires. Un groupe aussi large avait de quoi dissuader les petits groupes de cinq ou six. Habituée à voyager seule, la vampire était plus à l'aise dans les attaques furtives que frontales et directes. Être dans ce groupe avait quelque chose de rassurant, quelque part, mais son expérience lui interdisait néanmoins de baisser la garde. Elle allait donc devoir s'adapter et éviter d'être trop à l'écart du groupe pour faciliter le voyage qui l'attendait.

Stanislava cessa de bouger ses mains lorsqu'il parla d'un fantôme. Il était donc à la recherche de quelqu'un mais il ne savait pas de qui il s'agissait. Ce quelqu'un devait être quelqu'un de très important, ou devait avoir fait quelque chose de conséquent pour qu'il se mette à sa poursuite avec autant d'hommes. Et puisqu'il n'en ajoutait pas plus, cela voulait tout simplement dire que cela ne la regardait visiblement pas. Ou autre chose. Elle n'en savait rien et c'était son problème. Elle avait ses propres problèmes à régler.

Elle reprit alors ses gestes, souffla brièvement sur son morceau de bois pour retirer le surplus, prêtant toujours une oreille attentive au lycan et aux bruits alentours. Le groupe pouvait se réduire au prochain arrêt ? Celle-là, elle ne s'y attendait pas. Elle nota dans un coin de sa tête de trouver les six éléments fidèles afin de se familiariser avec eux. Elle-même n'était pas sûre de combien de temps elle allait rester avec eux. Elle n'avait pas menti, en lui disant au gré du vent et où lui menaient ses jambes, ou son cheval. Alors qu'espérait-elle ? Qu'attendait-elle à trouver à la fin de son voyage, si fin il y avait ?

La Mort.

Stanislava ne voyait que ça. C'était la seule issue possible lorsqu'on prenait le chemin de la vengeance. Mais elle garda cette pensée bien évidemment pour elle.

-Rien de particulier, je dois vous avouer. Faire des rencontres agréables est déjà un bon début, je suppose.

Et en six cent ans d'existence, elle en avait rencontré, du monde. Et si elle devait en choisir une, ce serait probablement sa rencontre avec son père adoptif.

Stanislava ouvrit la bouche tout en tournant la tête mais s'arrêta net en voyant le visage endormi de son compagnon. Il avait finalement succombé et était tombé dans les bras de Morphée plus tôt que prévu. Elle sourit brièvement avant de reporter son attention sur ce qu'elle faisait. Une petite heure plus tard, une fois sa petite sculpture terminée, elle le glissa dans une poche en cuir, se leva pour alimenter un peu le feu puis s'éloigna pour se dégourdir les jambes. En passant près des tentes, elle entendit quelques ronflements ou même des discussions à mi-voix. Elle salua brièvement ceux qui étaient de garde lorsqu'elle les croisait et, ne voyant pas trop ce qu'elle pourrait faire de plus, elle prit place sur la branche d'arbre la plus solide qu'elle ait pu trouver, et à moitié camouflée par les feuilles, attendit son heure de ronde.

Stanislava ne saurait pas dire combien d'heures s'étaient écoulés depuis mais elle quitta son perchoir lorsqu'elle entendit deux hommes passer juste en dessous d'elle évoquer que c'était bientôt son tour. Silencieusement, elle se laissa tomber et se réceptionna souplement sur le sol, atterrissant juste derrière eux et leur prévint qu'elle irait chercher elle-même leur commandant.

Lorsqu'elle revint près du feu qui s'était affaibli depuis, elle retrouva toujours endormi et grimaça rien qu'à l'idée d'imaginer les douleurs qu'il aura en étant dans cette position plusieurs heures d'affilée. Elle s'approcha de lui sans un bruit et tapota sa joue du revers de sa main.

-Echkard, c'est l'heure.

© 2981 12289 0

_________________
Chronique d'un premier voyage mouvementé - Page 2 Hrtv