AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'homme est-il un monstre ou le monstre un homme? || Mezariel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Infant

avatar

Messages : 486


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: L'homme est-il un monstre ou le monstre un homme? || Mezariel   Sam 10 Sep - 14:17




Mezariel Denovan Elison Emmanuel de SaintLouis

ÂGE ─ S'il apparaît être un tout jeune damoiseau de dix-sept voir dix-neuf ans, en réalité il a déjà vingt-cinq printemps.
ANNIVERSAIRE ─ Vingt quatre Décembre
OCCUPATION ─ Marquis de son état, remplaçant de son père à la Cour du Roi de France
CLASSE SOCIALE ─ Noble
RACE ─ Infant demi-loup
AVATAR ─ Kagamine Len • Karakuri Burst/Re:Birthed version

Résumé

Mezariel est né des amours de son père lycan de sang-pur et d’une humaine bohémienne immigrée des pays du Sud. La famille de son père étant noble – marquis depuis plusieurs générations -, la nouvelle de cette liaison ne fut absolument pas bien reçue par les autres loups ; encore moins lorsque le père de Mezariel annonça qu’il allait former à propre meute avec sa dulcinée sitôt que l’enfant qu’elle portait serait né – ledit enfant n’était cependant pas Mezariel mais son frère ainé dont il ne sait rien, Lazare.

Après moult manigances, l’humaine sera finalement abattue par les loups, laissant donc le père de Mezariel devoir s’occuper de lui et de son frère avec pour seule soutien sa plus fidèle domestique. Choisissant de se séparer de l’enfant le plus âgé afin d’en assurer la sécurité, le lycan élève donc son fils en ne lui révélant rien du reste de sa fratrie. Pendant des années Mezariel vivra reclu au sein de la demeure parisienne des De SaintLouis, sans avoir le droit de sortir. C’est dans une atmosphère pesante et dangereuse pour lui – les autres loups tentèrent de l’éliminer à plusieurs reprises – qu’il passe ses jeunes années.

Lorsqu’il atteint un âge auquel il est en mesure de comprendre les choses, Mezariel fini par se faire expliquer la plupart de son passé par son père et renoue donc avec la capitale l’ayant vu naître. Quelques années passent encore jusqu’aux quinze ans de l’infant où suite à un évènement marquant, le père de Mezariel décide de l’envoyer en pension chez sa sœur, la tante de l’hybride. Si Mezariel vécu mal cette séparation forcée au départ, y voyant là un abandon, il finira par se faire à une vie plus détendue dans le Sud et s’y épanouira bien plus aisément que lorsqu’il était à la capitale.
Récemment, son père se retirant des affaires royales, il a été sommé de remonter à Paris afin de l’y remplacer. Commence pour lui un apprentissage des plus particuliers.

Profil Psychologique

Le plus ironique dans notre histoire est que cette créature, à mi-chemin entre l’humanité et tout autre chose, ne soit pas le plus grand des dangers pour ses pairs, quel qu’ils puissent être. Son âme, si tant est qu’il en possède une, puisque le Seigneur n’a jamais accepté un seul loup dans les limbes du Paradis, n’a pas pour vocation de partir en quête de problèmes avec qui que ce soit. D’un tempérament calme et droit, le Marquis de SaintLouis sait parfaitement qu’agir aussi bêtement ne ferait que le rabaisser au même niveau que tous ces êtres pathétiques qui ont passés des années à s’acharner sur lui avec une certaine persévérance malsaine. Et cela, plutôt être pendu aux premières lueurs du jour que de laisser une aberration de cette sorte arriver un jour.

Ce n’est pas qu’il enferme en son âme et conscience un orgueil ou une fierté particulièrement marquée - loin de là, puisqu’il en possède une juste dose – mais il aime à s’estimer tout de même d’un tout autre niveau que ces gens-là. Ou du moins, il essaie de s’en convaincre, puisque lui-même flanche parfois contre l’amer vérité qui s’impose à lui et le fait se sentir comme un monstre, un banni, une chose qui ne devrait même pas avoir droit d’existence. Tout ceci est faux, bien entendu, mais dans de tels moments de troubles, rien ne saurait lui faire entrevoir une vérité autre que celle qu’il s’inflige, meurtrissant a chaque fois un peu plus son cœur trop tendre.

Mais, s’il n’est pas le genre de personnage fourbe et détestable, il n’en reste pas moins qu’il se renferme un peu sur lui-même pour contenir une certaine tristesse, tout au fond de son âme écorchée vive depuis sa venue au monde. Entre le meurtre de sa mère par son grand père parce qu’elle était une humaine bohémienne et les sévices auxquels l’avaient presque habitués ses cousins et cousines durant une partie de son enfance, il eu un peu de mal à faire abstraction de tout cela. Ainsi, pour ne pas étendre ses problèmes à tout le monde, il les garde pour lui, en prenant soin de rester évasif s’il en aborde les contours brumeux. Il faut vraiment le surprendre en plein élan de nostalgie pour espérer pouvoir en tirer davantage de lui.

Car oui, en temps de très grand trouble intérieur, il est possible qu'il devienne un peu plus « bavard ». Inutile de chercher à en savoir plus par la force, cela ne fonctionnera nullement, bien au contraire; ceci produira même l’effet inverse à vos espoirs alors mieux vaut ne pas tenter le diable de la violence si vous souhaitez en savoir plus sur lui.

Sa naïveté et sa gentillesse parfois trop poussées font qu’il se retrouve bien souvent déçu et rejeté du reste d’une communauté. Il tente de ne pas se lier de trop avec des êtres autres que celles formant sa meute, mais il ne parvient jamais à tenir cet objectif, et toujours, le retour de la lame finit par l’atteindre, de façon plus ou moins prononcé. Et le pire dans ce genre de situation, c’est qu’en grand et bon blessé de la vie, il va se rejeter la faute dessus de façon sempiternelle. Il redevient fragile tel l’enfant qu’il n’est plus lorsque ces rares « crises » font leurs apparitions – souvent au mauvais moment.

Puisque la sympathie profonde hante ce corps-ci, il est sans doute inutile de préciser que les termes tels que ; vil, mesquin, malsain, fourbe et l’entièreté de leurs déclinaisons sont à bannir de la partition des agissements du noble dont il est question ici. Il n’est rien de tout ça, au contraire même, il respecte la vie de tout à chacun bien plus que la sienne.

Il est gentleman et très bon amant bien que la séduction ne soit pas l’activité à laquelle il s’adonne le plus. Jamais, en fait en y regardant bien car il appréhende un peu le contact avec autrui aussi intimement. Cela ne l’empêche malgré tout pas de savoir séduire et charmer les demoiselles avec de doux mots et des compliments bien placés. Il lui arrive de faire de même avec des jouvenceaux mais là… ce n’est pas volontaire du tout, notre jeune homme étant totalement tourné vers la gente féminine en matière d’orientation charnelle.

Bien que la foule trop compacte le mette de temps à autre mal à l’aise, il ne refusera pas une danse lors d’un bal et saura prendre sur lui, comme il l’a toujours fait, afin d’honorer au mieux le rang de Marquis qu’on lui a attribué, lorsque son père lui céda sa place. L’une de ses grandes hantises reste tout de même de décevoir un jour son père, plus qu’il ne l’a déjà fait par le passé.

Malgré tout, il existe une entité qui est parvenu à accomplir l’exploit d’appliquer régulièrement un certain baume un tantinet appréciable, sinon réparateur, sur le cœur disloqué de cet hybride ; il s’agit de la merveilleuse Cathédrale de Notre-Dame de Paris. Renfermant en son corps de pierre des cloches saintes de grande qualité, bien qu’elle ait vu la mère du notable périr sur son parvis, elle n’en demeure pas moins l’unique bâtisse dont les sons arrivent à calmer tous ses émois, qu’ils soient bons ou mauvais, comme c’est le cas la plupart du temps.

Cet amour inconditionnel pour la bâtisse à tout de même un revers. Cela a fait naître chez lui une sorte, non pas de rancœur mais... de jalousie envers les êtres humains. Puisqu’il se rend souvent à la bâtisse Sainte, il n’est pas rare qu’il soit témoin de cérémonies comme des funérailles certes mais aussi, des communions, des confirmations et bien sûr… des mariages. C’est précisément là qu’il faut regarder attentivement. A cause de son œil étrange, il est certain que jamais personne ne pourra totalement croiser son regard, et donc l’aimer pour ce qu’il est. Voilà bien longtemps qu’il a renoncé à l’illusion d’un amour partagé ; résigné à devoir prendre pour épouse, un jour, l’une de ses jeunes cousines. Ainsi, il a au moins l’impression que sa vie a une valeur moins anarchique que ce qu’il été habituée à entendre à propos de cela depuis sa plus tendre enfance. Et ceci lui suffit pour se persuader qu’il y a peut-être un destin moins sombre qui s’offre à lui, pour peu qu’il prenne la peine de s’accrocher et de le rechercher convenablement. Mais ceci est encore un autre des mystères de sa complexe existence.

A cause du cache œil qui voilant son orbe « difforme » aux yeux de ses congénères ainsi qu'une partie de la cicatrice qui parsème le côté droit de son faciès, il est rendu triste par ce genre de messes puisqu'à son sens, les humains sont heureux, joyeux. Les voir « convoler » tous au fur et à mesure que le temps passe, le plonge dans un désarroi plus au moins profond car pour lui, à cause de ses stigmates, aucunes femmes ne le regardera jamais dans les yeux, et de telles pensées le blesse. Ce n’est pas parce qu’il est de temps à autres maladroit avec les relations intimes qu’il n’en désire pas, il est tout de même à moitié humain et surtout à moitié loup ; et, ne l’oublions pas, ces animaux sont très sociaux même si cela ne saute pas immédiatement aux yeux du commun des mortels… Alors il tente de se consoler aux sons des chants de cloches. Celles-là même qui n’ont jamais encore sonné pour lui, et il sait bien cela.

Complétons enfin cette description en y apportant une touche de ténèbres supplémentaire. Car aussi aimant et sympathique – bien que régulièrement sur la défensive – puis-ce être ce spécimen d’Infant, il recèle tout de même en lui l’un des principaux pêché capitaux, puni par la sacralité elle-même. La Colère. Noire, sourde, profonde, celle que tout le monde cultive mais n’ose jamais laisser s’exprimer. Et bien le Marquis est ce genre de personne. Il ne laisse pas sa rage divulguer ses pensées à la moindre provocation ou moqueries, à cela il a été suffisamment habitué lors de son enfance pour ne pas en faire cas. Mais si, en revanche, vous avez l’audace de toucher à quelque chose qui lui est cher –même s’il ne le montre pas forcément – attendez-vous à affronter un véritable mur. Dans de telles situations, il ne saurait contenir ses envies et ses instincts, si meurtriers soient-ils, sans doute. Nul ne l’a encore vu en proie à un pareil sentiment.

Maintenant que vous en connaissez un peu plus sur cette étrange unité, Invité, serez-vous de ceux qui l’observe seulement de loin, sans jamais interférer avec lui ou bien… Changerez-vous la donne présentement consignée ici, en quelques lignes ? Il n’y a bien que vous pour pouvoir nous le dire.
Histoire

Il est des choses qu’il vaut mieux garder dans le secret le plus total, afin de préserver en surface d’une humanité disloquée par la corruption, un semblant d’harmonie paisible et pacifique. Il est plus que nécessaire de le faire dès lors que le mensonge en lequel on voulait croire dur comme fer devient aussi fragile et friable d’une feuille morte dans le vent de l’hiver mordant. Cette obscure vérité, celle-là même que l’on est déterminé à museler coute que coute, qu’importe notre race et appartenance, se révèle être le plus dangereux des mondes. Une boîte de Pandore déjà ouverte, mais dont nul ne connait l’exactitude du contenu. Le lourd secret n’est pourtant jamais rassasié de chaire où injecté son aura démoniaque, ni même de sang à faire couler. Il y a toujours le vaincu, prévu, et le vainqueur, bête de Lucifer. Aussi longtemps que ce jeu perdurera, jamais ô grand jamais aucune gorge ne pourra aller rapporter au monde la monstruosité dans laquelle il baigne depuis des siècles à présent. Deux races immortelles –lycans et vampires-, se faisant face depuis l’aube des temps, se jouent des êtres humains comme s’il s’agissait de pions innombrables sur un immense échiquier. Et où toutes les règles sont bousculées, bien entendu. Ainsi, vous débarrassez d’un Fou avec une Tour ne vous est en rien interdit, bien au contraire, l’effervescence qui s’en suivra ne fera que donner bien meilleur goût à la partie en cours alors que discrètement, vous remplacerez les pions à la barde et aux nez des arbitres inexistants. Car vous êtes l’arbitre,  et vos adversaires imaginaires, ce sont eux.

Qui sait après tout… Invité, vous êtes peut-être sur l’une des cases blanches et noires, vous aussi.
La beauté de toute chose est définit par de stricts critères humains, aussi il est facile de passé d’un extrême à l’autre sous prétexte que telle couleur de cheveux est l’adage des sorcières ou qu’un grain de beauté sur la gorge vous érige en sublime sylphide enchanteresse. Qu’elles soient Roi, Reine, Fou, Cavalier ou Tour, toutes les entités présentes sur ce plateau mortel portent en elles une volonté propre de se démarquer d’absolument tout autre ombre qui pourrait leur ressembler. Ce n’est pas l’envie de vivre à proprement parler qui les poussent à jouer des coudes de la sorte mais plutôt… une certaine soif d’exister aux yeux des autres. Bienvenue au seizième siècle.

Un monde de jouissance set d’indolences, d’envies bien gardées et de désirs assouvis sans modération aucune, tel est celui de la Haute Cour du Roi, lieu où l’on jurerait ne pouvoir trouver pareils comportements si… impropres avec la tenue obligatoire, tant physique que cultivée, dont les nobles s’encombrent tous depuis le jour de leur venue au monde. Enfin, pour ceux encore humains, bien entendu. Et pourtant, le paradoxe de ce paradis des yeux veut que ce soit ici même que se déchainent les plus obscurs desseins sur une toile de fonds bien sombre elle aussi ; teinte de l’avidité des êtres ici présents. Ainsi, rien n’est jamais perçu du regard d’autrui. Tout reste secret, enchainé pieusement dans un silence nécessaire pour que l’arrogance et la suffisance, nées du titre offert à ces gens, puissent perdurer encore longtemps, et que leurs jeux interdits jamais ne cessent.

Cet homme, Baron de son état, et cette femme Comtesse ne sont pas plus innocents que les enfants des rues qui attendent que l’on accepte de verser un sou ou deux dans la casquette leur appartenant, posée a même le sol. Sans doute même ces petits êtres se débattant pour survivre comme cela leur est possible ont en leur sein une âme bien plus claire que celles emprisonnées dans le carcan de chaire des deux notables précédemment cités. Eux, à qui la vie a souri et a fait naitre dans une luxueuse famille de grand nom ; eux qui profitent impunément et sans vergogne des vertus que leur offre sur un plateau le rang qu’ils ne méritent pas ; eux qui ne savent rien faire d’autres que d’être eux même, des humains avides de tout, jamais satisfaits, toujours en quête de mieux pour combler mais avant tout divertir leur égo.

Mais, fort heureusement, sur ce plateau de jeu grandeur nature, certains pions remplis de bonnes intentions persistent à exister, à vivre malgré tout, contre vents et marées, contre crocs et griffes, blessures et sangs versés. Ils sont des proies faciles, pourtant, l’agressivité ne les a jamais entièrement contaminés. Ceux ayant su rester débout savent se défendre, ceci est une évidence. Et il est aussi flagrant qu’ils ne se servent pas toujours des possibilités qui pourraient leur permettre de ne pas souffrir inutilement. Des cœurs écorchés vifs tenant sur leurs jambes par une magie inexplicable. Le meilleur moyen à notre portée pour les comprendre est encore d’écouter leurs histoires, et surtout de ne jamais les oublier, eux et leurs actes divers et variés.

Maintenant, laissez planer le silence alors que la destinée amène votre regard à se plonger entre les lignes d’encres manuscrites d’un mémoire. Cependant, malgré son apparence usée et de piètre qualité, il faut savoir que seul le temps est responsable de son état. Remontant un peu le fil de Chronos et rendons à cet ouvrage son prestige d’antan ; imprégnons-nous de ce qu’il renferme, des rires comme des terreurs glaçantes. Il est certain que sa lecture vous obnubiler. Tranchons la gorge de votre impatience et lisons donc ce qui a été écrit sur cet individu, dont le nom officiel, en lettre sombres, se lit toujours parfaitement sur le papier de lin.

« Mezariel D. de SaintLouis. »

La naissance de ses deux parents.:
 

Questionnaire


QUE PENSEZ-VOUS DES LYCANS/VAMPIRES ─ Ayant vécu toute sa vie au sein d'une meute de loups, Mezariel est capable de dire que certains sont emplis d'une rare tendance au sadisme tout comme d'autres peuvent représenter la douceur incarnée. Il a donc un point de vue partagée envers la moitié de son propre sang, même s'il ne remettra jamais en cause son appartenance à cette race-ci. Concernant les vampires, il possède une réserve certaine, la mort de sa défunte camarade Perle lui restant en tête avec une peur viscérale remontant à son enfance, en prime.
QUEL EST VOTRE POINT DE VUE A PROPOS DES INFANTS ET DES SANG-MÊLES MAUDITS? ─ Pour en être un lui même, il pense qu'il fait parti d'une communauté bien malheureusement vouée à être chassé de toute part. Triste sort, mais ainsi va la vie, sans doute?
ÊTES VOUS SATISFAIT(E) DE VOTRE VIE ACTUELLE? ─ Oui et non. Mezariel sait bien qu'il est né dans la soie, mais ce qu'il lui manque le plus n'est autre que la liberté réelle et affirmée. Il n'a pas à mendier son pain quotidien, bien sur, mais il songe, de temps à autre, que la vie d'un mendiant n'ayant pas de compte à rendre à qui que ce soit pourrait s'avérer plus douce qu'elle n'y paraît, par certains aspects.
SI NON, QUE VOUDRIEZ-VOUS CHANGER? ─ La première chose serait de pouvoir choisir sa propre voie et ne pas avoir à suivre un destin établi à l'avance pour lui. Ensuite viendrait son mariage. L'infant n'a clairement pas envie de prendre sa cousine pour femme mais y est contraint de par les pressions familliales. Il ne peut s'empêcher de trouver cela injuste.
VOTRE POINT DE VUE SUR LE MONDE CONNU? ─ Tout dépend de là où l'on se place, pense-t-il. Là où certains voient la vertus, d'autres incarnent le mal et inversement.

Joueur

PSEUDO ─ Baghera/Cardinal Red
ÂGE ─ 25 ploufs
SEXE ─ ... Ohyeah/out ♀
LA COULEUR DE TON PYJAMA ─ BLEU TURQUOISE AVEC DES DAUPHINS HANHAAAAAN


Dernière édition par Mezariel D. de SaintLouis le Mar 20 Sep - 15:17, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infant

avatar

Messages : 486


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: Re: L'homme est-il un monstre ou le monstre un homme? || Mezariel   Sam 10 Sep - 14:18

Le traumatisme de sa mère vs lycans/vampires:
 


Dernière édition par Mezariel D. de SaintLouis le Mar 20 Sep - 15:19, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infant

avatar

Messages : 486


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: Re: L'homme est-il un monstre ou le monstre un homme? || Mezariel   Sam 10 Sep - 14:18

La rencontre des parents, c'est encore tout rose et mignon. Ahah.:
 


Dernière édition par Mezariel D. de SaintLouis le Mar 20 Sep - 15:22, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infant

avatar

Messages : 486


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: Re: L'homme est-il un monstre ou le monstre un homme? || Mezariel   Sam 10 Sep - 14:19

Naissances & mort (olol comment ça fait trop sérieux):
 


Dernière édition par Mezariel D. de SaintLouis le Mar 20 Sep - 15:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infant

avatar

Messages : 486


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: Re: L'homme est-il un monstre ou le monstre un homme? || Mezariel   Sam 10 Sep - 14:19

Partie 2. Plus d'autres trucs.:
 


Dernière édition par Mezariel D. de SaintLouis le Mar 20 Sep - 15:28, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infant

avatar

Messages : 486


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: Re: L'homme est-il un monstre ou le monstre un homme? || Mezariel   Sam 10 Sep - 14:19

Boum boum ça continue.:
 


Dernière édition par Mezariel D. de SaintLouis le Mar 20 Sep - 15:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infant

avatar

Messages : 486


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: Re: L'homme est-il un monstre ou le monstre un homme? || Mezariel   Sam 10 Sep - 14:20

LA FIN. AHAH.:
 


Dernière édition par Mezariel D. de SaintLouis le Mar 20 Sep - 15:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lycan

avatar

Messages : 49
Âge du personnage : ~ 100 ans (elle a arrêté de compter)


Mémoire de vie
Race: Mordu
Métier/Rang: Servante / Garde-du-corps
Statut amoureux: Célibataire

MessageSujet: Re: L'homme est-il un monstre ou le monstre un homme? || Mezariel   Sam 10 Sep - 18:40

GNIIIH MON BEBEY LOUP
♥♥♥♥♥
LOVE U
J'AI HATE DE VOIR LA VESION 2.0 KRR KRR
(je sais pas si j'ai le droit de poster) (si c'est pas le cas supp')
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://firewhisky.forumactif.com/forum

Infant

avatar

Messages : 486


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: Re: L'homme est-il un monstre ou le monstre un homme? || Mezariel   Mar 20 Sep - 15:25

ET VOILA. FICHE FINIE DE CORRIGEE ENFIN *mourrute*/out
*HUGS BACK NAO* ALLER VITE TOI AUSSI FINI LA TIENNE MAINTENANT/MEURS

Melissande, je pense à toi, je te met ci-dessous le seul passage rajouté dans son histoire, qui parle de son frère xD

Citation :
C’est dans ce contexte que la naissance de l’infant eut lieu. Nao étant parti chercher les linges de son maître, elle fut de plus surprise en revenant et en voyant le faciès de son alpha peint d’une encre angoissée. Pis encore, il avait du sang sur les mains. Beaucoup de sang. Celui d’Hallellujah. Sans attendre en aucune mesure, la louve blafarde se précipita au chevet d’Hallellujah, laquelle éprouvait de grandes difficultés à respirer convenablement du fait de la douleur ressentie. Nao du la calmer comme elle avait déjà eu l’occasion de le faire auparavant et guida l’accouchement ainsi, sur le lit de son maître, rapidement imbibé de sang. Denovan, lui, faisait les cents pas dans le dos de sa servante, ne sachant que faire.
Pourtant, la naissance se passa pour le mieux et c’est un bébé en parfaite santé qui vint faire le bonheur de ses parents et pairs. La bohémienne ne tarda pas une seconde pour réclamer son petit, son fils, dans ses bras. Bien vite, sa moitié la rejoignit, se penchant sur le nouveau-né en souriant de toutes ses dents blanches. Nao laissa un moment d’intimité au couple, préférant s’occuper d’aller nettoyer discrètement les draps souillés aussi vite que possible.
Lorsqu’elle revint, cependant, ce fut pour être accueillie par Denovan qui lui demanda de bien vouloir baptiser son fils. D’abord farouchement opposée à l’idée – comment une oméga pourrait nommer convenablement un enfant de sang-pur, après tout ? -, elle fit mise au pied du mur par Hallellujah, laquelle, toujours dans le lit, occupée à allaiter la chaire de sa chaire, lui mit ce dernier dans les bras sans même attendre son consentement.
« Mon amie, sans toi je n’aurais probablement jamais réussi cette mise au monde. C’est important pour moi, pour Denovan également. Nomme donc cet enfant, s’il te plaît. »
Après un petit instant de réflexion, résignée, la servante délia ses lèvres pour donner à cette fraîche vie son identité à venir. « Lazare. »

Il ne fallut guère de temps avant que ledit nom soit totalement adopté par le couple hybride, si bien qu’ils remercièrent chaleureusement Nao pour ses multiples offices. Elle se débrouilla pour trouver un berceau et des vêtements pour enfant – visiblement l’essentiel avait été oublié par Denovan – et s’ingénia à s’occuper du petit comme s’il avait été le sien auprès d’Hallellujah, bohémienne devenue son amie, par la force des choses.
Seulement, personne ne s’était attendu à ce que la jeune femme, autrefois des rues, retombent si vite enceinte. En effet, moins de deux mois après son premier accouchement, elle ressentait déjà, de nouveau, les signes affirmés d’une grossesse encore en préparation. La surprise fut de taille pour tout le monde, mais il était une affaire entendu que le second petit à naître serait accueilli tout comme le premier. Une famille était en train de se constituer.

Comme ça, pas besoin de tout te retaper/meurs
love love ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humain

avatar

Messages : 100
Âge du personnage : 24 ans


Mémoire de vie
Race: Humain
Métier/Rang: Comtesse
Statut amoureux: Célibataire

MessageSujet: Re: L'homme est-il un monstre ou le monstre un homme? || Mezariel   Mar 20 Sep - 17:09

VALIDATION

Gnigniiih! J'ai vaincu la fiche des enfers 8D Non. Blague à part...C'est vraiment un plaisir de te lire et bon dieu....mais qu'est-ce que je l'aime ce petit Meza! Enfin j'ai donc le plaisir de te valider pour la seconde fois chère co-admin <3



Passons! Tu as passé le test d'entrée, faisant donc de toi un NOBLE INFANT, encore bravo!
Tu peux dés à présent aller recenser ton avatar, chercher des partenaires de rp et poster une fiches récapitulative de tes relations si cela te tente!

N'hésites pas, également, à apporter ta pierre à l'édifice d'Ex-Cathedra, nous fondons beaucoup d'espoir sur toi!
Profites de ta jolie couleur ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'homme est-il un monstre ou le monstre un homme? || Mezariel   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'homme est-il un monstre ou le monstre un homme? || Mezariel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L’Homme est-il un monstre ou le monstre un Homme ? [Livre II - Terminé]
» C'est pas l'homme qui prend la mer, c'est la mer qui prend l'homme ♪
» Près d'un homme pensif...
» le monstre du cellier (6 juin à 3h50)
» Elargir la race des loup-garous ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EX CATHEDRA :: A chaque coeur son ouvrage :: Entités nouvelles :: Les Âmes Damnées-