AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Fuire et revenir. Aëlys

EX CATHEDRA :: L'Angleterre :: La Grande Place
♕ • Proie designée • ♕
Isabel de St-Gil
avatar
♕ • Proie designée • ♕
Messages : 9
Âge du personnage : 34 ans

Ven 21 Sep - 2:10
En France elle avait pourtant tout, mari, demeure, argent, travail, passion, avenir. Mais tout s'était si vite envolé. Richard était porté disparu, sans doute mort, elle avait perdu toute envie de travailler sans lui, tout ce qu'elle avait voulu c'était le retrouver, quitte à se brûler jusqu'à ce qu'il ne lui reste plus rien, ni argent, ni maison... Allant jusqu'à être accusé de sorcellerie et l'obliger à fuir.

D'abord protéger par ses amis et alliés, elle avait trouver réconfort chez son seigneur, puis auprès du duc d'Anjou qui lui avait offert un toit, des vivres et soutien. Elle avait quitter tout ce qui l'avait vu grandir pour ne se concentrer que sur elle. Heureusement, on lui avait offert un bateau pour Londre. Se faire oublier était capital et autant qu'elle disparaisse dans un pays où nul ne la connaissait. Pour sa sécurité, un garde du Duc lui avait été confié. Il devait se faire oublier pour un mois. De là, elle pourrait se remettre de ses esprits, aller auprès du roi pour se faire expier de ses péchés et innocenter de toute sorcellerie.

L'homme à ses côtés s'appelait Eric, jeune homme d'une vingtaine d'année qui ne semblait pas particulièrement ravi d'être ici. Isabel non plus n'était pas la plus ravie. Si pouvait trouver une chambre et y rester à jamais la rendrait si heureuse... Elle n'avait plus envie de rien. Pas même vivre, mais elle ne pouvait pas se résoudre à ce genre d'horreur. Déjà car elle souhaitait rejoindre Dieu et aussi retrouver celui qui lui avait arracher son homme et sa vie.

- Je souhaite me reposer dans un parc, Eric. Fit la femme.

Le garde la conduisit alors jusqu'au parc qui se trouvait proche de la place. Elle ne parlait pas un traitre mot d'anglais en plus. Disparaitre un mois. Quelle stupide idée. Surement voulait il lui reprendre ses terres ?. Son domaine ? de toute façon, elle n'avait rien. Tout était à lui, son époux. Elle n'était qu'une dot. Rien d'autre.

Elle émit un profond soupire quand elle s'assit A quoi devait elle encore s'attendre ? Tant de chose avait changé. Qu'avait elle encore à vivre après avoir tout perdu si ce n'est tout refaire. En aurait elle la force seule ? Elle releva les yeux vers le vide devant elle, ses yeux s'embrumèrent de larmes. Qu'est ce qu'elle aurait encore à vivre...

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
♕ • Sang-Pur • ♕
Aëlys A. Rosenbach
avatar

Mémoire de vie
Race: Sang-pur
Métier/Rang: Libraire
Statut amoureux: Veuf/Veuve
♕ • Sang-Pur • ♕
Messages : 16
Âge du personnage : ~ 30 ans

Mer 26 Sep - 19:15
Te voila de nouveau à errer dans les ruelles Londoniennes. Bien que tu vives ici depuis déjà quelques années, il t'arrive encore de te sentir une parfaite inconnue. Grâce à ton mari, tu te sentais parfaitement intégrée ici. Il t'aidait à apprendre les coutumes, la langue de son pays. Élève attentive, désireuse de pouvoir marcher à ses côtés. Tu avais tout fait pour intégrer ce nouveau monde. Mais, aujourd'hui, il n'était plus là. Il ne pouvait plus te guider. Ainsi, tu te sentais parfois étrangère à ce pays. Et, dans ces moments, une furieuse envie de revenir en France te venait. Retrouver ces terres qui t'avaient vues naître et grandir. Ainsi que les visages familiers que tu avais laissés là-bas.

Pourtant, tu n'étais pas malheureuse ici. Tu avais un foyer, un travail, et des amis. En plus d'une petite vie grandissant doucement en toi. Cependant, il manquait toujours quelque chose. Oscar, ton mari, et sa présence rassurante. Sans lui, tu étais telle une enfant perdue. Mais ta tristesse ne suffisait pas à combler ce manque. Personne ne le pouvait, puisque personne ne pouvait te le ramener. La vie était parfois bien injuste.

Une main protectrice posée sur ton ventre, tu observais le paysage défiler sous tes pas. Un parc, un peu de verdure. L'endroit idéal pour se reposer et se détendre. Pour essayer d'oublier les éventuelles mauvaises pensées. Ton regard curieux se posait aux alentours. Tantôt sur un arbre. Tantôt sur un passant. Tu salua quelques visages familiers, avec un léger sourire. Les gens ici étaient bons avec toi. Tu te serais sentie coupable de les quitter. Autant que tu t'étais sentie en abandonnant la famille de SaintLouins derrière toi. En l'abandonnant lui, Mezariel.

Soudain, ce fut une femme qui entra dans ton champ de vision. Une femme élégante, qui pourtant dégageait quelque chose. Quelque chose de semblable à toi. Une tristesse, un désespoir. Quelques pas se firent vers elle, te permettant de remarquer ses yeux. Son regard embrumé. Ton reflet dans un miroir. Tes pas se rapprochèrent de nouveau d'elle, jusqu'à arriver à sa hauteur. Là, doucement, tes mains attrapèrent les siennes. une présence chaude, rassurante. Une présence que tu aurais aimé sentir toi aussi, lors des mauvaises phases. Puis, ta voix s'élève. Douce, chaleureuse. Tu ne pouvais pas laisser cette femme ainsi. Quelle que soit la raison de son chagrin.

-Madame, j'ai conscience être une inconnue, mais puis-je vous apporter un quelconque réconfort ? Vous voir ainsi m'emplit de tristesse.
Voir le profil de l'utilisateur
♕ • Proie designée • ♕
Isabel de St-Gil
avatar
♕ • Proie designée • ♕
Messages : 9
Âge du personnage : 34 ans

Ven 28 Sep - 0:42
Elle est surprise, ses mains reculent craintive et naturellement Eric s'intéresse à ce qu'il se passe avant de se détourner à nouveau. Une Anglaise bien habillée semble vouloir faire connaissance. A l'apparence relativement noble et ne cachant pas la rondeur de la naissance prochaine.

- Elle dit qu'elle comprend votre tristesse et souhaite vous apporter du réconfort, fit Eric

Isabel se sentie désemparée. Comme un poids si lourd sur les épaules qu'on lui propose d'enlever qu'elle n'arrive pas à donner; son fardeau, ses erreurs, tout ce qui lui reste de Richard. Comment passé à la suite ? Elle devait toujours refouler, comme elle avait appris.

- Je ne comprend pas ce que vous dite madame. Mais il n'y a rien qui pourra me rendre le réconfort qui ne soit pas tout ce que j'ai perdu. Exprima la femme dont le visage s'emplit petit à petit de larmes qu'elle n'arrivait plus à exprimer depuis si longtemps.

Elle se sentait perdue. Elle parlait Français à une inconnue qui ne devait surement pas comprendre un traitre mot.

- Je ne trouve plus la paix depuis si longtemps, comment pourriez vous me réconforter ne serait ce que cinq minutes dans ce parc.

Elle tira son mouchoir et essuya ses larmes chaudes, l'air désemparé s'effaça en quelques instants, retrouvant sa constance pour ne plus affiché ses malheurs. Un léger tressaillement dans le bras lorsqu'elle remit sa manche, cela lui tirait sur une des horribles marques qui arborait son corps. Elle se sentit gourde encore à se plaindre.

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
♕ • Sang-Pur • ♕
Aëlys A. Rosenbach
avatar

Mémoire de vie
Race: Sang-pur
Métier/Rang: Libraire
Statut amoureux: Veuf/Veuve
♕ • Sang-Pur • ♕
Messages : 16
Âge du personnage : ~ 30 ans

Lun 15 Oct - 16:32
Naturellement, la femme eut une mouvement de recul. Tu retira immédiatement tes mains, pour ne pas la brusquer plus que ça. Sans pour autant l'abandonner ici. L'homme se tenant non loin d'elle s'intéressa quelques secondes à la situation. Traduisant à la femme tes paroles. Elle n'était pas d'ici. Tu te sentis d'un coup mal à l'aise. Si elle ne te comprenait pas, tu n'allais pas pouvoir la réconforter. Quelle action idiote que tu venais de faire. Avoir la prétention de soutenir une parfaite inconnue, qui ne parlait même pas ta langue. Pourtant, une légère lueur d'espoir revint lorsqu'elle te répondit. Persuadée que tu la comprenais pas. Française. Elle venait de ton pays natal. C'était une chance pour toi.

Quelque part, tu arrivais à ressentir sa peine. A la comprendre. Toi aussi, tu avais presque tout perdu avec la mort de ton mari. Tu ignorais ce qui avait pu la mettre aussi bas. Mais tout comme toi, cette femme avait subi les caprices d'un destin capricieux. Dans une autre situation, tu n'aurais pas hésité à la prendre dans tes bras. Mais l'action te semblait inappropriée. D'autant plus au vu de sa réaction lorsque tu avais pris ses mains. Tu ne manquais cependant pas d'envie de l'aider. Après tout, tu étais bien placée pour savoir ce qu'on ressentais lorsqu'on perdait tout.

-Je vous comprends, madame. Aussi bien dans votre langue que dans votre douleur. J'ai moi aussi vécu des pertes dures dans ma vie.

Hormis tes mots, tu ne pouvais malheureusement pas lui offrir grand-chose. Tu espérais que tes paroles seraient déjà d'un certain réconfort pour elle. Le fait d'être comprise, d'avoir une personne nous soutenant, tu savais que ça pouvait apporter beaucoup.

-Je ne peux pas vous rendre ce que vous avez perdu, cependant je peux vous offrir ma présence. Ce n'est, je le sais, pas grand-chose, mais j'aimerais vous aider.
Voir le profil de l'utilisateur
♕ • Proie designée • ♕
Isabel de St-Gil
avatar
♕ • Proie designée • ♕
Messages : 9
Âge du personnage : 34 ans

Mer 17 Oct - 20:26
Nouveau de mouvement de recul quand elle s'adresse à elle en français.

- Que ? Vous êtes française ?


Un sourire s'étira et illumina jusqu'à ses yeux. Une larme perla tel une enfant qui venait de trouver une parente, la femme se permis de serrer l'autre dans ses bras.

- comme entendre parler quelqu'un la même langue me manquait dans ce pays.

Elle adressa ce même sourire à l'homme derrière.

- sans vouloir vous manquer de respect Eric, cela me manquait de parler à une autre dame.

L'attention se reporta sur son interlocutrice.

- Je vous présente mes excuses pour mon comportement, mais, ça faisait du bien. Je suis Isabel de St Gil, veuve du Chevalier Richard de St-Gil qui se battit pour le Duc d'Anjou. Et même si cela fait presque un an. Mon coeur saigne comme si la plaie ne se refermerai jamais.

Le sourire se défit lentement pour laisser place à une nouvelle mélancolie. La femme savait tout ce qu'elle avait perdu. Elle savait aussi tout ce qu'elle voulait retrouver, tout ce qu'elle devait reprendre et tout ce qu'elle voulait accomplir avant d'avoir le droit au repos.

- Mais si vous me comprenez. Racontez moi vous aussi. Quels malheurs ont blessés votre âme jusqu'à vous saigner et vouloir en finir comme j'ai pu l'être ?


Elle s'était posé comme son égal sans même connaitre tout ce qu'elle avait vécu : les persécutions, la perte de son époux, l'horreur des cauchemars de ce lieu maudit, le regard fou de celui qui lui avait subir tout ça. Qui pouvait avoir vécu aussi terrible qu'elle ?

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Tu as cru que tu pouvais revenir comme ça? Bah non tu peux pas. Casper. éè
» Je m'absente (alors que je viens à peine de revenir, désolée désolée)
» [résolu] Impossible de revenir à Argenta ?
» Revenir d'entre les morts
» Aristide prêt à revenir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EX CATHEDRA :: L'Angleterre :: La Grande Place-
Sauter vers: