AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Une longue route vers Paris [With Lizbeth]

EX CATHEDRA :: La France :: Les Domaines Français
♕ • Proie designée • ♕
Maria de Trastamara
avatar
♕ • Proie designée • ♕
Messages : 12

Ven 31 Aoû - 19:32
Un spectacle des plus étonnant à n'en point douter se déroulait depuis quelques temps en France. En effet, le bon peuple du royaume pouvait contempler ça et là une étrange procession tant extravagante que fastueuse traverser villages et cités. La première fois qu'on avait pu l'apercevoir, c'était du côté des passes montagneuses de Navarre. Charrettes pleine de diverses denrées et autres ressources, imposante soldatesque, nuée de carrosses, horde de cavalier. Les description que l'on faisait de celle ci n'arrêtaient pas. Chaque fois qu'on l'apercevait, l'on s'écartait mais l'on observait aussi avec des lueurs d'émerveillements dans les yeux. Car au final, peu avaient la chance dans leur vie d'assister à cela.

Dans les faits, la logique voulait qu'un convois d'une tel ampleur ne puisse appartenir qu'à d'augustes personnes, un comte peut être ? Ou bien un duc ? Et pourquoi pas un Roi ? Aucune de ces hypothèses n'étaient vrais, mais elles n'étaient pas non plus fausses. Il y avait de la vérité dans chacune d'elle à vrai dire mais surtout un constat des plus réels. Les bannières disposés ça et là sur les véhicules ainsi que celles flottant au grès du vent tandis que les cavaliers les arboraient au sommet de longues lances... Ces drapeaux ci arboraient plusieurs armoiries. D'abord la tour dorée sur fond rouge, ensuite le lion violet couronné sur fond blanc, venait ensuite les rayures orangées et rouges et enfin, les chaînes sur fond rouge. Castille, Léon, Aragon et Navarre. Les armoiries des Espagnes.

Vraisemblablement, le royaume par delà les Pyrénées était sorti de l'isolement durant lequel il avait été plongé au cours des huit dernières années. Et en effet, Maria de Trastamara dite la Catholique, héritière de Jeanne la Folle et petite fille d'Isabelle de Castille et Ferdinand d'Aragon, avait décrété qu'il était plus que temps de s'intéresser à nouveaux aux affaires des autres états européens. A commencer notamment par celles des voisins directs du royaume Ibérique. A savoir, les deux roquets qu'étaient les nations des lions et des fleurs de lys. Ceux ci avaient en effet mis un terme à leurs aboiements incessants pour s'en prendre l'un à l'autre avec des crocs et des griffes. Au final, l'un comme l'autre avait obtenu son lot de victoire et un équivalent de défaites. Pas de réel vainqueur en soit, mais cependant, des conséquences plus ou moins désastreuses et surtout un état de "guerre froide" qui perdurait désormais encore. Une situation des plus instables vous l'aurez compris, qui risquait à nouveau de dégénérer au plus vite si des solutions durables n'étaient point présentés prestement et mises en applications.

Et trouver des solutions à l'état actuel des choses c'était une des raisons de cette visite d'état. Oh bien sur il y en avait d'autres, discuter avec la fille ainée de l'église de la gangrène protestante aussi par exemple, contacter quelques grands marchands du pays aussi afin d'obtenir d'eux de s'intéresser aux marchandises que l'Espagne ramenait du nouveau monde aussi... Mais pas que... Il y avait pleins de raisons et de possibilités en soit. Mais avant toute chose, encore fallait-il atteindre Paris. Car en effet, le trajet jusqu'à la capitale Française s'éternisait. Bien évidemment, cela était très certainement dû à la suite accompagnant la Reine. Pour une visite officielle à visée diplomatique, il était très important qu'elle soit... Imposante et fastueuse dirions nous. Une volonté symbolique de s'afficher et de transmettre un message en soit. Aussi, dire qu'au moins la moitié de la cour Madrilène était sur les routes serait à ce moment précis un doux euphémisme.

Les deux tiers voir plus seraient plus adaptés, au sein de celle ci c'était une foule diverse et presque cosmopolite qui accompagnait sa majesté. Bien évidemment l'on y trouvait les courtisans, les grands ducs, comtes et autres barons adeptes de la cour, mais aussi des prélats, plusieurs évêques notamment ainsi que quelques membres de l'inquisition et leurs gens d'armes. Et évidemment, pour chaque personnalité, d'autant plus de serviteurs et domestiques, ainsi que des artistes et des lettrés et autres poètes venant faire contempler à la plèbe de France la culture et le raffinement d'Espagne ainsi que divertir sa classe dirigeante. Et enfin, pour boucler le tout, l'escorte toute entière, Hallebardiers, arquebusiers, épéistes. De la piétaille de toute sortes disposés en colonnes fort bien organisées par quelques compétents capitaines, ainsi que à cheval non loin, la vieille garde de l'armée, les chevaliers et petits seigneurs de Castille et d'Aragon pour qui servir leur Reine était leur plus grande joie.

Que de monde. Et que de temps pour rejoindre Paris. Au moins, cela permettait d'apprécier et de découvrir le pays. Ainsi que de faire connaissance où de rendre visite à des cousins et autres parents sujets du roi de France. Car il fallait aussi compter avec les arrêts, et les bonnes âmes de la noblesse étaient plus qu'heureuses d'héberger sa Majesté et sa suite. Quel honneur que celui ci ! Tous rivalisaient d'ingéniosité et d'intelligence afin de pousser la procession espagnole à se rendre chez eux dans leur montée vers la capitale. Choisir était devenu un véritable casse tête la plupart du temps, mais aujourd'hui, exception à la règle puisqu'un seul domaine convenable se trouvait sur la route. Les terres de la Marquise Valentyne qui avait aimablement acceptée de recevoir sa Majesté et ses gens. Ainsi, alors que les espagnols pénétraient sur celles ci et se dirigeaient vers la demeure de la Dame, le carrosse de la Souveraine en tête de file, le soleil se couchait déjà.

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
♕ • Hybride Vampire • ♕
Lizbeth C. Valentyne
avatar

Mémoire de vie
Race: Infant(e)
Métier/Rang: Marquise
Statut amoureux: Célibataire
♕ • Hybride Vampire • ♕
Messages : 35
Âge du personnage : 25

Mar 4 Sep - 21:07

C’était un éclaireur qui lui avait porté la nouvelle, quelques jours auparavant.

Laissant derrière elle le château royal après avoir passé quelques temps dans la capitale, elle s’en était retournée dans ses terres pour s’occuper de son modeste domaine. Les lieux n’étais pas les plus luxueux de France, mais l’on y trouvait des paysages et jardins a faire rougir de honte -et d’envie- les terres environnantes. L’endroit, sans nul doute, était idéal pour un repos, mérité ou non. Souvent, elle était complimentée sur ces aspects. Bien que, en définitive, elle n’était pas celle qui s’occupait personnellement de l’entretien.

Peut-être était ces atouts qui avaient poussé la reine d’Espagne a se décider pour faire une Alte chez la marquise Valentyne. Ou peut-être en avait-elle eu assez d’être courtisée -elle avait entendu combien ses voisins faisaient des efforts pour l’attirer chez eux et non ailleurs. Bien que l’honneur fut grand d’accueillir un personnalité de son rang, Lizbeth n’était pas femme à courtiser attention et intérêt -elle laissait cela aux hommes sans cervelle, en général. Malgré tout, elle avait le sens du devoir, et savait recevoir comme il se doit -son père le lui avait enseigné et, bien qu’elle le maudissait à l’époque, elle le remerciait aujourd’hui d’avoir été si sévère avec elle. La perfection se mérite.

Aussi avait-elle tout fait pour que cet arrêt soit des plus agréable à sa majesté Maria de Trastamara. Ses appartements avaient été soigneusement préparé dans une luxueuse chambre dont la vue était à couper le souffle. Autour, selon son bon vouloir, elle avait également fait préparer des chambres pour ses gardes ou sa suite. Dans l’éventualité où elle désirait solitude et intimité, elle avait également fait préparer des chambre dans des étages et des ailes différents -une telle personnalité ne se reçoit pas à la dernière minute, et elle ignore bien quelles peuvent être les coutumes espagnoles. Les écuries étaient, bien entendu, prête à recevoir et à prendre soin des chevaux. Enfin, un délicieux repas, fierté de la gastronomie française, était en train de mijoter depuis des heures déjà dans les cuisines.

Lizbeth n’avait que quelques vagues notions de la langue espagnole -sa mère étant britannique, c’était davantage cette langue qu’on lui avait fait travailler. De fait et par précaution, elle avait demandé les services d’un traducteur afin d’éviter tout quiproquos lié à une erreur de langage. En somme, elle s’était bien préparée à cette venue. Du moins le pensait-elle. Mais nous ne sommes jamais à l’abri d’un imprévu, n’est-ce pas ?

Lorsque les impressionnants carrosses se présentèrent dans ses terres, laissant ses gens venir proposer leur aide aux espagnols, elle vint personnellement accueillir -accompagnée du traducteur en qui elle avait toute confiance- sa majesté la reine. Dans une révérence de coutume, elle la salua respectueusement. « Bienvenue dans mon humble résidence, Majesté. » Le château était imposant, il est vrai. Mais certainement moins qu’un palais royal. « Avez-vous fait bon voyage ? » S’était également une façon pour elle de se renseigner sur les éventuels besoins de la reine, afin de répondre au mieux à ses attentes.

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» FDJ 2015 : En route vers les sommets ! 1/3
» Une opération raté = une longue route parsemée d'obstacle.
» Première expédition, longue route à endurer ...
» La route vers la mer [Libre]
» DOLLY chiot femelle croisé fox-yorkshire 5 mois SPA DOUAI 59

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EX CATHEDRA :: La France :: Les Domaines Français-
Sauter vers: