AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Tourne le vent • Stanislava

EX CATHEDRA :: La France :: Les Domaines Français :: Les Vastes Forêts
♕ • Proie designée • ♕
Charles De France
avatar

Mémoire de vie
Race:
Métier/Rang:
Statut amoureux:
♕ • Proie designée • ♕
Messages : 202
Âge du personnage : 28 ans

Dim 1 Oct - 20:15
Il en avait quelque peu assez.

Cette situation, cet étouffement… Charles n’était pas heureux, en ce présent instant. Depuis son réveil et sa perte de mémoire, il avait la sensation que l’on cherchait toujours à l’écarter de ce qui pouvait représenter le moindre danger pour lui. La majorité des gens se comportait avec lui comme s’il n’était qu’un enfant et il avait maintenant atteint un stade de non-retour quant à sa frustration extrême. Faisant galoper à vive allure sa superbe monture – la meilleure de son écurie, apparemment -, le Roi traversait les bois bordant son château à un rythme effréné. Il avait semé par la même occasion sa garde –trop – rapprochée et faisait en sorte de n’être plus que seul avec lui-même.

L’air lui fouettait les joues et le rendait un peu moins amer. Certes, la présence de Diane à ses côtés le calmait et l’apaisait. L’amour qu’il ressentait pour elle en était la preuve brûlante. Mais il avait justement peur de devenir un poids, pour elle. Davantage que ce qu’il avait déjà pu être, pour dire vrai. Resserrant la prise qu’il avait sur les rennes de sa monture, Charles les fit claquer dans le vent avant de prendre un virage brusque. Il y a quelque jour, il avait repéré un petit lac, tout près d’ici, alors qu’il faisait une balade des plus tranquilles. Il voulait y retourner, maintenant.

Seulement, à force d’être concentré sur son objectif à ne plus pouvoir se le retirer de la tête, Charles ne vit pas suffisamment vite une autre monture surgir d’entre deux buissons, un cavalier sur son dos. Le reflexe fut immédiat, il tira les lanières de cuir de toutes ses forces afin de faire s’arrêter son destrier. Ce dernier eut un hennissement de tous les diables, se montant sur ses pattes arrière et battant le vent de ses sabots avant. Enfin, il retomba sur ses pattes et gronda presque, si tant est qu’un cheval puisse gronder. Charles, quant à lui, restait là, coi, ne sachant que faire et la respiration affolée.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
♕ • Sang-Pur • ♕
Stanislava F. Braginsky
avatar

Mémoire de vie
Race: Sang-pur
Métier/Rang: Tueuse a gages / Garde du corps de Charles
Statut amoureux: Célibataire
♕ • Sang-Pur • ♕
Messages : 66
Âge du personnage : 600 ans environ

Mar 3 Oct - 13:15
Tourne le ventStanislava & CharlesThe dog days are over
The dog days are done
The horses are coming
So you better run (Dogs day are over)
Stanislava était confuse.

Tout était si silencieux autour d'elle. Elle qui avait eu l'habitude de voyager seule pendant les longues années de son existence trouvait le silence désormais quelque peu… mélancolique. Passé quelques temps en compagnie d'Eckhard et de ses compagnons n'avaient pas été des plus reposants - seule femme parmi des hommes, elle devait être constamment sur ses gardes - mais cela avait été un de ses voyages les plus intéressants et moins ennuyeux à quoi elle s'y attendait. Leurs routes s'étaient séparées quelques jours plus tôt et la vampire espérait au fond d'elle revoir le lycan dans un futur proche, si tout du moins, elle serait encore vivante d'ici là.

Sourcils froncés, elle se demandait à quand remontait la dernière fois où elle s'était attaché comme ça? En dehors de Gwilym… c'était bien la première fois qu'elle sympathisait avec quelqu'un. Surtout que leur rencontre n'était foncièrement pas des plus prospères à débuter une amitié. Un petit sourire en coin s'insinua sur ses lèvres en y repensant, elle qui s'était sentie un peu honteuse en réalisant son échec. Puis une drôle de sensation chatouilla sa poitrine lorsqu'elle pensa aux évènements qui s'en suivirent. Soupirant pour la énième fois, elle chassa tous ses souvenirs et se concentra sur son environnement.

Arrivée en France, elle avait décidé de s'aventurer dans une forêt, comme elle le faisait souvent, pour se vider l'esprit et oublier tous ses soucis actuels. La forêt était sans aucun doute l'un des seul lieu qui l'aidait à être en paix avec elle-même. Elle supposait que c'était du aux années - certes lointaines - passées parmi les loups et les arbres qui la rendaient si nostalgiques. Dans ses voyages, il lui arrivait de croiser des meutes de loup mais n'osait point les approcher. Ce n'était pas réellement sa place, après tout. Élevée par un lycan, Stanislava avait du mal à comprendre la haine existante entre vampire et lycan. Elle avait même tendance à se sentir plus proche de ses opposés plutôt que de ses semblables. Elle en éprouvait même une haine sourde envers eux, plus particulièrement pour les dirigeants de la famille FANTAST dont elle est l'une des nombreuses descendantes.

Soupirant entre ses dents, elle fit claquer les rennes de son cheval, l'ordonnant ainsi de galoper plus rapidement. L'air était frais sur ses joues et chassa temporairement ses pensées sombres. Temporairement. Elle aperçut du coin de l'œil une ombre sur sa gauche et réalisa juste à temps qu'il s'agissait d'un autre cavalier… qui ne l'avait véritablement pas remarqué. S'il ne s'arrêtait pas, la collision était assurée. Heureusement pour eux, l'étalon sauta par-dessus les buissons qui leur barrait la route et se réceptionna souplement avant de s'arrêter quelque mètre plus loin. Stanislava entendit plus qu'elle ne vit l'autre cheval hennir furieusement et le vit se cambrer sur ses pattes arrières avant de retomber lourdement. Son propre cheval s'agita de concert et lui tapota l'encolure pour le calmer… mais le voir dans cet état l'énervait également ce qui n'arrangeait pas les choses. Elle jeta un regard furieux vers cet inconnu, ignorant complètement ses beaux habits dans sa colère.

-Mais comment est-ce qu'on peut être aussi empoté à ce point?! Si vous ne savez pas maitriser votre cheval, inutile de le monter !!

Respirant furieusement par la bouche, elle souffla sur l'une de ses mèches brunes qui lui barrait la route avant de descendre finalement et de venir rassurer l'animal un peu secoué, qui trépignait sur place et s'agitait. Elle lui caressait l'encolure et la tête, le calmant peu à peu mais elle ne put s'empêcher de regarder par-dessus son épaule pour observer durement le jeune homme blond, aussi paniqué que les animaux, complètement hébété parce qui venait de se passer.

En dehors des vampires, les incapables l'énervaient également au plus haut point.

©️ 2981 12289 0

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
♕ • Proie designée • ♕
Charles De France
avatar

Mémoire de vie
Race:
Métier/Rang:
Statut amoureux:
♕ • Proie designée • ♕
Messages : 202
Âge du personnage : 28 ans

Mar 3 Oct - 19:18
Tout s’était enchainé si vite, si vivement, que le Roi avait à peine le temps de comprendre ce qu’il s’était réellement passé. Sa respiration saccadée, au même titre que celle de son cheval, rythmait le silence bafoué de cette forêt où il était venu se perdre en échappant à son escorte, tel un enfant désobéissant. Et pourtant, il parvint à calmer son destrier, passant sa main gantée sur l’encolure de l’animal afin de gommer toute trace de cette récente rencontre qui aurait pu bien mal se terminer pour les deux cavaliers. Et leurs montures également. Fort heureusement, le pire semblait avoir été évité de loin et il était désormais temps de se concentrer sur ce qui se déroulait présentement.

Le Roi de France, si grand et impressionnant était-il sur sa monture, ne put s’empêcher d’afficher une mine extrêmement surprise. Cet individu, qui qu’il puisse être, était une rare éloquence. De même, l’androgynie clairement présente n’aidait en rien  Charles à se faire une idée précise de son homologue. Homme ou femme ? Le rugissement qui avait été poussé ne le renseignait que peu quant à cette question qu’il se posait alors. Mais, par-dessus tout le reste, ce n’était pas tant sur la voix que se concentrait le monarque mais bel et bien sur les paroles vives envoyées à son égard.

« Je… Je suis désolé, il est vrai que je ne regardais pas où je dirigeais ma monture. » Il reconnaissait son tort pour en avoir enduré l’artisanat quelques secondes auparavant. La faute étant assumée, il ne put s’empêcher de laisser un rire lui échapper. L’insolence piquante et outrageante de cette silhouette inconnue lui plaisait en dépit du fait qu’il aurait dû se sentir insulté jusque dans son amour propre. Toutefois ce ne fut point le cas. Un doute le prit alors. « Mais… Savez-vous seulement qui je suis ? »

Peut-être que cela saura éclairer les esprits.




_________________

Voir le profil de l'utilisateur
♕ • Sang-Pur • ♕
Stanislava F. Braginsky
avatar

Mémoire de vie
Race: Sang-pur
Métier/Rang: Tueuse a gages / Garde du corps de Charles
Statut amoureux: Célibataire
♕ • Sang-Pur • ♕
Messages : 66
Âge du personnage : 600 ans environ

Ven 6 Oct - 0:03
Tourne le ventStanislava & CharlesThe dog days are over
The dog days are done
The horses are coming
So you better run (Dogs day are over)
Plus jeune, beaucoup plus jeune, Stanislava réagissait au quart de tour quand quelque chose la contrariait. Si un garçon lui adressait des paroles peu respectueuses? Elle lui éclatait les dents de devant d'un beau coup droit. Si quelqu'un lui touchait le postérieur sans son accord? Elle lui plantait une fourchette - ou sa dague au choix - dans la main. Désormais, elle savait plus ou moins se maîtriser mais des excès de colère pouvaient parfois revenir au galop. Comme maintenant. Mais cette fois-ci, sa colère fut moindre puisque l'individu qui faillit lui briser la nuque avait reconnu ses torts.

Elle se renfrogna néanmoins un peu plus lorsqu'il lui posa la question s'il savait qui il était. Pouvait-on poser question plus stupide que cela? La vampire prit enfin la peine de le détailler et aperçut ses habits somptueux bien qu'il soit à cheval, lui rappelant la qualité médiocre de ses vêtements, en dehors de sa cape et de ses bottes de cuirs. Il s'agissait là d'un noble, d'un riche bourgeois tout au plus. Suffisamment important - ou qui se croyait comme tel - pour oser poser une telle interrogation à une inconnue qui venait de l'insulter ouvertement.

-Suis-je censé le savoir? Vous m'avez tout l'air d'être le Roi des idiots.

Cette petite pique lancée, elle remonta sur sa monture, reprenant avec assurance les rennes. Arborrant toujours un regard méprisant envers le blond, elle replaça une mèche de cheveux derrière son oreille qui lui barrait la vue mais détourna la tête lorsqu'elle crut entendre au loin des éclats de voix.

-Si Roi vous êtes, où est donc votre garde rapprochée? Etes-vous assez stupide pour vous promener dans ces bois sans protection? A moins que vous n'ayez suffisamment confiance en vos aptitudes à l'épée pour vous permettre une telle chose.

Elle avisa les armes que portait l'inconnu et jugeait d'un rapide coup d'œil qu'il ne s'agissait pas là d'armes factices. Et, si elle avait un peu de chance, de bonnes manufactures qu'elle pourrait sans doute récupérer si jamais ils en venaient aux armes. La vampire avait clairement l'avantage sur la quantité d'armes, jusque là dissimulé sous sa longue cape, mais pas sur la qualité. La seule arme visible sur elle était le carquois de flèche dans son dos et ainsi que son arc. Stanislava n'avait pas besoin de chasser l'animal mais il était toujours bon de maîtriser toutes sortes d'armes et le tir à l'arc avait autant d'avantages que d'inconvénients. Le bois n'était pas très dense, aussi, il lui était plus simple d'entendre quelqu'un ou plusieurs personnes approcher et se préparer à bander son arc et à viser librement.


©️ 2981 12289 0

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
♕ • Proie designée • ♕
Charles De France
avatar

Mémoire de vie
Race:
Métier/Rang:
Statut amoureux:
♕ • Proie designée • ♕
Messages : 202
Âge du personnage : 28 ans

Dim 29 Oct - 16:26
Le Roi des idiots. Charles fut absolument décontenancé par ces propos. Puis, sans qu’il ne parvienne à se l’expliquer vraiment, il eut un fou rire ; sincère mais assez étrange vu de l’extérieur, sans doute. C’était la première fois, aussi loin que remontait ses souvenirs, que l’on ne le traitait pas avec une trop grande manière et des marques de politesses en si grand nombre qu’elles pourraient être comparées à un fleuve fou. Il appréciait la nature de cet inconnu ainsi que le naturel dont il faisait preuve pour s’adresser à sa personne. Son étalon désormais calmé, Charles le fit s’avancer un peu plus proche de l’autre destrier. Il espérait que le cheval du mystérieux cavalier ne garderait pas de séquelles de cette rencontre qui aurait pu, en soit, très mal se terminer s’il n’y avait pas eu de tels réflexes en jeu.

Charles prit alors une inspiration et tâcha de répondre le plus précisément possible à son homologue – qui paraissait fort jeune, maintenant qu’il y regardait de plus près. « Et si je suis le Roi des idiots, qui êtes-vous, dans ce cas ? » Il ne laissa guère un flottement entre ses mots car la reprise se fit immédiatement après. « Pour vous répondre, j’ai semé ma g-… » Il aurait voulu finir sa phrase mais déjà, au loin, des appels lui parvenaient. ‘Majesté, où êtes-vous ?!’. Charles en blêmit presque. Il s’éclaircit la gorge en comprenant que l’avance qu’il avait prise sur ses accompagnateurs avait été anéantie par sa courte pause improvisée.

« Je pensais avoir semé ma garde rapprochée. Mais visiblement, ils savent s’y prendre pour repérer une piste. » Une idée saugrenue lui traversa alors l’esprit mais il ne voulut pas la mettre au cachot pour autant. « Je ne sais pas pour vous, mais je n’ai aucune intention de me laisser ramener comme un enfant vers le château ! Suivez-moi si le cœur vous en dit, je me dirige vers le lac au cœur de cette forêt. » Il fit ensuite claquer le cuir qu’il avait entre les mains et son cheval reparti à toute allure à travers les bois. Cette fois, pour plus de discrétion et pour ralentir les recherches le concernant, Charles emprunta les chemins détournés et non les grandes allées aménagées entre les troncs d’arbres. Il devait se montrer prudent car le manteau de feuilles pouvait être traître. Cette fois, son attention n’était en aucune mesure biaisée.


_________________

Voir le profil de l'utilisateur
♕ • Sang-Pur • ♕
Stanislava F. Braginsky
avatar

Mémoire de vie
Race: Sang-pur
Métier/Rang: Tueuse a gages / Garde du corps de Charles
Statut amoureux: Célibataire
♕ • Sang-Pur • ♕
Messages : 66
Âge du personnage : 600 ans environ

Dim 29 Oct - 22:52
Tourne le ventStanislava & CharlesThe dog days are over
The dog days are done
The horses are coming
So you better run (Dogs day are over)
Avait-elle dit quelque chose de drôle? Stanislava n'était pas connue - du moins à sa connaissance - pour être quelqu'un capable de faire rire la galerie. Et pourtant, la personne qui se trouvait face à elle, riait. Il riait. Il fut prit d'un fou rire alors qu'elle venait de lui lancer des paroles acerbes, le traitant de même de Roi des idiots. Et personne ne devrait aimer être insulté de la sorte, n'est-ce pas? La vampire n'aimerait pas, en tout cas. Et elle avait déjà frappé pour moins que ça. Elle était sur le point de répondre à sa question lorsque des voix lointaines se firent entendre accompagnées par des bruits de sabots étouffés. Majesté? Avait-elle bien entendu? Était-il réellement un Roi? Il lui confirma presque ses dires en déclarant que sa garde rapprochée l'avait retrouvé. La vampire haussa un sourcil dubitatif en entendant sa proposition. Un lac au cœur de cette forêt? Devait-elle le suivre ou pas? N'eut-elle pas le temps de se poser la question qu'il s'en alla avec sa monture à travers les arbres, empruntant des chemins plus sinueux. Elle jeta un dernier regard aux alentours, apercevant finalement des mouvements au loin. Sans qu'elle ne le décide, son corps bougea et ordonna à son cheval noir de suivre le fameux Roi.

Alors en plein galop, elle jeta un seul coup d'œil par-dessus son épaule pour vérifier que leurs "assaillants" furent à bonne distance avant de se concentrer à nouveau dans sa course. L'homme avait déjà pris de l'avance mais Stanislava n'allait pas se laisser distancer de la sorte. Un sourire presque amusé naquit sur ses lèvres alors qu'elle ordonnait à sa monture d'aller plus vite pour être sa hauteur et même le dépasser. Le buste penché vers le bas, elle évitait toutes les branches et touffes de feuilles traîtresses. Stanislava se souvint du lac dont parlait le "Roi" et sut parfaitement se diriger parmi les arbres et les buissons. Il ne leur fallut d'ailleurs que quelques minutes pour arriver à leur destination, obligeant son cheval à faire un brusque arrêt.

Stanislava en eut le souffle coupé.

Elle avait aperçu les lieux de très loin et ne s'y était pas arrêtée. Et le regrettait presque en cet instant. Les lieux étaient baignés d'une lumière douce, faisant briller la surface de l'eau pareil à des milliers de saphir plus précieux les uns que les autres. Un tel bijou d'une telle splendeur était gardé dans un écrin de jade pur. Elle posa pied à terre et profita du calme et de la sérénité des lieux pendant quelques doux instants. Tapotant doucement l'encolure de sa étalon sombre, elle l'approcha du bord du lac pour qu'il puisse se désaltérer. Elle se tourna finalement vers l'homme à la chevelure blonde, croisant les bras sous sa poitrine.

-Vous êtes donc vraiment un Roi? Le Roi de France, je présume.

©️ 2981 12289 0

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
♕ • Proie designée • ♕
Charles De France
avatar

Mémoire de vie
Race:
Métier/Rang:
Statut amoureux:
♕ • Proie designée • ♕
Messages : 202
Âge du personnage : 28 ans

Mar 31 Oct - 14:38
S’il avait connaissance de l’existence de ce lac, ce n’était en rien par hasard. Charles avait eu l’occasion de voir sa silhouette dessinée sur un plan des alentours ou encore couché sur une toile d’artiste venu immortaliser les lieux, des années auparavant. Mais, depuis son réveil, c’était la première fois qu’il allait pouvoir s’y rendre de lui-même, sans avoir de compte à rendre à personne.

Seul avec lui-même… Ou presque. En tous les cas, il n’avait dès lors plus son étouffante escorte sur les talons et c’était une véritable libération que de ne plus avoir cette sensation d’étranglement ; d’être prisonnier d’un carcan que l’on n’a guère désiré. Sans aucun doute, le Roi s’attendait à se faire sévèrement réprimandé lorsqu’il reviendrait en ‘lieu sûr’ mais pour l’heure, il avait tout simplement envie de se laisser aller à des caprices dont il ne se sentait pas de les réprimer.

Un jour, peut-être, il deviendrait ce Roi que tout le monde semble vouloir le voir devenir ; ce Roi dont il avait vu tant de portrait mais dont il ne parvenait pas à se sentir un tant soit peu proche. Il n’y avait bien que son apparence pour le ramener à cet étranger que son pays entier semblait connaître, pourtant. Réprimant un frisson, le monarque lésé ne voulut plus se perdre dans de telles pensées pour le moment. Il avait bien mieux à faire, comme observer la beauté de ce panorama, étendu là devant ses yeux.

Tout paraissait mirifique, ici, irréel. Charles ne regretta pas un instant d’être venu s’y perdre tant la majesté de la scène provoquait en lui une myriade de sentiments positifs. Le sourire qui gagna ses lèvres ne frémit que faiblement lorsque son mystérieux homologue délia ses propres lèvres. Le souverain se tourna alors vers ce dernier, tenant tout de même toujours les rênes de son cheval dans l’une de ses mains gantées. Il rit. « Vous semblez être, en tout cas, bien plus éveillé que moi à ce sujet. »

S’il tentait de faire une pointe d’humour, Charles n’en pensait pas moins pour autant. Mais cette question le mettant tout de même quelque peu mal à l’aise, il choisit de poursuivre une conversation. « Et qu’en est-il de vous ? Sous quel nom dois-je m’adresser à votre personne ? Je ne me rappelle pas de vous avoir déjà vu à ma Cour, aussi je vous serai plus que reconnaissant de me renseigner à ce propos. »

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
♕ • Sang-Pur • ♕
Stanislava F. Braginsky
avatar

Mémoire de vie
Race: Sang-pur
Métier/Rang: Tueuse a gages / Garde du corps de Charles
Statut amoureux: Célibataire
♕ • Sang-Pur • ♕
Messages : 66
Âge du personnage : 600 ans environ

Ven 3 Nov - 15:33
Tourne le ventStanislava & CharlesThe dog days are over
The dog days are done
The horses are coming
So you better run (Dogs day are over)
Stanislava avait déjà fait face à de nombreux chefs. Sultans ou roi, peu importe d'où il venait, ils avaient tous un point en commun: leur suffisance. Mais le Roi de France était… très loin de ce qu'elle s'imaginait d'un Roi. Elle n'avait pas mâché ses mots à son égard et lui s'était contenté de rire, là où d'autres se serait senti insulté et aurait certainement demandé à ce qu'on lui tranche la tête, qu'on la jette aux cachots ou qu''on l'immole. Le Roi de France avait ri. Ce qui l'avait déconcerté. Et ses paroles continuèrent à l'étonner un peu plus à chaque fois. Plus éveillé que lui à ce sujet? Qu'entendait-il par là? Que lui-même ne savait pas s'il était Roi? Vraiment étrange comme comportement.

La vampire laissa échapper un rire bref de ses lèvres lorsqu'il lui demanda sous quel nom se présentait-elle? Elle, à la Cour du Roi? N'avait-il pas pris le temps de regarder ses vêtements? La totalité de ses biens ne devaient sans doute pas valoir un cinquième de sa chemise ou d'une de ses bottes.

-Pas étonnant que vous ayez manqué de me renverser un peu plus tôt. Si vous observiez un peu plus, vous auriez remarqué que mes vêtements n'ont rien de la noblesse.

La mercenaire ne savait pas qui elle devait remercier: la stupidité du Roi à se promener sans garde rapprochée ou sa propre audace. Quoi qu'il en soit, personne n'était là pour la réprimander de parler aussi irrespectueusement avec sa Majesté et elle ne mâcherait pas ses mots. Elle décroisa ses bras et posa ses mains sur ses hanches, dégageant ainsi sa cape et laissant en évidence ses épées à ses hanches.

-Je m'appelle Stanislava Braginsky. Et je suis mercenaire. Et pourrai-je connaître votre véritable nom, votre Majesté.


©️ 2981 12289 0

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
♕ • Proie designée • ♕
Charles De France
avatar

Mémoire de vie
Race:
Métier/Rang:
Statut amoureux:
♕ • Proie designée • ♕
Messages : 202
Âge du personnage : 28 ans

Mar 5 Déc - 13:41
Il le reconnaissait bien volontiers, les arguments du mystérieux cavalier avaient du sens, de la profondeur et de la validité. C’était plaisant, que de pouvoir discuter avec une tierce personne sans avoir à faire comme si de rien n’était lorsque des têtes étaient détournées simplement parce que l’on était né destiné à porter une couronne sur le sommet de son crâne. Ainsi donc, Stanislava, puisque tel était son nom, n’était pas membre de la noblesse. Mais cela n’empêchait guère Charles d’apprécier sa compagnie. Pour le moment tout du moins, il en était ainsi. Et très honnêtement, le souverain espérait que cela durerait longtemps. Il aurait voulu rester prisonnier de ce moment de calme et de bien-être.

Il souffla un petit rire avant de répondre aux requêtes de son homologue. « Enchanté, Stanislava Braginsky, donc. Je suis Charles de France, souverain de… Eh bien de la France, comme cela parait logique de par le nom que le ciel m’a accordé. » Quel ciel ? Plus Charles s’interrogeait et moins il avait l’impression de comprendre ce qu’il en était réellement. « Mais j’avoue que je préférerais que l’on se souvienne de moi non pas de par mon nom, mais plutôt comme le Roi qui ne se fait pas une opinion sur une apparence où une belle tenue. Car voyez-vous, cher invité, j’aime avant tout à voir la noblesse pure et réelle chez les gens ; non pas celle qui fut délivrée à la naissance. » Il était vrai que dernièrement, il se faisait de plus en plus de ce genre de réflexions. Qu’en était-il de la véritable noblesse des êtres humains ?

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
♕ • Sang-Pur • ♕
Stanislava F. Braginsky
avatar

Mémoire de vie
Race: Sang-pur
Métier/Rang: Tueuse a gages / Garde du corps de Charles
Statut amoureux: Célibataire
♕ • Sang-Pur • ♕
Messages : 66
Âge du personnage : 600 ans environ

Dim 17 Déc - 19:09
Tourne le ventStanislava & CharlesThe dog days are over
The dog days are done
The horses are coming
So you better run (Dogs day are over)
Stanislava était tombée sur un drôle d'oiseau. Elle avait croisé bon nombres de personnes de toutes sortes, avaient déjà eu à faire avec des gens de la haute société, des hautes sphères dans des circonstances des plus inattendues. Mais cette rencontre avec le Roi de France allait sans doute être sa préférée. Quelles étaient les chances pour elle de se faire renverser par le suzerain français dans une forêt et pouvoir par la suite discuter avec lui sur le sens de la vie au bord d'un lac. C'en était presque comique qu'elle voulut en rire. Et pourquoi l'appelait-il invité? Elle n'avait pas été invité, elle était venue en ses terres de son propre gré. Mais puisqu'il était le Roi, ses terres lui appartenaient en un sens, alors oui, elle s'était invitée sur ses terres.

-Vous faites sans doute partie de ses rares souverains à chercher cela. Tout du moins à ma connaissance. Je n'en ai jamais croisé. Jusqu'à aujourd'hui.

Elle lui adressa un sourire en coin avant de reprendre la parole.

-Si vous cherchez la noblesse pure et réelle chez les gens, vous en trouverez très rarement chez vos gens. Ironique, n'est-il pas? Porter un tel titre parce que vous êtes né dans une famille riche et puissante. Et parce que vous êtes riches, vous l'avez décidé ainsi. Oh non, le Ciel ou une quelconque divinité n'en est nullement responsable.

Certains nobles pensaient, parce qu'ils étaient nobles, qu'ils étaient intouchables. Stanislava eut vite fait de leur faire penser le contraire. Elle-même en était la preuve vivante que quiconque se pensait à l'abri de la pauvreté, de la famine et de la maladie était complètement sans défense face à la rage et à la haine d'une tierce personne. Plusieurs fois, elle s'était demandé si, tous comme ses nobles qu'elle avait tué, elle aurait été ainsi si le massacre n'aurait pas eu lieu. Elle cessa de se poser la question en réalisant qu'elle n'aura jamais la réponse. Trop habituée aux voyages et à la vie sur les routes, il lui était difficile de s'imaginer se poser un jour dans une ville. Avoir une nouvelle vie, fonder une famille… Pour la perdre par la suite, très peu pour elle.

Stanislava n'avait pas réalisé que ses traits avaient durcis et sortit de sa torpeur lorsque des éclats de voix et le martellement de sabot contre le sol leur parvinrent. Son regard se porta vers les arbres et elle aperçut une masse sombre s'approcher peu à peu d'eux.

-Vous qui souhaitiez un peu de paix, votre garde rapprochée ne semble pas du même avis que vous. Vous êtes le Roi, vous auriez pu leur en donner l'ordre. Ou bien c'est votre désir de recherche de noblesse qui vous en as empêché? Vous avez pensé que votre ordre aurait pu passé pour un caprice? Pour une envie puérile?

D'un pas décidé, la mercenaire s'approcha du Roi, retirant sa cape sur ses épaules, laissant découvrir sa silhouette élancée et d'une main ferme, empoigna les revers de son manteau et rapprocha son corps du sien. Elle qui avait en horreur La vampire était bien plus grande que la plupart des femmes et n'avait donc pas besoin de lever la tête pour planter son regard émeraude dans ses jumelles.

-C'est tout à votre honneur de vouloir agir avec noblesse mais je ne vous apprend en rien que noblesse peut rimer avec faiblesse. Et des gens dépourvus de noblesse tenteront d'exploiter cette faiblesse. Vous, vous avez la chance - ou la malchance, à vous d'en décider - d'être né dans une famille royale et d'être Roi. Un Roi qui pourrait changer bien des choses en ce bas monde si vous faites les bons choix. J'espère que vous avez conscience de cela ou vous vous ferez piétiné et massacré sans possibilité de vous défendre.

Les gardes se rapprochaient. Stanislava n'avait plus beaucoup de temps. Pour quoi? Elle-même ne le savait pas. Elle ne savait même pas pourquoi elle tenait temps à être si près de lui.

-Si vous voulez continuer cette conversation, posez vos foutus mains sur moi mais ne posez pas de questions. Contentez-vous d'agir comme un Roi quand vos hommes arriveront. Comme vous Charles, j'aimerais également être tranquille et ne pas avoir à regretter ce que je suis sur le point de faire.

Et ses mains se raffermirent sur les pans de tissus, et elle effaça le peu de distance qu'il restait entre eux et posa fermement ses lèvres contre les siennes.

©️ 2981 12289 0

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
♕ • Proie designée • ♕
Charles De France
avatar

Mémoire de vie
Race:
Métier/Rang:
Statut amoureux:
♕ • Proie designée • ♕
Messages : 202
Âge du personnage : 28 ans

Sam 1 Sep - 18:03
Il écouta attentivement le discours de cette personne qui ne ressemblait à nul individu ayant croisé sa route jusqu’à présent. Charles de France trouvait tout de même le moyen de se sentir profondément concerné par ces mots, ces paroles. Aucun doute que la vie menée précédemment par cette femme avait sans doute dû être rude et très inconfortable sur bien des points pour qu’elle en arrive à penser ce genre de choses sans ciller, sans laisser entrevoir ne serait-ce qu’une petite faiblesse dans son regard. C’était admirable et forçait le respect.

Qu’est-ce qu’elle était grande, d’ailleurs ! Charles n’en revenait pas de ne pas avoir à baisser la tête pour que leurs regards se mêlent. C’était peut-être une futilité certaine mais cela amusa le Souverain, l’espace d’un court instant. Car bientôt ; martellement de sabots et appels paniqués se rapprochèrent.

Charles lui-même ne comprit pas immédiatement ce qu’il se passa lorsque ses lèvres entrèrent en contact avec une autre paire, plus fraîches qu’il ne l’aurait imaginé au départ. Ses mains, comme suivant les ordres de cette individu, d’instinct, vinrent se poser sur les épaules de la concernée sans qu’il ne comprenne bien pourquoi. Lorsque ses courtisans revinrent le voir, c’est choqués qu’ils ne trouvèrent ainsi collé à une inconnue.

« Majesté ! Vous allez bien ?! » Que répondre à cela ? Charles, immédiatement, se détacha de Stanislava, le stress ponctuant ses battements de cœur. Cependant, les termes employés par la brune lui restèrent gravés en tête. Être un Roi. Agir comme tel, donc. C’était là le message.
Prenant une profonde inspiration, Charles s’efforça de froncer les sourcils, mimant une colère sourde au creux de sa voix. « Je me porte pour le mieux, merci bien. Messieurs ayez maintenant l’obligeance de bien vouloir me laisser en paix avant que je ne prenne des sanctions exemplaires contre vous pour avoir osé déranger mon… mon intimité ! »

Sa gorge était nouée mai il tâcha de ne rien laissa apparaître de tout cela. Il ne jeta, en fin de diatribe, qu’un coup d’œil furtif à Stanislava.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
♕ • Sang-Pur • ♕
Stanislava F. Braginsky
avatar

Mémoire de vie
Race: Sang-pur
Métier/Rang: Tueuse a gages / Garde du corps de Charles
Statut amoureux: Célibataire
♕ • Sang-Pur • ♕
Messages : 66
Âge du personnage : 600 ans environ

Jeu 13 Sep - 21:02
Tourne le ventStanislava & CharlesThe dog days are over
The dog days are done
The horses are coming
So you better run (Dogs day are over)
Le baiser était… Il n'y avait rien à dire sur ce baiser. C'était simplement une façade. Une simple excuse pour envoyer prêtre les courtisans cherchant Charles qui souhaitaient simplement un peu d'intimité avec son 'amante' de l'instant. Le contact entre leurs lèvres ne lui fit ni chaud ni froid. Elle aurait du être dégoûtée mais puisque c'était elle qui avait pris l'initiative, elle avait eu le temps de se faire une raison et de s'y préparer. Heureusement qu'il ne dure quelques secondes, le temps que les courtisans et surprennent le roi la main dans le sac.

D'un simple coup d'œil, elle vit les visages parfois effarés ou stupéfaits des courtisans et surprit même pendant une fraction de seconde la gêne - c'était bien de la gêne n'est-ce pas ? - sur le visage du blond avant que ses traits ne se durcissent pour laisser place au vrai roi. Stanislava détourna le visage, le cachant des courtisans, et pinça les lèvres très forts, réprimant un rire. Il avait vraiment écouté ses paroles et les appliquait en ce moment. Ses épaules tressaillirent légèrement lorsqu'il butta sur ses derniers mots. C'en était presque charmant.

Leurs regards émeraude se croisèrent Stanislava souffla entre ses dents, reprenant peu à peu contenance. Ses mains relâchèrent finalement les bouts de tissus qu'elle tenait et effacer les plis avec ses mains qu'elle avait faits. Elle osa même jusqu'à ajuster son col et planta son regard émeraude dans les siens, et laissa trainer ses mains sur ses épaules d'une manière toute calculée. Elle n'avait pas besoin de voir le visage des courtisans pour imaginer leur expression outrée devant la familiarité d'une roturière vis-à-vis du plus puissant personnage de France.

-Ne vous avais-je pas prévenu, Charles, que le risque d'être découvert était bien trop grand si nous nous voyons ici? ( Un fin rictus amusé se glissa sur ses lippes avant d'être remplacée par une moue attristée, les yeux presque brillants de larmes. ) Serais-je condamnée à la potence pour avoir aimé mon bon et valeureux souverain ?

Stanislava s'étonnait elle-même de son jeu d'actrice et de sa maîtrise à jouer la demoiselle éperdue d'amour pour un homme qui devrait lui être inaccessible. Seul Charles pouvait voir dans ses yeux la lueur de malice et de défi dans son regard. Surprenez-moi, Charles. Montrez-moi de quoi est capable est véritable Roi.


©️ 2981 12289 0

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
♕ • Proie designée • ♕
Charles De France
avatar

Mémoire de vie
Race:
Métier/Rang:
Statut amoureux:
♕ • Proie designée • ♕
Messages : 202
Âge du personnage : 28 ans

Ven 14 Sep - 15:27
Le mensonge le mettait passablement mal à l’aise. Non seulement parce qu’il n’avait jamais été spécialement friand de ce genre de stratagème, mais également parce que plusieurs choses entraient en ligne de mire. Il y avait déjà lui-même. Charles ne tenait pas à ce que les suiveurs l’ayant retrouvé se fasse de fausses idées. Pas trop longtemps, en tous les cas. Il était important de préserver son image, celle qui lui convenait. Et puis, même… Vis-à-vis de Diane, il ne trouvait pas la mascarade respectueuse plus longtemps. Pourtant il ne pouvait revenir sur ses propos. Le Roi dû réfléchit intensément afin que les choses ne dégénèrent pas davantage sous son regard émeraude.

« Je ! » La comédie relancée de la jeune femme lui glaça presque le sang. Le rouge lui grignotait le rouge alors qu’il s’acharnait à conserver autant que faire se peut le visage si complexe du monarque ferme dans ses propos. « B-Bien, je… retirez-vous ! Je vous rejoindrais plus tard. » Inspiration. « Et surtout pas un mot à mon épouse ! Si la moindre rumeur circule, je saurais d’où elle aura tiré sa naissance et croyez-moi que ce genre de choses ne seront guère laissées impunies si cela vient à se répandre ! » Sa gorge nouée, l’étonna de par sa facilité à prononcer tous ces mots. Il n’était définitivement pas habitué à ce type d’exercice.

« C’est un ordre ! » ponctuât-il, plus fermement, la fin de sa diatribe, espérant faire bouger les curieux. Ce fut un succès puisqu’ils repartirent sur leurs chevaux, s’éloignant bien vite, laissant donc le Roi avec une inconnue. Seuls au bord de ce lac.

Immédiatement, la pression redescendit et Charles dû prendre appui sur ses cuisses afin de reprendre son souffle, sa respiration étant saccadée. Quelques interrogations tournaient cependant dans sa tête « Je… Vous êtes coutumière du genre, Ma Dame ? » Qu’il sache un peu avec qui il avait été laissé, finalement.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
♕ • Sang-Pur • ♕
Stanislava F. Braginsky
avatar

Mémoire de vie
Race: Sang-pur
Métier/Rang: Tueuse a gages / Garde du corps de Charles
Statut amoureux: Célibataire
♕ • Sang-Pur • ♕
Messages : 66
Âge du personnage : 600 ans environ

Jeu 20 Sep - 22:10
Tourne le ventStanislava & CharlesThe dog days are over
The dog days are done
The horses are coming
So you better run (Dogs day are over)
A quand remontait la dernière fois où Stanislava s'amusait autant? Surement à des siècles auparavant. La jeune fille s'était endurcie au fil du temps, n'hésitait plus si elle devait mentir, faire du mal à autrui ou même tuer. Elle avait appris à jouer la comédie pour vivre et survivre alors que son sablier de vie coulait sans fin. Et, en cet instant, prétendre être l'amante d'un Roi, ne lui déplaisait guère. Au contraire! Elle se délectait étrangement de son embarras, appréciait son visage tourmenté par le mensonge éhonté qu'il était entrain de servir à ses courtisans. Être aussi proche de lui physiquement lui permettait de voir le moindre mouvement de son faciès. C'en était presque… hilarant.

Mais la russe se retint, elle aussi, de toutes ses forces de rire aux éclats. Elle attendit que les intrus - dans la pratique, elle était l'intrus - prennent enfin congé et que la pression soit enfin défendu pour se laisser. Elle fit quelques pas en arrière et un rire sonore retentit et ricocha contre les arbres autour. Pour l'heure, elle se fichait bien si on pouvait l'entendre. Elle avait besoin d'évacuer ce trop plein qu'elle avait accumulé en quelques minutes, aux dépends de Charles. Stanislava riait tellement qu'elle dut se tenir les côtes, sa vue se brouillant à cause des larmes d'hilarité.

-Je-Je suis navrée mais- Hahahahahaha !! Vous êtes vraiment--

Une nouvelle vague de fou rire s'empara d'elle, l'empêchant de finir sa phrase. Il lui fallut bien une bonne minute pour se calmer pour ensuite essuyer les larmes salées sur ses joues. Elle se sentait étrangement bien après avoir autant ri, comme si on avait soulevé la soupape d'une marmite et qu'un peu de vapeur s'était échappé.

Un long soupir presque satisfait s'échappa de ses lèvres.

-Vous êtes vraiment incroyables, Charles. Vraiment. Vous auriez pu ne pas jouer le jeu. Vous auriez pu simplement me gifler, me répudier, démentir et mettre un terme à cette masquerade et pourtant vous ne l'avez pas fait. Vous auriez très bien pu enfoncer votre belle épée dans ma chair, ordonner à vos hommes de me tuer ou me capturer sur le champ, mais vous ne l'avez pas fait. Ou plutôt… l'idée ne vous as pas traversé l'esprit. Rectifiez moi si je me trompe, votre Majesté.

Ce presque incident avec leurs chevaux prenaient une tournure des plus intéressantes. Venir en France n'était pas une si mauvaise idée.

-Si je suis coutumière? Je vous l'ai déjà dit, pourtant. Je suis mercenaire. Tant que la paye est bonne, j'exécute n'importe quelle tâche. S'il faut décevoir et se jouer des autres, je le ferai sans réfléchir. Ce qui n'est pas votre cas, semble-t-il.

La jeune femme s'éloigne finalement de lui pour reprendre sa cape abandonné sur le sol, la secoua légèrement avant de la remettre sur ses épaules, laissant ainsi au Roi de se remettre de ses émotions.

-Cela ne fait que peu de temps que nous nous connaissons mais il faut être terriblement aveugle pour ne pas voir votre problème, Charles. ( Elle fit quelques pas vers son cheval et caressa son encolure. ) Je n'ai pas la moindre idée de ce que vous endurez actuellement ou par le passé - et très sincèrement je n'en ai cure - mais je pense qu'il est temps pour vous de vous réveiller. Je ne sais pas si vous restez plongé dans vos songes de votre propre initiative ou vous le faites inconsciemment mais vous pouvez me croire pour une chose…

Les orbes émeraudes de Stanislava avaient perdu de leurs éclats joueurs pour laisser place au regard de glace et sans émotion de la tueuse à gages. L'une de ses mains saisit la dague placée dans son dos et le lança d'un geste vif vers Charles. Mais l'arme blanche ne vint pas se ficher entre les deux yeux du monarque mais passa tout près de son visage et se retrouva planter entre les deux yeux de l'homme encapuchonné, dissimulé derrière un arbre à quelques pas d'eux.

-L'homme est des plus vulnérables lorsqu'il mange, lorsqu'il se soulage et lorsqu'il dort.

La mercenaire marcha jusqu'au corps inerte pour l'examiner et récupérer son arme blanche. Elle essuya la lame ensanglantée sur les vêtements de l'assassin. Elle dégagea son visage et fronça les sourcils, ne le reconnaissant pas. Il n'était pas venu pour elle.

-A trop dormir, on finit par ne plus se réveiller.

Même si la réalité était parfois dure à accepter, il était parfois mieux de l'affronter plutôt que de se plonger un peu plus dans ses illusions. Stanislava préférait se battre, se tuer à la tâche, user son corps et son âme plutôt que de se complaire dans des mensonges. Sa conscience semblait moins lourde ainsi et elle pouvait faire un pas après l'autre sans regarder derrière elle.

-Une de vos connaissances? Demanda-t-elle finalement d'un ton légèrement sardonique, se tournant vers le roi et lui montrant par la même occasion le visage du cadavre.


©️ 2981 12289 0

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Cinéma - Autant en emporte le vent.
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Petit Faucon [ Vent ] [PRIORITAIRE]
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» Allez viens j't'emmène au vent || Brooke ♣

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EX CATHEDRA :: La France :: Les Domaines Français :: Les Vastes Forêts-
Sauter vers: