AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Two beasts hunting other beasts - PV Aranea [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Two beasts hunting other beasts - PV Aranea [Terminé]   Sam 9 Sep - 21:50

Two beasts hunting other beastsIl attendait en dehors de la taverne, mais n'avait pas un seul instant ignoré les paroles d'un des pochetrons présents encore dans l'établissement. Il n'avait pas choisi une cible des plus docile dans la personne d'Aranea. Bras croisés, visage neutre, le vampire observait la scène en tournant parfois le regard vers les gens qu'ils croisaient. Il ne décelait pas un seul instant, sa conquête passée ou son ignare de frère, ce n'était pas plus mal. Il n'aimait pas recroiser ceux à qui il avait posé un lapin. Il eut le temps de reposer ses yeux sur la vampire qu'un coup violent percutait l'homme ingrat avant qu'il ne chute dans un son gutturale. Magnus retenait un rire en faisant volte-face vivement avant de guider son amie au travers de la ville. Il est vrai qu'il aurait pu se permettre un commentaire désobligeant, mais à quoi bon ? Cela n'aurait fait que gâcher la future chasse en plus d'ajouter une tension inutile entre lui et la jeune femme. Alors que leur pas les rapprochait de la forêt en question, une calèche ainsi qu'un embouteillage vinrent leur barrer la route. Ni une ni deux, avec une certaine audace et d'un pas assuré, le vampire bondissait sur la place du cocher avant de l'en chasser. Il se chargeait alors d'agiter le cheval suffisamment pour redescendre d'un pas nonchalant et de fouetter la croupe de l'animal. Ce dernier, prit par surprise se levait avant de foncer tête baisser dans une autre calèche. Tout cela créant dans l'embouteillage un magnifique château de cartes, enfin de calèche. Il se tournait ensuite vers son amie qui n'avait pour sa part, semble-t-il pas bougé et lui sourit. Il entendait son applaudissement en la voyant s'incliner devant le spectacle fracassant.

« Je sais, j'aurais pu simplement bouger la calèche, mais la vie est un jeu et tu noteras que la scène reste des plus cocasses. Comme te voir mettre K.O un ivrogne trop entreprenant. J'ai eu envie de lâcher une note ou un joli tant le coup aussi bien placé soit-il, a été bref et violent. Il n'est pas bon de te déranger ma chère, mais ça… Je le sais déjà. En tout cas, tu avoueras que c'est vraiment amusant, les humains parfois. »

Il lui faisait alors signe de le suivre toujours en passant entre les véhicules renversés, les personnes en paniquent et les autres injurieuses. Il avait encore une fois une main sur son pommeau et quand un humain lui fonçait dessus, il se décalait légèrement tout en marchant, laissant ce dernier s'écraser sur une calèche avec bruit et fracas. Personne ne pouvait savoir qu'il était un vampire et donc que ses sens étaient bien plus aiguisés, personne à part Aranea. Il ne lui disait jamais, mais ils avaient toujours eu le don de trouver des situations houleuses à partager ensemble en plus de se compléter. La liberté côtoyait l'audace frivole si souvent, sans jamais rien de bien osé. Il avait la force et la puissance, elle avait la vitesse et l'agilité. Autant de raisons de craindre un vampire et bien plus ce duo. L'orée de la forêt commençait alors à se profiler à l'horizon au fil de leur pas dans un certain silence. Non pas le silence gênant et étouffant, mais un silence de rigueur. Ils allaient chasser et tous deux savaient qu'une proie était bien plus facile à atteindre sous la surprise. Sur un tapis de feuilles, que les chausses de Magnus et les bottes d'Aranea ne purent jouer la discrétion, qu'ils arrivèrent dans la forêt. L'homme retirait alors sa ceinture en posant son épée, avant d'accrocher sa veste en tissu brodé sans doute en Chine, sur une branche d'un arbre avant de se retourner. Les muscles saillants, puissants, mais aucunement usés par le temps étaient maintenant découvert aux yeux de la vampire. Il récupérait son arme avant de pencher légèrement la tête avec un air aucunement sage, mais totalement joueur.

« Tu vas rester dans ta tenue étouffante pour jouer ou tu oses aussi découvrir un peu pour mieux chasser, Aranea ? L'ours n'est sans doute pas à l'orée, ce que tu te doutes autant que moi, j'en suis sûr. Je pense que le chasser à l'arme sera plus judicieux au départ. Je ne t'apprends pas à chasser, mais il a été signalé comme faisait plus de trois mètres et 570 kilos. Oui, c'est une belle bête, mais il faut bien un peu de défi si l'on veut s'amuser tous les deux non ? Et puis, je ne t'ai jamais encore vu chasser avec moi ce genre d'animal, alors cela sera une bonne occasion. Il y en a plusieurs, d'ours, tu te doutes aussi. Alors, tiens donc ta lame comme tu l'as dit, que je ne touche pas ce fessier précédemment mouillé, avec ma lame également. »

©️ 2981 12289 0


Dernière édition par Magnus Aegirsson le Lun 9 Oct - 14:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Vampire

avatar

Messages : 33
Âge du personnage : Un peu plus de neuf cent ans.


Mémoire de vie
Race: Sang-pur
Métier/Rang: Mercenaire.
Statut amoureux: Veuf/Veuve

MessageSujet: Re: Two beasts hunting other beasts - PV Aranea [Terminé]   Dim 10 Sep - 14:36



❝ Two beasts hunting
other beasts.
with Magnus




Aranea ne s'ennuyait jamais en compagnie de Magnus. Que ce soit en piques bien placées ou en légères bousculades dans les vies, mornes, des humains, son ami et semblable ne manquait jamais d'éveiller son intérêt. De quoi apporter un peu de mouvement à son quotidien, quand bien même ce dernier se trouvait remarquablement remué par les événements survenus en Angleterre, dernièrement.
Si, trop occupée à paresser au château, Aranea n'avait pas participé à la guerre, elle n'avait pas manqué d'avoir vent des mésaventures du roi français quant à son baiser à une poutre et, pour aussi drôle qu'eût été la scène, elle admirait désormais silencieusement Philippe se débattre pour rebâtir son image auprès de son peuple. Une énième façon d'occuper son temps – lorsqu'elle ne l'occupait pas autrement avec lui – tout en nourrissant ses potentielles piques. Philippe alimentait son cynisme, Magnus trompait son ennui. Inutile de préciser qu'elle s'estimait bien entourée.

Alors, pour le coup, si elle avait cru que Magnus allait simplement se contenter de déplacer la calèche avec nonchalance, Aranea n'eût aucun mal à reconnaître son erreur... Et à féliciter l'entreprise de Magnus.
Un éclat de rire anima son visage, accompagné d'un applaudissement lui-même suivi d'une brève courbette exagérée et elle répondît à ses mots par un sourire insolent en lui emboîtant le pas. Elle n'eût aucun mal à se fondre à travers l'effervescence que leur avait causés les actes de Magnus, jouant de sa souplesse et de son agilité pour esquiver la multitude d'objets et de corps qu'elle voyait s'envoler.

— Tu lis dans mes pensées, tiens donc. Mon cher Magnus, tu es plein de surprises ! J'attends avec impatience le jour où tu m'annonceras savoir tricoter avec les pieds. Mais effectivement, porter atteinte à ma tranquillité ou à mon intégrité est généralement une mauvaise idée et je présume qu'il n'est pas compliqué de le savoir. Autant qu'il n'est pas compliqué de savoir que j'aime autant que toi le fait de jouer avec les humains.

Elle n'accorda qu'un vague intérêt à l'homme qui, persuadé de pouvoir atteindre Magnus, vît les résultats de sa propre prétention lui valoir un nez cassé, au moins. Soupira en replaçant doucement une mèche de cheveux derrière on oreille. Eût-elle été humaine et inconsciente de l'existence des vampires, Aranea ne se serait assurément pas risquée à tenter de porter le moindre coup à un homme tel que Magnus. En dépit de son caractère nonchalant et de son apparent détachement, il fallait être aveugle pour ne pas remarquer la force et la précision que dégageaient chacun de ses mouvements. Elle s'en était elle-même parfois retrouvée vaguement soufflée, les yeux rivés sur sa gestuelle et sur sa façon de se tenir. Sur sa façon de sembler facile à atteindre et pourtant impossible à tromper.

Il ne leur fallût pas bien longtemps pour atteindre la forêt, encore moins pour qu'Aranea ne s'étonne de l'audace de Magnus.
Si tant était qu'« étonnée » fût le mot. Magnus était bien trop indiscret et frivole pour qu'elle puisse être surprise par ce genre de proposition de sa part. Néanmoins désabusée, Aranea fît doucement rouler ses yeux et entreprît de défaire son chemisier et ses brassards de cuir sans plus de cérémonie, dévoilant un bustier de dentelle couvrant tout juste sa poitrine et sa taille. Elle ajouta à cela les deux ceintures reliant son haut à son pantalon, retirant toutes les couches superflues avant d'étendre ses muscles.

— C'est bien pour ça que tu relèves plus de l'ours que de l'homme, trésor. Aucune élégance. Ne t'étonnes pas que j'égare malheureusement une de mes lames quelque part par là. Quant à ta bête...

Un sourire. Et elle s'empara nonchalamment de ses griffes pour les glisser à ses doigts.

— J'admets qu'elle semble belle, en effet. Tu n'as pas peur de te casser un ongle ? Je serai sur mes gardes. Sois le aussi, je n'ai aucune envie de devoir traîner ta carcasse jusqu'à la taverne.

Une façon comme une autre de lui intimer d'être prudent. Quand bien même le conseil n'en était pas un, avec Magnus. Pour aussi précautionneux qu'il était, elle n'avait aucun mal à le visualiser découper une bête en morceaux juste pour s'en targuer un peu.

« Dans l'excès, encore une fois. »

Aranea retînt un ricanement amusé et, griffes à la main, s'aventura un peu plus loin à travers la forêt. Libre à lui de la suivre ou non. Elle, était en chasse.

Il ne lui fallût qu'une poignée de minutes pour pister les empreintes laissées par l'animal, à peine plus pour suivre son chemin. Silencieuse comme le vent, Aranea choisît d'emprunter la voie des airs, se hissa sur un conifère, bondît sur une branche, usa de la force de ses bras pour se balancer vers une autre, plus loin, sur laquelle elle se rattrapa souplement, continua jusqu'à atterrir sur un support perché juste au-dessus de l'animal. Tressaillît.

— Ouh... Tu fais effectivement un très joli morceau.

Un grondement sourd fît écho à sa remarque et, sans un mot de plus, elle chercha Magnus des yeux.
© Ran

_________________

Avoir peur de la mort ? A quoi bon. C'est moi qui serait la tienne, pour de bon.

Thanks Magnuuus. ♥️

Aesthetic par Mezamour de ma vie. ♥:
 


Dernière édition par Aranea K. Owens le Dim 10 Sep - 16:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Two beasts hunting other beasts - PV Aranea [Terminé]   Dim 10 Sep - 16:42

Two beasts hunting other beastsAlors qu'il attendait une réaction d'Aranea, il n'eut pas eu besoin d'insister pour en voir. Entre le rire mêlé d'un applaudissement et d'une courbette ainsi que des paroles claires et toujours aussi cassante de la vampire, il s'amusait toujours. Il devait reconnaître que sous ses airs froids et régulièrement distants, elle possédait un sens de l'humour. Un sens assez poussé pour supporter, répliquer et rires à certaines remarques de Magnus. En croisant les bras, écoutant la jeune femme autant que de la regarder, il patientait. Il la fixait de haut en bas en admettant intérieurement que son frère avait du chanceler devant un buste si généreux. Il haussait simplement les épaules en guise de réponse à Aranea avant de la voir bondir dans les airs. Soit, elle allait donc prendre la voie des airs, donc il allait prendre la voie de la terre. C'est alors qu'aussi simplement que possible, tenant sa lame le long de son bras, il courait, pommeau vers l'avant en prenant appui simplement sur des couches d'arrêts ou des rochers. Le fanfaron blagueur et s'amusant de tout laissait bientôt place au chasseur. Il n'était plus question d'amuser la galerie composée d'Aranea, mais bien de pister et de chasseur un gibier imposant et féroce. Il se doutait qu'elle avait déjà dû atteindre la bête quand lui ne faisait qu'arriver avec son épée dans la main, non loin de l'ours. Il levait le visage en faisant un signe bref à Aranea avant de contourner. Il était peut-être doué pour le combat en débitant les adversaires avec rage, mais pour la chasse il savait se montrer plus mesuré. Ainsi d'un pas feutré, en évitant les amas de brindilles ou de feuille-morte, il approchait l'ours le plus gros. Il savait qu'au moindre bruit, les trois allaient attaquer.

Il avançait encore et encore d'un pas lent et une fois à portée, au lieu de sortir sa lame, il fermait les yeux rapidement sans rien dire. On aurait pu penser qu'il était en train de faire encore une fois le mariole pour épater Aranea, alors qu'au final d'un geste sec, il stoppait le plus petit des ours en l'envoyant valser contre un arbre, après avoir saisi sa patte des deux mains. L'animal semblait bien plus hostile qu'il avait voulu le présenter au point que l'une des pattes s'écrasait bien vite sur le crâne de Magnus dans un son de choc. Malgré l'impact et la violence du coup, il était encore entier, avec l'une des griffes encore dans sa chair. Il n'avait pas été imprudent ou excessif, mais ce fameux ours adulte était en fait une mère, ce que même un vampire aguerrit, sauf avec la proximité n'aurai pu deviner en se basant sur les dires de quelques villageois. Il extirpait la patte de son visage lentement non sans grimacer avant de faire signe à Aranea d'attaquer l'animal dans le dos. Il se retrouvait donc bien, à devoir rivaliser encore une fois de plus face à l'ours qui imposait son envergure et sa masse au vampire. Il grimaçait, sa joue saignait, mais rien ne semblait vraiment affaiblir le Suédois. Au point d'en esquiver de justesse le second ours plus petit, mais tout aussi agressif et remonté que son frère encore assommé contre un arbre.

« Non pas que faire du sport en affrontant des ours me dérange, mais serait-il possible que tu m'aides Aranea ? Ils sont un peu trois sur ma carcasse et si tu ne veux pas me traîner à bout de force, je t'en prie, use donc de tes talents sur eux. Et je retiens ta remarque passée ma chère, je n'ai pas peur de tes griffes, elles auraient piètre allure contre mon kata..na. Oh, il se débat l'animal ! Ne le laissons pas répliquer, j'ai assez d'une joue en moins par jour, si possible.»

Luttant encore avec l'ours le plus massif, la femelle et mère, il finissait par pousser l'ursidé d'un coup de botte pour la déséquilibrer et laisser une brèche à Aranea alors que dans un bond, il sautait en frappant sa lame qui se plantait dans sa course aérienne dans le crâne du plus jeune des ours, au moment d'éviter le second. Même si les paroles de Magnus avaient précédemment sonné comme une parole amusée presque ironique, il était on ne peut plus sérieux. Son attitude, sa posture et la lame dans la main après l'avoir extirpé de l'ours inerte en étaient les témoins. Ce que n'avait pas plus prévu la jeune femme que le vampire, c'était que leur vacarme n'amène à eux d'autres spécimen massifs, poilus et imposants n'ayant pas un seul instant envie d'une sorte d'hospitalité a leur égard. Ils étaient peut-être cinq, voir une dizaine de plus autour d'eux. Le visage de Magnus était tranché par une grimace de mécontentement. Il essayait de contenir deux ours à la fois ce qui était malgré lui, une tâche, tout sauf des plus aisées. Même si cela avait aussi l'office de témoigner de son sérieux. Il évitait à chaque coup de la part des animaux, non sans répliquer en les faisant reculer avec sa lame à l'aide de coup tranchant sur la longueur ou en balayant l'air. Ours ou non, il était évident que le vampire ne se prêtait plus à la moindre rigolade, se trouvant dans une posture que même son amie, à n'en pas douter, n'aurait apprécié à sa place. La seule chose qui semblait fendre ce masque de dureté et de froideur, c'était bien la présence de la jeune femme, car sans elle, il n'allait aucunement donner chair de sa peau bientôt. Surtout, si sa lame ne tenait pas longtemps contre ses bêtes agressives et enragées a qui on avait brisé la quiétude.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Vampire

avatar

Messages : 33
Âge du personnage : Un peu plus de neuf cent ans.


Mémoire de vie
Race: Sang-pur
Métier/Rang: Mercenaire.
Statut amoureux: Veuf/Veuve

MessageSujet: Re: Two beasts hunting other beasts - PV Aranea [Terminé]   Dim 10 Sep - 22:53



❝ Two beasts hunting
other beasts.
with Magnus




Si Aranea tendait à aimer les situations plus dangereuses les unes que les autres, celle dans laquelle Magnus venait de se jeter était de loin la plus intéressante à laquelle elle avait pu être confrontée depuis plusieurs siècles, au moins.

« À se jeter à corps perdu comme tu le fais, on fait des erreurs. »

Loin d'être connue pour sa retenue et son flegme, Aranea n'en faisait pas moins preuve d'un semblant d'analyse à défaut d'actions, parfois. Comme maintenant.
Plus qu'un réel geste de précaution, ce simple fait l'avait tirée de situations fâcheuses plus d'une fois et, en dépit de son sang qui bouillonnait dans ses veines, elle observa le déroulement du combat sans trop prendre la peine de bouger, pour commencer. Une mère ourse, deux petits et quelques autres, désormais. Magnus avait le chic pour s'attirer des ennuis bien plus gros que lui.
Elle aurait menti en avançant que la situation ne lui semblait pas aussi exaltante qu'amusante. Outrageusement même. Pourtant, il ne fallût pas plus d'une poignée de secondes pour réviser son choix. Le léger sourire fendant ses lèvres témoignait autant de sa curiosité que de son intérêt pour le combat pour le moins houleux qui se profilait sous ses yeux mais elle n'était pas spectatrice, cette fois. Si elle n'intervenait pas, Magnus risquait d'y laisser plus que son épée et elle aimait mieux son ami en un seul morceau qu'en plusieurs. Fait qu'il ne manqua d'ailleurs pas de lui rappeler.

Perchée sur son arbre, Aranea joua doucement des épaules lorsqu'un vent frais lui apporta l'effluve du sang s'échappant de la plaie barrant la joue du vampire, se ramassa. Bondît.
Ses pieds s'enfoncèrent dans la cage thoracique de la bête que Magnus venait tout juste de renverser, vidant l'ursidé de ses poumons tandis qu'elle relevait sa jambe pour lui écraser son talon sur la gueule.
Un rugissement sourd fît écho à son geste et Aranea esquiva de peu un coup de patte automatique qui lui aurait valu plus qu'une simple entaille sur sa joue pour peu qu'il l'eût touché.
L'animal émît une nouvelle plainte, tenta de se relever...
Déjà, Aranea avait enfoncé ses griffes dans sa chair.

— Si je suis défigurée à la fin de cette chasse, je t'éventre, Magnus.

Sa main remonta en un chuintement poisseux qui ouvrît une plaie immonde sur le ventre de l'animal et elle prît appui sur son arme pour se hisser en direction de la tête de l'ursidé. Frappa.
Quelques secondes s'étaient tout juste écoulées que l'ourse s'effondrait déjà, emportant avec elle la mercenaire qui roula sur le sol pour échapper à un écrasement relativement indésirable.

— Tu m'excuseras du retard j'ai tendance à préférer analyser les situations à défaut d'y foncer tête baissée. Et je ne comptais pas te coller mes griffes dans les f--

Son soupir fût interrompu par un rugissement sur sa droite qui l'alerta juste assez pour qu'elle esquive de justesse un coup qui, à défaut de lui arracher une jambe, tailla une profonde estafilade dans sa cuisse.
Une légère grimace déformant son visage, Aranea se ramassa pour se dérober d'une autre attaque à sa destination, plongea. Ses griffes mordirent l'estomac de l'un des nouveaux ours venus et elle sortît prestement son poignard pour l'envoyer mourir vers un autre ursidé, un peu plus loin, avant de sèchement remonter son autre main.

Jouer sur l'agilité lui aurait valu de potentielles autres victimes, si elle avait été prudente.
Les yeux rivés sur le cuir déchiré et ensanglanté de son pantalon, Aranea oublia totalement l'animal qui, dans son dos, s'effondrait de tout son poids dans sa direction. Elle réagît une demie seconde trop tard, juste le temps de rouler plus loin. De tenter de rouler plus loin.
Un râle rauque s'échappa de sa gorge et elle grinça des dents en sentant ses jambes ployer sous le corps de son précédent opposant. La douleur de sa blessure comprimée lui arracha un frisson désagréable et elle laissa sa tête retomber sur le sol en soupirant bruyamment, avant de tenter de se dégager. Sans succès. L'animal pesait une tonne et, au vu de sa mère, le contraire l'aurait étonnée.

— Honteux. Ca fait trois points pour moi. Quatre si on compte la mère. Fais moi plaisir et fais mieux.
© Ran

_________________

Avoir peur de la mort ? A quoi bon. C'est moi qui serait la tienne, pour de bon.

Thanks Magnuuus. ♥️

Aesthetic par Mezamour de ma vie. ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Two beasts hunting other beasts - PV Aranea [Terminé]   Lun 11 Sep - 16:22

Two beasts hunting other beastsLe visage du vampire était constellé de tache de sang suite au bond et au geste de la jeune gemme. Il essuyait ce dernier, laissant des traces rougeâtres sur sa peau. Son humeur n'était plus aussi joyeuse et en entendant la réplique de son amie, il soupirait, avant de grogner. Alors qu'il avait reculé en voyant le spectacle des capacités d'Aranea, il n'était pas resté sur place à ne rien faire la joue en sang. Comme un déclic désagréable, les paroles de la jeune femme avaient eu le don de l'agacer autant que de le rendre encore moins délicat envers les animaux agressifs. Quand les griffes de son amie n'avaient fait que fendre ou découper la chair sur une vingtaine de centimètres, lui n'y allait pas de main morte. En prenant appui sur un arbre, il évitait l'assaut d'un autre ours avant de lui ôter littéralement la tête du reste du corps dans un coup lourd et puissant. Il n'avait pas la vivacité et l'agilité d'Aranea assurément, mais le poids de sa lame et la force qu'il m'était dans ses gestes étaient tout aussi redoutables. Alors que l'ursidé venait de perdre sa tête, dans un bond sur le côté, le vampire courait vers un autre avant de glisser sous ce dernier en lui ouvrant le ventre du sternum jusqu'au bas du ventre dans un geste puissant et perforant. La bête tentait de se retourner, mais tombait tête la première à ses pieds. Il n'y avait point de rictus, ni de sourire amusé sur le visage de Magnus, au contraire. On aurait pu le croire prit d'une certaine rage de tuer, car il assumait les assauts bien plus que l'avait fait Aranea.

Le nombre d'ours encore en vie ne cessait de croître sans pour autant faire fuir les restants qui ne stoppaient pas leur attaque. Cela avait fini par laisser une question en suspens dans le crâne du vampire : celle de savoir si tous ces ours n'étaient pas de cette mère, morte sur le sol et échouée dans les feuilles. Question qui ne restait pas en surface bien longtemps, car il devait encore en occire plusieurs avant de s'occuper de son amie. Il jugeait bon de tuer les bêtes avant d'aider à sortir de sous la carcasse de l'ursidé qu'elle avait tué, mais aussi pour la punir.

Il n'avait pas apprécié sa remarque pour le coup, car même si le jeu était encore là, il avait été question de sa vie également. En esquivant les attaques des ours non sans les frapper avec ses bottes ou ses poings, il finissait par avoir le dessus. C'était en tranchant la patte puis la gorge d'un premier ours avant de planter sa lame dans le crâne d'un autre qu'il retombait finalement près d'Aranea. Il la fixait longuement sans dire un mot, mêlé d'un sentiment d'agacement et de colère. Finalement, en retirant son épée de la tête sans vie de l'ours, il fauchait l'air faisant fuir les restants. Au final, cette chasse qu'il avait imaginée comme amusante et des plus sportives, n'avait surtout été que plus dangereuse. Il posait son arme le long d'un arbre en entendant les ours courir dans la direction opposée à la leur. Il espérait que cette fuite ne soit pas un prétexte pour qu'une autre bande d'ours composée des fuyards reviennent pour un assaut, car dans ce cas, cela serait une boucherie. Il glissait ses mains sous le corps de l'ours dans un son d'effort avant de soulever la carcasse pour la lancer contre les autres animaux morts, sans grand mal. Il prenait sans même demander à Aranea son poignet avant de la soulever pour la soutenir de son épaule.

« J'espère que tu es fière de toi, avec ton arrogance mal placée pour le coup, j'ai remonté le score de 4 - 0 à 4 - 4. Encore que cela reste en suspens vu que je t'ai donné la mère en cadeau dans mon geste. Et ton honteux, je pourrais aisément te proposer d'en faire quelque chose, mais je vais me contenir. J'ai la joue en sang, ta jambe est ouverte comme un gigot alors pour le coup, je vais retenir les injures qui me scient le crâne. »

Il la portait donc en enjambant les cadavres de leur chasse et de leur affrontement avant de la poser contre un arbre, pour faire de même. Assis en tailleur, il avait maintenant les mains sur l'avant des cuisses. Son visage ne perdait pas de cet air agacé, autant par son sourcil froncé que par le manque de sourire sur son faciès. Il soupirait en posant le crâne contre l'écorce de l'arbre qui leur servait de siège, de repose-tête et de moment pour souffler. Il fixait l'horizon sans porter son regard sur Aranea, en vérifiant que son pressentiment quant au retour des ours ne soit pas fondé. Pas l'ombre d'un ours dans les environs, ce qui voulait dire que leur combat avait une fin. Il ne se pardonnait pas un seul instant d'avoir eu un moment de faiblesse aussi bien face à de vulgaires ours que devant le regard de la vampire. Sa fierté d'homme et de combattant en avait pris un coup, et même s'il devait reconnaître l'efficacité d'Aranea, il n'allait pas pour autant en faire les éloges. Il finissait par tourner son visage vers elle, d'abord en silence. Il fermait les yeux en soufflant avant de les rouvrir sur une mine amère.

« Tu as vu ce que cela donne de faire ton arrogante en pleine chasse, tu as failli y perdre un membre tout au plus. Je sais que je n'ai aucun droit de m'emporter sur ta personne Aranea, mais je dois avouer que pour le coup, cela passe très mal. Il n'était pas question que de la chasse, mais de ma vie aussi. Tu en viendrais à me faire douter de ce que je peux constituer dans ton existence et crois-moi, ce n'est pas tous les jours que je fais des remises en question. »

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Vampire

avatar

Messages : 33
Âge du personnage : Un peu plus de neuf cent ans.


Mémoire de vie
Race: Sang-pur
Métier/Rang: Mercenaire.
Statut amoureux: Veuf/Veuve

MessageSujet: Re: Two beasts hunting other beasts - PV Aranea [Terminé]   Mar 12 Sep - 15:15



❝ Two beasts hunting
other beasts.
with Magnus




Aranea lui aurait presque arraché la tête avec ses dents. À lui. Pire encore, elle la lui aurait arrachée pour la coller dans les entrailles de l'un des cadavres gisant dans le bain de sang et de viscères autour d'eux.
Un véritable carnage. Si elle avait fait dans la finesse et la propreté, en dépit de l'hémoglobine qui tâchait sa peau et ses vêtements, Magnus n'y était pas allé de main morte et elle se devait d'admettre qu'il faisait un combattant aussi redoutable que... Terriblement détestable, sur l'instant. De la mauvaise foi, peut-être ? De la frustration ?  
Elle n'eût aucun mal à comprendre sa contrariété. Loin de là, même. Cependant, accepter d'encaisser ses erreurs à lui lui laissait un arrière goût amer sur la langue et elle roula simplement des yeux en se laissant glisser contre l'arbre où il la déposa.

— Pour commencer, et tu me vois navrée de t'apprendre que le monde ne tourne pas autour de toi, ce « honteux » ne te concernait pas, et j'apprécierais sincèrement que tu gardes tes propres erreurs pour toi.

Sa voix avait été aussi dure qu'un diamant brut, emplie d'une insatisfaction sourde qu'elle préféra taire en fixant calmement sa cuisse.
La plaie taillée dans sa peau était aussi écœurante que douloureuse, presque irréelle. Plus que la laideur de la chose en elle-même, c'étaient les circonstances de l'arrivée de cette blessure qui la firent grimacer. Elle s'était faite avoir de façon aussi grotesque qu'inattendue, avait porté une erreur de jugement, une seule, qui lui avait été fatale.

« Chier. »

Le flot de sang qui s'écoulait de sa cuisse lui fît presque tourner de l'oeil et elle releva la tête sans plus attendre pour fixer les quelques morceaux de ciel paraissant entre les entrelacs au-dessus d'eux.
Être confrontée à ses propres bêtises l'exaspérait déjà bien assez, Magnus n'avait sincèrement pas besoin d'en rajouter.  

— Le fait que ma jambe soit « ouverte comme un gigot » est le fruit de ma propre stupidité, je l'admets. Je suis arrogante mais pas de mauvaise foi. Ceci dit, si tu tiens tant que ça à douter de ce que tu peux constituer dans mon existence, je ne te dirai qu'une chose.

Elle se redressa, joua de ses épaules pour les dénouer un peu avant de glisser son regard sur le visage, amoché, de son ami.

— Tu as commis deux erreurs, qui ne sont pas de mon fait. La première a été de te jeter tête baissée dans un affrontement sans prendre le temps de l'analyser. La deuxième, de ne pas avoir pris en compte les éléments alentours qui pouvaient jouer en notre défaveur. Qui plus est j'estime que, puisque je viens presque de perdre l'une de mes sublimes jambes en mettant mon arrogance, qui au passage n'a rien à voir là-dedans, de côté, je n'ai pas à subir ta mauvaise humeur, ta contrariété et encore moins ta mauvaise foi. Si je ne tenais pas un tant soit peu à ta vie, Magnus, je t'aurais laissé te faire tuer sans prendre le risque d'être blessée.

Sa tirade s'acheva dans un soupir excédé et elle grinça des dents avant de laisser sa tête retomber contre l'arbre derrière elle. Elle s'était emportée, un peu. Son propre échec écrasait sa fierté, palpitait au creux de sa cuisse comme un douloureux rappel de son inattention et de sa prétention. Ce qu'il fallait pour lui démontrer qu'elle avait encore beaucoup à apprendre, et qu'elle s'effondrerait à chaque fois qu'elle penserait être arrivée au bout de ce qu'une éternité de découverte lui offrait.

— Je n'ai pas envie de m'énerver non plus, Magnus, même s'il est déjà trop tard pour ça. Mais tu devrais apprendre à remettre en doute tes propres fautes avant de vouloir pointer les miennes du doigt. Même si j'admets avoir mal agi en te laissant seul au début, je préfère ne pas savoir ce qu'il se serait passé si nous avions tous les deux foncé tête baissée. J'ai tué cette ourse justement parce qu'elle ne m'avait pas remarquée, je te ferai savoir.

Son ton s'était apaisé, adouci. Quand bien même il n'était plus bienveillant que d'ordinaire, Aranea avait laissé la place à un semblant de délicatesse dans sa voix et elle s'éclaircît doucement la gorge avant de reprendre :

— Ceci étant dit... Je pense que tu devrais profiter du repas.

Elle avait apporté les nuages. Elle attendait la tempête. Et autant dire qu'elle était bien prête à la contrer.
© Ran

_________________

Avoir peur de la mort ? A quoi bon. C'est moi qui serait la tienne, pour de bon.

Thanks Magnuuus. ♥️

Aesthetic par Mezamour de ma vie. ♥:
 


Dernière édition par Aranea K. Owens le Jeu 14 Sep - 11:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Two beasts hunting other beasts - PV Aranea [Terminé]   Mar 12 Sep - 16:53

Two beasts hunting other beastsIl ouvrait les yeux en constatant par les paroles d'Aranea que les paroles de cette dernière n'avaient pas été de base en sa direction. Il avait comme parfois entre eux, mal interprété ses paroles et donc mal compris ce qu'il n'aurait pas dû. En encaissant les mots durs et bruts de la vampire, il soupirait en massant sa joue sur laquelle commençait à sécher le sang en partie. Il fronçait les sourcils aux paroles de la jeune femme avant de finalement détendre ses grimaces et les muscles de son visage dans un long soupir. Il posait ses mains sur ses propres jambes en fixant aussi bien le tas de cadavres d'ursidés face à eux que le ciel en levant les yeux. Il savait qu'elle avait raison, et même si cela le dérangeait au plus haut point de l'avouer, avec sa fierté mal placée, il devait le reconnaître. Foncer dans la masse n'avait eu que comme résultat de le placer dans les ennuis, encore plus vite qu'auparavant. Il était devenu négligent, trop inattentif et rien que de s'en rendre compte en continuant de prendre le flot de paroles d'Aranea, le laissait songeur. Il soupirait une nouvelle fois en essayant de se lever non sans grogner sous la douleur dans son dos, mais aussi la sensation de courbature dans tout son corps. Avoir effectué de tels assauts sur ses animaux avaient eu comme toujours des répercussions physiques. Affronter de telles bêtes imposantes en usant de sa force, avait épuisé le vampire qui en laissant Aranea finir ses mots, s'avançait vers les animaux avant de bifurquer.

D'un pas lent, il retournait à l'orée où ils avaient laissé leurs vêtements afin de les emporter avec lui. Le retour fut aussi calme que l'allée et en posant tout leurs vêtements devant eux, en évitant de les poser dans le sang présent sur les feuilles, il fixant Aranea. Il avait bien vu que la douleur et l'aspect de sa blessure ne lui faisait rien de bon. Il n'avait encore rien dit, mais en fouillant dans sa longue veste dans laquelle il accrochait toujours quelques soins, il en sortait des plantes et une bande de tissu. Il glissait alors sa jambe sous celle de la vampire pour la surélever un peu afin d'appliquer ses soins non sans avoir un air neutre sur le visage. La rancœur avait eu le mérite de partir en même temps que les paroles d'Aranea. Il se devait d'arrêter d'être de mauvaise foi et de reconnaître qu'il avait été hâtif, irréfléchi et qu'il avait lui-même crée la situation la plus dérangeante pour eux deux. Sans toujours rien dire, il prenait l'une des mains d'Aranea pour la poser, agrippé sur son épaule. Au moins, si la douleur lui prenait pendant que Magnus s'occupait de soigner sa blessure à la jambe, elle aurait de quoi passer ses nerfs. Il avait sans nul doute offert à son amie une énième occasion de constater que ses muscles n'avaient pas qu'un but décoratif, car sa musculature était aussi bien taillée qu'épaisse. Il passait plusieurs minutes à panser la blessure sur la jambe d'Aranea avant de retirer sa propre jambe de sous la sienne pour se remettre contre l'arbre.

« Tu veux dire, ON devrait profiter. Je pense que tu mérites autant que moi, voir plus un morceau de leur viande. J'ai été un sacré idiot pour le coup. J'ai foncé, j'ai surestimé ses bêtes et voilà où on en est. C'était de la mauvaise foi je dois le reconnaître, mais comme parfois, j'ai compris de travers tes mots. Je pense que si nous avions foncé tous les deux, il y aurait eu des corps en plus, des autres cadavres. Oui, je n'avais pas à douter de toi, mais la colère et l'agacement n'ont jamais été bénéfique pour moi. Tu veux que je te donne ton chemisier ? Non, je n'essaye pas de me faire pardonner d'avoir été aussi écervelé qu'une souche d'arbre, mais je pense que j'en ai assez fait pour un moment. »

Il se levait, sans rien ajouter, en posant le chemisier d'Aranea sur les jambes de cette dernière puis s'avançait vers la dépouille de tous les ours afin de vérifier ceux qui pouvaient encore servir de repas. En soupirant, il retournait prendre son épée, la fatigue sur le visage et une vilaine marque sombre sur son dos. Il fixait son arme avant de finalement la laisser valser à sa droite, heurtant un arbre. Il s'accroupissant en sortant une dague de contre sa botte puis commençait alors à découper les morceaux susceptibles d'être comestible pour les déposer dans un tapis de feuilles et de branche maladroite. Il tentait d'improviser un plat, mais sans être inexpérimenté, la fatigue, la colère passée et la situation n'aidaient pas le vampire à être concentré. Après une bonne dizaine de minute à passer de cadavre en cadavre, il avait fini par récolter de quoi avoir un repas suffisant. Sous les yeux de la jeune femme, il soulevait les corps des ours afin de les poser plus loin. Un à un, ils les déposaient près d'un trou qu'il avait entamé avait de s'occuper des corps. Une fois les corps enterrés et l'espace suffisant, il ramassait des pierres un peu partout autour d'eux, puis du bois avant de faire un feu. Cela prouvait qu'il avait envie de calmer le jeu tout autant qu'elle, car mine de rien, il venait de préparer, bûche comprise de quoi manger, assis et près d'un feu. Il se tournait vers Aranea.

« Veux-tu de l'aide pour venir près du feu ou ça ira ? Je suis las d'avoir été un sot une bonne partie de la journée, alors, soit franche comme toujours. De toute façon après avoir risqué nos peaux, passé pour un homme irresponsable, je doute d'être à ça près. Il ne manquerait plus qu'un des idiots de mon frère pour garnir le tableau et ça aurait été, en omettant ta présence, une journée détestable. Pas étonnant que je ne trouve personne, avec un agissement pareil. Je suis sûr qu'il doit en rire s'il me voit ou apprend ça. Enfin bref. Je m'occupe de la cuisine du coup.»

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Vampire

avatar

Messages : 33
Âge du personnage : Un peu plus de neuf cent ans.


Mémoire de vie
Race: Sang-pur
Métier/Rang: Mercenaire.
Statut amoureux: Veuf/Veuve

MessageSujet: Re: Two beasts hunting other beasts - PV Aranea [Terminé]   Jeu 14 Sep - 16:04



❝ Two beasts hunting
other beasts.
with Magnus




Si Magnus avait été quelqu'un d'autre, le genou d'Aranea lui aurait percuté la mâchoire avec une telle violence qu'il aurait très probablement décollé sur cinq mètres. En plus de se récolter un potentiel déboîtement aussi disgracieux que douloureux. Elle avait détesté sa façon de lui parler, sa mauvaise foi et le contact qu'il exerçait désormais sur sa peau, quand bien même il l'aidait. Autant qu'elle avait cru qu'elle allait l'éventrer, lorsqu'il s'était éloigné pour finalement revenir avec leurs vêtements, quelque minutes après.
Pas étonnant, mais sa colère lui broyait la poitrine avec tellement de force qu'elle s'en surprenait elle-même. Néanmoins, et parce qu'elle était certes arrogante mais pas ingrate, la mercenaire se contenta d'un soupir excédé pour toute réponse au frisson que le contact de son ami fît courir sur sa peau, ferma les yeux.
Inutile de continuer à remuer le couteau dans la plaie, elle en avait fait bien assez. Quand bien même elle se sentait toujours aussi remontée.

Les dents légèrement serrées, Aranea n'enfonça qu'à peine ses doigts dans la peau de Magnus, trop fière pour montrer que sa plaie lui faisait assez mal pour lui donner envie de trancher la tête au prochain être vivant qui ouvrirait sa bouche pour lui parler. Trop fière pour accepter une erreur qui lui avait presque causée la disparition pour le moins inopinée de l'un de ses membres.
Dire qu'elle était frustrée au possible était autant un mensonge qu'un euphémisme : Elle bouillonnait. Contre elle-même et contre son manque de raisonnement comme de vigilance. Contre son étourdissement et son trop plein de confiance.

Alors elle ne souffla pas plus d'un « Merci » lorsque Magnus déposa son chemisier sur ses cuisses en la relâchant, se rhabilla en essayant d'oublier sa fierté piétinée par une vanité un peu trop prononcée, les yeux rivés sur la silhouette de Magnus. Inutile de lui demander comment il se sentait, la façon dont il venait d'envoyer valdinguer son arme parlait pour lui et Aranea ne pût s'empêcher d'arquer un sourcil incrédule. Force était de constater qu'il était lui-même effectivement mal à l'aise de la situation dans laquelle ils avaient fini.

Néanmoins, elle se garda de tout commentaire et observa le spectacle avec un calme presque serein avant qu'il ne se retourne finalement vers elle. Sa remarqua arracha un léger froncement des sourcils à Aranea et elle haussa doucement les épaules en tournant la tête.

— Arrête de te lyncher. Tu as pris conscience de tes fautes, j'ai pris conscience des miennes, l'affaire est réglée. Tu remues le couteau dans la plaie tout seul. Ton frère n'a rien à voir dans cette histoire, pour ne pas dire que je n'en ai absolument rien à foutre. Et tu ne trouveras effectivement pas de femme en te sous estimant comme tu le fais.

Elle soupira, la mâchoire serrée, tenta de se relever en se tenant à l'arbre contre lequel elle était appuyée.

— Tu es borné, têtu, mauvais tête, de mauvaise foi et... Un peu trop impulsif, oui. Mais, et écoute moi bien parce que je ne te le dirai qu'une seule fois : Ton côté attentionné et ta capacité à revenir sur tes actes en plus de reconnaître tes erreurs compense bien assez tout cela. Auquel cas... Je crois que j'aurais traîné ma carcasse plus loin, fière de mon auto-suffisance pour te faire comprendre que je n'ai plus aucune envie de te fréquenter. Et je pense que tu me connais assez bien pour avoir conscience du fait que je ne te l'aurais pas fait comprendre que de cette façon-ci.

Une légère grimace déforma son visage et elle tendît une main vers lui, les yeux clos sous la frustration.

 J'accepte ton aide, cela étant dit. Je n'ai pas envie de m'essayer à marcher, j'ai eu mon quota d'humiliations pour la journée et toi aussi alors... Arrêtons d'en parler, mangeons, rentrons et... Je crois que demain je vais passer ma journée au lit et... Au vu de ce que tu as l'air de te traîner dans le dos... Toi aussi.
© Ran

_________________

Avoir peur de la mort ? A quoi bon. C'est moi qui serait la tienne, pour de bon.

Thanks Magnuuus. ♥️

Aesthetic par Mezamour de ma vie. ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Two beasts hunting other beasts - PV Aranea [Terminé]   Jeu 14 Sep - 17:58

Two beasts hunting other beastsIl encaissait les paroles d'Aranea en hochant la tête avant de s'approcher d'elle. Seules leurs respirations, la douleur discrète, mais audible de la vampire ainsi que le bruit des feuilles et des pas de Magnus résonnaient dans la forêt. Il n'y avait pu l'ombre d'un ours en quête de combat ou de vengeance, mais juste deux vampires lessivés et humiliés. Il tirait légèrement sur le bras d'Aranea avant de la décoller du sol en la portant sous le fessier, la calant sur ses avants bras. Il la portait en travers de lui, perpendiculairement, mais on sentait que même avec de la fatigue, il n'avait aucun mal à le faire. Il restait immobile quelques minutes en attendant qu'une légère bourrasque de vent cesser d'agiter le feu avant de se laisser tomber sur le tronc massif. Faisant office de siège de fortune, il s'y asseyait mollement sans lâcher au départ la jeune femme. Son visage était tiré par une certaine fatigue, mais aussi par la réflexion de ce qu'avais pu prononcer auparavant Aranea. Il restait un peu songeur en entourant un peu plus Aranea de ses bras avant de cligner des yeux, froncer les sourcils et la déposer à côté de lui. Il se mettait toujours en silence à tourner ce qu'il avait préparé dans un plat de fortune, fait dans les os de certains ours. Il avait le talent d'avoir réussi à faire des cadavres un ustensile sans pour autant s'en vanter un seul instant. Le visage calme, il levait alors les yeux en direction de l'horizon avant de soupirer encore une fois. Il savait qu'il allait devoir tout comme elle rentrer, se laisser tomber dans un lit sans sommation et se reposer.

« J'ai bientôt fini notre ragoût d'ours de toute façon, il reste seulement quelques minutes et ça devrait aller. Tu sais même en me surestimant, je n'en trouve pas. D'ailleurs, tu ne t'es jamais demandé pourquoi je n'avais jamais cherché à trouver une femme, avec le charisme et la grande gueule que j'ai ? Le chagrin. »

Il coupe volontairement ses paroles sur ce dernier mot en surveillant à nouveau le ragoût qui cuit et délivre une odeur agréable aux narines des deux vampires. Il avait bien des défauts, mais devant les yeux d'Aranea, sans savoir ce qui le poussait vraiment à le faire, il se montrait différemment. Loin de l'image du vampire fêtard, instable et amusant la galerie. Il apparaissait comme sérieux, presque sage et mesuré au tableau duquel on pouvait ajouter cuisinier de fortune, pour le coup. Terminant de tourner le liquide d'une couleur indescriptible, mais dont les muscs donnaient l'état de ce dernier, le vampire posait sa cuillère de fortune en soupirant. Il se passait une main sur les cheveux avant de reposer ses yeux sur l'horizon encore une fois en silence. Il avait le regard plus grave et le visage plus fermé qu'auparavant et pour cause, la main sur le tronc non loin d'Aranea, il avait agrippé le bois, le brisant légèrement sous ses doigts dans un craquement. Il prenait le risque au passage de se mettre des échardes dans les mains, mais sur l'instant, ce n'était pas la priorité. Il fermait les yeux avant de souffler longuement.

« Certains verront dans ce que je vais dire de la faiblesse, d'autres de l'attachement inconsidéré, mais tant pis. J'ai aimé une femme, une princesse. Elle était l'une des princesses de l'empereur du Japon quand j'étais encore au début de mes voyages pour Cadis. Je voulais connaître tous les pays, allé partout, mais au fil du temps cette envie a été étouffée dans l'œuf. D'abord, par les responsabilités qui malgré moi me rattachait aux Aegirssons, et ensuite parce que je m'étais lassé de tant voyager. Au Japon donc, j'ai fait la rencontre à force de m'intégrer dans la populace d'une jeune femme. Si je te l'avais présenté, tu aurais pu croire à une sans toit, avec ses haillons, pourtant, c'était une princesse. Si au départ, je l'ai courtisé, quelque chose en moi à changer à force de la côtoyer et au bout d'un moment peut être quelques mois, je l'ai désiré pour moi, je l'ai aimé. Elle me reprochait comme toi d'être extrême et susceptible, mais reconnaissait que même si je l'étais, j'aimais aller au bout des choses et de finir le travail. Je l'ai revu encore et encore tout en me faisant au final une place à la cour, plus pour elle que pour aider mes pairs. J'ai fini par devenir conseiller de l'empereur et de sa femme. Hélas, l'année suivante, une lourde épidémie a balayé la cour et touché cette princesse, Ayame. J'aurais pu fuir, mais je suis resté… À son chevet jusqu'à son dernier souffle. Voilà l'une des raisons qui me pousse à ne plus m'attacher à une femme comme avant. De peur de la perdre ou de la mener à sa perte… »

Il retirait sa main du bois, laissant une large plaie non-naturelle dans l'écorce devenu lisse, emmenant au passage des parts de cette dernière dans la peau de ses doigts. Il avait retenu sans doute trop longtemps cette tension, car bientôt, des larmes trahissaient un chagrin bien trop enfoui et sans aucune pudeur, le voilà qui laissait ses larmes salées perler sur son visage. Sous la joie, l'arrogance et la fureur guerrière, un profond remord et une peine le rongeait sans nul doute. Une preuve que dans sa chair vampirique, existait encore un être doué de sentiment et d'amour.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Vampire

avatar

Messages : 33
Âge du personnage : Un peu plus de neuf cent ans.


Mémoire de vie
Race: Sang-pur
Métier/Rang: Mercenaire.
Statut amoureux: Veuf/Veuve

MessageSujet: Re: Two beasts hunting other beasts - PV Aranea [Terminé]   Jeu 14 Sep - 20:07



❝ Two beasts hunting
other beasts.
with Magnus




Les mots de Magnus s'écrasèrent sur la tête d'Aranea aussi violemment qu'une douche froide.
Balayèrent sa colère et sa frustration comme un amas de poussières. Soufflé par le vent.
Elle n'avait pas bronché lorsqu'il avait brièvement resserré son étreinte autour d'elle, peu avant. Pas plus lorsqu'il l'avait posée près de lui d'une façon toute aussi fugace et vaguement étonnante. Le comportement de Magnus relevait parfois d'inepties qu'Aranea avait arrêté de chercher à comprendre, quand bien même cette proximité était une grande première.
Pourtant, et en dépit de son semblant d'indifférence, la mercenaire sentît presque son cœur éclater lorsque Magnus s'effondra près d'elle.
Inutile de feindre la surprise qui avait coloré ses yeux particuliers. Autant qu'il lui était inutile de poser les dizaines de questions qui se suspendaient à ses lèvres, sans qu'elle n'arrive à les formuler.

Comment ? Pourquoi ? Quelle maladie ? Quand ? Comment est-ce que tu le vis ?
Est-ce que ta douleur a fini par s'atténuer ?


La réponse était aussi poignante qu'évidente, hurlée par les larmes, silencieuses, que Magnus avait fini par laisser rouler sur ses joues.

Son cœur battait à grands coups lancinants dans sa poitrine et, sans un mot, Aranea ferma les yeux. Échappa aux souvenirs qui brûlaient ses paupières pour rendre son présent un peu plus douloureux. Tenta d'ignorer les mots qui résonnaient dans sa tête pour lui jeter au visage qu'elle le ressentait, qu'elle comprenait, qu'elle savait autant que lui qu'une vie ne serait sûrement jamais assez pour l'accepter.
Que son âme pleurait autant que ses yeux, lors des nuits où Ian venait bercer ses rêves de promesses d'amour qu'il avait finalement brisées, en lui échappant comme il l'avait fait.

Comme lui, elle avait aimé. Comme lui, elle avait vu cet amour partir avec celui pour qui elle l'avait porté. Deux fois.
Aranea soupira, rouvrît ses yeux pour les glisser sur le feu qui crépitait à ses pieds.
Elle voulût se taire, l'écouter, attendre que sa peine et ses larmes se tarissent, sans bouger.
Les mots jaillirent de ses lèvres, sans qu'elle n'arrive à les arrêter.

— C'est une blessure qui ne cicatrice jamais.

Sa voix s'était éteinte dans un soupir. Écrasante de peine et d'une faiblesse qu'elle tenta vainement de voiler. Rien ne pourrait le guérir. Rien ne pourrait refermer le gouffre qui s'était ouvert dans son propre cœur et, à ce titre, elle n'avait aucun moyen de le consoler. Rien ne pourrait altérer la douleur s'il n'en avait pas envie et elle le savait. Plus encore, elle le vivait.

« Tu fais une piètre amie. »


Mais les gestes valaient mieux que la parole et, sur cette pensée, Aranea se redressa souplement pour se laisser glisser près de Magnus, incapable d'autre chose que de simplement le regarder. Elle tenta de bouger, glisser sa main contre sa joue pour au moins essuyer les larmes qui y roulaient...
La perspective la fît frissonner et, prise de court, elle se mît à trembler.

— Entre nous... Je serais mal placée pour te faire la leçon à ce sujet.

Un sourire crispé étira ses lèvres, lourd de la peine qui étouffait son cœur. Aranea grimaça, releva ses bras.
Son étreinte se referma autour de Magnus et, dans un geste empreint d'une étonnante délicatesse, elle le ramena contre sa poitrine, souffla.

— Prends le temps qu'il te faudra.

Elle n'était pas connue pour ses démonstrations d'affection. Pas plus pour sa tendresse et son attention. D'aucun la voyaient comme une femme froide là où d'autres la considéraient comme un esprit aussi sauvage que délié de tout ce qui l'enchaînait. Comme un électron libre et amoureux de tout ce qui la poussait à avancer.
Pourtant, et en dépit de cette liberté qu'elle désirait tant posséder, son passé lui avait fermé des portes qu'elle contournait sans jamais tenter de les crocheter. Sans jamais vouloir s'en approcher.
En dépit de son arrogance et de son cynisme, Aranea était une femme aussi douée d'émotions que d'incapacité à les exprimer.

Alors, sans rien ajouter, elle glissa calmement ses doigts dans les cheveux de Magnus, elle-même surprise de l'instinct presque maternel qui l'avait amenée à faire ce qu'elle faisait.
© Ran

_________________

Avoir peur de la mort ? A quoi bon. C'est moi qui serait la tienne, pour de bon.

Thanks Magnuuus. ♥️

Aesthetic par Mezamour de ma vie. ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Two beasts hunting other beasts - PV Aranea [Terminé]   Jeu 14 Sep - 23:15

Two beasts hunting other beastsImmobile devant le feu à tremper le tissu de son pantalon et de sa longue veste bleue, il restait muet. À quoi bon parler quand les larmes, ces derniers mots et le chagrin sur son visage parlaient pour lui ? Il continuait de fixer le feu les yeux humides avant de l'entendre. Elle tentait tant bien que mal de réconforter un cœur brisé par les siècles de peine de cœur, et même s'il n'était pas dans un état propice à l'attention, il devinait qu'elle parlait en connaissance de cause. Il savait qu'elle n'était pas une sans-cœur et qu'elle devait avoir elle aussi risquée la passion avec des mortels. C'était l'une des raisons qui donnait tant envie au Suédois de côtoyer les humains, leur mortalité ne les rendait pas plus pitoyables et bien souvent de bonne compagnie. Il enviait par moment leur fragilité et le fait que leur vie avaient une fin bien plus rapide que celle de ses confrères, d'Aranea ou de lui-même. Errer sur la terre en s'y amusant n'était intéressant qu'une partie de cette fameuse existence, le reste n'était qu'un exil de peine et d'un froid mordant. Il avait perçu la main d'Aranea et son rapprochement, mais il n'était pas en état de dire quelque chose alors il se montrait presque docile, presque trop faible.

Plus que la proximité, ce fut le fait de se sentir entre les bras de la jeune femme puis contre son buste qui furent ouvrir un peu plus les yeux de Magnus. Encore une fois, les yeux humides, il se laissait docilement poser contre elle en l'écoutant toujours, le chagrin ne cessait son assaut et son courroux sur ce guerrier qu'on pensait je-m'en-foutiste et difficile à briser sentimentalement. Il fermait alors légèrement les yeux en sentant les doigts de la vampire dans ses cheveux, comme légèrement apaisé de voir qu'elle savait lui offrir cette part des plus maternelle et douce quand il avait le droit de la mériter. Il ne cessait pas de pleurer, risquait de tremper la jeune femme au passage, mais intérieurement, il lui devait un merci. Sa présence à cet instant, son attention, n'était sans doute pas chez tous les vampires qu'il pouvait connaître. Il levait une de ses propres mains avant de prendre celle d'Aranea et d'entrelacer ses doigts pour coller leur main contre son torse, au niveau du cœur. Bien plus qu'un geste peut être considéré comme attendrissant, cela avait un sens pour Magnus. Un sens qu'il espérait assez clair pour que la mercenaire comprenne sans avoir à lui expliquer et prendre le risque d'ouvrir la plaie un peu plus profondément.

« Effectivement même après plus de 300 ans au bas mot… Cela n'a pas guéri… Je confirme.. »

Il serrait un peu plus sa main contre celle d'Aranea en reniflant avec un manque d'élégance flagrant. Il restait sur la jeune femme avant de soupirer. Il essayait de se calmer, mais le chagrin et le fait d'avoir parlé de cette Ayame, de cette princesse dont il était éperdument amoureux, n'avait fait que rouvrir cette plaie du passé. Il la revoyait, son sourire d'orient, ses yeux en amande et ce teint dont il ne savait se passer plus que de sa voix. Il profitait bien malgré lui de cet instinct maternel surprenant chez la jeune femme vampire sans pour autant relever ou mêle se permettre un commentaire. Ce moment, rare et sans doute indescriptible par les deux acteurs baignés dans la tristesse, allait sans doute les marquer. Cela n’allait pas changer leur relation ou les piques qu’ils pouvaient si régulièrement s’expédier au visage, mais présageait que les minutes voire les heures suivantes ne seraient pas propices à ce genre d’affrontement verbal. En laissant son autre main vers le sol, Magnus voyait alors des piécettes tomber et un nouveau soupir lui échapper. Il n’avait pas la force de les ramasser, mais leur nombre lui indiquait que dans son arrogance passée à la taverne, il n’avait pas payé assez. Il cherchait les mots suffisamment, mais empli de la douleur du passé, il ne savait dire autrement qu’avec franchise et sérieux.

« J’ai pris déjà 300 ans pour tenter de faire le deuil… Mais c’est difficile. Je ne permettrais pas de dire que tu es mal placé, je devine que toi aussi… Tu as dû connaître le chagrin. Je te l’ai dit Aranea, nous nous ressemblons bien plus que les gens le pensent… C’est ce qui nous a toujours permis de nous comprendre et de suivre le même courant. Hun, ne m'en veux pas, mais… je crois que sois nous devrons dormirais ensemble soit je dormirais sur le sol afin de ne pas t'imposer plus ma proximité… Mon arrogance n'a pas payé assez pour deux chambres et le temps de rentrer, il sera trop tard… Aranea, parfois, je rêve que j'ai succombé à cette épidémie et que l'on m'a enterré avec elle… Je rêve de trouver un moyen de perdre la vie… Mais je sais aussi… Que des gens comptent sur moi… Comme toi. »

Ses yeux encore humides se posaient sur ceux d'Aranea comme pour souligner ses mots. Il n'essayait pas d'ironiser, ni de la prendre par les sentiments, il était juste on ne peut plus sérieux. Il avait laissé ce chagrin posé le Magnus des beaux jours un peu plus loin et s'ouvrir à celle qui a cet instant et pour bien des raisons méritait bien de voir ce qu'il était vraiment. Ce qu'il cachait sous des faux airs, sous des remarques et sous des artifices de vampire. Deux âmes en peine d'un amour perdu qui au final s'était depuis le début bien trouvé.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Vampire

avatar

Messages : 33
Âge du personnage : Un peu plus de neuf cent ans.


Mémoire de vie
Race: Sang-pur
Métier/Rang: Mercenaire.
Statut amoureux: Veuf/Veuve

MessageSujet: Re: Two beasts hunting other beasts - PV Aranea [Terminé]   Ven 15 Sep - 12:30



❝ Two beasts hunting
other beasts.
with Magnus




Le visage d'Aranea s'était fermé au même titre que son cœur, broyé dans sa poitrine.
Si les larmes de Magnus avaient eu le mérite de l'attendrir, c'était finalement sa mémoire qui, en plus de l'amener à resserrer son étreinte, ne manquait pas d'un peu plus l'achever.
Les visages d'Even et Ian assombrissaient ses paupières sous une avalanche de souvenirs, déchiraient son âme, engloutissaient son conscient... Elle frissonna tout doucement lorsque les derniers mots de son unique amour et époux percutèrent de nouveau son crâne. Souffla.
Elle n'avait pas le temps de pleurer. Ne voulait pas pleurer. Ian était un fantôme qu'elle avait laissé au fond de son lit lorsqu'elle s'en était extirpée, le matin même. Et elle n'avait aucune envie qu'il vienne hanter les rares instants au cours desquels elle pouvait s'éviter d'y penser.

 Tu en aimeras une autre. C'est comme ça que ça marche de toute manière. Même si tu ne peux pas oublier, tu finiras par aimer une autre femme, jusqu'à la perdre elle aussi. C'est le cycle infernal dans lequel vivent ceux qui peuvent se targuer d'être nés éternels.

Difficile de mettre plus de rancœur dans une seule phrase. Elle détestait cette pseudo immortalité, ces neuf cent ans passés et tout ce qui faisait d'elle ce qu'elle était. Elle avait joué avec sa vie plus d'une fois, avait tiré sur ses limites pour chercher jusqu'où elle pourrait aller avant de s'effondrer. Sans jamais y arriver. Elle ne voulait actuellement pas mourir plus que que n'importe quel homme mais combien de fois n'avait-elle pas simplement espéré devenir humaine, elle aussi ?

Les lèvres déformées en une légère grimace, Aranea accueillît les mots de Magnus avec un léger haussement d'épaules aussi fugace que désabusé. Partager la même chambre que lui ne la dérangeait pas plus que de raison et, au pire des cas, elle pourrait simplement rentrer chez elle. Fait qu'elle se garda de souligner au vu de l'état, pour le moins attristant, dans lequel il était. Couplé à la douleur lancinante dans sa cuisse, l'idée de faire route jusqu'à sa petite maison lui faisait relativement moyennement envie, et elle soupira donc légèrement en retirant ses doigts des cheveux de son ami. De toute manière, elle lui avait accordé plus qu'une simple soirée en sa compagnie.

 Avant de vouloir vivre pour les autres, tu devrais vivre pour toi.

Elle se garda bien d'ajouter qu'elle estimait l'idée de trouver un moyen de mourir comme une sorte de lâcheté, massa sa nuque en relevant les yeux vers le feu qui crépitait doucement devant eux. Au fond, n'avait-elle pas elle-même désiré rejoindre Ian et Even ? Plus d'une fois même.

« Trop de fois. »

Elle l'avait voulu. Si fort qu'elle avait cru qu'elle en devenait folle. Et l'évidence lui était revenue au visage à chaque fois, plus vraie que jamais. Mourir n'étoufferait pas sa peine, pas plus que le fait de perdre la vie ne l'aiderait à avancer. Le nouveau voyage sur lequel Ian et Even s'étaient aventurés était certes infiniment plus long et intéressant que le sien, mais les rejoindre de cette façon lui laisserait un arrière-goût d'insatisfaction amère qu'elle n'accepterait sûrement jamais.
Elle ne voulait pas rouvrir les portes qu'elle avait fermées. Mais elle voulait en découvrir d'autres.
Elle ne l'accepterait jamais, mais elle pouvait s'obliger à avancer. S'appuyer sur ce qu'ils lui avaient offert, sur ce qu'elle avait vécu, sur ses forces et ses faiblesses. Sur ses remords et ses regrets.

— J'ai eu envie de mourir, moi aussi. Plus d'une fois. Mais je me sentirais aussi lâche qu'insatisfaite de ma vie, si je forçais le destin. Je ne veux pas mourir étouffée par les remords. Encore moins par les regrets. Et ce n'est pas ce que je veux pour toi non plus. Tu dis que je compte sur toi mais... Magnus, si tu t'infliges la vie tous les jours pour les gens que tu aimes, tu n'avanceras pas.

Ses yeux azur et émeraude se perdirent un court instant sur le visage du vampire, teintés d'autant de patience que de compréhension.

— Vis pour toi même, pour commencer. C'est une belle façon d'être libre à mon sens, qui plus est. Et... Quant à la chambre... Pourquoi tu ne me l'as pas dit lorsque nous y étions encore ? J'ai une... Maison quand bien même ça peut sembler difficile à croire, nous aurions pu y aller.

Elle accompagna ses mots d'un soupir vaguement désabusé, s'étira.

— Ta proximité, tant qu'elle est mesurée et respectueuse, ne me dérange pas, Magnus. Je ne te laisserai pas dormir par terre. Arrête donc de te lyncher. Si je ne voulais pas te prendre dans mes bras, tu sais aussi bien que moi que je ne l'avais pas fait. Mais tu es un ami et... Je ne pouvais pas simplement te regarder. Maintenant... Je pense qu'il serait peut-être temps de penser à manger.

Occuper sa bouche par autre chose de la franchise lui ferait sûrement le plus grand bien.
© Ran

_________________

Avoir peur de la mort ? A quoi bon. C'est moi qui serait la tienne, pour de bon.

Thanks Magnuuus. ♥️

Aesthetic par Mezamour de ma vie. ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Two beasts hunting other beasts - PV Aranea [Terminé]   Sam 16 Sep - 2:32

Two beasts hunting other beastsIl aurait été difficile pour le vampire d'ignorer ce visage fermé, ce visage qu'arborait son amie. La rancœur qu'elle semblait délivrer dans ses mots n'était pas inconnue pour lui. Un sentiment maladif, dévorant et intrusif si reconnaissable pour le Suédois. Comme un voile blafard, il chassait les larmes au fur et à mesure des minutes sur son regard. Il ne pouvait pas nier les paroles de son amie un seul instant et en la sentant se reculer et se frotter la nuque, il se redressait finalement, jugeant lui-même que cette proximité sur le buste d'Aranea avait suffi. Devant elle, il contractait le poing chassant les échardes de sa main aussi facilement que possible avant de reposer les yeux sur le ragoût, maintenant prêt. Il prenait sa cuillère de fortune fait en os avant de ramasser la dague qu'il avait utilisé auparavant, l'essuyant sur sa veste avant de ramasser des os d'os. Sous le regard d'Aranea sans ignorer ses paroles, il était en train de leur confectionner des couverts de fortune, rien de bien extravagant. Même s'il était vrai que tout le monde n'avait sans doute pas la capacité de faire de même. Les minutes filèrent pendant que le silence régnait un peu entre eux et que le vampire ne pose sur les cuisses d'Aranea une fourchette et une cuillère en os. Il se relevait afin d'extraire difficilement, mais assurément le crâne d'une carcasse avant de le vider en grimaçant, de le nettoyer dans un cours d'eau plus loin, ainsi qu'un second crâne puis de revenir finalement s'asseoir.

« C'est sans doute l'une des pires offres que l'immortalité peut faire. Je sais Aranea, je devrais vivre pour moi, mais les seules fois se sont soldées par des morts ou une trahison. Tu sais le chagrin n'a jamais donné de bonnes idées à qui que ce soit et encore moins à ceux dont la vie se compte plus facilement en siècle, voir en millénaires qu'en années ou en décennies. J'ai tenté de me tuer, mais chaque fois quelque chose m'a happé et m'a fait reculer ma lame de mon corps. Au moins, j'ai appris mainte chose pendant mes voyages comme… Confectionner des couverts, un plat, et même des assiettes de fortune dans des os d'ours ? Parler environ cinq langues dont seuls deux ne subissent pas mon accent atroce ? Je ne saurais me plaindre véritablement de ma vie, mais je dois t'avouer que si j'avais pu faire des choix à certains moments de cette dernière, cela aurait été meilleur pour moi. »

Il soupirait en versant alors une partie du ragoût dans le bol fait dans le crâne d'un des ours, avant de le tendre calmement à Aranea en croisant son regard. Il savait qu'elle avait pris l'excuse de la nourriture pour pallier au fait qu'elle finirait par craquer elle aussi sous la peine que le chagrin du vampire lui avait rappelé. Il haussait un sourcil en apprenant l'existence d'une maison appartenant à Aranea. Non pas que le fait de savoir qu'elle avait une propriété le surprenait, c'était bien plus le fait qu'elle n'en parlait jamais à vrai dire. Il jugeait qu'elle avait aussi le droit à ses secrets et ne comptait pas insister sur cela, sauf si elle le faisait d'abord. Il se servait à son tour en baillant un peu avant de frissonner en remettant sa longue veste non sans grimacer. La douleur languissante dans son dos avait fini par revenir le hanter comme un démon. Il l'avait oublié pendant qu'il pleurait bien plus épris de la souffrance du passé que de sa blessure, pourtant elle semblait visible. Les mots d'Aranea lui revenaient non sans qu'il tente de toucher en vain son dos. Il grognait et portait alors le ragoût à ses lèvres pour goûter affichant une légère grimace avant de soupirer encore une fois. Il y avait certaines choses qui ne changeaient guère chez le vampire et son goût de la nourriture en faisait partie. Cette viande mangeable, mais tellement faisandée par l'acier de leur arme avait un goût ferreux reconnaissable. Il laissait son amie se nourrir, mais voulait lui aussi s'exprimer sur tout cela. Il savait que le silence était un allié dans le chagrin parfois, mais la parole l'aidait tout autant. Il cherchait donc ses mots judicieusement pour une fois.

« Mon ragoût manque de sel… Eurk, il n'est pas fameux. J'aurais agi de toute façon de la sorte s'il avait été question de toi en larme. C'est bien là notre force à tous les deux. Je sais que je ne dois pas dépendre des autres, mais ensemble nous avons toujours formé un duo puissant et efficace. Que l'on veuille ou non le reconnaître, ton agilité et ta rapidité alliées à ma force et ma puissance, il a de quoi mettre au tapis bien des hommes et êtres. Si je ne te l'ai pas dit, c'est, car j'avais oublié que tu avais un chez-toi fixe. Tu parles à un vrai vagabond même si j'aimerais m'installer. C'est bien parce que je te respecte tel que tu es que cette proximité ne dépasse jamais le raisonnable. Tu es mon amie et je n'aimerais pas t'échanger contre une autre. Et puis sans ton arrogance qui me répondrait aussi bien ?»

Il lui lançait un faible sourire comme pour briser finalement toute la tension et la pression que leur chagrin, mutuellement, imposait sur leur épaule. Il soupirait avant de reprendre une bouée de son ragoût avec une grimace qui avait de quoi faire rire Aranea tant elle semblait exagérée. La souffrance était dans leur quotidien tout autant que leur relation.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Vampire

avatar

Messages : 33
Âge du personnage : Un peu plus de neuf cent ans.


Mémoire de vie
Race: Sang-pur
Métier/Rang: Mercenaire.
Statut amoureux: Veuf/Veuve

MessageSujet: Re: Two beasts hunting other beasts - PV Aranea [Terminé]   Lun 25 Sep - 17:35



❝ Two beasts hunting
other beasts.
with Magnus




Aranea ne raffolait absolument pas de ce genre d'atmosphères, autant parce qu'elle y était vulnérable que parce qu'elles avaient le don de jeter sur ses journées un voile fait d'autant de doutes que de regrets. Et Magnus n'y aidait pas, loin de là. Elle avait été capable de faire preuve d'un semblant de tendresse et d'attention lorsqu'il s'était laissé aller, quelques instants auparavant. Néanmoins, il lui fallait bien admettre que sa poitrine n'en demeurait pas moins lourde d'une peine qu'elle n'avait pas demandé à raviver et elle soupira en tournant presque machinalement le contenu du bol de fortune qu'elle avait sur les cuisses. Elle n'était pas décidée à pleurer, non. Mais l'appétit lui manquait et le visage d'Even sous ses paupières lui donnait presque envie de fuir pour mieux retrouver le fond de son lit. Elle voulait fermer les yeux, oublier, chasser les idées obscures qui, jusqu'alors enfouies dans sa poitrine, remontaient vers son esprit.
Au final, elle ne pût que prendre une vague cuillerée de son « plat », focalisant son attention sur Magnus alors qu'elle se calait doucement contre la branche solide dans son dos.

— Bon ou pas, ça se mange. Je vis pour moi et je m'en sors très bien depuis... Un peu plus de six siècles. S'attacher aux mortels est le meilleur moyen de devenir complètement dingue. Et pourtant, j'ai vu des pays, rencontré des hommes et des femmes qui m'ont plus ou moins marquée, côtoyé une multitude de mortels... Sans jamais m'y attacher. La solitude n'a rien de mauvais, Magnus. Loin de là.

Elle y retournerait, sûrement. Lorsque Philippe ne serait plus là. Peut-être même avant, si leur lien finissait par s'effriter.
Elle était libre, de toute manière. Elle l'avait toujours été. Se contraindre à s'enchaîner à d'autres personnes était aussi douloureux que désuet, et perdre son temps à connaître des gens pour mieux les voir disparaître sans pouvoir les aimer relevait, à son sens, d'un amour relativement prononcé pour la souffrance. Elle en avait fait les frais, une fois.

« Plus jamais. »

Ian resterait un souvenir de son passé. Even resterait l'un des cauchemars qui ne cesseraient jamais de la bercer. Et cette seule perspective lui suffisait.
Un vague soupir traversa ses lèvres et, blasée, Aranea reposa son bol pour s'étirer avant d'inspecter la plaie ouverte sur sa cuisse. Loin d'être agréable à regarder, elle lui soutira une grimace maladroitement retenue lorsque la mercenaire y glissa le bout de ses doigts, avant de se déconsidérer l'idée même d'y toucher.  
L'avantage avec son statut de vampire, c'était qu'elle n'en garderait sûrement rien. Elle n'avait qu'à s'abreuver, un peu... Là où eux nécessitaient autant de semaines de repos que de soins exagérés.

« Une énième preuve de leur faiblesse. »

Elle roula des yeux, désinvolte.

— Magnus, je t'aime beaucoup mais tes tendances à me rappeler, avec allégresse, que tu me respectes sont presque agaçantes, en toute honnêteté. Je ne veux pas te blesser, ni te brusquer, mais je sais que tu ne me manqueras jamais de respect, et c'est pareil à l'inverse. Autant que je sais que notre duo ferait des ravages dans moult affrontements, si tant est que nous soyons capables d'arrêter d'agir comme deux idiots insouciants. Tu es mon ami, sûrement l'un des plus proches et de ceux que j'aime mieux éviter de perdre. Alors cesse donc de te justifier et finis de manger. J'ai... seulement envie de rentrer. En attendant...

Elle s'effondrerait dès qu'elle poserait sa tête sur l'oreiller, elle le savait. Que Magnus soit présent ou pas.
Veillant à ne pas prendre appui sur sa jambe, elle se glissa calmement derrière son ami, sans se soucier de leur proximité. Il avait pleuré dans sa poitrine quelques minutes plus tôt, pourquoi s'offusquerait-il de la sentir dans son dos ?

— C'est que ça m'a l'air remarquablement vilain à regarder, tout ça.

Là-dessus, elle releva nonchalamment la tunique du Suédois, inspectant l'hématome qui courait sur son dos sans pouvoir retenir un léger sifflement surpris.

— Je ne sais pas lequel de ces ours t'as envoyé valdinguer mais il t'as laissé un souvenir assez peu négligeable. À se demander lequel de nous deux est le plus amoché.

Inutile de préciser qu'elle faisait référence à la plaie ouverte sur sa joue. Son ton presque ironique le hurlait bien assez.
Pourtant, au lieu d'en rajouter, elle passa machinalement une main sur les quelques gouttes de sueur qui perlaient de son front, trop éreintée pour se lancer dans un échange de joutes verbales.
Autrement dit, elle n'avait aucun appétit, une série de vertiges relativement désagréables et une succession de sueurs froides qui la firent presque grogner. De quoi alimenter son humeur déjà peu avenante.

— Je vais m'effondrer sur ce lit, je crois.
© Ran

_________________

Avoir peur de la mort ? A quoi bon. C'est moi qui serait la tienne, pour de bon.

Thanks Magnuuus. ♥️

Aesthetic par Mezamour de ma vie. ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Two beasts hunting other beasts - PV Aranea [Terminé]   Mar 26 Sep - 14:34

Two beasts hunting other beastsLes soupirs qui quittèrent le vampire aux diverses réflexions de son amie eurent le mérite de signifier son mécontentement de la voir toujours aussi désagréable malgré les paroles passées. Il reconnaissait ses mots, mais avait du mal à prendre aussi bien toutes ses paroles. Il ne trouvait pas qu'il se lynchait encore, mais à l'entendre, il ne faisait que cela. Il se passait une main sur le visage en finissant par pousser de la terre avec son pied pour éteindre le feu avant de tenter de se lever. Il était coupé dans son élan bien vite par la jeune femme qui semblait inspecter sa blessure. Il se fichait bien de la proximité, surtout après avoir passé quelques minutes contre la poitrine d'Aranea. Ils n'étaient plus à cela de près, ces deux-là. Il grimaçait en se ravissant de se lever, laissant donc la vampire l'inspecter non sans entendre ses commentaires. Effectivement, un ours l'avait envoyé valser contre un arbre avec une certaine violence et ce rappel eut le don de faire grogner Magnus. Si elle semblait avoir en horreur qu'on lui rappelle le respect à son égard, pour sa part, c'était ses échecs, qui lui procurait un goût de fer et d'amertume dans la bouche. Il finissait par jeter son assiette de fortune plus loin en répandant la mixture tout sauf digeste sur le sol, dans les feuilles.

« C'est marrant Aranea, c'est tout aussi agaçant, quand tu me rappelles que j'ai foiré, vraiment. L'appréciation est commune. Bref, on va y aller, sinon je sens que ces saloperies d'ours vont revenir pour un second round. »

Que ce soit le ton sarcastique ou bien la vulgarité bien présente dans ses mots, on pouvait sentir qu'il était vraiment que le duo en sale état aille se reposer. Il jetait un œil vers Aranea en voyant qu'elle semblait avoir fini son inspection, jetais son assiette de la même façon que la sienne avant de la soulever dans ses bras comme auparavant sans faire le moindre commentaire. Il se doutait qu'elle allait peut-être protester, mais pour le coup avec la plaie salement tuméfié de sa cuisse, il était préférable qu'elle ne marche pas. Il l'avait donc dans les bras et dans des pas calmes et suffisamment maîtrisé, il quittait la forêt en compagnie de la vampire. Il lui jetait parfois des regards en avançant dans les ruelles avant de finalement pousser la porte à l'arrière de la taverne. Sur leur chemin, il avait pu remarquer que le carambolage de calèche qu'il avait volontairement provoqué avait fini pat, être dissipé. Il était à la fois déçu et surpris au final. La déception due a la rapidité avec laquelle cet incident avait été réglé, et la surprise que des humains soient au final aussi efficace. Toujours est-il qu'il montrait les marches en poussant la première des deux portes de leur chambre avant de finalement allonger Aranea dans le lit.

En se décalant, sous le regard de la vampire sans aucun doute déjà à moitié endormie, il ôtait sa tunique bleue si voyante en exposant aussi bien ses muscles que sa large blessure dans une grimace. Il avait mal et ne comptait pas vraiment le cacher pourtant, en laissant la jeune femme seule, quelque instant dans ce lit de fortune, il fermait la porte de la chambre avant d'aller jusqu'à la salle de bain. Plus qu'un bain, c'était un besoin de se réveiller l'esprit avec un peu d'eau fraîche sur le visage. Il s'exécutait non sans grimacer encore sous l'idiotie de son geste avant de finalement de décider enfin à rejoindre son amie. Après cette soirée aussi longue que riche en rebondissant, la pensée d'un oreiller moelleux ou du buste d'Aranea en guise de coussin de fortune pour cette nuit réparatrice n'était pas de refus. Il retournait dans la pièce avant de s'affaler dans le lit à moitié sur elle, se jurant de bouger aussi vite que possible dès le réveil. Il préférait ne pas finir massacré sous les doigts de la vampire qui aurait toutes les raisons entre la fatigue, la douleur et la position inconfortable de lui en vouloir. Il soupirait plusieurs fois avant de lever le visage vers elle en espérant qu'elle puisse encore l'entendre, auquel cas, il parlerait dans le vide. Ce n'était pas nouveau, il avait fini par s'habituer à ce que ses discours bavards soient étouffés dans le vif ou ignoré.

« Pour te répondre, moi, je pense ? Bonne nuit, si tu arrives à dormir, promis demain, je bouge, mais là… Ce soir, tu seras l'oreiller d'un vampire fatigué. Tu pourras te venger demain, vas. »

Encore une fois, il parlait trop, vraiment trop, mais de toute façon, comme ce n'était pas nouveau, il verrait bien ce qu'elle dirait ou non. Il se calait confortablement contre elle sans l'écraser au niveau du buste ou du reste de son corps et finissait par fermer les yeux pour dormir paisiblement ou tenter en tout cas.

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Vampire

avatar

Messages : 33
Âge du personnage : Un peu plus de neuf cent ans.


Mémoire de vie
Race: Sang-pur
Métier/Rang: Mercenaire.
Statut amoureux: Veuf/Veuve

MessageSujet: Re: Two beasts hunting other beasts - PV Aranea [Terminé]   Jeu 5 Oct - 11:36



❝ Two beasts hunting
other beasts.
with Magnus




Elle n'avait pas rechigné lorsqu'il l'avait soulevée du sol pour la prendre dans ses bras.
Consciente qu'elle ne serait pas capable de solliciter ses deux jambes sur le chemin de l'auberge, elle s'était tout naturellement laissée aller en veillant à correctement se caler pour éviter de tirer sur une blessure qui la tiraillait bien plus que ce qu'elle aurait pensé. Sans un mot. Elle n'était, de toute manière, pas d'humeur à parler.
Alors, instinctivement, ses yeux s'étaient fermés et elle avait calé sa tête contre l'épaule de Magnus, à la recherche d'un repos qu'elle estimait bien mérité quand bien même elle empêcha au sommeil de venir s'emparer de ses paupières. Magnus faisait déjà l'effort de la ramener, l'abandonner de la sorte aurait été aussi indélicat que malvenu et Aranea estimait l'avoir assez maltraité pour la journée.
Elle avait confiance en Magnus et en leur amitié. Un peu moins en ses capacités de self control au vu de l'état, déplorable, dans lequel il était.

« Sûrement plus que moi, en vérité. »

Elle ne rouvrît les yeux que lorsque son corps rencontra enfin le lit, pourtant inconfortable, de la chambre où ils allaient passer la nuit, glissa un regard bref à Magnus et inclina la tête. Un vague « Merci » traversa le seuil de ses lèvres et elle scruta un court instant l'ombre de son ami s'éloigner en direction de la salle de bain, sans parvenir à retenir le sourire insolent qui étira légèrement sa bouche. Force était d'admettre qu'elle aurait préféré le découvrir à moitié nu dans d'autres circonstances, au vu de la douleur qui endormait sa jambe. Pourtant, elle passa son commentaire sous silence, fermant simplement ses paupières en écoutant l'eau s'écouler dans la pièce d'à côté.
Leur relation était aussi harmonieuse qu'agréable, telle qu'elle. Nul besoin d'en rajouter et, quand bien même elle aurait pu, Aranea n'en voyait pas l'intérêt. Pas plus que lui, sûrement, puisqu'il n'avait jamais rien tenté.

Cette pensée en tête, elle ne rechigna donc pas lorsque Magnus vînt la rejoindre quelques minutes plus tard afin de reposer sa tête sur sa poitrine tout juste habillée. Un commentaire ? Il s'était envolé avec sa bonne volonté de rester éveillée. Non, pour le coup, Aranea s'en fichait. Son corps, ses muscles et sa conscience criaient grâce. Elle n'avait pas le temps de se plaindre, ni de râler. Et puis, elle l'avait serré contre son sein, peu avant, pourquoi s'en plaindre maintenant ?
La fatigue eût raison de sa courte introspection et, déjà à moitié endormie, Aranea écouta les mots de Magnus résonner au creux de son oreille comme un écho lointain, tandis qu'elle relevait nonchalamment une main pour glisser ses doigts dans les cheveux de son ami.
Le contact ne la dérangeait, après tout, pas plus que de raison, si c'était lui. Magnus lui était assez cher pour qu'elle puisse le considérer tant bien comme un homme de confiance que comme un véritable ami et elle n'avait ni l'envie, ni la force de maintenir une quelconque distance avec lui.

— Je t'assassinerai demain matin. Ne me bave pas dessus...

Son ton avait retrouvé une assurance aussi brève que soudaine. Évidemment, elle était sérieuse, et n'hésiterait sûrement pas à le dégager du lit de force si elle sentait la moindre humidité contre sa poitrine. Elle n'avait rien contre leur proximité, loin de là. La présence de Magnus lui était presque rassurante mais elle aimait mieux qu'il garde ses propres fluides corporels pour lui.

— Bonne nuit, Magnus.

Là-dessus, elle s'abandonna finalement à la chaleur de Morphée, gardant uniquement une main dans la crinière brune du vampire pour vaguement les lui caresser.
© Ran

_________________

Avoir peur de la mort ? A quoi bon. C'est moi qui serait la tienne, pour de bon.

Thanks Magnuuus. ♥️

Aesthetic par Mezamour de ma vie. ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Two beasts hunting other beasts - PV Aranea [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Two beasts hunting other beasts - PV Aranea [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EX CATHEDRA :: l'Angleterre :: Les Contrées Anglaises-