Ex Cathedra
FORUM RPG LYCANS VAMPIRES - AVATAR 200X320 - CONTEXTE EVOLUTIF
« Là tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté. »
Charles Baudelaire.
Le prestige est un péché qui ne se partage point; en ces temps de luxure où la magnificence règne sur tous les visages, où les robes sont des œuvres d'art, où les épées se croisent et s'entremêlent inlassablement durant de viles batailles.Vous voici plongés à l'époque aristocratique, au beau milieu d'un resplendissant 16ème siècle, aux côtés des Rois, des Reines et de leurs sujets. Oserez-vous vous imposer dans cet ordre social ? Serez-vous de la partie ? Entre nobles, suivants et simples communs mortels, c'est un monde d'opportunités qui s'ouvre à vous. Laissez vous tenter, laissez vous pénétrer par cet incroyable fragrance, et toute cette vénusté. Choisirez-vous la France, la Suède, l'Italie ou l'Angleterre ? Á moins que vos chemins ne viennent d'ailleurs...
Unchained [PV Cadis]



Partagez|

Unchained [PV Cadis]

EX CATHEDRA :: Le Dénouement :: Rôle-plays
♕ • Proie designée • ♕
Lucrecia di Vesconti
Lucrecia di Vesconti

Mémoire de vie
Race: Humain(s)
Métier/Rang: Chanteuse d'opéra / Duchesse
Statut amoureux: Célibataire
♕ • Proie designée • ♕
Messages : 20
Âge du personnage : Une vingtaine d'années

Mer 26 Juil - 17:13
Unchained in a golden bedroom
••••

Un brin de rayon de soleil vint illuminer le visage encore endormi de la jeune femme. Lucrecia ouvrit doucement les yeux, un fin sourire sur ses lèvres. Un drap seulement la recouvrait, mais elle fût bien surprise de constater qu'un vide demeurait à ses côtés, laissé par son Duc qui était sûrement déjà parti vaquer à des affaires importantes à l'aube. Prévenue la veille, la jeune femme traîna un peu au lit dans sa chemisette, toute pensive à essayer de décrypter la pression qu'elle éprouvait au fond de sa poitrine en se remémorant leur discussion d'hier.

« Je suis ravi de vous avoir à mes côtés, ma très chère Lucrecia. »

Des paroles, aussi énigmatique que son auteur. A tel point, qu'elle ne savait jamais quoi penser de cet homme ! Une domestique vint finalement la sortir de sa réflexion, lui préparant le déjeuner et après un bain longuement profité, aida sa Maîtresse à se vêtir d'une sublime robe couleur prune, habillé d'une nœud noué autour de son cou. La voilà élégamment présentée pour sortir, en ballade dans les belles allées de Paris. Cette fois-ci seule, sans Ernesto ni Clemente, seulement accompagnée d'un serviteur veillant sur sa sécurité. Sait-on jamais, un malheur pouvait bien vite arriver.

Le couché du soleil n'allait se ponter que dans deux bonnes heures tout au plus. Alors avant de rentrer dans sa demeure secondaire, la demoiselle se plaisait toujours à se promener près du lac à chacun de ses séjours en France. Lucrecia y faisait le tour, et se posait longuement sous un arbre à contempler les ondulations de l'eau en faisant abstraction du monde alentour, puis ferma les paupières. La duchesse était dans un état de sérénité total et rien ne pouvait perturber cela.

Vraiment ?

La Dame décida enfin à se lever, mais fût surprise de ne pas trouver son protecteur.

- Leone...? Où êtes-vous ?

Aucune trace. Elle chercha aux alentours mais n'eût pas à aller bien loin : une forte odeur de sang attira son attention, et lorsque la brune s'approcha avec un pressentiment de mauvaise augure, elle fit une macabre découverte : là, étendu dans l'herbe se trouvait le corps inerte de son serviteur. La duchesse ne poussa pas de cri d'effroi et au contraire se précipita vers sa dépouille avec cet infime espoir que ce qu'elle venait de voir n'était que pure illusion. Mais ce n'était pas le cas. On avait poignardé le malheureux d'un coup de couteau fatal en plein cœur, visiblement. Ses yeux commencèrent à piquer, elle prit sa main encore tiède dans la sienne. Et au lieu de s’apitoyer, la Di Vesconti se mit debout, sa robe tachée par le sang pour s'être mise à quatre pattes à ses cotés. Elle s'apprêta à hurler à l'aide, lorsqu'une présence inconnue vint dans son dos pour l'empêcher de continuer, une main placardée sur son visage.

- Je vous le déconseille, Madame. Ne bougez pas, vous ne sentirez rien.

Une voix, susurrant à l'oreille. Elle tenta de se débattre, mais rien y faisait, des bras puissants l'entouraient. Ils étaient deux, trois. Lucrecia n'en savait rien. On venait de lui faire inhaler quelque chose à l'aide d'un mouchoir et après, c'était le néant total;

Inconsciente.

---


Un calme olympien régnait. Et dans ce silence, la jeune femme s'éveilla lentement, allongée sur une surface fort...Confortable... ? Un lit ?

Q-Que... ??

Ses iris cramoisies s'écarquillèrent, son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine et son dos se redressa subitement, scrutant la pièce de droite à gauche. Rien ne ressemblait à ce qu'elle connaissait ! En plus, il faisait nuit ?! - et plutôt frisquet en plus de ça !

Elle baissa la tête, se massa les tempes afin d'apaiser cette lourdeur qui la harassait. Une présence. Lucrecia releva le nez et là, un homme. Peut-être ne l'avait-elle pas entendu arriver dans sa confusion ?

- O-Où suis-je...?

Son visage ne lui disait absolument rien. Sa mémoire pouvait tout aussi bien lui jouer des tours, encore une fois.

••••

by Wiise
Voir le profil de l'utilisateur
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Dans la famille des Titans, je demande un Roi ! Hypérion de Le Noir s'est révéillé!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EX CATHEDRA :: Le Dénouement :: Rôle-plays-
Sauter vers: