AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un Cavalier di Spagna [Lucrecia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Humain

avatar

Messages : 14
Âge du personnage : Inconnu (environ 22-28 ans)


MessageSujet: Un Cavalier di Spagna [Lucrecia]   Mer 26 Juil - 12:07


Il avait faussé compagnie à Magnus en fin d'après-midi. Drapé d'une robe magnifique qui le mettait en valeur, il s'était aventuré dans les beaux quartiers à la recherche de quelque bêtise, quelque amusement. Quelque chose pour le distraire. Le talon de ses bottines claquait contre le pavé, et sa démarche souple le faisait presque paraître en maîtresse des lieux. Ses cheveux étaient délicatement coiffés en arrière, et tombaient en cascades écarlates dans son dos.
Il était parfait.

Il longeait les demeures les plus riches quand il entendit cette douce voix. Il n'avait jamais été le plus brillant des artistes, mais il avait toujours été un amateur d'art, quelqu'il soit. Qui fredonnait ainsi ? Il était curieux. Il resserra le délicat drapé qui couvrait ses épaules et poursuivit son chemin, à l'écoute. Il finit par saisir d'où venait la douce musique, et se colla près du muret pour écouter. C'était une voix agréable, mélodieuse. Une chanteuse de talent à n'en pas douter. Charmant.
Très charmant.

Il s'adossa au muret, se redressant pour donner tout l'air nécessaire à ses poumons. Il avait la voix fluette pour un homme, mais parfaitement acceptable, bien qu'un poil grave, pour une dame. Le muret était haut de presque deux mètres, aussi il ne dépassait pas même d'un poil de tête. Il attendit sagement que la demoiselle ait fini son couplet, pour prendre la main sur un autre air :

Un cavalier di Spagna
Cavalca per la via
Da pe' d'una montagna
Cantando per amor d'una fantina:
"Voltate in qua, do bella donzellina,
voltate un poco a me per cortesia.
Dolce speranza mia,
ch'io moro per tuo amor.
Bella fantina, i't'ho donato il cor".


Il eut un sourire, poussant sur sa voix pour être bien entendu, et entonna la suite :

Apresso una fontana
Vidi sentar la bella
Soletta in terra piana,
con una ghirlanda di fresca herbecina:
"Voltate in qua, do bella donzellina,
voltate un poco a me, lucente stella;
deh, non m'esser ribella,
chè moro per tuo amor.
Bella fantina, i't'ho donato il cor".
*

Il tendit l'oreille, afin de voir si la délicate voix derrière le mur allait lui répondre. L'avait-elle entendu ? Avait-elle aimé ? Il n'était pas le meilleur chanteur du monde, mais il avait cette vie, ce charme étonnant. Dans la rue, une petite chanteuse, pour peu que sa voix soit mignone, pouvait trouver de quoi se nourrir quelques journées...


*Un Cavalier di Spagna (Frottola) ; une genre de chanson populaire généralement à propos d'amours frivoles Very Happy
Normalement à 4 ou 6 voix, mais bon, Aster est tout seul /paf
https://www.youtube.com/watch?v=VqVd5TPpNos

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humain

avatar

Messages : 19
Âge du personnage : Une vingtaine d'années


Mémoire de vie
Race: Humain
Métier/Rang: Chanteuse d'opéra / Duchesse
Statut amoureux:

MessageSujet: Re: Un Cavalier di Spagna [Lucrecia]   Mer 2 Aoû - 21:58

Un Cavalier di Spagna
••••

Le soleil au zénith, l'après-midi pointait le bout de son nez. Le ciel dégagé, Lucrecia profitait du temps pour faire une balade, vêtue d'une robe légère dans le jardin derrière la demeure, protégée par une ombrelle afin d'empêcher les rayons d'atteindre sa peau au teint de porcelaine. Après une matinée animée par la pratique du violon et du piano, s'aérer relevait d'un besoin dont la duchesse ne pouvait se passer avant sa démonstration au bal masqué de ce soir.

Elle s'arrêta devant un arbre, observant du regard l'oiseau qui se posa dans son nid, niché ingénieusement entre deux branches solides. La jeune femme pouvait entendre les petits oisillons crier au retour de leur mère, et Lucrecia ne pouvait s'empêcher de sourire face à cette magnifique image. Qui s'affaissa progressivement de son radieux visage.

Encore cette douleur dans sa poitrine.
Ce vide, qu'elle ne pouvait combler.
Mais comment faire quand on n'en connait pas la cause ?

Des larmes menacèrent de couler sur ses joues et elle ferma ses paupières, serrant un pli de sa robe. Puis, commença à fredonner une chanson comme une tentative d'apaiser ses tourments. La vocaliste se laissa emporter par la chanson, semblait habitée par elle. Ses yeux cramoisies brillaient d'une vive lueur.

Puis, elle cru avoir entendu une voix de l'autre côté du mur. Une hallucination ? Visiblement, non. Quelqu'un était là, Lucrecia sentait une présence sans la craindre. La duchesse continua même, s'avançant doucement vers la structure de pierre imposante et y déposa une main délicate dessus. Les voilà à pousser leurs codes vocales en cœur, en harmonie comme s'ils l'avaient toujours fait alors qu'ils ne se connaissaient pas. En tout cas, elle trouvait que cette personne avait une bien jolie texture de voix.

- Qui êtes-vous ?

Sa curiosité prenait le dessus. Cette personne venait certainement de l'extérieur, mais ne s'en méfia même pas.

- J'ai rarement entendu quelqu'un sachant aussi bien interpréter cette charmante chanson. Quel dommage de ne point voir votre visage...

Qu'elle aimerait grimper ce mur ! Malheureusement, elle se voyait incapable d'escalader l'arbre derrière pour y parvenir. De plus, son rang ne lui permettait pas. C'était ce qu'on lui avait appris. Lucrecia était une demoiselle de bonne famille et si on la voyait agir de la sorte, les problèmes pleuvraient.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humain

avatar

Messages : 14
Âge du personnage : Inconnu (environ 22-28 ans)


MessageSujet: Re: Un Cavalier di Spagna [Lucrecia]   Sam 12 Aoû - 21:26


Oh, sa chanteuse avait même chanté avec lui. Il en frissonnait d'envie. Juste là, devant son mur, il contemplait toutes les possibilités qui s'offraient à lui.

Qui êtes-vous ? J'ai rarement entendu quelqu'un sachant aussi bien interpréter cette charmante chanson. Quel dommage de ne point voir votre visage...

Il observa le mur en se demandant comment faire pour le passer, sans ruiner sa robe, et sans se faire attrapper par quelqu'un qui pourrait lui causer quelques soucis. Il tendit l'oreille, mais n'entendit pas vraiment de garde ni personne dans les environs.

Je vous remercie, ma dame...

Il se baissa pour nouer discrètement sa robe afin qu'elle ne le gêne pas. Il prit un peu d'élan et se retrouva bien vite à grimper le mur, se hissant de ses bras fins et poussant sur ses jambes, malgré le peu d'adhérence de ses bottines. De l'autre côté, sa compagne cantatrice ne devait voir que deux bras s'agiter, puis, petit à petit, une tignasse rousse un peu folle, puis, quand il trouva enfin un appui profitable, un visage fin et délicat, des yeux verts brillants, et un sourire très amusé.

Haha, bonjour !

A moitié penchée par-dessus le mur d'enceinte, la silhouette d'Aster était... vacillante.

C'est un plaisir de voir votre visage, ma dame. Vous êtes si belle. Et vous chantez si bien ! J'espère que nous pourrons devenir de bonnes amies ! Je me nomme Asteria !

Il jeta un regard curieux sur le jardin, les plantes, et surveilla surtout qu'on ne vienne pas le surprendre. Il aurait certainement à décamper de là en quatrième vitesse si on l'y surprenait. Sa position restait néanmoins précaire, et il semblait toujours sur le point de perdre l'équilibre, parce qu'il essayait de faire attention à sa belle robe plutôt qu'à l'endroit où il se trouvait.

Il souriait. Eclatant de vie.
S'il arrivait à l'obtenir, cette jolie dame, ça ferait bien les pieds à Magnus.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humain

avatar

Messages : 19
Âge du personnage : Une vingtaine d'années


Mémoire de vie
Race: Humain
Métier/Rang: Chanteuse d'opéra / Duchesse
Statut amoureux:

MessageSujet: Re: Un Cavalier di Spagna [Lucrecia]   Ven 18 Aoû - 3:39

Un Cavalier di Spagna
••••

Peu importe qui était cette personne, elle faisait preuve d'une politesse qui n'échappa pas à la demoiselle. Lucrecia entendait des grattements, preuve qu'on tendait de grimper le mur. Autant dire que la duchesse trépignait d'impatience d'enfin poser un visage sur cette voix. Et par ailleurs, il fallait être sacrément agile pour parvenir au sommet !

...Ce que réussi à faire l'inconnu(e), à sa plus grande surprise, se présentant sous le nom d'Asteria. Une femme de toute beauté à la crinière de feu et aux yeux émeraudes. Tout du moins, c'était ce que croyait la duchesse.

— Enchantée Asteria, je me nomme Lucrecia. Vos compliments me vont droit au cœur et sachez que je vous les retourne avec sincérité.

Elle fit une petit révérence de la tête et s'approcha davantage au mur. Sa main de libre, et délicate posée sur la pierre, Lucrecia leva le nez vers l'invitée de ces somptueux jardins de la demeure. Son sourire radieux ponctuait ses pupilles écarlates que bon nombre de personnes admiraient sous ses longues mèches brunes.  

— Dites-moi, d’où venez-vous ? Je ne vous ai jamais vu dans les environs me semble-t-il...

Comme sa mémoire lui faisait en permanence défaut, peut-être l'avait-elle rencontrée auparavant. Ou était-elle une connaissance de Ernesto ? De Clemente ? Étrange, pourquoi ne pas être entrée par la porte de devant ?

Cela n'avait peu d'importance pour la demoiselle. Elle ne ressentait aucune hostilité. Plutôt de la sympathie en fait. Peut-être que Lucrecia était trop naïve ou ressentait dans le fond le besoin d'étendre sa vie sociale car après tout, sa malédiction la condamnait à oublier ceux qui ne la marquaient pas, et encore.

Reste à savoir comment Asteria allait pouvoir descendre de là. Rapidement, Lucrecia scrutait du regard les alentours mais ne donna aucun résultat. Alors aux grands mots, les grands remèdes : elle ferma son ombrelle et tendit les bras, dans un naturel presque déconcertant. Et pourtant, elle était sûre de son coup.

— Vous vous sentez de sauter ? Je vais essayer de vous rattraper !

Avoir peur lui faisait défaut. Comme contraindre le retour des maîtres de Maison avant l'heure - ce qui était fort peu probable, mais sait-on jamais - et se faire sermonner pour avoir agi de manière insouciante sauf qu'elle ne voyait pas d'autre solution, si ce n'est que partir et jouer les snobs. Une attitude qui ne se fondait pas avec sa personnalité. Lucrecia était une jeune femme au cœur pur mais profondément meurtri par un mal dont elle n'arrivait à expliquer.

••••

by Wiise


Dernière édition par Lucrecia Di Vesconti le Mer 6 Sep - 1:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humain

avatar

Messages : 14
Âge du personnage : Inconnu (environ 22-28 ans)


MessageSujet: Re: Un Cavalier di Spagna [Lucrecia]   Dim 20 Aoû - 15:55


Elle était d'une politesse redoutable, et probablement de haute naissance. Elle se déplaçait comme si elle possédait ces jardins, ce qui était d'ailleurs peut-être vrai, mais avait aussi cette... candeur délicieuse.

Dites-moi, d’où venez-vous ? Je n'ai jamais vu dans les environs me semble-t-il...

Il chercha très rapidement une bonne histoire à raconter, n'importe quoi pourvu que ce soit crédible. Il avait d'ordinaire toujours une ou deux explications à sortir pour expliquer sa présence à un endroit où il n'était pas sensé être. Mais là, il avait visiblement parfaitement le droit de se trouver là, à en juger par l'expression très amicale de sa nouvelle compagnie, et il était un peu pris au dépourvu.

Je suis... en voyage.

Il continuait son numéro d'équilibriste, se redressant un peu pour se retrouver à moitié à quatre pattes sur le haut du mur. Sa robe était belle, oui, mais foutrement peu pratique pour l'escalade. Il finit par plus ou moins s'asseoir, gracieusement, quand la belle Lucrecia s'avança en tendant les bras.

Vous vous sentez de sauter ? Je vais essayer de vous rattraper !

Littéralement pris au dépourvu, il écarquilla les yeux.

... c-comm... AH!

Déconcentré, déstabilisé par cette impromptue proposition, il glissa, perdit l'équilibre, et se retrouva bientôt aux pieds de la demoiselle, dans un crac et un boum désagréable, autant pour les oreilles que pour lui-même. Heureusement, avant de grimper, il avait pris soin de nouer le bas de sa robe, et avait ainsi fait ses acrobaties sans dévoiler rien d'indécent ou de... peu seyant à une demoiselle.

Par terre, dans les fleurs, il se redressa en grimaçant légèrement, soudain un peu inquiet. Il se retrouvait dans cette demeure de riche où il n'était sûrement pas le bienvenu, d'autant qu'il était relativement bien habillé, certes, mais pas au point d'avoir sa place dans une maison aussi riche... il cligna des yeux une fois, deux fois, avant d'essayer de se relever.

... oh, veuillez m'excuser mon amie, je.. aie!

Il s'était appuyé sur sa cheville, et visiblement, elle n'avait pas apprécié. La douleur discrète de la chute se transforma très rapidement en pulsation lancinante, et il posa ses deux mains sur l'articulation traitresse.

... oh non... ma cheville...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humain

avatar

Messages : 19
Âge du personnage : Une vingtaine d'années


Mémoire de vie
Race: Humain
Métier/Rang: Chanteuse d'opéra / Duchesse
Statut amoureux:

MessageSujet: Re: Un Cavalier di Spagna [Lucrecia]   Mar 22 Aoû - 3:31

Un Cavalier di Spagna
••••

Elle était en voyage ? Aah, tout devenait clair dans son esprit à présent. Lucrecia aimait aussi être en déplacement, voir du pays. Et sa profession l'y aidait beaucoup à assouvir sa soif de liberté. Elle connaissait à peine Asteria, mais autant dire qu'elle marquait des points avec cette passion commune.

— Ah oui ? Hé bien, que diriez vous qu'on vous fasse visiter notre belle Vérone ?

L'idée de Clemente qui leur servirait de guide lui vint en tête. Si elle lui demandait et qu'il n'était pas occupé, rarement le cadet des Di Vesconti avait refusé quelque chose à la jeune femme, trop attendrit par cette empathie qu'elle dégageait.

Enfin avant de faire quoique ce soit, il fallait encore qu'Asteria puisse retrouver la terre ferme. La duchesse attendait patiemment que la rouquine se jette à l'eau - façon de parler bien sûre - confiante au départ, Lucrecia déchanta bien vite en voyant son inviter vaciller et à peine a-t-elle eu le temps d'essayer d'amortir sa chute en se rapprochant davantage que ce qu'elle craignait arriva.

— Oh mon dieu ! Asteria ! Tout va bien ??

La demoiselle se précipita paniquée à ses côtés, la main devant la bouche mais remarqua bien vite qu'elle s'était bien amochée dans sa chute. Une vague de culpabilité l'envahit alors : son enthousiasme avait était plus fort que tout, voilà qu'elle s'en voulait maintenant.

— Ne vous excusez point voyons, ce n'est point votre faute...!

C'est la sienne. A cela. elle s'accroupit et vint gentiment lever la robe de la pauvre victime de ce fâcheux accident, pour y déposer ses doigts délicats sur sa cheville afin de vérifier l'ampleur des dégâts : à vue d’œil, rien à signaler. Le problème étant qu'elle n'était pas médecin et en avait encore moins les bases dans ce domaine.

— Vous vous sentez d'essayer de marcher...?

Lucrecia se releva. On lisait sur son joli minois une inquiétude sincère, d'habitude si radieux. Personne ne semblait pointer le bout de son nez dans le coin, rien de surprenant, que vous vous trouvez dans la partie la plus tranquille de la demeure; et dans le doute, elle pensa à faire venir une tierce personne qui pourra l'examiner. Si on poserait des questions sur l'identité de cette inconnue, elle serait bien capable de répondre qu'il s'agirait de l'une de ses correspondantes. Etre la Dame favorite du Duc avec parfois ses avantages puisqu'on n'oserait sûrement pas creuser plus loin.

— Attendez, restez ici, je vais chercher quelqu'un qui saura quoi faire.

••••

by Wiise


Dernière édition par Lucrecia Di Vesconti le Mer 6 Sep - 1:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humain

avatar

Messages : 14
Âge du personnage : Inconnu (environ 22-28 ans)


MessageSujet: Re: Un Cavalier di Spagna [Lucrecia]   Jeu 24 Aoû - 13:04


Oh mon dieu ! Asteria ! Tout va bien ??

Il essaya de se redresser légèrement, laissant la demoiselle tâter sa cheville en grimaçant. Elle était probablement foulée - fichues bottines impropres aux galipettes en tout genre - mais la douleur était trop forte à son gout.

Vous vouez sentez d'essayer de marcher... ? Attendez, restez ici, je vais chercher quelqu'un qui saura quoi faire.

Elle avait une expression particulièrement inquiète, le genre qu'il pouvait lui-même adopter en essayant de manipuler quelqu'un. Soit la petite demoiselle était si bienveillante qu'elle était sincère, soit elle était une petite manipulatrice aussi douée que lui. Il essaya de se relever, péniblement, mais même en serrant les dents, sa cheville se dérobait. Néanmoins, l'idée que quelqu'un vienne le voir et l'examine ne lui semblait pas de très bonne augure.

Oh ! N-non ! Non, non, non ! Mon amie... c'est-à-dire que je n'étais pas sensé sortir... Si on m'attrappe ici, je vais me faire disputer...

Il n'avait même pas besoin de feindre l'inquiétude, il se demandait sérieusement comment allait finir cette histoire pour lui. Une innocente petite escapade passait encore, mais se retrouver à faire des acrobaties dans les jardins d'une demeure de riches, ça ne faisait pas tout à fait partie des plans autorisés. Surtout s'il se faisait pincer. Est-ce que Magnus allait l'engueuler ? Y avait des chances oui. Surtout connaissant l'attirance naturelle d'Aster pour les jolis objets riches, qui brillent, et pour les demoiselles (et damoiseaux) en tout genre...

N'appelez personne, je vous en prie... si mon... frère apprend que j'ai causé des ennuis dans une telle maisonnée... je crains que mon voyage ne s'écourte drastiquement. N-ne vous inquiétez pas, je suis sûre que la douleur va cesser...

Il avait beau parler de sa voix douce et essayer d'avoir l'air sur de lui, la douleur ne semblait pas décidée à le quitter de si tôt. Il se demandait comment il allait faire pour retourner de l'autre côté du mur... ou comment il allait rentrer. Ah ça... Si Magnus ne lui passait pas un savon, il se moquerait de lui pendant des jours. Sans compter que son agilité risquait d'être sérieusement mise à mal s'il ne pouvait se déplacer qu'en boitillant. A nouveau, il tenta de se relever en prenant appui sur le mur, défaisant le noeud de sa robe qui n'avait plus guère d'utilité, et qui l'empêchait de se mouvoir comme il le voulait. Il n'osait retirer sa bottine, de crainte de ne plus être capable de la remettre après.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humain

avatar

Messages : 19
Âge du personnage : Une vingtaine d'années


Mémoire de vie
Race: Humain
Métier/Rang: Chanteuse d'opéra / Duchesse
Statut amoureux:

MessageSujet: Re: Un Cavalier di Spagna [Lucrecia]   Lun 28 Aoû - 17:21

Un Cavalier di Spagna
••••

Lucrecia cligna des yeux. Ah c'était donc cela. Asteria avait franchi l'interdit pour venir en ces lieux, pour quelle raison ? Ça...Elle n'en savait rien. En revanche si la duchesse se permettait de plisser les yeux face à la réticence de la rousse, c'était bien parce qu'elle ne voulait pas rester bêtement impuissante à la laisser dans cet état. Pas question.

— Mais enfin ! Vous pourriez avoir quelque chose de cassé !

Au ton de sa voix et au regard qu'elle lui lançait, on voyait aisément que la demoiselle n'était pas ravie d'entendre une chose pareille. Mais elle était quelqu'un de particulièrement têtue, au point d'en dépiter parfois son frère adoptif ou au contraire, en obtenir son admiration de faire preuve d'autant de détermination dans chaque tâches qu'elle accomplissait, même la plus insignifiante.

Dans un court silence, Lucrecia l'attrapa gentiment par les épaules, de sorte à ce que l'invitée la regarde bien dans ses yeux brillants d'une lueur qu'on ne saurait réellement décrire. En tout cas, elle se voulait davantage maternelle et posée dans son attitude.

— Je puisse comprendre que vous ayez peur de vous faire sermonner Asteria, mais si cela peut vous rassurer, je suis la Duchesse de cette humble demeure. Si j'affirme que nous soyons amies, vous n'aurez pas de soucis à vous faire. Je vais demander à ce qu'on vous amène dans une chambre d'ami et à ce qu'on pose une pommade sur votre cheville.

Ponctué par un sourire chaleureux ourlant ses fines lèvres, elle se saisit de sa main de sorte à rassurer Asteria sur ses intentions qui étaient loin d'être mauvaise. Dans le fond, Lucrecia souhaitait juste un peu de compagnie bien que cette dernière ne se rendait pas compte de cette solitude qui la rongeait au quotidien. Alors rencontrer de nouvelles têtes ne pouvaient que l'aider à se sentir mieux.

— Me faites-vous confiance maintenant, ma chère amie ?

La Duchesse espérait que la réponse qu'elle s'avérerait positive. A contrario, elle serait même capable d'aller chercher cette satanée préparation toute seule pour la lui appliquer !

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humain

avatar

Messages : 14
Âge du personnage : Inconnu (environ 22-28 ans)


MessageSujet: Re: Un Cavalier di Spagna [Lucrecia]   Ven 29 Sep - 23:43


Mais enfin ! Vous pourriez avoir quelque chose de cassé !

Il grimaça à l'idée que, oui, effectivement, il s'était peut être cassé la cheville comme un idiot en faisant des cabrioles non-rémunérées. Mais lorsqu'il voulut lui répondre, lui dire que tout irait bien, il fut surpris par une paire de mains posées sur ses épaules, et un regard décidé.

Je puisse comprendre que vous ayez peur de vous faire sermonner Asteria, mais si cela peut vous rassurer, je suis la Duchesse de cette humble demeure. Si j'affirme que nous soyons amies, vous n'aurez pas de soucis à vous faire. Je vais demander à ce qu'on vous amène dans une chambre d'ami et à ce qu'on pose une pommade sur votre cheville. Me faites-vous confiance maintenant, ma chère amie ?

C'était loin d'être une information rassurrante, dans les faits, mais en revanche, cela réveillait en lui une envie très particulière. Un défi. Il eut une petite grimace hésitante, une moue chagrinée, mais finit par serrer tout doucement la main qui s'était posée sur la sienne.

Je m'en voudrais de vous mettre dans l'embarras... mais... soit. J'accepte volontiers, cependant. Je vous en prie, laissez-moi au moins sortir de ce petit bosquet de fleurs. Je pense... je pense pouvoir marcher un peu, du moins, jusqu'à cette... fameuse chambre d'amis que vous me proposez.

Il hocha la tête en essayant d'avoir l'air très convainquant(e), et il attendit que les augures soient bonnes pour essayer de se redresser, lissant les plis de sa jupe, serrant les dents de façon fort peu gracieuse en se redressant. Il serrait les doigts sur l'arbre qui s'était gentiment proposé pour lui servir d'appui, et il baissa les yeux pour dissimuler sa souffrance sous la montagne de boucles qui lui servait de chevelure. Finalement, il réussit à poser le pied par terre, étouffant un léger bruit trahissant sa douleur.

Ah, ma chère amie, je m'en veut de vous présenter un si triste spectacle. J'espérais vous proposer une meilleure gymnastique...

Il osa poser une main sur son épaule, afin qu'elle puisse le guider jusqu'à cette fameuse chambre. La promesse d'un siège confortable et de soins appropriés lui firent, l'espace d'un instant, oublier toute notion de prudence.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un Cavalier di Spagna [Lucrecia]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un Cavalier di Spagna [Lucrecia]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EX CATHEDRA :: L'Italie :: L'île Tibérine-