AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Souvenirs olfactifs [PV Astrid L. Håkansson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Messages : 15


MessageSujet: Souvenirs olfactifs [PV Astrid L. Håkansson]   Lun 3 Juil - 15:09

Un coup de poing violent s’abattit sur le bois de son bureau. Il serrait les dents, amer, ignorant la nouvelle douleur qui émanait du côté de sa main. Cette douleur, ce n’était rien. Rien comparé à celle qu’il avait dans son cœur. De violents souvenirs se joignirent à sa colère latente. Il resta de longues minutes debout, le poing encore sur la table, essayant de calmer ses ardeurs violentes. Il fallait qu’il étouffe cette douce haine qui était en train de l’envahir.
Un peu plus tôt dans la matinée, il avait reçu une lettre comme il en recevait tant d’autres. Ce n’était pas un miracle en soi. Les feuilles parcheminées scellées faisaient partie de son quotidien au même titre que les entrevues qu’il accordait à quelques membres de son peuple. Pourtant ce matin, il s’était réveillé avec un sentiment étrange. Son âme n’était pas sereine. Était-ce parce qu’il se doutait d’une attaque soudaine de son ennemi juré ? Non… C’était autre chose… La princesse ? Il jeta un œil à sa droite : sa petite fille était là, son petit animal en peluche contre sa poitrine. Elle dormait paisiblement et n’était pas en train de baigner dans une mare de sang. Alors quoi… ? Ce ne fut que quelques heures plus tard que le Roi pu justifier son malaise. Une missive urgente d’un de ses missionnaires stationnés en France lui annonçait la terrible nouvelle : Charles avait essuyé un cruel échec contre la perfide Albion et en avait perdu la mémoire. Comment ? Pourquoi n’avait-il pas été au courant de la guerre qu’avait lancé son ami contre l’Angleterre ?! Pourquoi n’avait-il pas su pour l’accident de sa charmante épouse ?! « Votre Majesté… Vous étiez en plein en train de contrer les Danois… » Il exigea que toutes les lettres qu’il avait reçu ces trois derniers mois soient réexaminées ; il voulait savoir. Savoir si Charles l’avait prévenu de ce qu’il lui arrivait… Prévenu de ce qu’il comptait faire. Si tel était le cas, le suédois ne perdrait pas de temps, ne se poserait pas de question, et lancerait une offensive si destructrice que l’Angleterre saurait qu’elle était piégée de toute part. Annulant toutes ses entrevues, il était retourné dans ses appartements et s’était enfermé dans son bureau.

Gustav déglutit et se laissa tomber sur son fauteuil en cuir bleu nuit. Il croisa ses longs doigts fin qu’il posa contre ses lèvres ; il réfléchissait, perdu dans ses pensées. Que pouvait-il faire ? Quitter son palais pour juger de lui-même de l’état de Charles ? Cela pouvait être trop risqué. Le Danemark saisirait à coups sûrs cette occasion pour envahir ses terres et ruiner les villages qui étaient sur la route de Stockholm. Le faire venir ? Ce serait lui faire maladroitement prendre le rôle d’appât… Qui plus est, la France devait être en ce moment dans sa plus belle impasse avec un Roi amnésique. D’ailleurs… Jusqu’où avait-il tout oublié ? Est-ce qu’il l’avait oublié, lui, son ami de longue date ? Il serra les dents. Il avait horreur de cette impuissance.
C’est alors que la porte en face de son bureau glissa doucement sur ses gonds. Son regard dur se leva pour en voir la raison, s’attendant à l’un de ses servants venant lui annoncer que Charles lui avait bel et bien annoncé ses intentions et lui avait demandé de l’aide. Mais à la place, il vit les boucles brunes et le visage de porcelaine de son adorable enfant. Ses grands yeux curieux et aimant se plantèrent directement dans ceux de son père. Elle retomba sur ses talons -la pauvre était trop petite pour atteindre la poignée sans se hisser sur ses orteils- et se mit dans l’encadrement de la porte. « Pappa… ? » dit-elle avec hésitation. Gustav soupira brièvement. Il ne s’était pas attendu à ce que ce soit elle. « Elina. Tu ne devrais pas être ici. » La petite baissa la tête et attrapa le jupon de sa robe. Il ferma les yeux pour achever de se calmer, mettre ses envies sanglantes de côté, et les rouvrit ; elle n’avait pas bougé. « Viens ici, min vackra. » La douceur de sa voix fit courir la petite qui se jeta sur son père. Elle l’enlaça de ses petits bras en plongeant sa tête contre le torse de Gustav. Sa légère chaleur l’inondait et le calmait. Que restait-il à Charles hormis la distance et l’absence de chaleur ? « Pappa, pourquoi tu es triste ? » Triste ? Lui ? Alors qu’il y a quelques instants il était aussi tumultueux que la mer du Nord en plein hiver ? « Pourquoi dis-tu cela ?- Tu as les sourcils froncés… Ici... » Elle posa son petit index entre ses sourcils. « Charles ne va pas bien, min vackra. Il a eu un accident. - Le monsieur blond ? De quand on traverse la mer ? – Oui. -Qu’est-ce qu’il a? – Il a été très en colère contre quelqu’un et a fait une bêtise. Maintenant, il a oublié beaucoup de choses… – Il… Il nous a oubliés aussi ? Je l’aime bien ce monsieur… » Elle était maintenant tout aussi triste que lui, sauf qu’elle ne se privait de l’afficher sur son visage d’ordinaire rayonnant de joie. « Je ne sais pas, Elina… – Il faut lui envoyer quelque chose pour qu’il se rappelle de nous ! » Gustav arqua un sourcil, curieux. Elle serrait son vestion noir avec vigueur et s’était exclamé avec une détermination rare. « Et à quoi penses-tu? - Je ne sais pas ! Peut-être un dessin… Peut-être un des livres qu’il m’a offert… Je ne veux pas qu’il m’oublie ! » Elle marqua une courte pause, réfléchissant. Elle ne savait que choisir entre toutes ses idées. « Je vais lui faire plein de choses pour qu’il se rappelle de moi ! » Là-dessus, elle sauta des genoux de son père et balaya du regard la pièce. « Tu devrais aussi lui faire quelque chose, Pappa ! Je suis sûre que ça lui plairait! » Elle quitta alors son bureau, débordant de motivation et de bonnes intentions. Quelque chose hein… Oui mais quoi ? Ils étaient tous les deux des hommes… Qui plus est des Rois. Un simple dessin comme il savait si bien les faire ne suffirait pas à susciter la mémoire de Charles, ni même à lui rappeler l'expéditeur de ce colis. Il leva ses yeux clairs vers un portrait accroché au-dessus de la double-porte que venait de franchir Elina. Sa femme le regardait avec tendresse. Sans conviction, il convoqua un de ses valets. « Faites venir l’héritier des Håkansson le plus rapidement possible. Je la rencontrerais dans la salle de Conférences. » conclut-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lycan

avatar

Messages : 30


MessageSujet: Re: Souvenirs olfactifs [PV Astrid L. Håkansson]   Jeu 6 Juil - 12:54

Souvenirs olfactifs


feat. Gustav II Fran Sverige
La richesse chez les nobles se distinguaient de multiples façons. La richesse des vêtements, l'éclat des bijoux et des diamants autour des cous fins et délicats des jeunes femmes ou au nombre de bague sur les doigts d'un baron, les maisons, les manoirs ou les demeures fastes et somptueuses. Ce sont des signes distinctes pour la plupart des nobles de la Cour.

Mais Astrid était différente. Si on oubliait sa nature quelque peu spécial, bien évidemment. Sa richesse à elle venait de ses nombreuses connaissances à travers ses nombreux voyages autour du monde. Elle avait appris bien des choses et avait enrichi son savoir au fil du temps. Et son savoir, elle le matérialisait dans quelque chose de bien particulier. Ses eaux parfumés. Assise à une table dans la bibliothèque royale du Château, Astrid réécrivait avec minutie la recette de l'une d'entre elle dans son précieux carnet. Sa dernière création avait été destinée pour un noble de la Cour et, satisfait de son travail, il lui avait assuré qu'il passerait à nouveau commande.

La lycane s'arrêta d'écrire quelques instants, se permettant un moment de rêverie. Elle pouvait imaginer sans peine les délicates bouteilles de différentes couleurs, alignés dans une magnifique vitrine en verre et en bois. Vitrine qui commençait d'ailleurs à déborder. Sourcils légèrement froncés, elle nota sur un bout de papier qu'elle allait devoir en commander un autre où les fioles commenceront à s'installer sur les étagères du manoir.

Au loin, elle entendit la porte de la bibliothèque grincée alors qu'on l'ouvrait et la refermait. Grâce à sa nature lycanthrope, elle pouvait entendre les bruits de pas pressés qui se dirigeait indéniablement vers elle.

-Que me voulez-vous? Demanda la jeune femme sans lever les yeux de son carnet.

Elle entendit la légère hésitation du valet mais se reprit bien vite, s'inclinant.

-Sa Majesté vous demande dans la Salle de Conférences, madame.

La main d'Astrid cessa d'écrire lorsqu'il évoqua le Roi. Que pouvait-il bien lui vouloir? Pour avoir sa réponse, elle devrait aller à la Salle de Conférences, n'est-ce pas? Elle congédia le valet, rangea ses affaires et les confia à Jonas qui attendait à l'extérieur de la bibliothèque. Elle ordonna à son homme à tout faire de ne pas l'accompagner jusqu'à la Salle de Conférences, elle saurait très bien se débrouiller pour le reste.

Sur son chemin, elle s'arrêta devant un miroir, vérifia son apparence, ajusta quelques mèches et lissa quelques plis de sa robe avant de continuer sa route. Une fois arrivée devant les portes de la pièce, les deux gardes en poste l'annoncèrent puis ouvrirent la salle. Elle attendit que les portes se soient refermées pour faire sa révérence.

-Votre Majesté. En quoi puis-je vous servir?

Lorsqu'elle se releva, elle afficha un sourire fin et délicat, replaçant avec discrétion l'une de ses longues mèches blondes platines sur son épaule.



@astrid


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 15


MessageSujet: Re: Souvenirs olfactifs [PV Astrid L. Håkansson]   Mer 12 Juil - 17:43

Assis derrière son bureau en merisier, il avait une jambe croisée sur l’autre et les bras sur ses accoudoirs. Son regard était rivé dans celui du portrait de sa défunte épouse. Il avait, comme d’ordinaire, une de ces conversations interne, solitaire, avec la femme qu’il avait tant aimé et qui était partie trop tôt. Il se remémorait quelques souvenirs, notamment ceux qui avaient permis à Charles et à Ellen de se rencontrer…
Le Roi de France avait fait le chemin jusqu’à Stockholm. Une sorte de surprise qui avait été cachée à Gustav jusqu’au moment où, agacé par le silence de ses domestiques, il ordonna au majordome en chef de lui répondre. Il se rappela alors qu’il n’avait pas été tendre et l’avait menacé de le plonger vivant et nu dans la Strömmen jusqu’à ce que mort s’ensuive. Même s’il n’avait pas été entièrement sérieux, son ton froid et son regard dur avait achevé de convaincre le majordome qui l’avait renvoyé vers Madame la Reine. Bien qu’il n’avait pas compris pourquoi, il le laissa retourner travailler en lui promettant de statuer sur son sort plus tard et qu’il ne tarerait pas à le tenir au courant de sa décision. Il avait alors été dans le quartier de son épouse, qu’il trouva en l’excellente compagnie de son ami de longue date. Deux des personnes qui, à l’époque, étaient celles qu’ils chérissaient le plus avec son frère cadet, avaient décidé de lui faire cette surprise pour son anniversaire… Et son homologue royal leur avait ramené une magnifique plante du sud de la France qui avait spécialement été élevée pour s’acclimater à la rudesse des hivers suédois. Un doux souvenir qui lui tira un sourire nostalgique… Un de ceux que Charles avait dû oublier.

Il se leva alors de son fauteuil et respira longuement. Il tira sur le bas de sa veste noire aux boutons d’or ; il était temps de se rendre dans la Salle de Conférence. La noble dont il avait sollicité la présence devait être dans ses quartiers et ne devrait pas tarder à se présenter pour leur entrevue. Il sortit de son bureau et pris la direction la plus courte pour aller… Voir sa fille. Celle-ci était concentrée sur ses projets pour Charles. Il la prévint qu’il ne fallait pas qu’elle le dérange, Pappa avait un rendez-vous très sérieux… « Oh ! Tu as trouvé quelque chose pour Charles? -Je pense oui... -D’accord ! Tu me diras ce soir? » Il hocha la tête et prit, cette fois-ci, la direction de la salle où il s’entretenait avec les gens de toutes classes sociales. Il y arriva bien avant la jeune femme et il s’assit sur le fauteuil luxueux, situé en haut de quelques marches, une tasse de thé à la main. Trois coups secs se firent alors entendre derrière la double porte en bois et Gustav posa la tasse sur une petite table à côté de lui. Il avait entendu parlé de cette jeune femme. Son talent se murmurait entre les nobles de sa cour et avait fini par arriver jusqu’à ses oreilles. Une aubaine pour le Roi, compte tenu de son idée un peu folle. Il la dévisagea en silence. Tous ses gestes étaient impeccables, mesurés aux millimètres près. Elle avait reçu l’éducation qui était propre à son rang. Sauf cette mèche volontairement rebelle qui s’était glissée le long de son cou découvert pour venir épouser la courbe de son épaule. Il se leva et descendit les trois marches lui le mettait physiquement au-dessus d’elle. « Voyez-vous, les conversations vont bon train lors des soirées mondaines. Des noms s’échangent. Des gens les plus détestables aux plus talentueux. » Il marqua une courte pause, les deux êtres n’étaient plus qu’à quelques mètres l’un de l’autre. « J’ai entendu dire que vous étiez parfumeuse. Pouvez-vous m’expliquer votre processus et comment vous faite pour capturer l’essence d’une personne ou d’un souvenir. » Ce n’était pas une question, loin de là. Mais le ton volontairement neutre et le regard intéressé ne pouvait que favoriser un discours de la jeune femme. Hormis bien sûr son rang qui pouvait la sommer de lui répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lycan

avatar

Messages : 30


MessageSujet: Re: Souvenirs olfactifs [PV Astrid L. Håkansson]   Ven 14 Juil - 14:47

Souvenirs olfactifs


feat. Gustav II Fran Sverige
Astrid garda son sourire alors que le Roi l'observait silencieusement et avec minutie. Son regard n'avait bien évidemment pas loupé la mèche rebelle de la duchesse. Mais il n'en fit aucune remarque pour autant. Il se contenta de descendre les marches qui lui donnaient plus de hauteur, d'importance et de prestance. Il se décida néanmoins à parler, attirant maintenant la curiosité de la demoiselle. Pendant une infime seconde, elle se demanda si le Roi avait découvert sa nature lycanthrope mais se ressaisit et l'écouta jusqu'au bout.

Voilà quelques années qu'elle avait commencé sa modeste profession de parfumeuse et son commerce florissait auprès des nobles de Suède depuis le début de l'année. Son premier essai avait été avec une noble de France, une amie de la famille. Elle avait été très satisfaite et Astrid avait décidé de tenter l'expérience dans son pays natal. Et le meilleur moyen d'augmenter sa popularité était le bouche-à-oreille. Mais elle n'aurait jamais cru que son nom arriverait dans les oreilles du monarque aussi vite.

-Permettez-moi de vous dire que je suis honorée que Sa Majesté porte autant d'attention à mon travail. Rares sont les personnes me sollicitent pour me demander mon savoir-faire. Sans doute parce qu'une femme n'est pas supposée être autant savante qu'un homme.

Elle replaça sa mèche encore rebelle derrière son oreille avant de continuer.

-C'est un processus assez simple mais qui s'étend sur plusieurs jours. Il vous faut d'abord fabriquer des huiles parfumées. Pour cela, il faut mettre les fleurs et les feuilles dont vous souhaitez obtenir l'huile, des peaux de fruits - des agrumes de préférence dans un sac que vous refermez. Vous le frappez ensuite tout doucement avec un maillet de cuisine pour ne pas en faire une bouillie. Une fois cela fait, vous mettez le contenu du sac dans une fiole avec l'huile d'amande. Secouez la fiole jusqu'à ce que tout soit bien mélangés. Il ne vous reste plus qu'à laisser la fiole au soleil afin que l'huile puisse s'imprégner de ceux de la plante. Vous pouvez ainsi répéter ces actions avec d'autres fleurs.

Une fois qu'Astrid était lancée sur ce sujet, il était difficile de l'arrêter. Tout en parlant, elle s'était mise à marcher dans la salle de Conférences, tournant autour du Roi.

-Le lendemain, prenez une passoire afin de retirer les matières superflues. N'hésitez pas à filtrer plusieurs fois. Pour conservez l'huile le plus longtemps possible, il est important de les garder des fioles opaques - les brunes sont parfaites. Maintenant que vous avez vos huiles, vous pouvez fabriquer vos eaux parfumées. J'ai essayé plusieurs liquides afin de conserver les odeurs et j'en suis arrivée à la conclusion que l'alcool est le meilleur pour ce rôle. Ce que je viens d'expliquer, c'est la fabrication en elle-même. Oh…

Les joues d'Astrid se colorèrent d'une délicieuse couleur rose, se rendant compte enfin qu'elle venait de monopoliser la parole en présence du Roi. Ses mains vinrent dissimuler le bas de son visage avec timidité.

-Je vous prie de m'excuser, Votre Majesté. Lorsque je suis lancée sur ce sujet, il m'est difficile de m'arrêter.

Un petit silence s'installa dans la pièce. Elle reprit finalement un peu plus de douceur dans sa voie cette fois-ci.

-Pour ce qui est de capturer l'essence d'une personne ou un souvenir, il me faut une préparation différente. Il me faut… apprendre à connaître la personne, son caractère, son passé… Entre autres…




@astrid


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Souvenirs olfactifs [PV Astrid L. Håkansson]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Souvenirs olfactifs [PV Astrid L. Håkansson]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]
» Les souvenirs...
» Déterre la tombe d'Astrid pdt la nuit (pv Luca et Victoir)
» Les Limbes des souvenirs.
» Entrevue douloureuse et Souvenirs refoulés. {Achevé}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EX CATHEDRA :: Dénouement :: Le Rôle-Play autrement :: Sur la table de Chronos-