AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le pouvoir a un nom.... Cadis A. Aegirsson | UC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Le pouvoir a un nom.... Cadis A. Aegirsson | UC   Lun 26 Juin - 22:41


Cadis Asgueïr

ÂGE ─ L'âge de dire "c'était mieux avant"
ANNIVERSAIRE ─ Aucun
ORIENTATION SEXUELLE ─ Hétéro
OCCUPATION ─ Vampire originel | Maître du premier Empire marchand Ottoman | Grand maître d'une guilde d'assassin
PAYS ─ Empire ottoman
CLASSE SOCIALE ─ Haute bourgeoisie marchande
RACE ─ Vampire
AVATAR ─ Cadis Etrama di Raizel | Noblesse
Profil Psychologique

Cadis A. Aegirsson est un individu à la mentalité un peu particulière. De part sa longévité son esprit a eu le temps de murir, de s'assagir le faisant paraitre aux yeux des autres pour un être doté de nombreuses connaissances qu'il met au service de son intellect afin d'obtenir ce qu'il veut, qu'importe les obstacles… Et c'est là que le bas blesse car même si on peut croire qu'il est suffisamment intelligent pour ne pas offusquer les puissants de ce monde il n'a pas réussi à se défaire de cette arrogance qui le laisse penser au-dessus des autres. Qu'importe leur statut. De plus il n'a que faire des vies qu'il brise, c'est une personne qui n'hésiterait pas une seule seconde à bruler un quartier entier si cela lui permettait d'éliminer un obstacle. Il irait jusqu'à affronter un Roi si ce dernier s'oppose à lui car pour lui les autres ne sont rien ou sinon peu de choses. Il ne sent pas concerner par les règles des humains, se considérant dans un univers différent du leur. Néanmoins Cadis porte un minimum de respect envers les autres Seigneurs originels, dire qui les considèrent comme son égal serait mentir mais cela n'en est pas loin.
On peut penser à ce moment que le vampire est un être froid, arrogant et calculateur mettant tout en œuvre pour atteindre ses objectifs quitte à ruiner des pays… Et cela serait vrai, tout du moins en parti.
En effet c'est un être qui ne recule devant rien mais c'est aussi un individu capable d'amour et de douceur. Il a en lui la nostalgie de son passé viking où tout se résolvait ou presque à la force de la hache. Il possède enchaîné dans les coins les plus sombres de son esprit un animal assoiffé de sang et cruel. Et aussi résistant que soit son esprit, son côté bestial se réveille lorsqu'on porte atteinte à sa famille (au sens large, enfants, serviteurs, biens). Dès lors la bête se réveille et potentiellement les ordres qu'il peut donner se démarqueront par leur cruauté et leur violence. A l'inverse bien qu'il considère sa famille comme une ressource il ne refuse aucune dépense pour embellir leur quotidien… Il est peut-être machiavélique mais ce n'est pas pour autant un être dénué de gentillesse. Il a juste appris à séparer la passion de la raison.
Ainsi l'esprit d'Asgueïr est semblable aux deux faces d'une pièce que tout semble opposer mais dont la complémentarité le laisse entier et sain.
Histoire

Information:
 


Toute histoire a un commencement





La nuit venait de tomber et pourtant non loin une vive lueur continuait de battre. Comme un défi à la noirceur qui venait réclamer son heure elle brillait de mille feux et semblait vouloir toucher le ciel étoilé. Non loin de là un hurlement porté par le vent du Nord se fit entendre, une meute sauvage venait de se mettre en chasse alors que des corbeaux tournaient encore et encore autour du phare incandescent. Dans les yeux des Corvus se reflétait une silhouette qui faisait face au décor chaotique. L’individu, un homme situé entre 25 et 35 ans, regardait sereinement la panique qui s’était répandu au sein de son village natal. Gravant chaque parcelle de cet instant comme un peintre le ferait sur sa toile il ne fit aucunement mine de réagir aux cris, aux pleurs qui emplissaient l’air… comme si le village et lui-même étaient séparés par une barrière en verre.  Un soupir s’éleva de ses lèvres, le souffle craqua au contact du froid hivernal. Son regard se baissa et vint se perdre dans le contenu vermeil et alcoolisé de sa corne alors qu’un sourire malsain prit possession de son visage. Ce rictus fit tomber une goutte de son visage qui alla rejoindre les autres. En cette nuit, en cette heure il se sentait vivant, parmi le carnage et la destruction il était là, savourant son œuvre, heureux d’avoir éradiqué les traîtres. Une personne vint le rejoindre et s’inclinant à genou il prit la parole.

« Asgueïr Aegirsson… C’est… fait. »

Ces quelques mots suffirent à ramener le vampire à l’instant présent, sa joie disparut comme neige au soleil et il reprit sa stature impassible. Sans rien dire il commença à descendre la butte tout en jetant sa corne avant de marcher d’un pas lourd mais ferme dans le village. Tout autour de lui ses souvenirs de la bataille se rejouaient, il se voyait de nouveau trancher, briser et tuer les habitants. Il se souvenait de leur visage surprit, de leurs larmes et de leur supplique. Il avait aimé les châtier par le sang, démontrer sa supériorité par l’étalage de sa force brute. Ce moment avait été grisant mais… comme toute bataille tout ne se passe pas comme prévu, …il y a toujours des dégâts collatéraux, certains plus important que d’autres.
Finalement parmi le crépitement des flammes le clapotement de la mer contre les pontons commença à poindre. Asgueïr rejoignit un groupe d’individus qui s’écartèrent et inclinèrent le buste à son passage. Il n’eut aucun regard pour eux, ses pupilles sanguines restaient inexorablement fixées sur le drakkar amarré où trônait un corps allongé entouré de nombreux objets de tailles diverses. Malgré la violence du combat ce dernier était encore en un seul morceau et le vampire eut tout le loisir de le regarder sans éprouver un sentiment de profond dégout. La jeune femme avait été nettoyée, son armure et ses armes lustrées pour l’occasion. Rien ne pouvait trahir son état…. Elle paraissait simplement endormie, sereine, comme si ses doutes et ses peurs l’avaient quittée. Asgueïr monta sans un mot et regarda paisiblement sa bien-aimée se préparer à son dernier voyage. Un long soupir doucement s’échappa de ses lèvres et il posa ses mains sur ses hanches, donnant l’impression qu’il allait la gronder.


« Quel terrible gâchis… Si seulement tu avais acceptée ma proposition tout aurait différent Hedvig. Ce n’était pas compliqué pourtant, tu m’avais été promise depuis le début il te suffisait juste de continuer à consentir… Si seulement tu avais dit oui alors on n’aurait pas eu à se combattre et je n’aurais pas eu à te tuer. Tu le savais pourtant que je t’étais supérieur, portant en moi le futur de notre race… »

Les derniers mots disparurent dans le vent hivernal et son regard devint trouble, signe que son esprit l’emmenait vers un futur imaginaire désormais utopique. Cette prise de conscience libéra une digue dans ses émotions et un mélange méphitique de colère et de regret inonda sa raison lui faisant serrer les poings jusqu’à ce que les jointures blanchissent, lui faisant aussi hausser le ton et faire les cents pas sur le navire.

« Sauf que pour offrir un futur il faut deux personnes ! Si tu avais accepté tu aurais été la Reine de mon Empire, ta famille et ton clan n’aurait rien eu à craindre et même ils auraient jouis d’un statut important ! Sauf que tu as dis non et tout cela par fierté ! Tu as toujours été une femme fière, indépendante et forte… » Sa voix diminua de volume et il termina comme pour lui-même. « Mais c’est sans doute ce qui me plaisait chez toi, cette force, cette…volonté….»

Il approcha son visage et déposa un baiser sur ses lèvres avant de prendre un anneau qu’elle portait en souvenir de tout ce qu’ils avaient partagés et de quitter le drakkar pour rejoindre son second qui tenait un arc et des flèches à enflammer.

« Détachez le drakkar, c’est l’heure. »
« Bien. »

Tandis que le navire s’éloigna de la rive Asgueïr encocha une flèche et l’enflamma. Derrière lui cinq hommes l’imitèrent, bandant leur arme d’un même mouvement. Le vampire attendit encore un peu et dès que la cible fut au milieu de la lumière lunaire il ouvrit sa main. Six traits orangés traversèrent le ciel avant de se ficher dans l’armature en bois du navire. Ce dernier prit rapidement feu et se consuma progressivement sous les yeux des Dieux et des Walkyries.

« Björn, combien sont encore en état ? »
« Sept chef. »
« Bien… Préparez les tous,… cette terre m’a montrée qu’elle était prête à tout pour me faire partir… Nous allons donc exaucer son vœu… Pour le moment. Mais j’en fais le serment, je reviendrais et je la ferais ployer quitte à n’en laisser que des cendres. »



Toute histoire est un voyage




Cette nuit marqua le début du long voyage d’Asgueïr. Voyageant avec son agglomérat de clan, il traversa les mers déchaînées du Nord mais les Dieux n’avaient pas aimés son discours et durant son avancée il perdit cinq drakkars, détruisant ainsi au passage ses élans de conquête. Ils finirent néanmoins par accoster sur les rives de ce qui deviendrait plus tard l’Allemagne. Là le vampire entreprit de marquer ce nouveau territoire de son empreinte en pillant et massacrant tous ceux qui refusaient de le rejoindre dans sa quête de pouvoir. Il descendit les terres avec sa troupe, laissant derrière lui un torrent de sang et de peur. Il ne craignait personne et les rumeurs de ses exactions venaient jusqu’aux oreilles des villages les plus éloignés qui se mettaient à craindre sa venue. Asgueïr se sentait doucement revenir à la vie en rêvant de nouveau d’un empire. Hélas, les seigneurs locaux las de ses attaques finirent par faire une trêve temporaire dans le but de détruire ce clou qui dépassait de la planche. Un jour, alors que le vampire se préparait à faire une razzia sur un village il eut la mauvaise surprise de voir non pas des villageois effrayés mais des hommes en armure aux différentes couleurs qui étaient prêt à en découdre. Il comprit rapidement qu’il n’avait pas la puissance suffisante et tenta de réaliser un mouvement stratégique de marche arrière. Malheureusement pour lui les seigneurs adverses ne voulaient pas de prisonniers ni même de survivants et une troupe de cavalerie vint les frapper par derrière, décimant sa troupe avec une facilité déconcertante. Asgueïr voyait autour de lui l’étau de la mort se resserrer et pour la première fois de sa vie il la sentit sur lui, pour la première fois il se mit à craindre pour sa vie. Dès lors il abandonna sa troupe et s’enfuit avec les cinq derniers vikings de son voyage. Derrière eux ils pouvaient entendre les cris de ceux qu’ils avaient laissés.

Se déplaçant la nuit et se cachant le jour ils finirent par arriver sur des terres plus chaudes et relativement en paix. Ils finirent par tomber une ferme à l’écart et Asgueïr, pour qui les pulsions de conquêtes s’étaient définitivement envolés, décida de s’y installer en ayant éliminé préalablement les précédents occupants. C’est ainsi que de guerriers ils devinrent fermiers. Bien sur les débuts furent difficiles, n’ayant aucune connaissance sur le sujet mais à force de recherches et d’essais ils finirent par y arriver.

Les années passèrent, les compagnons du vampire avaient finit par tous trouver une compagne, et la petite ferme s’était considérablement agrandit au point de devenir semblable à une villa. La vie brillait avec vigueur dans ses lieux, de nombreux enfants vaquaient ici et la tandis que les femmes s’occupaient de la gestion interne pendant que leur maris et fils étaient aux champs. Tout fonctionnait comme une machine bien huilée sous le regard de Björn. Les années n’avaient pas été tendres avec lui, son corps n’arrivait plus à fournir autant qu’avant et sa jambe droite ne le soutenait plus aussi bien. Il savait qu’avec d’autres circonstances il serait mort depuis longtemps alors il s’efforçait de transmettre son savoir à son jeune fils, Erik,  afin qu’à son tour il devienne le support de leur maître.
Le temps continua de filer au rythme des saisons et les vikings finirent par s’éteindre tour à tour de vieillesse. Cette période fut rude pour Asgueïr notamment lorsque le dernier du groupe, Björn, finit par le quitter. Ce dernier au-delà d’avoir été son second avait aussi été son confident, son ami, son frère de bataille. Par son départ un long chapitre venait de se conclure. Désormais était le seul à se souvenir de leur exode en ces lieux. Néanmoins il pouvait se consoler en se disant que tous ses frères continueraient à vivre et à le servir au travers leur descendants.

La vie reprit son cours, le vampire se mit à investir et devint rapidement un membre influent du secteur. Par la même occasion il découvrit que le pouvoir que lui apportait l’argent avec plus d’impact que le pouvoir des armes qu’il avait jusqu’à maintenant utilisé. Un jour un de ses servant revint paniqué à la résidence. Il était censé accompagner un jeune vampire faire ses premiers pas en ville. C’était inconcevable qui le laisse sans surveillance et il se prépara à le punir mais il s’interrompit lorsque l’homme lui donna la raison de son retour. Ce qu’il apprit glaça le sang du vampire et il lui fallait vérifier ses dires. Mais il devait aussi punir le servant pour ne pas l’avoir aidé. Une idée popa dans son esprit et un sourire malsain naquit sur ses lèvres. Il allait combiner les deux. Il transforma le dit servant en vampire et une fois que cette dernière fut accomplit il l’accompagna avec d’autres vampires le soir en ville avant de l’obliger à passer devant le bâtiment religieux. L’effet fut immédiat et le maître put voir son cobaye se transformer en hurlant en cendres qui s’envolèrent, emporté par la brise qui soufflait.

La colère apparut sur le visage du viking, encore une fois alors que tout semblait aller pour le mieux les Dieux venaient briser ses rêves. Il devait maintenant bannir tout ce qui pouvait être sacré et en rapport avec la religion de ce lieu. Il allait devoir faire attention car il se doutait qu’il n’était pas lui-même à l’abri de ce pouvoir. Il rentra, se cloîtra dans son bureau et entama des recherches, laissant la gestion du patrimoine à Erik. Ce faisant il finit par disparaître de l’esprit collectif et seul Erik puis sa descendance furent les seuls à être conscient de son existence, se chargeant de lui apporter de quoi vivre et veillant son corps lors de ses périodes d’hibernation.  

Quelques générations passèrent avant qu’il refasse surface. Le christianisme avait depuis longtemps prit place dans le collectif occidental et maintenant il y avait des églises partout ou presque.  Les longues recherches d’Asgueïr lui avait permis d’en apprendre plus sur cette religion désormais dominante et il avait pu tisser des liens avec quelques riches et influentes famille italienne. Ainsi il pu acquérir à la fois un début de pouvoir et d’influence au travers elles. Ce faisant il mit en marche le plan qui avait mûrit depuis pendant des années dans son esprit. Il allait enfin pouvoir se venger de cette religion, certes il savait parfaitement qu’il ne pouvait la détruire. Les croyances c’est comme la mauvaise herbe, cela finit toujours par repousser. Néanmoins il pouvait toujours se venger en la corrompant ne serait-ce que pendant un temps. Pour ce faire il allait jeter l’opprobre sur la plus haute fonction religieuse et la famille de l’aristocrate romain Théophylacte allait l’y aider de grès ou de force.

Le sénateur romain et sa femme envoyèrent leur jeune fille Marozia seulement âgé de sept ans dans le lit du pape Serge III dans le but d’obtenir le contrôle pontificale. Six ans plus tard elle finit par tomber enceinte et donna naissance à garçon concluant ainsi avec brio la première étape de la vengeance d’Asgueïr. La pureté papale venait d’être souillée et l’enfant en était la preuve vivante. Les années passèrent et lorsque Serge III mourut Marozia réussit à mettre leur fils à sa place. Prenant par la même occasion conscience du pouvoir qu’elle avait entre les mains elle décida de l’utiliser comme elle le voulait, faisant ainsi sans le savoir les affaires du maître chanteur vampire. Rapidement la hiérarchie pontificale ne ressembla plus à un rien d’autre qu’à un lieu de débauche où se côtoyait sans pudeur, meurtre, viol et inceste. Les papes se succédèrent, certains même n’étaient aucunement religieux. Chaque famille tentait d’y mettre son grain de sel et seuls les amants les plus infatigables de la jeune femme ou de sa mère pouvaient prétendre au trône pontifical. Le statut de pape était désormais devenu une récompense pour des jouets à forme d’homme qui permettaient aux deux femmes de maintenir leur domination. Néanmoins les opposants finirent par prendre les armes et mettre un terme à leur plan en les enfermant jusqu’à leur mort avant de prendre leur place et de contrôler à leur tour les papes pendant un temps.

Pour Asgueïr le chaos et la corruption dans laquelle avait été plongé l’Italie chrétienne avait été sa vengeance. Dès que cette dernière fut consommée il se retira, laissa l’affaire se poursuivre en roue libre et disparut de la scène pour se concentrer sur les affaires internes et l’augmentation de son capital. Il faudra attendre la période attenante à l’an 1307 pour retrouver des traces de son existence.

Dans sa quête de finance le vampire avait fini par s’intéresser aux sociétés plus ou moins secrètes. Dès lors il avait finit par arriver en France. Grâce à l’argent qu’il avait acquis jusqu’à présent il put acheter terres et titre, s’ouvrant ainsi les portes du palais royal. Se fondant dans ce monde de faux semblant il se lia à plusieurs personnes, rendant services aux uns, faisant chanter les autres il finit par acquérir un socle solide de relations qui finirent par l’amener suffisamment des oreilles du roi Philippe IV le Bel pour qu’il puisse y distiller son venin. Rapidement il devint le confident du Roi et tout en éliminant toute personne jalouse de sa réussite il finit par se rendre indispensable. Jouant de son influence il le convainquit de reprendre le contrôle des finances de l’Etat, de réunifier ce pays en proie aux volontés de différentes entités. Pour appuyer ses dires il prit en exemple l’ordre des Templiers qui était devenu une puissance à même de menacer la stabilité du pays car extrêmement riche et directement lié au pape. Philippe IV subjugué par ces propos mit en place un long processus qui déboucha à terme par l’arrestation de l’ensemble des templiers présents sur le territoire et la confiscation de leur bien. Par cette action une longue réaction en chaîne se déclencha et l’affaire finit par prendre une tournure internationale avec un bras de force entre le Roi et le Pape qui finira par se répercuter aux autres pays de l’Europe. Mais pour le vampire peu lui chaut il avait obtenu ce qu’il voulait, la gestion des biens confisqués. Dès lors il les scinda, distribua, fit disparaître et les transféra ailleurs ne laissant qu’une valeur symbolique afin de ne pas attirer l’attention de possibles curieux. Une fois sa tâche accomplit il laissa des agents terminer les détails et quitta le pays, disparaissant une nouvelle fois complètement de la circulation.

Il finit par réapparaître à partir de l’an 1369 en Suède où il s’installa pendant un temps avec son clan composé des descendants de ses frères d’armes viking. Profitant des fruits de ces actions passées il décida de mena une vie tranquille en obtenant une certaine noblesse et en développant son entourage vampirique. Quelques années plus tard il se maria avec une vampire d’une autre famille. Un fils finit par naître de cette union qui sans pour autant respirer l’amour passionné n’était pas sans douceur. Il décida de le nommer Aldrich et le laissa au bon soin de sa grande famille alors qu’il allait entamer une période d’hibernation.

A son réveil une mauvaise nouvelle l’attendait, sa femme avait été tuée quelques années auparavant et le corps de son fils n’avait jamais été retrouvé. Le sang d’Asgueir ne fit qu’un tour et la colère fit disparaître toute trace de fatigue. Quelqu’un dans ce monde avait osé s’en prendre à sa famille. Il ne posa qu’une seule question « Qui ? » et son majordome lui donna le résultat de son enquête. Il avait fini par retrouver tous les protagonistes vivants, et pour les morts il avait pu remonter jusqu’à leur descendants encore en vie. Le vampire se leva et ordonna de regrouper des hommes avant de sortir son amure, réplique de son armure viking. Il ceignit ses deux haches et rejoignit le groupe. Sa quête dura des mois et des mois le temps d’aller dans chaque lieu pour y libérer sa fureur. L’ordre qu’il donnait lorsqu’ils arrivaient sur place était systématiquement le même, « Aucun survivant, homme, femme, enfants, bébés… Tous doivent périr, seuls les animaux doivent survivre. Brûlez tout, que rien ne soit intact.  Plantez toutes les têtes sur une pique à l’entrée !» Cet ordre était respecté à la lettre et à chaque départ était réalisé sous les yeux morts des têtes fichées sur une pique. Bien sur il arrivait parfois que les cibles vivaient en des lieux de fort passage mais la cruauté nocturne à laquelle faisait face les spectateurs involontaires les effrayaient tellement que la plupart était comme paralysé par la terreur.
Une fois cette vengeance accomplit le seigneur vampire retourna chez lui et entreprit de connaitre la vérité sur la disparition de son fils. Il finit par retrouver sa trace au sein d’une meute de loup-garou, craignant qu’il soit traité tel un jouet ou un esclave il engagea des personnes pour en savoir plus. Leur retour furent, surprenamment , positif et ne voulant pas que son fils soit une nouvelle fois détruit il préféra le laisser où il était en maintenant simplement une surveillance afin d’être sur qu’il soit bien traité et qu’on ne l’utilise pas contre lui.

Ces dernières affaires avaient marquée le viking qui progressivement se demanda s’il ne valait pas mieux pour lui de quitter l’Europe pour des terres nouvelles, où il pourrait tout reprendre de zéro. Cela continua de lui retourner le cerveau jusqu’à ce qu’il y succombe et commence à s’intéresser à l’Empire ottoman. Avec l’aide de ses ressources il s’inséra progressivement dans la roue politique et financière de ce dernier en mettant sur pied un vaste empire marchand dont il ne sera pas la figure officielle. A côté de cela il aida Mehmed III à asseoir son autorité en provoquant disparition et mort dans la famille de ce dernier via des assassins qu’il recruta pour monter un groupe de loyaux d’individus aux compétences uniques. En remerciement le sultan aida son empire marchand à prospérer et lui fournit dix janissaires de son régiment pour protéger sa demeure de Constantinople. A la mort de ce dernier son successeur conserva la même relation et finit par compter sur Asgueir, devenu à son arrivé dans l’Empire Cadis, pour la logistique de ses armées via son empire. Pendant cette période le vampire terminer de monter sa guilde d’assassin en n’en détruisant une autre qui avait eu l’affront de voler un cadeau qu’on lui avait fait. Envoyant toutes ses forces il détruisit leur repère et récupéra par la même occasion leur ressources (tenues, armes, savoir) qu’il mit à profit pour rendre sa secte beaucoup efficace.

Sa tranquillité fut un jour perturbé par l’arrivée d’un colis, un cercueil plus précisément dans lequel se trouvait son prétendu fils. D’abord dubitatif il se rendit vite compte que ce lien était véridique tellement leur ressemblance était frappante. Ce fait lui d’ailleurs rappela une lettre qu’il avait reçue d’un homme qui prétendait détenir son fils et qui était prêt à lui rendre en échange d’une forte somme d’argent. Bien sur il n’en avait pas tenu compte, il n’était pas le premier à avoir eu cette idée, mais il était le premier à avoir un de ses enfants. Ayant renvoyé son enfant il attendait donc son paiement… que Cadis allait se  faire une joie de lui remettre avec un messager un peu spécial. Malheureusement quelques temps plus tard Isaac lui apprendra l’existence de sœurs jumelles. Sœurs qu’il avait peut-être condamnées en payant le père d’adoption. Mais l’espoir restait permis et il alloua une partie de ses ressources à leur recherche.

Dernièrement il fit la rencontre d’un sorcier qu’il confia à son majordome. Quelques années plus tard ce dernier sera tué faisant de Maximilien le nouveau majordome et la nouvelle figure de l’Empire marchand permettant ainsi à Cadis d’avoir le temps de rechercher les coupables.



A ce jour il cherche encore…






Questionnaire


QUE PENSEZ-VOUS DES LYCANS/VAMPIRES ─  Ce sont des pions sur échiquier du monde comme tout le monde
QUEL EST VOTRE POINT DE VUE A PROPOS DES INFANTS ET DES SANG-MÊLES MAUDITS?Aucun avis, Cadis ne se préoccupe pas des races seulement des individus et de l’intérêt qu'ils peuvent représenter à ses yeux.
ÊTES VOUS SATISFAIT(E) DE VOTRE VIE ACTUELLE? Oui.
VOTRE POINT DE VUE SUR LE MONDE CONNU?Je dirais qu'il est par bien des côtés perfectibles mais que les puissants font tout pour le faire croire parfait afin de continuer leur domination sur les esprits naïfs. C'est aussi le seul endroit où Cadis peut vivre donc il l'utilise comme il peut.

Joueur

PSEUDO ─ Ansuz
ÂGE ─ 26 ans
SEXE ─ Parti en vacances
LA COULEUR DE TON PYJAMA ─ black


Dernière édition par Cadis A. Aegirsson le Lun 26 Juin - 23:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le pouvoir a un nom.... Cadis A. Aegirsson | UC   Lun 26 Juin - 23:05

C'est bête à dire mais...Bienvenue officiellement Papounet 8D
Revenir en haut Aller en bas

Infant

avatar

Messages : 41


MessageSujet: Re: Le pouvoir a un nom.... Cadis A. Aegirsson | UC   Lun 26 Juin - 23:39

••• Bienvenue parmi nous


Héhéh, je n'ai rien de plus à dire que ce que je t'ai dis en PV, du coup... Te voici validé! ♥

Le test d'entrée passé, te voilà désormais un BOURGEOIS VAMPIRE.
Tu peux dés à présent aller recenser ton avatar, chercher des partenaires de rp et poster une fiches récapitulative de tes relations que nous te conseillons d'aller consulter pour une intégration rapide.

N'hésites pas, également, à apporter ta pierre à l'édifice d'Ex-Cathedra, nous comptons sur toi.  Bon séjour parmi nous et n'hésite pas à nous solliciter si le besoin en est.
Flora.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le pouvoir a un nom.... Cadis A. Aegirsson | UC   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le pouvoir a un nom.... Cadis A. Aegirsson | UC
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les magistrats du Parquet, membres du pouvoir exécutif ?
» Les femmes noires au pouvoir ...
» HAITI POURQUI ET POURQUOI LES LUTTES POUR LE POUVOIR ?LES E
» HAITI: HISTOIRE, POUVOIR, CONSTITUTION
» Donnons le pouvoir au plus capable! Se pa lajan, Se Volonté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EX CATHEDRA :: A chaque coeur son ouvrage :: Entités nouvelles :: Les Bannis-