AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Fear Duke | Edward

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Humain

avatar

Messages : 42
Âge du personnage : 26 ans


Mémoire de vie
Race: Sorcier
Métier/Rang: Ancien Bibliothécaire royal, devenu officieusement soigneur de peur
Statut amoureux: Célibataire

MessageSujet: The Fear Duke | Edward   Dim 18 Juin - 19:51



Edward Salomon DrakeLa peur est une matière dont les leçons se font dans l'horreur.26 ansHétérosexuelSoigneur de peur en free-lance et notable.Humain NobleFranc & Érudit & Vif d'EspritJuge beaucoup & Pince sans rire & ImpitoyableArbore souvent des signes à l'encre sur la peau: Croix sur le front, lune et soleil sur les paumes.
Porte des boucles d'oreilles.
Ne se montre tactile que pour son don ou s'il vous a en confiance.Chrollo Lucifer - HunterxHunter
(f) Muse de la terreur ▬ Tu es cette femme qui sans savoir ce qui te pousse à le faire, t'approche et t'attache à Edward. Il est ton remède contre la peur qui te dévore depuis des années. Il se montre attentif à toi et répond à tes interrogations avec une grande patience,
étonnant quand on le connaît.
(f/m) Cobayes aveuglés ▬ Tu es de ceux qui ont peur sans l'avouer, mais qui malgré tout on besoin de lui.
Tu l'écoutes, lui obéis et te laisse faire dans une docilité presque animale, sans savoir ce qu'il fait de toi. Tu es un de ses jouets,
ni plus ni moins.
(f/m) Étrangers de la couronne ▬ Tu fais partie des étrangers qui ne sont pas d'Angleterre. Il ignore tout de toi,
mais te côtoies, car la politesse lui a appris a voir du respect.
La guerre est fini alors sans zèle il te parle sans animosité.
(f/m) Modèle sans douceur ▬ Tu vois chez Edward ce modèle qui n'a de faille devant toi. Il est toujours froid, poli et rarement énervé.
Pourtant, tu sais le craindre tout en restant admiratif/admirative,
car pour toi, il reste un homme qui mérite ton admiration et ton attention.
(f/m) Arrogance inavouée ▬ L'entente n'existe pas entre vous et sans être en guerre, ce n'est pas la joie qui règne.
Il ne t'aime pas, tu ne le supporte que difficilement alors peut-être que cela finira mal ou dans la douleur assurément.


Vos idées sont aussi les bienvenues.
Résumé de l'histoire : C'est dans un monde abject où horreur, guerre et maladie que je suis né. Engeance de la noblesse, poupon doux, délicat à la peau si blanche, j'ai souri à la vie. C'est ce qui a été ma naissance et mon enfance, de la joie et beaucoup de bonheur. Puis la Peste comme une sombre malédiction a choisi d'emporter dans la tombe ceux qui m'avaient mis au monde. Il y a des fractures dans le cœur et l'esprit qui ne peuvent avoir de guérison si l'on ne le désire pas. Ainsi, une petite partie de ma jeunesse, de mon adolescence n'a été que solitude, silence et douleur. J'avais par chance l'avantage d'avoir été dans les bonnes grâces de la famille royale de par mon nom et ma lignée. Alors, je pleurais peut-être contre des coussins brodés et dans du marbre ou de la dorure, mais la tristesse restait la même. J'en venais à me demander ce qui avait pu m'éviter la mort quand mes géniteurs n'avaient pas pu y résister ou encore ce que le pouvoir pouvait bien apporter à ceux qui le possédaient. Je voyais parfois de la joie ou de l'allégresse sur les visages royaux en dehors des représentations publiques. J'avais des privilèges que d'autres me jalouser comme celui de partager la table du roi et de la reine du pays même d'où j'étais. Je ne voyais cela que comme une grâce qui m'était accordé plus que comme une chance ou un cadeau. La suite est... ICI
© 2981 12289 0


Dernière édition par Edward S. Drake le Dim 9 Juil - 19:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humain

avatar

Messages : 42
Âge du personnage : 26 ans


Mémoire de vie
Race: Sorcier
Métier/Rang: Ancien Bibliothécaire royal, devenu officieusement soigneur de peur
Statut amoureux: Célibataire

MessageSujet: Re: The Fear Duke | Edward   Dim 18 Juin - 20:03

LadyAëlys A. RosenbachLa tentation lycanne.Si la passion et l'amour avaient un visage alors il serait celui de la douce, mais farouche Aëlys...soonAlyss VenestraaleAmie de charmeIl n'y a point d'amour, de charnelle entre Alyss et moi. Pourtant, l'un ne se prive pas d'expédier avec malice à l'autre des piques et des mots plein de sous entendus. C'est ainsi que nous marchons dans notre entente. Elle sait que je suis un homme désirable et moi qu'elle est somme toute sublime. Alors parfois, par envie de jeu nous nous adonnons à l'art de faire paraitre des choses entre nous en public sans que cela soit vrai. Jouer, reste un artifice inaccessible pour les moins audacieux.Anne-Lise d'OrléansL'attirance d'une nuitSi vous voulez mon avis, on fonce tout droit vers une génération d'handicapés sociaux. Quand j'parle d'handicapé sociaux, je le vois pas sous le même angle que les autres parce que dans ce cas, je m'inclurai dans le lot. Non, non, j'n'ai pas à être foutu dans le même panier que les autres. J'suis pas supérieur, mais j'ne veux pas être semblable. J'me dis que bientôt, plus rien ne sera vrai, aujourd'hui on y est presque. Faux sourire, fausse sympathie, faux compliments. Qui, vraiment, n'a jamais pensé à l'immondice des chaussures de la nana d'à côté avant de lui lancer qu'elles étaient vraiment jolies ? L'handicap, c'est l'hypocrisie.PandoreLugubre intérêtSi vous voulez mon avis, on fonce tout droit vers une génération d'handicapés sociaux. Quand j'parle d'handicapé sociaux, je le vois pas sous le même angle que les autres parce que dans ce cas, je m'inclurai dans le lot. Non, non, j'n'ai pas à être foutu dans le même panier que les autres. J'suis pas supérieur, mais j'ne veux pas être semblable. J'me dis que bientôt, plus rien ne sera vrai, aujourd'hui on y est presque. Faux sourire, fausse sympathie, faux compliments. Qui, vraiment, n'a jamais pensé à l'immondice des chaussures de la nana d'à côté avant de lui lancer qu'elles étaient vraiment jolies ? L'handicap, c'est l'hypocrisie.Victoria E. NightrayDouce altesseLa fragilité se lie dans les yeux de la reine, de Victoria. Une fragilité gracile et admirable que je n'ai jamais eu cesse d'admirer et d'approuver. Tout chez elle n'est que douceur et être en sa compagnie vous emplit d'un calme olympien. C'est elle qui m'a accordé le droit de devenir son bibliothécaire et notre entente n'a jamais prit une ride. Même en ayant quitté ma fonction, je me surprends encore à tenir une correspondance avec la reine. Nous nous racontons parfois nos semaines, parlons de littérature ou de poésie. Il arrive que je sois convié discrètement à une soirée où ma présence est bien sûr accordée. J'ai un profond sentiment de bienveillance envers cette femme et je me doute que cela n'est que réciprocité.Belladona E. ThornAuditrice sensuelleAvez-vous déjà été fasciné par une femme au point de vous interroger sur les raisons de cette fascination ? Si c'est le cas alors vous comprendrez sans mal mon ressenti vis-à-vis de cette femme, de cette mystérieuse et sensuelle Belladona. Notre rencontre échappe à mon esprit, mais ses visites souvent nocturnes et imprévisible beaucoup moins. À la fois compteur, intérêt de cette femme et parfois poupée de chiffon au corps chaud et intéressant, je me soumets bien malgré moi. Que pourrais-je faire face à une vampire qui d'un coup pour m'ôter la tête ? Rien. Alors, je me satisfais d'avoir sa personne si roche de moi et de vivre encore en osant la défier par la proximité et les mots. Vampire ou non, elle reste une femme et moi un homme des plus francs.Lucrecia Di VescontiPupille apeuréeSi vous voulez mon avis, on fonce tout droit vers une génération d'handicapés sociaux. Quand j'parle d'handicapé sociaux, je le vois pas sous le même angle que les autres parce que dans ce cas, je m'inclurai dans le lot. Non, non, j'n'ai pas à être foutu dans le même panier que les autres. J'suis pas supérieur, mais j'ne veux pas être semblable. J'me dis que bientôt, plus rien ne sera vrai, aujourd'hui on y est presque. Faux sourire, fausse sympathie, faux compliments. Qui, vraiment, n'a jamais pensé à l'immondice des chaussures de la nana d'à côté avant de lui lancer qu'elles étaient vraiment jolies ? L'handicap, c'est l'hypocrisie.Aranea K. OwensOsante rivale des motsJe n'ai que rarement eu le plaisir de trouver des hommes et des femmes à la hauteur de mon audace. Puis il y a cette femme, Aranea. Un parasite dans le château de ce cher Philippe ou une invitée bien secrète, je ne saurais guère la définir. Pourtant, il est évident qu'elle se plait à me provoquer quand ce n'est pas moi qui lance les hostilités. Le monde est un énorme échiquier dont je partage la partie avec elle non aucun remord,
nos natures n'interfèrent aucunement, seuls les mots comptes.
prénom nomintitulé du lienSi vous voulez mon avis, on fonce tout droit vers une génération d'handicapés sociaux. Quand j'parle d'handicapé sociaux, je le vois pas sous le même angle que les autres parce que dans ce cas, je m'inclurai dans le lot. Non, non, j'n'ai pas à être foutu dans le même panier que les autres. J'suis pas supérieur, mais j'ne veux pas être semblable. J'me dis que bientôt, plus rien ne sera vrai, aujourd'hui on y est presque. Faux sourire, fausse sympathie, faux compliments. Qui, vraiment, n'a jamais pensé à l'immondice des chaussures de la nana d'à côté avant de lui lancer qu'elles étaient vraiment jolies ? L'handicap, c'est l'hypocrisie.Prénom Nomintitulé du lienSi vous voulez mon avis, on fonce tout droit vers une génération d'handicapés sociaux. Quand j'parle d'handicapé sociaux, je le vois pas sous le même angle que les autres parce que dans ce cas, je m'inclurai dans le lot. Non, non, j'n'ai pas à être foutu dans le même panier que les autres. J'suis pas supérieur, mais j'ne veux pas être semblable. J'me dis que bientôt, plus rien ne sera vrai, aujourd'hui on y est presque. Faux sourire, fausse sympathie, faux compliments. Qui, vraiment, n'a jamais pensé à l'immondice des chaussures de la nana d'à côté avant de lui lancer qu'elles étaient vraiment jolies ? L'handicap, c'est l'hypocrisie.
© 2981 12289 0


Dernière édition par Edward S. Drake le Ven 1 Sep - 15:28, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humain

avatar

Messages : 42
Âge du personnage : 26 ans


Mémoire de vie
Race: Sorcier
Métier/Rang: Ancien Bibliothécaire royal, devenu officieusement soigneur de peur
Statut amoureux: Célibataire

MessageSujet: Re: The Fear Duke | Edward   Dim 18 Juin - 20:07

SirInesis BerzinsJeune allié ?Notre rencontre tout sauf agréable et d'un ridicule sans nom n'a abouti qu'à des vaines menaces des deux côtés. Je n'avais pas plus envie de m'éterniser en compagnie d'un faible sorcier dominé par une entité arrogante et vulgaire. Il semblerait d'ailleurs que ce dernier ait le désir de me signaler à l'Ordre, et bien soit qu'il le fasse. Je n'ai pas peur d'une bande de mage aussi archaïque que ridicule. Je ne suis pas difficile à trouver, mais bien plus à convaincre et ce n'est clairement pas cet Inesis qui a su le faire, bien au contraire.Philippe E. NightrayRoi confidentBien plus qu'un roi, il est un allié, un ami, un frère. Je devine qu'il est rare pour un homme venu du peuple de côtoyer de si près la royauté, mais c’est encore le cas. Je fus d'abord le bibliothécaire de son épouse et amie également, avant de devenir ce stratège discret, mais consulté auprès de Philippe. Il est parfois hâtif et il lui arrive de s'emporter, mais personne n'est parfait, pas même le roi d'Angleterre. Je lui porte une affection toute particulière que je devine partagée et fort heureusement pour ma part.
Je lui dois mon logis, une partie de ma vie, alors sans lui avouer je le remercie bien bas.
Prénom Nomintitulé du lienSi vous voulez mon avis, on fonce tout droit vers une génération d'handicapés sociaux. Quand j'parle d'handicapé sociaux, je le vois pas sous le même angle que les autres parce que dans ce cas, je m'inclurai dans le lot. Non, non, j'n'ai pas à être foutu dans le même panier que les autres. J'suis pas supérieur, mais j'ne veux pas être semblable. J'me dis que bientôt, plus rien ne sera vrai, aujourd'hui on y est presque. Faux sourire, fausse sympathie, faux compliments. Qui, vraiment, n'a jamais pensé à l'immondice des chaussures de la nana d'à côté avant de lui lancer qu'elles étaient vraiment jolies ? L'handicap, c'est l'hypocrisie.Prénom Nomintitulé du lienSi vous voulez mon avis, on fonce tout droit vers une génération d'handicapés sociaux. Quand j'parle d'handicapé sociaux, je le vois pas sous le même angle que les autres parce que dans ce cas, je m'inclurai dans le lot. Non, non, j'n'ai pas à être foutu dans le même panier que les autres. J'suis pas supérieur, mais j'ne veux pas être semblable. J'me dis que bientôt, plus rien ne sera vrai, aujourd'hui on y est presque. Faux sourire, fausse sympathie, faux compliments. Qui, vraiment, n'a jamais pensé à l'immondice des chaussures de la nana d'à côté avant de lui lancer qu'elles étaient vraiment jolies ? L'handicap, c'est l'hypocrisie.Prénom Nomintitulé du lienSi vous voulez mon avis, on fonce tout droit vers une génération d'handicapés sociaux. Quand j'parle d'handicapé sociaux, je le vois pas sous le même angle que les autres parce que dans ce cas, je m'inclurai dans le lot. Non, non, j'n'ai pas à être foutu dans le même panier que les autres. J'suis pas supérieur, mais j'ne veux pas être semblable. J'me dis que bientôt, plus rien ne sera vrai, aujourd'hui on y est presque. Faux sourire, fausse sympathie, faux compliments. Qui, vraiment, n'a jamais pensé à l'immondice des chaussures de la nana d'à côté avant de lui lancer qu'elles étaient vraiment jolies ? L'handicap, c'est l'hypocrisie.Prénom Nomintitulé du lienSi vous voulez mon avis, on fonce tout droit vers une génération d'handicapés sociaux. Quand j'parle d'handicapé sociaux, je le vois pas sous le même angle que les autres parce que dans ce cas, je m'inclurai dans le lot. Non, non, j'n'ai pas à être foutu dans le même panier que les autres. J'suis pas supérieur, mais j'ne veux pas être semblable. J'me dis que bientôt, plus rien ne sera vrai, aujourd'hui on y est presque. Faux sourire, fausse sympathie, faux compliments. Qui, vraiment, n'a jamais pensé à l'immondice des chaussures de la nana d'à côté avant de lui lancer qu'elles étaient vraiment jolies ? L'handicap, c'est l'hypocrisie.
© 2981 12289 0


Dernière édition par Edward S. Drake le Jeu 24 Aoû - 12:48, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humain

avatar

Messages : 42
Âge du personnage : 26 ans


Mémoire de vie
Race: Sorcier
Métier/Rang: Ancien Bibliothécaire royal, devenu officieusement soigneur de peur
Statut amoureux: Célibataire

MessageSujet: Re: The Fear Duke | Edward   Dim 18 Juin - 20:09

+1 A vous cher(e)s ami(e)s ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: The Fear Duke | Edward   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Fear Duke | Edward
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The cave you fear to enter holds the treasure you seek. (23/07, 16h00)
» Edward aux mains d'argent
» Le p'tit jardin d'Edward W. Flower ∼
» La surprise. [PV : Edward, Era]
» Knock, Knock... Who's There ? The Cry of Fear ~ [PV Evidemment]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EX CATHEDRA :: A chaque coeur son ouvrage :: Chroniques de vie :: Liaisons Dangereuses-