AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "Les cicatrices sont des leçons et chaque leçon est un conseil." ••• NAO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Infant

avatar

Messages : 424


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: "Les cicatrices sont des leçons et chaque leçon est un conseil." ••• NAO    Mer 14 Juin - 22:45

Enfin, le calme après la tempête – sinon l’Ouragan – qui avait balayé la France dans un sens comme dans l’autre. Mezariel avait bien cru voir arriver la fin de la royauté de France avec cette contre-attaque parfaitement exécutée par les Anglais. Ils avaient été, certes, injustement attaqués par le Monarque de France, cela, personne n’aurait été prétendre le contraire. Cependant, il y avait eu bon nombre d’exactions qui faisaient que, malgré tout, l’hybride n’aurait su donner totalement raison aux britanniques. Il y avait eu des pertes lourdes, des deux côtés. Et les deux côtés comptaient leurs lots de chagrins, de blessures et d’amertumes.

Mezariel ne faisait guère exception à cette règle. Assis là, dans une large baignoire de fonte qui avait été rempli à la moitié d’une eau vaporeuse, l’infant sentait sa tête lui tourné. Il n’avait pas encore retiré son cache-œil en dépit des démangeaisons qu’il en retirait alors. Son épaule le faisait encore souffrir. Il ne resterait sans aucun doute guère handicapé par cette blessure à l’épée faites alors qu’il avait le dos tourné pour permettre au fou du Roi de France de s’échapper, mais tout de même, la cicatrice le tirait toujours beaucoup.

Les chaires, viciées par le métal, se refermaient à un rythme régulier et bien plus avancées que ce serait envisageable pour un être humain ‘normal’ de le faire opérer. Ceci étant dit, la gêne que Mezariel retirait de ce procédé suffisait à le rendre de bien mauvaise humeur. Ceci et son oreille droite qui avait souffert de l’onde de choc du boulet de canon sifflait toujours un peu. Question de temps, là encore, mais cette constatation n’était point pour apaiser l’hybride, bien au contraire. Il essaya de s’adosser au métal du grand récipient où il baignait jusqu’à la taille mais se ravisa. La douleur qu’il en retira le dissuada de continuer à agir de la sorte.

Une jeune femme, domestique du palais royal de Paris, sans doute, vint le trouver afin de lui demander s’il souhaitait que l’on fasse venir quelqu’un pour la suite des évènements ; un proche, peut-être, un parent… Mais le premier mot qui vint en tête à Mezariel fut tout autre. « Nao. Trouvez Nao, s’il vous plaît. Nao de SaintLouis. C’est… C’est ma servante. Elle possède des yeux de vins et des cheveux blancs. J’ignore où elle se trouve cependant. » Et la demoiselle était repartie. Affaissant ses épaules, Mezariel ne put que prier alors pour que la louve aille bien. Ainsi que Jean Jean. Les soucis du marquis n’étaient peut-être pas dirigés vers la bonne direction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lycan

avatar

Messages : 41
Âge du personnage : ~ 100 ans (elle a arrêté de compter)


Mémoire de vie
Race: Mordu
Métier/Rang: Servante / Garde-du-corps
Statut amoureux: Célibataire

MessageSujet: Re: "Les cicatrices sont des leçons et chaque leçon est un conseil." ••• NAO    Dim 2 Juil - 11:48



Ces derniers temps, Nao n’était plus qu’une enveloppe charnelle, ballottée par les événements. J’étais devenue l’Angoisse. L’angoisse de l’ignorance, de ne pas savoir ou il était, comment il allait, s’il était seulement encore en vie… l’angoisse de ne pas savoir quoi faire, de me trouver démunie et impuissante. J’avais dû informer Maître Denovan, évidemment. Ce ne fut pas sans hésitation et honte, malgré que ce dernier m’assura que face aux horreurs de la guerre et la responsabilité qu’implique le titre de Marquis, je n’aurais rien pu faire pour empêcher Mezariel de partir en campagne auprès de notre Roi. Oh, ce Roi que je haïssais de tout mon être présentement, pour m’avoir séparé de l’enfant pour qui mon coeur battait, ma raison de vivre depuis une décennie.

Ma consolation venait en la présence de Jean Jean, toujours à mes côtés. Le benêt paysan devenu mon Beta suite à une morsure et qui avait juré allégeance à mon petit maître également était une distraction bienvenue pour le fil de mes pensées confuses. Certes j’étais un peu dure parfois avec lui, la patience n’ayant pas toujours été l’une de mes principales vertues, mais devoir le surveiller m’occupait. Et puis, j’appréciais cet enfant, qui me rappelait un peu Mezariel à l’époque où il n’était qu’un louveteau maladroit. Et aujourd’hui c’est un homme parti batailler d’autres. Les humains parlaient de la cruauté des créatures de la nuit, mais ils n’avaient rien à nous envier en la matière.

On toqua à la porte de nos appartements en cette matinée fraîche. Jean Jean était parti, panier sous le bras, faire quelques commissions; j’étais donc seule et je ne l’attendais pas tout de suite. Je m’approchais, sur mes gardes tout de même, mais derrière la porte ne se trouvait qu’une jeune femme en tenue de domestique. Probablement était-elle affiliée à la famille royale - mais ces derniers n’avaient pas mon allégeance, surtout depuis quelques temps. “Et bien ?” demandais-je en la toisant avec méfiance, priant pour qu’on ne m’annonce pas la mort de Mezariel sur le champ de bataille.

Madame, c’est votre maître qui m’envoit -” la suite ne fut qu’une confusion de bavardage auquel je ne prêta aucune attention. Je laissais une note à l’attention de Jean Jean (simple et brève, car il commençait tout juste son apprentissage de la lecture et de l’écriture et c’était une tâche bien ardue que voici), avant d’empoigner ma robe pour la relever tandis que je courais à travers les corridors en direction des bains ou se trouvait prétendument mon jeune maître. Je poussais porte après porte, avant de me stopper d’un geste, pantelante.

Il était là.
Il était là et trempait paisiblement dans une baignoire pendant que j’étais là, à me ronger les sangs en priant un Dieu que je n’avais plus le droit d’adorer pour sa survie.

Mezariel Denovan Elison Emmanuel De Saint Louis !” m’écriais-je en m’approchant et en brandissant ma main dans une menace.

La claque partit, résonnant dans le silence de la pièce d’eau. C’était la deuxième fois seulement que je levais la main sur Mezariel, pour les mêmes raisons. A cause de la peur d’avoir cru l’avoir perdu, d’être restée dans l’ignorance trop longtemps au point d’imaginer mille fois sa mort.

Par tous les Saints, enfant stupide, vous êtes vivant, j’étais rongée par l’angoisse ! Est-ce donc si demandé que de tenir informer votre mère lorsque vous partez en guerre sans promesse de me revenir ?!” Je tombais à genou devant la baignoire et l'attirait brusquement dans une étreinte, sans me soucier des convenances. Je ne réalisais pas non plus que je m’étais référée à moi-même comme sa mère. Car c’est ce que j’étais en dépit du sang et des rangs. Une mère, inquiète, qui venait de retrouver l’enfant qu’elle avait cru perdu sans la chance d’un dernier au revoir.

_________________



• kit par mon jeune maître adoré ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://firewhisky.forumactif.com/forum

Infant

avatar

Messages : 424


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: Re: "Les cicatrices sont des leçons et chaque leçon est un conseil." ••• NAO    Mer 5 Juil - 12:04

S’il avait l’air paisible, il n’en était rien en réalité. Mezariel était encore sonné de son passage par les crocs de la guerre, encore peu assuré sur ses jambes. Bien sûr, il avait toujours su qu’un jour, il aurait à honorer le nom des De SaintLouis en partant guerroyer, très probablement – surtout avec un tel Roi à la tête du pays, c’était inévitable. Mais de là à y être confronter dans les faits, il n’y avait pas été suffisamment préparé. Et puis, en toute honnêteté, quand bien même Mezariel aurait été modelé et façonné par les théories de la guerre – chose que son père aurait dû faire, en théorie -, il n’avait pas ce côté sanguin et ravageur qui poussait la plupart des soldats à se sacrifier pour la noble cause de la France ou à commettre d’horribles exactions sous prétextes qu’un peuple ennemi faisait face à notre armé.

Ennemi.

Mais que voulait dire ‘ennemi’, au juste ? L’infant frissonna, il était perdu. Il ne savait plus que penser, ses élucubrations lui donnaient le tournis, se rajoutant à l’état de fatigue déjà amplement présent ici-bas. C’est alors qu’une cassure s’invita dans le gouffre de son actuelle situation, laquelle aurait pu aisément s’enliser en une affreuse routine. Une voix perça les ténèbres de son âme, la ramenant à la réalité. Et la douleur qui zébra sa joue juste après acheva le processus.

Il fut ensuite attiré dans une étreinte forte, au parfum qu’il connaissait bien. Nao. Oui, c’était elle. Nao. La louve grisâtre. Nao. Sa nourrice. Nao. Sa… « Mère… ». Mezariel eut un hoquet de surprise mais les faits étaient là et il n’aurait sû lutter contre davantage. Oui, il était vrai que Nao, par bien des aspects, avait toujours été la figure maternelle que la vie ne lui avait pas accordée. Et présentement, l’infant se sentait comme un louveteau coupable, un imbécile qui avait, encore une fois, tout fait rater. « Je suis… désolé…. ».
Un cristal liquide roula sur sa joue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: "Les cicatrices sont des leçons et chaque leçon est un conseil." ••• NAO    

Revenir en haut Aller en bas
 
"Les cicatrices sont des leçons et chaque leçon est un conseil." ••• NAO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le mariage est un cercueil dont les enfants sont les clous [William]
» [0105] « Les hommes sont comme les pokémons. Il faut savoir s'adapter à chaque situation, évoluer, pour pouvoir grandir » [PYROLI]
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» Pourquoi les nègres sont-ils des xénophobes?
» ILS SONT DEVENUS FOUS! Est-ce que je mène une campagne contre Aristide au Forumh

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EX CATHEDRA :: La France :: Le Château de Paris :: Les Corridors :: Les Appartements :: Les Bains Privés-