AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "Les cicatrices sont des leçons et chaque leçon est un conseil." ••• NAO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Infant

avatar

Messages : 482


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: "Les cicatrices sont des leçons et chaque leçon est un conseil." ••• NAO    Mer 14 Juin 2017 - 22:45

Enfin, le calme après la tempête – sinon l’Ouragan – qui avait balayé la France dans un sens comme dans l’autre. Mezariel avait bien cru voir arriver la fin de la royauté de France avec cette contre-attaque parfaitement exécutée par les Anglais. Ils avaient été, certes, injustement attaqués par le Monarque de France, cela, personne n’aurait été prétendre le contraire. Cependant, il y avait eu bon nombre d’exactions qui faisaient que, malgré tout, l’hybride n’aurait su donner totalement raison aux britanniques. Il y avait eu des pertes lourdes, des deux côtés. Et les deux côtés comptaient leurs lots de chagrins, de blessures et d’amertumes.

Mezariel ne faisait guère exception à cette règle. Assis là, dans une large baignoire de fonte qui avait été rempli à la moitié d’une eau vaporeuse, l’infant sentait sa tête lui tourné. Il n’avait pas encore retiré son cache-œil en dépit des démangeaisons qu’il en retirait alors. Son épaule le faisait encore souffrir. Il ne resterait sans aucun doute guère handicapé par cette blessure à l’épée faites alors qu’il avait le dos tourné pour permettre au fou du Roi de France de s’échapper, mais tout de même, la cicatrice le tirait toujours beaucoup.

Les chaires, viciées par le métal, se refermaient à un rythme régulier et bien plus avancées que ce serait envisageable pour un être humain ‘normal’ de le faire opérer. Ceci étant dit, la gêne que Mezariel retirait de ce procédé suffisait à le rendre de bien mauvaise humeur. Ceci et son oreille droite qui avait souffert de l’onde de choc du boulet de canon sifflait toujours un peu. Question de temps, là encore, mais cette constatation n’était point pour apaiser l’hybride, bien au contraire. Il essaya de s’adosser au métal du grand récipient où il baignait jusqu’à la taille mais se ravisa. La douleur qu’il en retira le dissuada de continuer à agir de la sorte.

Une jeune femme, domestique du palais royal de Paris, sans doute, vint le trouver afin de lui demander s’il souhaitait que l’on fasse venir quelqu’un pour la suite des évènements ; un proche, peut-être, un parent… Mais le premier mot qui vint en tête à Mezariel fut tout autre. « Nao. Trouvez Nao, s’il vous plaît. Nao de SaintLouis. C’est… C’est ma servante. Elle possède des yeux de vins et des cheveux blancs. J’ignore où elle se trouve cependant. » Et la demoiselle était repartie. Affaissant ses épaules, Mezariel ne put que prier alors pour que la louve aille bien. Ainsi que Jean Jean. Les soucis du marquis n’étaient peut-être pas dirigés vers la bonne direction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Lycan

avatar

Messages : 49
Âge du personnage : ~ 100 ans (elle a arrêté de compter)


Mémoire de vie
Race: Mordu
Métier/Rang: Servante / Garde-du-corps
Statut amoureux: Célibataire

MessageSujet: Re: "Les cicatrices sont des leçons et chaque leçon est un conseil." ••• NAO    Dim 2 Juil 2017 - 11:48



Ces derniers temps, Nao n’était plus qu’une enveloppe charnelle, ballottée par les événements. J’étais devenue l’Angoisse. L’angoisse de l’ignorance, de ne pas savoir ou il était, comment il allait, s’il était seulement encore en vie… l’angoisse de ne pas savoir quoi faire, de me trouver démunie et impuissante. J’avais dû informer Maître Denovan, évidemment. Ce ne fut pas sans hésitation et honte, malgré que ce dernier m’assura que face aux horreurs de la guerre et la responsabilité qu’implique le titre de Marquis, je n’aurais rien pu faire pour empêcher Mezariel de partir en campagne auprès de notre Roi. Oh, ce Roi que je haïssais de tout mon être présentement, pour m’avoir séparé de l’enfant pour qui mon coeur battait, ma raison de vivre depuis une décennie.

Ma consolation venait en la présence de Jean Jean, toujours à mes côtés. Le benêt paysan devenu mon Beta suite à une morsure et qui avait juré allégeance à mon petit maître également était une distraction bienvenue pour le fil de mes pensées confuses. Certes j’étais un peu dure parfois avec lui, la patience n’ayant pas toujours été l’une de mes principales vertues, mais devoir le surveiller m’occupait. Et puis, j’appréciais cet enfant, qui me rappelait un peu Mezariel à l’époque où il n’était qu’un louveteau maladroit. Et aujourd’hui c’est un homme parti batailler d’autres. Les humains parlaient de la cruauté des créatures de la nuit, mais ils n’avaient rien à nous envier en la matière.

On toqua à la porte de nos appartements en cette matinée fraîche. Jean Jean était parti, panier sous le bras, faire quelques commissions; j’étais donc seule et je ne l’attendais pas tout de suite. Je m’approchais, sur mes gardes tout de même, mais derrière la porte ne se trouvait qu’une jeune femme en tenue de domestique. Probablement était-elle affiliée à la famille royale - mais ces derniers n’avaient pas mon allégeance, surtout depuis quelques temps. “Et bien ?” demandais-je en la toisant avec méfiance, priant pour qu’on ne m’annonce pas la mort de Mezariel sur le champ de bataille.

Madame, c’est votre maître qui m’envoit -” la suite ne fut qu’une confusion de bavardage auquel je ne prêta aucune attention. Je laissais une note à l’attention de Jean Jean (simple et brève, car il commençait tout juste son apprentissage de la lecture et de l’écriture et c’était une tâche bien ardue que voici), avant d’empoigner ma robe pour la relever tandis que je courais à travers les corridors en direction des bains ou se trouvait prétendument mon jeune maître. Je poussais porte après porte, avant de me stopper d’un geste, pantelante.

Il était là.
Il était là et trempait paisiblement dans une baignoire pendant que j’étais là, à me ronger les sangs en priant un Dieu que je n’avais plus le droit d’adorer pour sa survie.

Mezariel Denovan Elison Emmanuel De Saint Louis !” m’écriais-je en m’approchant et en brandissant ma main dans une menace.

La claque partit, résonnant dans le silence de la pièce d’eau. C’était la deuxième fois seulement que je levais la main sur Mezariel, pour les mêmes raisons. A cause de la peur d’avoir cru l’avoir perdu, d’être restée dans l’ignorance trop longtemps au point d’imaginer mille fois sa mort.

Par tous les Saints, enfant stupide, vous êtes vivant, j’étais rongée par l’angoisse ! Est-ce donc si demandé que de tenir informer votre mère lorsque vous partez en guerre sans promesse de me revenir ?!” Je tombais à genou devant la baignoire et l'attirait brusquement dans une étreinte, sans me soucier des convenances. Je ne réalisais pas non plus que je m’étais référée à moi-même comme sa mère. Car c’est ce que j’étais en dépit du sang et des rangs. Une mère, inquiète, qui venait de retrouver l’enfant qu’elle avait cru perdu sans la chance d’un dernier au revoir.

_________________



• kit par mon jeune maître adoré ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://firewhisky.forumactif.com/forum

Infant

avatar

Messages : 482


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: Re: "Les cicatrices sont des leçons et chaque leçon est un conseil." ••• NAO    Mer 5 Juil 2017 - 12:04

S’il avait l’air paisible, il n’en était rien en réalité. Mezariel était encore sonné de son passage par les crocs de la guerre, encore peu assuré sur ses jambes. Bien sûr, il avait toujours su qu’un jour, il aurait à honorer le nom des De SaintLouis en partant guerroyer, très probablement – surtout avec un tel Roi à la tête du pays, c’était inévitable. Mais de là à y être confronter dans les faits, il n’y avait pas été suffisamment préparé. Et puis, en toute honnêteté, quand bien même Mezariel aurait été modelé et façonné par les théories de la guerre – chose que son père aurait dû faire, en théorie -, il n’avait pas ce côté sanguin et ravageur qui poussait la plupart des soldats à se sacrifier pour la noble cause de la France ou à commettre d’horribles exactions sous prétextes qu’un peuple ennemi faisait face à notre armé.

Ennemi.

Mais que voulait dire ‘ennemi’, au juste ? L’infant frissonna, il était perdu. Il ne savait plus que penser, ses élucubrations lui donnaient le tournis, se rajoutant à l’état de fatigue déjà amplement présent ici-bas. C’est alors qu’une cassure s’invita dans le gouffre de son actuelle situation, laquelle aurait pu aisément s’enliser en une affreuse routine. Une voix perça les ténèbres de son âme, la ramenant à la réalité. Et la douleur qui zébra sa joue juste après acheva le processus.

Il fut ensuite attiré dans une étreinte forte, au parfum qu’il connaissait bien. Nao. Oui, c’était elle. Nao. La louve grisâtre. Nao. Sa nourrice. Nao. Sa… « Mère… ». Mezariel eut un hoquet de surprise mais les faits étaient là et il n’aurait sû lutter contre davantage. Oui, il était vrai que Nao, par bien des aspects, avait toujours été la figure maternelle que la vie ne lui avait pas accordée. Et présentement, l’infant se sentait comme un louveteau coupable, un imbécile qui avait, encore une fois, tout fait rater. « Je suis… désolé…. ».
Un cristal liquide roula sur sa joue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Lycan

avatar

Messages : 49
Âge du personnage : ~ 100 ans (elle a arrêté de compter)


Mémoire de vie
Race: Mordu
Métier/Rang: Servante / Garde-du-corps
Statut amoureux: Célibataire

MessageSujet: Re: "Les cicatrices sont des leçons et chaque leçon est un conseil." ••• NAO    Mar 25 Juil 2017 - 22:22



Des mots n’auraient suffit à exprimer mon soulagement de le voir, blessé certes mais bien vivant cependant. Son parfum envahissait la pièce et je sentais à nouveau la chaire vigoureuse de son corps solide sous mes mains alors que je l'enlaça avec force, comme si ma vie en dépendait  — c’était le cas. Mezariel était tout ce qui me poussait à me lever le matin, à oublier le mal que j’ai fais, les proches laissés derrière moi, le sang qui avait coulé … la simple existence de cet enfant rendait tout cela justifiable et supportable à mon regard. Le perdre signifiait abandonner tout ce qui me retenait encore à mon humanité et si j’étais trop pieuse pour oser envisager de me donner moi-même la mort, je sais que j’aurais laissé la louve en moi prendre le dessus et m’isoler dans un étau de solitude et de combat, jusqu’à ce qu’un lycan ou un vampire plus fort ne me tranche la gorge et mette ainsi fin à mon errance douloureuse.

Mais nul besoin de ces sombres pensées aujourd’hui — car Mezariel était là. Mon coeur se serra dans ma poitrine en l’entendant m’appeler ainsi. “Oui, oui c’est moi, enfant. Tout va bien, vous êtes en sécurité maintenant. Vous êtes à la maison.” soufflais-je doucement alors que ma main allait et venait sur l’arrière de sa tête, en de douces caresses que j’espérais réconfortantes. Je le senti pleure silencieusement et me mit ainsi à le bercer contre moi pour le calmer, le clapotis de l’eau y aidant peut-être.

Vingt années passées et vous me donner encore des cheveux blancs” plaisantais-je pour détendre l’atmosphère, avant de me reculer quelque peu pour examiner son visage entre mes mains délicates. “Souffrez-vous ? Montrez donc vos blessures.” Pour une fois, je regrettais que le vieux médecin personnel des Saint Louis ne soit pas dans les environs. Ce lycan rabougri par le temps était certes de moeurs douteuses, mais au moins avec du fil et une aiguille entre les mains, il n’y avait pas pas plus fiable. Il s’était efforcé de m’apprendre des choses basiques en matière de médecine, désespérant sans doute de me voir toujours revenir dans son cabinet avec une épaule démise ou une jambe presque arrachée. Je connaissais les bases, du moins. Et je ferais payer au centuple ceux qui ont osé faire couler le sang de mon Maître, foi de louve.

_________________



• kit par mon jeune maître adoré ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://firewhisky.forumactif.com/forum

Infant

avatar

Messages : 482


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: Re: "Les cicatrices sont des leçons et chaque leçon est un conseil." ••• NAO    Lun 31 Juil 2017 - 17:12

Chaque battement de cœur le ramenait à une vérité et une réalité douces amères. Chaque mouvement vers la chaleur de Nao lui remettait les pieds sur terre ; toujours un peu plus. Et par-dessus tout, chaque mot résonnait désormais dans les limbes de son esprit, s’y multipliant et y tourbillonnant avec une vivacité rare. Il était chez lui ; il était rentré : il était en sécurité. Ce mot dont il avait oublié l’essence à force d’être protégé au sein du giron de sa tante prenait maintenant un sens tout neuf, entièrement réveillé par les affres de la guerre à laquelle il venait de participer. Combien de temps avait-il état absent ? Cela lui paraissait faire des années qu’il n’avait plus vu ces visages réconfortant et plus encore, qu’il n’avait pas pu laisser la voix de sa nourrice fondre dans ses tympans.

Il décida qu’à partir de cet instant, il chérirait ce genre de moment comme un trésor infini. L’or et la gloire ne faisait que bien pâle figure en comparaison.

Il ne comprit pas immédiatement la tentative d’humour faites par la louve mordue qui l’avait vue naître ; mais lorsque la solution parvint jusqu’à son cerveau, elle avait déjà enchainé sur un tout autre sujet et Mezariel ne se sentait guère dans le vent de lui désobéir, de la décevoir… encore. Maintenant qu’il y pensait, oui, son ‘petit mot’ était affreusement stupide et inutile, à bien y réfléchir. Heureusement qu’il était en vie malgré cette preuve affligeante de stupidité ; cela lui permettrait sans doute de corriger ce travers par la suite. Il frissonna.

« Hum… Mon dos est douloureux. J’ai été ‘soigné’ par un médecin de guerre, en Angleterre, mais le pansement reste succinct et n’a pas été changé depuis… Surtout que je me suis un peu agité depuis, diront nous… » Pour retrouver ses amies lorsqu’il avait été fait prisonnier puis libéré de cet appartement parisien, il avait mis à mal sa blessure déjà laide. Heureusement que son sang de lycan le gardait d’infections trop prononcées. Au moins un avantage à être le bâtard qu’il était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Lycan

avatar

Messages : 49
Âge du personnage : ~ 100 ans (elle a arrêté de compter)


Mémoire de vie
Race: Mordu
Métier/Rang: Servante / Garde-du-corps
Statut amoureux: Célibataire

MessageSujet: Re: "Les cicatrices sont des leçons et chaque leçon est un conseil." ••• NAO    Jeu 10 Aoû 2017 - 18:40




Un claquement de langue agacé m’échappa alors que j’apprenais que, non content d’être blessé et de ne pas recevoir tous les soins possibles et l’attention nécessaire, mon jeune maître demeurait avec un pansement non changé depuis dieu sait quand. C’était scandaleux, quel genre de médecin agissait ainsi ? Et les serviteurs, les infirmières, n’y avait-il donc personne de compétent ici ?! Si j’aurais pu, je serai volontiers allé chercher le médecin des De Saint Louis qui demeurait au domaine de la famille, le ramenant par la peau du cou si nécessaire. Cependant, cela impliquait de laisser mon maître seul plusieurs heures, chose impensable pour le moment alors que je venais seulement de le retrouver. Qu’importe — je ferais les choses moi-même. Allons, ce n’est pas comme si je n’avais pas l’habitude et mon père, bien qu’homme aux sages paroles limitées et peu marquantes, disait toujours que l’on n’était jamais mieux satisfait d’un travail que lorsqu’on le faisait soi-même.

Je laissais un sourire rassurant traîner sur mes lèvres alors que je caressais les cheveux de Mezariel. “Aucun souci Jeune Maître, je m’en occupe. Redressez-vous donc que je commence par ôter le pansement et regarder l’étendu des dégâts laissé par ces incapables.” Avant cela cependant, je retournais à la porte de la salle de bain, l’ouvrant et hélant la première servante passant à ma porte pour lui demander de me rapporter le nécessaire, dont des bande propres. Ceci fait, je retournais aussitôt au chevet de la baignoire de Mezariel et entreprit d’ôter les bandes, de toutes manières trempées désormais et effectivement, salies de sang et de pus. Répugnant, pourquoi diable personne n’avait eu l’idée de les changer ?! Je montrerais les crocs aux responsables de l’état de mon maître pour une telle incompétence dès que je les trouverais.

Bande ôté, j’inspectais la blessure. En effet, ce n’était pas fameux. “Est-ce une épée qui vous a fait cela ? Seigneur, ne commencer pas à vouloir rattraper votre père dans sa collection de blessures ou je n’en aurais jamais fini.” soupirais-je en me souvenant de l’état du dos de Denovan (cette simple pensée suffisait autrefois à me faire rougir, heureusement j’avais appris à me contrôler un peu mieux depuis et pouvais ne rien laisser paraître).

_________________



• kit par mon jeune maître adoré ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://firewhisky.forumactif.com/forum

Infant

avatar

Messages : 482


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: Re: "Les cicatrices sont des leçons et chaque leçon est un conseil." ••• NAO    Mer 16 Aoû 2017 - 1:47

Il retrouvait là la Nao qu’il connaissait et aimait de tout son être bien plus qu’une simple servante, une simple nourrice. Mezariel savait que son attachement envers la blanche lycane ne lui avait pas toujours attiré que de bonnes grâces, mais pour l’heure, il n’en avait cure. Nao ne partageait peut-être point son sang, mais elle avait été présente à ses côtés bien plus de fois que la plupart des membres de sa ‘vraie’ famille. Alors, l’espace d’un instant, l’infant décida de laisser couler les obligations de tenues et les formules de politesses réservées à untel ou untelle. Nao était là et c’était tout ce qui comptait à ses yeux.

Il ne se fit guère prier, d’ailleurs, pour obéir à cette dernière lorsqu’elle lui annonça qu’elle allait jeter un coup d’œil à son dos. Se redressant le mieux possible afin de faciliter le travail de la mordue, il inspira grandement avant de lui répondre. Devait-il dire la vérité ? Oui, sans aucun doute. Il l’avait déjà bien trop inquiété en ne lui laissant qu’un vulgaire mot avant de partir en guerre – il réalisait à présent toute la stupidité de son action -, inutile donc d’en rajouter encore à son tableau de chasse – qu’il se serait bien gardé d’étoffer pour le coup.

« Oui, c’est une épée. Un chevalier m’a frappé dans le dos alors que je… n’étais pas en mesure de répliquer. » Il se mordit l’intérieur de la joue. La vérité ? Quelle sinistre blague. En soit, oui, il n’avait pas menti, c’était bel et bien ce qu’il s’était passé. Mezariel avait simplement omis de préciser que s’il n’avait pas été en mesure de répliquer, c’était parce qu’il n‘avait pas assez surveillé sa garde du fait de vouloir aider le bouffon du Roi à s’échapper de la cohue improbable. Il secoua la tête, passant sur cette réflexion stérile. « Je n’ai jamais ouïe les explications de chacune des cicatrices de mon père, je dois dire… Mais pour être franc je ne tiens pas tellement à lui ressembler. Un Denovan est bien suffisant dans la famille ! » Il s’essayait également à l’humour. S’essayait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Lycan

avatar

Messages : 49
Âge du personnage : ~ 100 ans (elle a arrêté de compter)


Mémoire de vie
Race: Mordu
Métier/Rang: Servante / Garde-du-corps
Statut amoureux: Célibataire

MessageSujet: Re: "Les cicatrices sont des leçons et chaque leçon est un conseil." ••• NAO    Jeu 31 Aoû 2017 - 14:35


J’avais à peine dix-huit ans il me semble, lorsque je vis rentrer au manoir Maître Denovan, poisseux de sang, une nuit d’orage. Un conflit avec d’autres loups, je crois me souvenir. Transformée en lycan depuis peu, j’étais encore jeune et facilement impressionnable. Je m’étais raidie de terreur en le voyant dans cet état, avant de me précipiter pour le soutenir tandis que le loup géant se couchait à mes pieds — s’effondrait, plutôt. Le médecin de famille indisponible alors, je dû laver et panser ses plaies moi-même en attendant le retour de ce dernier le lendemain. Lorsque je fus assurée que l’écoulement de sang était maîtrisé et que mon maître dormait, je m’étais redressée pour aller me nettoyer, constatant par la même occasion que ma chemise de nuit était en lambeaux car j’avais arraché des pans de tissus pour faire pression sur les plaies, et que j’étais plus ensanglantée que Denovan même.

Depuis, j’ai appris. Et aujourd’hui c’est avec calme et toujours compassion que je prends soin du fils, avec l’amusante (mais désagréable) impression qu’il suit de plus en plus le chemin de son prédécesseur. J’écoute ses explications, contenant ma colère envers ceux qui l’ont attaqué. La servante revient avec ce que j’ai demandé, dépose le tout à mes pieds et s’enfuit à peine l’ai-je remercié. Je tire vers moi la bassine d’eau brûlante et attrape l’éponge, commençant par nettoyer le sang séché et le pus qui coule de la plaie. Je ris à la plaisanterie de Mezariel. “Je suis bien d’accord! Contentez-vous de demeurez vous-même, mais n’allez pas non plus vous faire tuer pour des bêtises. Je vous connais, si cette épée vous a eu c’est certainement qu’autre chose accaparait votre attention et vous avez reléguez votre vie au second plan pour privilégier une tâche plus importante à vos yeux.

Il était ainsi après tout. Et je ne le changerai pas. Cependant, j’attrapais le menton de mon jeune maître entre deux doigts pour lui faire tourner la tête et me regarder, comme je le faisais quand il était petit garçon coupable d’une bêtise et que je voulais qu’il m’avoue la faute dans les yeux. “Cependant, votre vie ne vaut pas moins que celle d’un autre. J’ose croire que vous prendrez cela en compte ainsi que mes sentiments la prochaine fois et que vous veillerez à ne pas l’oublier et vous protégerez correctement".

Satisfaite et définitivement calmée, je finis de nettoyer sa plaie, avant de me saisir d’un pot d’onguent, que je reniflais pour vérifier la composition, avant de, rassurée, l’appliquer en couche protetrice sur les blessures dans le dos de Mezariel.

_________________



• kit par mon jeune maître adoré ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://firewhisky.forumactif.com/forum

Infant

avatar

Messages : 482


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: Re: "Les cicatrices sont des leçons et chaque leçon est un conseil." ••• NAO    Mar 5 Sep 2017 - 14:08

Les paroles de Nao avaient suffi à apaiser Mezariel, lequel n’osa plus rien dirie pendant quelques instants. Elle le connaissait si bien, c’aurait pu en être déloyal si elle n’avait pas tenu ces connaissances du fait de l’avoir élever bien plus comme une mère que comme une simple nourrice ou une servante sans réelle aspiration à la tâche. Bien que sa présence n’ait jamais pu remplacer l’aura de sa véritable mère, l’infant avait tout de même profité de la chaleur de la louve blanche et rien que pour cela, il aurait voulu revenir au moment où il n’était encore qu’un enfant, sur les épaules duquel trônait une responsabilité absente à cet âge.

L’adolescence, la prise en grade… Tout cela au fond, il n’en avait pas voulu. Il n’aurait désiré qu’une chose, se laisser ensommeillé pour ne plus se réveiller avant un long, très long moment.

La sensation de froid sur sa plaie le fit siffler entre ses dents serrées. Ce n’était pas douloureux au sens premier du terme, mais il n’en restait pas moins que ce n’était pas vraiment agréable à vivre non plus. « Je te promets d’être plus prudent la prochaine fois… En commençant par prier de toutes mes forces pour que prochaine fois il n’y ait pas, dans un premier temps. » Car une guerre supplémentaire après tout ceci, non merci, il passait volontiers son tour. Ceci étant dit, Mezariel prenait en note le fait de se protéger bien mieux le de ses prochaines batailles. Une protection en côtes de mailles devrait être une alliée de choix, pour commencer.

Malgré tout, il ne souhaitait pas non plus se perdre en pareilles élucubrations. « Et toi, Nao, qu’as-tu fais en mon absence ? Dis-moi tout, je veux être informé du moindre détail, comme si je n’avais jamais quitté les lieux ! »

Sa voix tremblait. Il était épuisé et sortait d’un cauchemar sans nom, terrible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Lycan

avatar

Messages : 49
Âge du personnage : ~ 100 ans (elle a arrêté de compter)


Mémoire de vie
Race: Mordu
Métier/Rang: Servante / Garde-du-corps
Statut amoureux: Célibataire

MessageSujet: Re: "Les cicatrices sont des leçons et chaque leçon est un conseil." ••• NAO    Mer 25 Oct 2017 - 10:46



Je pouvais le sentir se détendre, progressivement, sous la caresse de mes doigts le long de son épiderme meurtri. Moi-même me sentais plus calme, apaisée — désormais que j’avais retrouvé ce morceau de moi égaré. Mezariel au fond, demeurait un enfant par certains aspects encore aujourd’hui, malgré le poids parfois écrasant des responsabilités et son désir, inconscient probablement, de prouver à son père qu’il était quelqu’un désormais. Un enfant que je ne pouvais m’empêcher de continuer à materner par certains aspects. Mais j’en venais à me demander qui, de lui ou de moi-même, avait réellement le plus besoin de l’autre. Un fin sourire triste étira mes lèvres, qu’il ne pouvait voir comme je baissais la tête pour reprendre davantage d’onguent ; c’était certainement moi la plus désespérée des deux.

Il siffla un peu alors que j’appliquais le baume sur ses plaies en un épais cataplasme. Je ne pus que m’excuser d’un ton doux, alors qu’il évoquait son désir de ne plus avoir à y retourner. Je ne pouvais être davantage d’accord avec les dires de mon jeune maître. La guerre n’était pas un chemin sur lequel je souhaitais le voir avancer. Mezariel méritait la paix, l’amour des autres et que chaque jour de sa vie soit une fête. Il avait déjà trop souffert pour devoir mener les batailles des autres en plus que celles qui torturaient déjà son esprit et sa famille.

M’emparant d’un bandage propre, je croisais son regard alors que je me redressais quelque peu. “Vous n’aurez pas à y retourner. Ou en tout cas, pas sans moi.” lui promis-je. Je déchirerais la gorge de quiconque tentera à nouveau de le blesser.

Alors que j’enroulais le tissu blanc autour de son corps pour protéger ses blessures désormais propres et soignées, je fus heureuse de l’entendre changer de sujet. Je voyais bien qu’il cherchait aussi à se distraire l’esprit des horreurs qu’il avait probablement encore en tête. “Et bien, Jean Jean a mit le feu à la cuisine et à réussi à déchirer deux chemises en faisant la lessive. Ce benêt d’enfant semble être encore plus épuisant quand vous êtes absent, à croire qu’il le faisait exprès. Autrement, le palais était plutôt calme. Même si je suis sûre d’avoir vu des servantes profiter de cela pour se faire la belle plus d’une fois en ville.” Ma dernière phrase est un plus sévère, mon ton désapprobateur alors que je me souviens avoir intercepté deux jeunes préposées aux cuisines qui voulaient s’accorder une après-midi de repos sans prévenir. Je fronçais le nez et grognais d’une manière si exagérée qu’on ne pouvait dire que j’étais totalement sérieuse. “Les jeunes de nos jours, décidément.
Je voulais juste entendre son rire de nouveau.

_________________



• kit par mon jeune maître adoré ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://firewhisky.forumactif.com/forum

Infant

avatar

Messages : 482


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: Re: "Les cicatrices sont des leçons et chaque leçon est un conseil." ••• NAO    Dim 29 Oct 2017 - 16:19

Le simple fait d’entendre la voix de Nao parvenait à calmer le jeune infant. Affaibli mais apaisé, il pouvait désormais se laisser davantage aller à l’écoute des anecdotes dont sa nourrice savait l’abreuver comme nulle autre. Elle avait ce talent qui lui était propre et, de toute manière, jamais Mezariel ne se serait laissé approcher de la sorte, en un tel contexte, par qui que ce soit d’autre. La louve blanche était une privilégiée. Mezariel ne savait trop si elle le devinait de par ses actions ou ses mots muets, mais il le souhaitait vraiment très fort. C’était si bon d’avoir sa présence auprès de lui.

Les exploits de Jean Jean le firent rire, lui arrachant également un léger sifflement car les soubresauts tirèrent un peu ses chairs encore meurtris. Au moins, l’animation n’avait point manqué en son absence et en dépit de ce par quoi il était passé durant sa captivité, Mezariel était plus que ravi de l’apprendre. Jamais il n’aurait voulu plonger ses proches dans la solitude où la démence à cause de son départ à la guerre. On lui avait imposé de participer, certes, mais tout de même, ce n’était pas une raison pour avoir autant d’impact sur d’autres qui n’avaient rien demandés, eux non plus.

Les dires de Nao sur les deux jeunes filles frivoles le firent sourire une fois encore. Elle avait toujours les mots réprobateurs pour ce genre de conduite – et Mezariel n’ignorait pas qu’elle pensait exactement la même chose de lui et de son comportement de séducteur invétéré depuis qu’il était revenu sur Paris. Mais il ne fit davantage de commentaire, préférant largement continuer sur la voie qu’il avait choisi autrement. Les blagues légères et les sous-entendus étaient un merveilleux moyen de se sentir de nouveau bien et en sécurité. Il voulait en profiter le plus longtemps possible, donc.

« Hum, je vois… Tu es toujours si impliquée dans tes offices, Nao. » C’était un compliment. Il poursuivit « Mais, dis-moi… Tu n’as jamais songé à trouver quelqu’un pour toi, sérieusement ? Je veux dire, je ne pense pas que mon père aurait une objection au fait que tu puisses enfin profiter de ta longue vie. En tous les cas, je n’aurais pour ma part rien à y redire, au contraire, même, je t’y encourage ! Tu as toujours tant fait pour nous, Nao… Encore aujourd’hui. Il serait juste que toi aussi, tu puisses goûter aux délices que nous offre la vie. » Ne serait-ce qu’un peu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: "Les cicatrices sont des leçons et chaque leçon est un conseil." ••• NAO    

Revenir en haut Aller en bas
 
"Les cicatrices sont des leçons et chaque leçon est un conseil." ••• NAO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le mariage est un cercueil dont les enfants sont les clous [William]
» [0105] « Les hommes sont comme les pokémons. Il faut savoir s'adapter à chaque situation, évoluer, pour pouvoir grandir » [PYROLI]
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» Pourquoi les nègres sont-ils des xénophobes?
» ILS SONT DEVENUS FOUS! Est-ce que je mène une campagne contre Aristide au Forumh

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EX CATHEDRA :: La France :: Le Château de Paris :: Les Corridors :: Les Appartements :: Les Bains Privés-