AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 {Avant la guerre} Le destin ne s'accomplit que si on se saisit de ses fils || Olympe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Humain

avatar

Messages : 136
Âge du personnage : 28 ans


Mémoire de vie
Race:
Métier/Rang:
Statut amoureux:

MessageSujet: {Avant la guerre} Le destin ne s'accomplit que si on se saisit de ses fils || Olympe   Mer 26 Avr - 16:18

Il s’était levé de bonne humeur, ce matin. Une idée qu’il jugeait plus que bonne et profitable pour le bien commun avait récemment germé dans son esprit et il allait essayer, en cette matinée, de la mettre en place pour une soumission en bon et due forme à son grand ami le Roi du Nord, Gustav fran Sverige. En effet, en songeant intensément à ce qui pourrait forger une alliance encore plus affermie entre la Suède et la France, Charles avait eu comme une illumination – il ne manqua pas, par ailleurs, de remercier Dieu pour lui avoir soufflé cette magnifique idée.

Il se trouvait que par un heureux hasard, Gustav avait un jeune frère de seize ans prénommé Viktor – si le monarque français avait bonne mémoire. Hors, Charles aussi avait une jeune sœur. Demi, certes, car elle n’avait pas la même mère que lui, mais elle restait dépositaire de sang royal par son défunt père le Roi, Henri de France. C’était là un argument de poids en dépit de tout le reste. Et puis, les arrangements étaient tout à fait faisable entre deux alliés de longues dates, il ne voyait pas Gustav refuser pareille proposition pour ‘si peu’. Et puis, si les liens du sang ne pouvaient servir à forger des alliances dignes de ce nom, où allait le monde ?!

Charles de France avait déjà reçu nombres de requêtes pour des mariages avec sa jeune sœur depuis que les Cours européennes avaient appris son existence. Pour l’heure, il les avait soit déclinées, soit mises en attente. Il priorisait surtout ses amis proches et en l’occurrence, la Suède et ses merveilles. Et puis, Olympe n’aurait pas à se plaindre outre mesure, après tout Viktor fran Sverige était un parti tout ce qu’il y avait de plus correct. Il était bien éduqué et un érudit certain. Et puis la vie dans le Nord ne pourrait faire que du bien à sa sœur, le Roi en était convaincu.

Mais il fallait commencer par le commencement, aussi Charles interpella l’un des serviteurs du palais avec une certaine hâte. « Faites mander la princesse Olympe dans mes quartiers dans les plus brefs délais, je vous prie. » Le domestique s’inclina avec respect avant de s’enfuir à toute jambe afin de sonner le mot d’ordre. Pendant ce laps de temps où il était laissé seul avec ses pensées, Charles profita de la vue offerte depuis les fenêtres de son immense bureau. Les jardins étaient encore une fois sublime en cette période de l’année.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humain

avatar

Messages : 26


MessageSujet: Re: {Avant la guerre} Le destin ne s'accomplit que si on se saisit de ses fils || Olympe   Lun 1 Mai - 16:14


Le destin ne s'accomplit que si on se saisit de ses fils


La vie t'emporte, et les gens font les barrières qui te guident
Il fait merveilleusement beau, le jardin montre ses plus ravissantes couleurs, les fleurs embaume totalement le coin d’ombre où tu te trouve. Faisant la lecture à Léonie, bien que tu étais aussi entouré de tes dames de compagnies. Soliste est même entrain de dormir sur tes genoux, quel chat bien éduqué, enfin peut être qu’il est tout simplement heureux comme toi en ce moment même dans ta petite vie bien calme. Tu lis joyeusement un passage de l’histoire de Cendrillon, le moment où elle rencontre le beau prince, cela ne fait que rêvé les femmes de la ville.

Bien que tu trouves cela touchant de voir un tel conte existé, après tout, les femmes de bas d'échelle ne peuvent voir cela arriver, mais la rêverie n’a pas du tout de prix après tout c’est le genre de chose que tu ne peux que trouver beau, une belle femme qui n’a rien, trouve l’amour et tout la richesse dont elle mérite. Il est vrai que toi, cela t’es totalement tombé dessus du jour au lendemain, peut être qu’il n’y a que ta mère qui a tout prévus ? Tu ne sais pas vraiment si cette femme savait tout, tu ne l’as connait pas tellement en tout cas, elle doit être bien heureuse maintenant de se vanter d’être la mère de la princesse de France, cela te fait légèrement soupirer d’y penser.

C’est alors qu’on te surprends, tu étais un peu trop dans tes pensées hélas. Clignant un peu des yeux, tu remarques des gentilshommes s’incliner en ta présence, un grand sourire sur le visage. Il est vrai que beaucoup de personnalité masculine viennent te saluer, et naïvement, tu leur rends leur salut par un petit penchant de tête et un sourire digne des anges. Tu ne vois pas le mal, ni la manipulation qui se présente dans ce monde, tu ne vois que bonté et gentillesse dans ce monde. Même si parfois, tu sais Ô que trop bien que le monde mord beaucoup trop, mais il t’intrigue tout autant. Tu les vois partir comme content que tu leur ais rendu leur salut. C’est alors que les demoiselles qui t’accompagne bavassent à leur sujet.

Quel succès Princesse, tous les hommes s’empressent de vous saluer! J’en suis jalouse” Tu affiches un petit sourire ne comprenant pas ce qu’il peut être à jalouser. “Il est vrai qu’étant la Princesse de France, vous devez avoir beaucoup de prétendant !
-Que…?
-Après tout, qui ne rêvent pas d’être dans les bonnes grâces du roi de France !
-Mais..
-De plus vous êtes si jolie et élégante, il est normal de s’empresser de venir vers vous!
- Princesse vous êtes toute rouge.

Tu poses les mains sur tes joues beaucoup trop chaude, tu n’aimes pas trop ce genre de conversation, enfin, tu es beaucoup trop timide pour ce genre de conversation, rien que déjà quand tu vois des demoiselles courtiser des prétendants, non c’est beaucoup trop pour toi. Tu devrais grandir, vouloir devenir beaucoup plus une femme digne de la royauté de France. Secouant un peu la tête, pour te reprendre sûrement. Après cette petite interlude sur le sujet de ta beauté et ta popularité, tu recommences ta lecture. Bien que par malchance, si l'on peut dire, un des domestiques du château arrive vers vous, s’inclinant car il sait qu’il dérange la lecture.

Princesse, le roi vous mande auprès de lui dans ses quartiers.

Tu clignais plusieurs fois des yeux, tu te poses d’un coup mille question, après tout pourquoi ton frère te demande comme ça. Tu te relèves doucement époussetant ta robe, on t’aide à remettre tout comme il faut, pour être présentable. Léonie fait le possible pour retirer les poils de Soliste qu’elle tient dans ses mains, elle va aller le remettre dans ta chambre, le temps de t’accompagner pour le chemin.

J’espère que ce n’est pas au sujet de cet… Esclave.
-Je pense que cela doit être plus important pour vous faire demander madame.

Tu avales ta salive, assez stressé de savoir pourquoi cette demande de sa part. Toi qui n’ai déjà pas à l’aise avec ton frère, tu vas te retrouver seule avec lui. Serrant un peu ta robe, te voilà devant cette porte qui est déjà beaucoup trop intimidante. Aller, c’est peut être autre chose de moins dramatique? Tu toques doucement à la porte, puis Léonie pousse délicatement la porte en s’inclinant et refermant derrière elle. Te voilà devant ton frère, faisant une révérence digne de plus grande demoiselle.

Vous m’avez fait appeler mon Roi?

Tu restes debout en essayant de rester aucunement terrorisée, attendant la voix dur de ton frère qui t’autorise à t’assoir, enfin espérons.
#iwhae pour epicode

_________________


Dernière édition par Olympe De France le Jeu 18 Mai - 16:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humain

avatar

Messages : 136
Âge du personnage : 28 ans


Mémoire de vie
Race:
Métier/Rang:
Statut amoureux:

MessageSujet: Re: {Avant la guerre} Le destin ne s'accomplit que si on se saisit de ses fils || Olympe   Mar 2 Mai - 19:12

Il ne doutait pas de son pouvoir ni de la viabilité de ses plans. Il était le Roi de France, après tout. Celui qui avait repoussé les frontières d’un pays dont il avait hérité malade et improductif. L’économie de France ne s’était jamais porté aussi bien depuis son accession au trône et ses réformes. Alors, certes, il y avait du mécontentement, comme partout ; mais Charles n’en prenait pas compte. On ne pouvait mener un pays vers la floraison parfaite si l’on passait son temps à palabrer et à prendre en compte les espérances de tout à chacun. Des sacrifices devaient être commis pour la survie et la prospérité du plus grand nombre.

Ainsi était la vie.

Et lui, en tant que Roi se devait de déplacer intelligemment ses pions afin de toujours renforcer l’influence de sa mère patrie. Tout comme son vénéneux père avant lui, l’homme se devait de faire en sorte que des alliances puissent croitre ; peu importe le prix. On ne lui avait pas demandé son avis vis-à-vis de Diane, par exemple. Il avait été bien trop jeune à l’époque pour mesure toute l’immensité que cette décision allait avoir sur sa vie future. Il faisait avec, désormais. La vie n’était pas toujours juste mais elle avait permis à la couronne d’obtenir des terres précieuses en même temps que la main de Diane.

Aujourd’hui, il était temps qu’une autre femme prenne le relai, à sa manière. Olympe n’était guère bien placé dans le cœur de Charles ; il voyait son existence comme une énième trahison envers sa position durement acquise. Asseoir son pouvoir n’avait pu se faire en un jour et l’arrivée d’Olympe n’avait été qu’une épine supplémentaire dans sa vie de Roi. Mais d’un autre côté, sans doute cette découverte allait faire d’Olympe une demoiselle essentielle à des plans tout droits sortis de l’imagination de Charles. Comme un pacte avec son pays ami, la Suède, par exemple.

Il décida de s’armer d’un sourire satisfait. Pour lui, les faits étaient déjà décidés et cette entrevue n’était que formalité. Rien de plus, rien de moins. Lorsque la princesse fit son apparition, Charles la reçut avec une salutation à hauteur de ses plans. « Ah, Olympe ! Prends donc place, j’ai à te parler de quelque chose de la plus haute importance. »

Allant lui-même prendre place de l’autre côté de son immense bureau, Charles croisa les bras sur son torse avant d’ajouter « Il est question de ton avenir. ». Le pavé était jeté dans la mare.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: {Avant la guerre} Le destin ne s'accomplit que si on se saisit de ses fils || Olympe   

Revenir en haut Aller en bas
 
{Avant la guerre} Le destin ne s'accomplit que si on se saisit de ses fils || Olympe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Privé] Soins avant la guerre
» Le monde d'avant guerre
» Ton destin ? La guerre !
» photos du chariot de guerre ( juste monté )
» Est-ce vraiment mon destin? [PV: Aurore Musicale]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EX CATHEDRA :: Dénouement :: Le Rôle-Play autrement :: Sur la table de Chronos-