AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Champagne ! Parce qu’aucune grande histoire n’a commencé autour d’un bol de salade.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Humain

avatar

Messages : 29


MessageSujet: Champagne ! Parce qu’aucune grande histoire n’a commencé autour d’un bol de salade.   Ven 10 Fév - 15:40


Prénom

ÂGE ─ 28 ans
ANNIVERSAIRE ─ Un 6 juin
ORIENTATION SEXUELLE ─ Hétérosexuel affirmé
OCCUPATION ─  Roi de Suède
PAYS ─ Suède t'as pas bien lu ? <3
CLASSE SOCIALE ─ Royale
RACE ─ Humain
AVATAR ─ Gilbert Nightray - Pandora Hearts

Profil Psychologique

Gustav était le fils rêvé. Toute son enfance fut rythmée par les nombreux cours de politique, d’escrime, de littérature,  de rhétorique, auxquels il assistait avec assiduité. Rigoureux et curieux, il n’avait cessé de solliciter ses professeurs, approfondissant les connaissances qu’on pouvait lui servir, s’entraînant sans relâche jusqu’à devenir le meilleur. En quelques années, il avait réussi à maîtriser l’anglais, le français et le danois, et y montrait la même aisance d’orateur. L’excellence était son maître mot. À moins que ce ne soit la fierté qui l’animait avec trop de force ; il ne voulait pas perdre la face, décevoir son petit frère ou ses parents qui fondaient de grands espoirs en lui. Cette curiosité, cette rigueur et cette fierté persistent encore dans l’homme qu’il est aujourd’hui. Il aime sa famille et son pays, et est prêt à les protéger, quitte à déclencher une guerre. Il bichonne ses alliés, et veille particulièrement à ses amis, en honorant toujours ses promesses, même les plus infimes. Ces derniers, se comptant sur les doigts d’une main, peuvent compter sur sa loyauté et ses forces militaires. Que ne ferait-il pas pour défendre les intérêts, par exemple, du petit français appelé communément Charles. Mais sa loyauté se porte aussi vis-à-vis de sa famille, et principalement auprès de son épouse. Il fut un mari fidèle et passionné, veillant toujours à son bien-être. Cœur pur, Gustav n’a aimé que trois femmes dans sa vie : sa mère, sa défunte épouse et sa petite fille. Le jeune roi est droit dans ses bottes, animé par des valeurs claires et des principes fermes qu’il n’hésite pas à transmettre à sa fille adorée. En parlant d’elle, Gustav est un véritable papa gâteau. Sa fille est belle, elle est intelligente, elle est aussi maligne que lui ; c’est son petit trésor. Et depuis le Jour Maudit, il l’amène partout et n’hésite pas, en petit comité, à (re)devenir ce père guimauve complètement gaga de sa fille. Oui. Le comportement qu’il affiche envers sa petite puce et l’image de monarque droit et imposant n’est pas le même. Mais que voulez-vous… Néanmoins, derrière cette personnalité rayonnante, Gustav cache des sentiments noirs et très profonds. Un loup dissimulé dans une peau de mouton. Il voue une haine sans nom pour le Danemark, et par ricochet, aux alliés de ce pays. Territoire responsable de la mort de sa femme, pays d’êtres barbares et vils, il ne cesse d’échafauder des plans de conquêtes, des stratégies militaires, attendant patiemment le bon moment pour prendre la tête de cette terre. Il ne reste cependant pas en reste, se vengeant du Danemark sur d’autres territoires, lui volant ses nouvelles richesses sans scrupules pour affaiblir ce petit royaume.
Histoire

« Aller pappa, venez avec moi ! Aller ! Plus vite ! » Un joli visage rond, aux belles boucles brunes, affichait un sourire radieux. Dans ses petites mains de porcelaines se trouvait une main plus grande, plus sûre, sur laquelle elle tirait avec douceur. De ses maigres forces, elle essayait de motiver cet adulte à la suivre, à respirer l’air frais d’un des jardins. Un de ceux, elle en était persuadée, qu’il ne connaissait pas. « Plus vite !!! On va arriver en retard et ce sera trop tard ! » Joues gonflées, ton chouineur, elle ne démordait pas. Il fallait avouer que quand la demoiselle avait quelque chose en tête, rien ne pouvait la faire changer d’avis ; elle devait tenir ça de sa grand-mère. L’adulte fit des pas plus grands pour satisfaire cette jeune fille à la robe d’un bleu marine qui faisait ressortir ses yeux clairs. Quelques pas encore et les voilà sur une des terrasses de l’immense jardin, les yeux tournés vers l’horizon. Le soleil se couchait sur le royaume de Suède, baignant de ses derniers rayons chaleureux les terres fertiles et prospères. L’astre caressait les contours du palais royal dans lequel s’affairent les domestiques. Les gardes se relayaient, patrouillaient, assurant une sécurité plus accrue que jamais. En aucun cas cela devait recommencer. La petite main encore dans la sienne, Gustav admirait son royaume, mélancolique. Sa fille ne le savait peut-être pas, mais c’était son jardin préféré. Combien de fois avait-il pu admirer ce paysage bucolique, ses poumons respirant la douce odeur de rose qui émanait des épaules à peine dénudées de son épouse ? Chastes, les deux têtes couronnées aimaient venir dans ce coin de verdure discret pour retrouver un peu de tranquillité. Et depuis ce terrible incident, il n’y avait pas remis les pieds. Trop de souvenirs, trop de peine aurait inondé son cœur royal. Mais sa fille, son adorable petite Elina, l’y avait reconduit en toute innocence. Elle était bien la fille de sa mère, et lui, comme l’homme charmé qu’il était par la détermination de leur regard féminin, avait suivit la demoiselle en toute confiance. « Alors, pappa ? Comment trouvez-vous la vue ? N’est-elle pas magnifique ? » Le soleil se reflétait dans sa voix ; c’était comme si ses rayons de joie transperçaient involontairement son cœur meurtri. Devant le silence de son père, Elina reprit : « Je voulais absolument vous montrer cela avant l’hiver et la saison des bals d’automne. » C’était la période favorite de la défunte reine. L’automne et ses couleurs pourpres. L’automne et sa chaleur qui disparaît lentement. L’automne, c’était Elle. « Pappa? » Gustav inspira longuement et souleva avec grâce et aisance sa fille. « Regarde, Elina. Ceci sera un jour ton royaume. Aime tes sujets. Aime ton pays. Nos terres se recouvrent peut-être de glace, mais sache que même après les nuits les plus froides, le soleil fini toujours par revenir et réchauffer les cœurs. Ne l’oublie jamais. D’accord ?- Oui, pappa. » dit-elle avec le même regard droit que les héritiers de la famille Fran Sverige. « Il est maintenant temps de retourner à la maison. C’est bientôt l’heure du souper et Madame Moa doit te chercher partout. » Il posa son nez sur celui de sa princesse pour un tendre baiser esquimau, puis il la redéposa sur le sol. Ensemble, ils retournèrent à l’aile principale, Gustav répondant à toutes les questions botaniques qui pouvaient fuser des lèvres de la jeune aristocrate.
Au moment du coucher, comme à son habitude, le roi de Suède alla border son énergique héritière. Elle ne s’était manifestement pas assez dépensé, bien qu’elle eut enchaîné de nombreuses leçons -piano, littérature, géographie- et c’est avec un recueil de légendes suédoises qu’elle accueillit son père. Après avoir avisé l’auteur, et les contes qu’elle avait sélectionnés, il se mit à lire avec tendresse à la lueur d’une bougie. Tantôt narrateur, tantôt sorcière gourmande, Gustav mettait le ton pour donner à sa fille le goût de la lecture et la culture de son pays. Un jour, elle serait reine. Mais pour l’heure, ses paupières lourdes luttaient contre le sommeil, et il baissa peu à peu la tonalité de sa voix pour qu’elle s’endorme, puis il quitta la chambre à pas de loups. « Votre majesté. - Madame Moa. Je compte sur vous pour demain. - Oui votre majesté. Puis-je vous demander quelque chose ? - Faites donc. - Pourquoi ne voulez-vous pas qu’elle participe à cette commémoration ? » Le roi sourit faiblement. « Elle n’a pas à se rappeler d’un événement aussi tragique. Sur ce Madame Moa, bonne soirée. - Bonne soirée à vous seigneur. »

Oui. Elina n’avait pas besoin de revivre cette soirée macabre. Il ne voulait pas qu’un autre de ses petits soleils s’éteigne à jamais. Assis dans un des grands fauteuils en cuir de la bibliothèque, le roi avait les yeux rivés vers l’immense tableau qui trônait au-dessus de la cheminée. Un magnifique portrait du couple royal. Son visage droit, le regard pénétrant et la posture impeccable, Gustav renvoyait l’image du parfait monarque qu’il était. Il honorait ainsi l’éducation militaire de son père, l’honneur de ses ancêtres et la confiance que le peuple trouvait en lui. Il avait la main posée sur le dossier du fauteuil sur lequel était assise Ellen. La reine adoucissait le visage patriarcal de son époux par un discret sourire et un regard pétillant. À ne pas en douter, ils formaient un couple royal. Il se perdit dans ses yeux bleus clairs…

Il a seize ans. Le roi et la reine avaient disparus. C’était l’heure de faire ses preuves. Traversant solennellement la salle de bal sous les regards fiers de sa famille proche, de ses ducs, duchesses, comtes, comtesses, chevaliers et autres membres de la bourgeoisie, Gustav se dirigeait vers ce qui lui revenait de droit. Le pas assuré et le regard fixé sur la couronne, il achevait de persuader l’aristocratie suédoise qu’il était prêt pour être roi. La cérémonie, répondant soigneusement aux rites royaux, s’acheva par le sacre de l’ex-premier prince du Royaume de Suède. Premier bal. Premières présentations officielles. Au détour d’une danse, c’est là qu’il la voit. Son sourire resplendissant, cette mèche nonchalamment lovée contre son cou. Le cœur du roi rate un battement. Elle est ravissante.
Il a dix-sept ans. Le jeune roi ne cesse d’apprendre : renouer le contact avec certains pays, entretenir ses relations avec ses plus anciens alliés, ouvrir les portes de son château pour des dîners somptueux afin de maintenir son charme sur ses sujets. C’était petit, certes, mais c’était une façon comme une autre de garder la loyauté des cœurs faibles et renforcer les âmes déjà fidèles. Lors d’un banquet, il la revit. Elle était encore plus belle que la dernière fois. Il lui sourit, elle lui répondit avec pudeur. Et la soirée s’enchaîna si bien qu’il n’eut pas l’occasion de la revoir et de l’inviter à partager une danse.
Ils ne cessèrent de se croiser ainsi, échangeant à chaque soirée un peu plus d’eux-mêmes sous le regard comblé de la mère de la jeune fille. Néanmoins, une crise politique interne commençait à voir le jour. Certains nobles s’étaient mit à relayer de basses rumeurs, comme quoi le roi ne pouvait satisfaire une femme, qu’il aimait le sexe opposé… Ces absurdités courraient les rues de Suède, incontrôlables et toujours plus extravagantes. Mais le fait était là, le roi perdait de sa prestance auprès de ses sujets. Et c’est ainsi qu’à vingt-six ans, sous les discours avisés de ses Conseillers, Gustav demanda la main de la jeune duchesse Ellen fran Horn. Leur mariage, somptueux, mit fin aux quolibets et avisa d’attendrir quelques nobles. Le peuple et le Roi étaient conquis par Ellen, et chacun se laissait bercer par sa voix charmante. Quelques mois seulement après leur union, le roi annonça une nouvelle qui mit le peuple en émoi : son épouse était enceinte. Quelle nouvelle pour le pays ! C’était merveilleux, un jour grandiose. Durant neuf mois, le roi prenait soin de préparer l’arrivée de leur bébé, s’inquiétant sans cesse de l’état de son épouse. « Vous ferez un bon père Gustav. » lui avait-elle confié un jour alors qu’il était occupé à caresser le ventre arrondi de la jeune femme. Puis vint les premières contractions, l’angoisse de la vie et de la mort qui se jouait derrière cette porte qu’il ne pouvait franchir. Puis un cri et la naissance de la princesse Elina fran Sverige, les poumons promis à une longue vie et un corps robuste comme son père. Le couple royal coula des jours heureux.

Mais les traités de paix allaient et venaient comme les vents du nord. Le Roi du Danemark commençait à prendre un peu trop d’emprise sur la scène internationale, n’hésitant pas à conquérir certaines terres qui étaient sous le dominion suédois. Impassible, le monarque envoya quelques diplomates pour raisonner le dirigeant de ce petit pays ; quelques-uns ne revinrent pas, là où d’autres lui annonçaient des nouvelles pour le moins négatives. Ils avaient beau arrondir les angles, Gustav comprenait bien que son homologue danois se refusait à calmer ses ardeurs. Jusqu’au jour où il alla trop loin. Au détour d’un après-midi de printemps, où le couple royal déjeunait dans le jardin du palais en apprenant à marcher à leur fille, un missionnaire coupa net leur moment de quiétude. Le roi danois prévoyait d’envahir la Suède par le sud et avait déjà des troupes établies dans la ville de Malmö. Le roi quitta les deux femmes de sa vie pour tenir un conseil de guerre. Quelques jours plus tard, une armée était fin prête et descendait la mer Baltique jusqu’aux rives Est de la Suède, dans la ville portuaire de Kalmar. Gustav fut le premier à poser le pied dans la ville qui ignorait pourquoi autant de navires royaux accostaient sur ses modestes quais. Contre toutes ses attentes, lorsque les deux armées se confrontèrent dans les champs de la province de Växjö, la bataille fut vite expédiée. Les survivants danois furent emprisonnés, eux-mêmes ne comprenant pas avec exactitude ce qui leur arrivait. Lorsque l’armée revint de sa campagne, prête à fêter cette petite victoire sous les applaudissements des habitants ayant investis les rues de Stockholm... Mais la ville s’était couverte d’une chape de plomb et avait revêtue sa plus belle robe noire.
Durant l’absence du roi et du gros de l’armée, un homme s’était glissé dans le château. La reine faisait sa toilette, attendant l’arrivée de sa fille qui tardait à défaire les rubans de ses cheveux. Ce fut dans ce moment paisible, où la garde était inexistante, que la reine Ellen fut assassinée. Aux pieds nus de la princesse qui résonnaient gaiement contre les murs de la pièce, suivie par sa gouvernante, se succéda des cris d’effrois et de panique.

Gustav rouvrit les yeux. Il ne voulait pas revoir son épouse allongée sur son lit de mort. Il ne voulait pas revoir son visage livide et pourtant si serein. Si sa fille ne participait pas à cette cérémonie, c’était pour qu’elle ne se rappelle pas de la dernière image de sa mère, la gorge largement ouverte, les yeux écarquillés et son sang épousant les courbes de ses jolis seins. Il se pinça l’arrête du nez avant de se lever et de se servir un digestif. Dans quelques heures, Stockholm allait rendre hommage à la disparition de la reine. Dans quelques heures, il allait une nouvelle fois réaliser qu’un an de plus le séparait de ce Jour Maudit et que le Danemark ne perdait rien pour attendre. « Morts aux lâches. Skål... » dit-il avec une lueur macabre dans le regard et en levant son verre vers le tableau d’un autre temps.
Questionnaire

ÊTES-VOUS AU COURANT DE L'EXISTENCE DES VAMPIRES ET LYCANS? ─ Un mythe, n'est-ce pas ?
QUE PENSEZ-VOUS DES LYCANS/VAMPIRES ─ Ce ne sont que des rumeurs auxquels il ne croit pas… Du moins c’est ce qu’il affiche, espérant que ces êtres soient suffisamment censés pour respecter son rang et son autorité.
ÊTES VOUS SATISFAIT(E) DE VOTRE VIE ACTUELLE? ─ Oui… et non. Ellen lui manque terriblement.
SI NON, QUE VOUDRIEZ-VOUS CHANGER? ─ La capitulation et la soumission totale du Danemark.
VOTRE POINT DE VUE SUR LE MONDE CONNU? ─ Il reste tant de choses à découvrir.

Joueur

PSEUDO ─ Rhubarbe
ÂGE ─ 25 ans tout fraîchement
SEXE ─ Tyrannosaurus licornus
LA COULEUR DE TON PYJAMA ─ Je n’ai pas de pyjama


Dernière édition par Gustav II fran Sverige le Dim 12 Fév - 14:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infant

avatar

Messages : 45
Âge du personnage : 22 ans


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Loup errant
Statut amoureux: Célibataire

MessageSujet: Re: Champagne ! Parce qu’aucune grande histoire n’a commencé autour d’un bol de salade.   Sam 11 Fév - 2:02

Preums, preums, preums !

Maintenant je peux le dire officiellement :
Bienvenue à toi petit monstre nudiste à ses heures perdues ♡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humain

avatar

Messages : 167
Âge du personnage : 28 ans


Mémoire de vie
Race:
Métier/Rang:
Statut amoureux:

MessageSujet: Re: Champagne ! Parce qu’aucune grande histoire n’a commencé autour d’un bol de salade.   Sam 11 Fév - 9:50

MON DIEUUUUUUUU CE DEBUT DE FIIIIICHE ♥
J'étais OBLIGE de poster avec Charles B)
COPAIIIIN ♥

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humain

avatar

Messages : 29


MessageSujet: Re: Champagne ! Parce qu’aucune grande histoire n’a commencé autour d’un bol de salade.   Sam 11 Fév - 14:34

Merci ma petite bête à poils soyeux yay Vient là que je te grattouille derrière les oreilles <3

Haha ! Merci Charles ! L'histoire arrive bientôt ! >Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infant

avatar

Messages : 45
Âge du personnage : 22 ans


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Loup errant
Statut amoureux: Célibataire

MessageSujet: Re: Champagne ! Parce qu’aucune grande histoire n’a commencé autour d’un bol de salade.   Sam 11 Fév - 15:52

Comme si j'allais laisser passer cette occasion...

*Lui envoie donc ses 80kg d'amour dans la face.* Mwahaha !

Je remarque qu'on fail aussi sur le même smiley ♡

By the way, bon courage pour le reste de ta fiche ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humain

avatar

Messages : 167
Âge du personnage : 28 ans


Mémoire de vie
Race:
Métier/Rang:
Statut amoureux:

MessageSujet: Re: Champagne ! Parce qu’aucune grande histoire n’a commencé autour d’un bol de salade.   Dim 12 Fév - 15:19

••• BIENVENUE PARMI NOUS


HIIIII COPAIN COPAIN COPAIN COPAIIIIIN ♥♥♥ (ceci était une réaction totalement OOC/dies)
Mon dieu mais cette FICHE! Que de beauté en elle! Réellement, je me suis laissée couler dans la lecture, prise d'une insatiable envie d'en savoir toujours plus sur Gustav! Tu t'es magnifiquement bien approprié le personnage, aussi je ne vois pas ce qui pourrait me permettre de te refuser une validation, au contraire! Tu as, au demeurant, une plume magnifique qui m'a charmé d'un bout à l'autre de cette fichee! ♥

Passons! Tu as passé le test d'entrée, faisant donc de toi un NOBLE HUMAIN, encore bravo!
Tu peux dés à présent aller recenser ton avatar, chercher des partenaires de rp et poster une fiches récapitulative de tes relations si cela te tente!

N'hésites pas, également, à apporter ta pierre à l'édifice d'Ex-Cathedra, nous fondons beaucoup d'espoir sur toi!
Profites de ta jolie couleur ♥

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Champagne ! Parce qu’aucune grande histoire n’a commencé autour d’un bol de salade.   Dim 12 Fév - 18:47

C'est bon la salade :c

Welcome ♥
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Champagne ! Parce qu’aucune grande histoire n’a commencé autour d’un bol de salade.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Champagne ! Parce qu’aucune grande histoire n’a commencé autour d’un bol de salade.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Théorie] Lippoutou, une grande histoire
» Je crois que c'est le début d'une grande histoire ... (Clayton) FINI
» La plus grande fraude de l'histoire?
» Parce que toute histoire a un début. (Elisabeth)
» [FB Solo] Bout d'histoire d'une grande guerrière du Puma

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EX CATHEDRA :: A chaque coeur son ouvrage :: Entités nouvelles :: Les Âmes Damnées-