AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le "Seigneur Massacre" de York [Finit ?]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Messages : 7


MessageSujet: Le "Seigneur Massacre" de York [Finit ?]   Lun 30 Jan - 23:04


Edward of York

ÂGE ─ 39 Ans
ANNIVERSAIRE ─ 11 Septembre
ORIENTATION SEXUELLE ─ Hétéro
OCCUPATION ─ Duc de York
PAYS ─ England
CLASSE SOCIALE ─ Noble
RACE ─ Humain
AVATAR ─ Grand Duc Gaspard De Chalons (Dragon Âge)

Profil Psychologique

Tyran, boucher, monstre, seigneur-massacre... Ce n'étaient que quelques unes des nombreuses appellations que l'on utilisait le plus souvent afin de désigner le Seigneur de York. Oh, certes, il s'agissait là des détracteurs qui en usaient le plus souvent, toutefois à force de répéter encore et encore certains mensonges, l'on finit par les prendre pour argent comptant, dans les campagnes notamment. Ainsi, il n'était certes pas rare que dans un village, l'on cru que sa Grâce disposait de deux vilaines ailes de chauves-souris dans son dos aussi grosses qu'une porte dont il se servait afin de survoler les campagnes à la nuit tombée pour chasser la Vierge et l'emporter dans son château. Dans un autre, l'on disait qu'il était un démon à la peau rouge comme le sang qui brandissait une hache enflammée dans une main et un crâne maudit dont il se servait pour ensorceler les bonnes gens dans l'autre. Absurde il est vrai. Toutefois, de tels rumeurs ne voient pas le jour sans causes. De fait, si le Duc n'a ni peau rouge, ni ailes, il mérite tout du moins son surnom de Seigneur-Massacre. De fait, l'homme est sévère. Il aime l'ordre. Et il n'hésite pas à descendre sur le champ afin de s'assurer que tout fonctionne comme il se doit. Ainsi, les rebelles, les maraudeurs et autres vermines réfractaires, sans compter les hérétiques sont ses plus grands ennemis sur les îles. Dès lors, il s'assure de tenir d'une main de fer ses terres, châtiant si besoin, se servant de la potence s'il le faut, montant des bûcher lorsque c'est nécessaire. En d'autres termes, si soulèvement il doit y avoir, c'est aux champs d'honneur et dans le sang que l'affaire doit se terminer. Cependant, il ne faut pas prendre cela pour de la cruauté, de fait, de son point de vue, si châtiment il doit y avoir, c'est que c'est un mal nécessaire afin de restaurer l'ordre. Ni plus ni moins. Dans les fait, l'on pourrait même dire que l'homme a une vision machiavélienne des choses quelque part, en effet, il cherche tout de même à être un bon seigneur. Maintenir l'ordre, protéger ses gens et exécuter les volontés de la couronne. Tel sont les piliers, tel sont les nécessité afin d'être un "bon seigneur" de son point de vue. Cependant, nous admettrons que son zèle quand à maintenir l'ordre et sa haine des gredins qui cherchent à mettre à mal l'ordre établi le pousse de temps à autre à courir les contrées d'Albion afin d'assister ses pairs dans l'extermination de la vermine. Ah oui, et il déteste aussi les Français. Allez savoir pourquoi... Sans doute une vieille querelle, ou quelques parents tombés lors de la guerre de 100 ans et dont la mémoire ne s'est pas éteinte.
Histoire

Les dernières lueurs dorées de l'astre solaire pointaient à l'horizon. Dans quelques misérables minutes, ils achèveraient de s'éclipser pour laisser place à la pénombre la plus obscure de la nuit. Quelque part, tout le monde craignait ce moment, tout le monde au fond de lui même avait peur, tremblait que cette lumière tant apprécié ne refasse jamais plus surface, et que la plèbe terrestre sois abandonné des cieux, à son triste sort dans l'ombre. Mais surtout, c'était à ces heures que sortaient les monstres. De fait, la sinistre citadelle de York ne paraissait jamais aussi effrayante qu'à ces heures noires, c'était un de ces vieux château médiéval qui trônait au centre du paysage, construit pour durer depuis des années, si ce n'est des siècles il demeurait là tel un géant de pierre silencieux. Toutefois, de la forteresse d'origine qui n'était au final rien d'autre qu'une humble motte castrale, il ne restait rien. Tout avait disparu, afin de laisser place à la pierre et au fer dans un premier temps, le temps des conflits et des querelles, le temps ou chaque seigneurs s'entretuaient quand bon leur semblaient, pour des affaires insignifiantes la plupart du temps, un moulin, une ferme, un bois. Cet état ci du château était demeuré comme tel pendant des années à l'image de son prédécesseur. Mais là encore, le passage du temps, l'évolution avait fait son effet, la ville s'était peu à peu rapproché, se collant, se construisant avec pour épicentre la place forte, symbole du pouvoir, refuge imprenable. Car c'était là son but originel, une demeure et un refuge. Et c'est encore aujourd'hui ce même objectif que le château sert. Pourtant, avec la nouvelle époque, des améliorations encore furent apportés, des annexes, des agrandissement. La forteresse était le symbole, et elle le resterait. Toutefois, il était temps d'apporter quelques peu de confort à ce triste édifice. Malgré cela, l'allure que chacun connaissait ne changea pas tant, et l'on pouvait encore aisément voir même avec les rayons faiblissants, les gonfalons flotter sur les tours du donjon et les sentinelles assurer leurs rondes sur les antiques créneaux.

Toujours est-il que pendant que comme nous le disions, c'est aux heures sombres que sortent les monstres, et notamment de leur repaire maléfique. Dans les faits, c'était très certainement ce à quoi ressemblait le plus le siège du pouvoir ducal. De fait, la ville d'ordinaire si bruyante et ce même encore à ces heures ci, s'était couvert prématurément d'un sombre voile. Un silence et une vacance de la populace dans les rues tel que York n'était plus qu'une vaste nécropole où s'entassaient les souvenirs, étals fermés, chaussés de terre et de pavés brisé par endroit, et charrettes abandonnés ça et là tant par les bêtes que par leurs propriétaires. Enfin, si cet état déprimant s'étendait sur la majeure partie de la ville, par delà les remparts dans les faubourgs comme dans les quartiers excentrés , une agitation malsaine régnait sur la place centrale, l'on avait vidé celle ci de tout ce qui pouvait géner pour l'occasion, ne laissant qu'un îlot en bois et en chanvre vierge au centre de ce chaos ambiant. De fait, les commères s'affairaient déjà à discuter ça et là tantôt à voix basse tantôt à grands cris d'un côté, d'un autre, l'on entendait l'ire populaire se déchaîner, un rassemblement de mécontent attendant justice, seuls les notables, les plus réfléchis des citoyens locaux attendaient dans un calme presque inquiétant l'évènement. Enfin, ça et là des membres du guet courraient les rues lampes et torches à la main afin d'illuminer York de manière à rendre les lieux moins sinistres peut être, ou à éloigner les monstres. Peu efficace pour la seconde possibilité cependant.

Ainsi, au pied de la tour du mal qui trônait et dominait York de toute sa taille en son épicentre, les grincements de la herse se faisaient entendre tandis que le corps de garde laissait cette dernier se lever et les immenses portes de bois s'entrouvrir. Le manège durant quelques instants, brefs instant permettant au nid de démon de déverser ses engeances en masse, formant ses lignes, dans le plus grand ordre. Toutefois, ces démons n'avaient ni peau rouge, ni cornes, ni rangées de dents supplémentaire, ni d'ignobles rictus, et encore moins des gueules fumantes. Non, ces êtes maléfiques là étaient encastrés dans des cuirasses d'acier noirci pour une question de style, disposaient de bottes de cuirs et de chausses convenables tandis que sur leurs chefs siégeaient morions ou salades tout aussi sombres que les plastrons enfin, par dessus tout ça, un tabard au fond rouge sur lequel se situait une rose noircie, le nouvel emblème de la maison régnante de York. Ces hommes là se disposaient en formation, ligne double d'hallebardier à gauche, son reflet de l'autre côté, et derrière, des archers, puis, d'autres encore un peu à l'écart, armés de ces nouveaux engins, nommés arquebuses. Ils attendent, en ordre, tandis que des chevaliers, vestiges d'un autre âge dans des armures de plates largement allégés comparés à celles de leurs ancêtres, avec des heaume conique et des zweihander à la main inspectent les rangs. Puis il arrive, le funeste seigneur, juché sur un destrier caparaçonné, fraise bien vissée au cou, une épaulière dont la plate descend jusqu'au bras ici, des bottes d'acier là, à celles ci se mêlent à des soieries et des fourrures sous lesquelles se dissimulent sans doute un plastron. Achevant cet ensemble, des gants de cuir sur lesquels l'on aperçoit quelques précieuses bagues et une épée au fourreau, arme par excellence du seigneur. L'homme est imposant, fort, puissant, endurci par des années d'expérience, de batailles. Regard sévère. A ses côtés, encore d'autres hallebardier, une colonne où en son centre, couverts de chaînes, de pauvres bougres contrastait fortement. Puis cette même colonne se mis en marche à travers les ruelles et le silence qui avait pris ses aises disparu aussitôt tandis que le son des bottes s'écrasant contre les dalles et la terre ainsi que le cliquetis des armures se répandaient à grande vitesse dans York aux lueurs des torches.

Il ne s'écoula pas des lustres avant que le sinistre convois atteigne la grande place où déjà les plus zélés de la masse populaire affichaient clairement leur courroux et leur mépris vis à vis de la vermine que l'on traînait, les commères quand à elles redoublaient d'efforts pour s'adonner à leur raison d'être tandis que les notables grondaient d'une colère sourde, lançant des regards furibonds aux condamnés. Condamnés tant par la justice seigneuriale représenté par le Duc que par la justice des prélats et des marchands qui plus est, car pour une fois chacun c'était mis en accord, chacun avait renoncé à faire barrage à la fureur ducale. Chacun s'était mis en accord pour que l'ordre règne éternellement. Il fallait dire que les instances de leur Sire avaient étés pour le moins insistantes sans mauvais jeu de mot. Qui plus est, les condamnés n'étaient pas peu banals. De fait, il s'agissait là des derniers représentant d'une lignée glorieuse réduite à en ces sombres années à l'état de parasites qui étaient irrémédiablement voués à être éradiqué. Certains auraient pu penser qu'il s'agissait là de Lancaster, vieux rivaux des York, d'autres auraient juré que les coupables étaient des parjures qui avaient tentés de mettre fin aux actes du seigneur-massacre là où d'autres avaient lamentablement échoués... Ce n'était pas si loin de la vérité quelque part, ils avaient effectivement complotés fut un temps aux côté d'autres pour tenter de libérer York du démon. Mais la vérité à l'heure actuelle était bien pire et le vindicte populaire, tel une épée de damoclès menaçait si tout ne se passait pas au plus vite. Parures, les condamnés l'étaient, coupable des pires trahisons, que ce soit envers la suzeraineté, envers le peuple de York, mais surtout, envers les cieux. Laquais du Pape, félons, corrompus, contrebandiers, la liste des crimes dont on les affublait et que hurlait quasiment le sénéchal était immense. De fait, il s'agissait là des plus grands adversaires du pouvoir ducal, les dernières vermines catholique qui refusait l'avènement d'un nouvel âge. En ce jour, le Duc Edward de York allait mettre fin à leur résistance ennuyeuse, mettre fin à des années de fourberie et de conflits qui rappelaient trop à certains l'immonde souvenir de la guerre des roses. Car oui, sa Grâce ce l'était juré, même s'il ne l'avait pas connus, ce conflit, meurtrier il avait toutefois emporté bon nombres de proches et leurs souvenirs vivaces hantait encore les murs du château quand il n'était qu'un enfant. Même s'il ne l'avait pas vécu, il se rallia il y a fort longtemps à cette idée qui faisait office de loi au sein de la maison de York. Plus jamais ça. Plus jamais de conflits majeurs entre sujets de la couronne. Plus jamais de rebellions. Dès lors, mâter ces dernières au plus vite était une nécessité, que ce soit dans le sang et les tripes, où dans l'encre et le papier. La mort des félons hérétique était nécessaire, et ce ne fut qu'une fois seulement leurs dépouilles se vidant des dernières brides de vie en se balançant de gauche à droite comme les pendules qu'ils étaient, que le Duc pu souffler. Enfin... Pendant un temps.
Questionnaire

ÊTES-VOUS AU COURANT DE L'EXISTENCE DES VAMPIRES ET LYCANS? ─ Des... Ah oui, les prétendues créatures maléfiques auxquelles mes détracteurs me comparent. Jamais vu et c'est sans doute mieux ainsi.
QUE PENSEZ-VOUS DES LYCANS/VAMPIRES ─ Peu de choses. D'autres affaires plus urgente que me préoccuper des légendes populaires requièrent mon attention.
QUEL EST VOTRE POINT DE VUE A PROPOS DES INFANTS ET DES SANG-MÊLES MAUDITS? ─ Est-il vraiment nécessaire de préciser mon niveau de mépris pour ces pauvres hères au même titres que leurs homologues... Comment disent-ils ? De Sang pure ?
ÊTES VOUS SATISFAIT(E) DE VOTRE VIE ACTUELLE? ─ Pourquoi ne le serais-je pas ? Mes ennemis me craignent, mes sujets et mes vassaux aussi, à la différence que ces derniers me respectent de même... Toutefois, je dois admettre que si mes détracteurs voulaient bien m'offrir une excuse pour que je puisse leur arracher la langue, ce serait idéal.
SI NON, QUE VOUDRIEZ-VOUS CHANGER? ─ Ah si tout de même, une chose importante, faire ravaler leur arrogance à ces gredins usurpateurs de Français. Rendre les domaines légitimes d'Aquitaine et de Normandie à la couronne... Dois-je continuer ?
VOTRE POINT DE VUE SUR LE MONDE CONNU? ─ Sang, Mensonge, Argent. Ce sont les trois bases de ce monde. Si vous êtes prêt à jurer sur ces trois choses la victoire vous reviendras. Quoi que pour ma part l'on peut encore ce passer des deux derniers pour peu que l'on sache répandre le premier lorsqu'il le faut.

Joueur

PSEUDO ─ Lord Admiral Daelin / L'Esméridien
ÂGE ─ 18 :c
SEXE ─ Mâle blanc hétéro cisgenre privilégié :'(
LA COULEUR DE TON PYJAMA ─ Byzance et notre sainte capitale Constantinople sont éternelles è_é


Dernière édition par Edward of York le Jeu 23 Fév - 23:59, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infant

avatar

Messages : 460


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: Re: Le "Seigneur Massacre" de York [Finit ?]   Mar 31 Jan - 18:40

Je te l'ai déjà dit mais BIENVENUE ICI 8D
Ton perso est déjà stylé omg. LA SUITE *A*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humain

avatar

Messages : 100
Âge du personnage : 24 ans


Mémoire de vie
Race: Humain
Métier/Rang: Comtesse
Statut amoureux: Célibataire

MessageSujet: Re: Le "Seigneur Massacre" de York [Finit ?]   Dim 5 Fév - 20:13

Bienvenue à toi et bon courage pour ta fiche! 8D
Il me tarde d'en savoir plus **
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infant

avatar

Messages : 460


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: Re: Le "Seigneur Massacre" de York [Finit ?]   Lun 20 Fév - 10:50

Coucou Edward!
Tout se passe comme tout veux, très cher Seigneur Massacre? *W*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 7


MessageSujet: Re: Le "Seigneur Massacre" de York [Finit ?]   Lun 20 Fév - 17:08

Oui oui. Tout va bien dans le meilleur du monde. Pas mal de contretemps qui m'ont ennuyés pour rédiger mais ça va mieux :c

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infant

avatar

Messages : 460


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: Re: Le "Seigneur Massacre" de York [Finit ?]   Mar 21 Fév - 11:05

Aucun souci, prends tout ton temps! ♥
(pardon si j'ai donné l'impression de vouloir te presser, ce n'est pas du tout le cas! ;v; DES BISOUS ♥)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 7


MessageSujet: Re: Le "Seigneur Massacre" de York [Finit ?]   Jeu 23 Fév - 23:59

Je pense en avoir terminé :3

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infant

avatar

Messages : 460


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: Re: Le "Seigneur Massacre" de York [Finit ?]   Ven 24 Fév - 21:04

••• Bienvenue parmi nous


Eh bien! Quel personnage singulier nous avons là, c'est très plaisant! Very Happy Quelques petites fauts ça et là mais rien de très gênant dans l'ensemble, aussi, te voici validé! ♥️

Le test d'entrée passé, te voilà désormais un NOBLE HUMAIN.
Tu peux dés à présent aller recenser ton avatar, chercher des partenaires de rp et poster une fiches récapitulative de tes relations que nous te conseillons d'aller consulter pour une intégration rapide.

N'hésites pas, également, à apporter ta pierre à l'édifice d'Ex-Cathedra, nous comptons sur toi. Bon séjour parmi nous et n'hésite pas à nous solliciter si le besoin en est.
Mezariel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le "Seigneur Massacre" de York [Finit ?]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le "Seigneur Massacre" de York [Finit ?]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chronologie explicant le massacre de la Ruelle Vaillant
» attentats du 11 septembre 2001 à New York : la Mossad Connexion
» Arrivée d'un Seigneur ébouriffé et d'une blonde Dame
» C'était il y a 20 ans; massacre à la ruelle Vaillant!
» le trone du seigneur demon!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EX CATHEDRA :: A chaque coeur son ouvrage :: Entités nouvelles :: Les Âmes Damnées-