AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Special Unit • MOSTRO ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Infant

avatar

Messages : 44
Âge du personnage : 22 ans


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Loup errant
Statut amoureux: Célibataire

MessageSujet: Re: Special Unit • MOSTRO ♥   Lun 10 Avr - 14:47

Le comparer aux lycans ? Mostro grogna de plus belle, appréciant peu la comparaison. Même s’il ne pouvait pas vraiment y redire, étant donné qu’il se savait appartenir à la même race qu’eux, celle des monstres dont les humains feraient mieux de tenir éloignés de leur société. Son interlocuteur et lui avaient beau appartenir à la même race de sang-mêlé, ils ne semblaient pas capable de se comprendre l’un l’autre. Leur conversation semblait creuse. Ce constat fait, le loup blanc ne tarda pas à s’ennuyer ferme. Plutôt que de venir l’importuner avec ses belles paroles, ne pouvait-il pas aller emmerder quelqu’un d’autre ? Ses geôliers lycans par exemple ? N’ayant pas la moindre envie de pousser plus loin le débat, Mostro observa d’un œil les faits et gestes de son congénère. Ce dernier allait-il vraiment mettre ses paroles à exécution et le rejoindre dans sa cellule ? Le loup blanc était curieux de voir ce que la suite donnerait, en dépit de leurs prises de positions radicalement opposées.

Silencieux, il épia les mouvements de son interlocuteur, surpris et amusé de le voir finalement mettre un pied puis l’autre dans sa cellule. Bon, malgré tout, il apprécia un peu moins que ce dernier ait la présence d’esprit de refermer la porte de sa prison derrière lui. Mostro ne savait pas si ses membres meurtris auraient pu le porter bien loin mais il n’aurait pas laissé s’échapper une si belle occasion pour s’enfuir. A ce stade, celle-ci était la meilleure option qui lui restait. En prenant le temps de soigner ses blessures tout en demeurant sous cette forme – un pari risqué – il aurait l’opportunité de réfléchir concernant un possible nouvel assaut sur cette meute. Il ne pouvait décemment pas les laisser s’en sortir indemnes ! Si… ? Voyant cette main tendue se rapprocher dangereusement de lui jusqu’à réduire une certaine distance de sécurité, le loup blanc grogna plus fort.

« Cesse de me comparer à toi ! Nous ne sommes pas pareils ! Je ne suis pas égoïste au point de vouloir imposer à d’autres ce qu’on a vécu ! Tu sembles avoir la mémoire bien courte pour quelqu’un qui prétend avoir souffert de ton passé ! Rien que pour cela, je devrais te tuer… » finit-il par cracher avec une amertume certaine.

Un congénère devenu ennemi en l’espace d’une seule nuit. De quoi éprouver du regret compte tenu de la tournure des événements. La question, soudaine et inattendue, le prit de court. Mostro fit claquer ses crocs, agacé et mal à l’aise à la fois. Il se sentait bête, pris sur le fait comme un enfant humain la main dans le sac.

« Parce que je ne le peux pas. »

A en juger par l’expression perplexe, si ce n’est davantage curieuse de son vis-à-vis, le loup blanc comprit que cette réponse seule ne suffirait pas à combler les attentes d’explications de son congénère.

« J’ai eu recours à… des produits pour demeurer sous cette forme afin de chasser… sauf que j’en ai trop consommé lors de ma dernière traque parce que l’adversaire était fort… Depuis je reste sous cette forme… »

Quel était ce sentiment qui étreignait soudain sa poitrine ? A défaut de la honte et de l’embarras qui l’avaient envahi quelques secondes auparavant, Mostro se sentait comme libéré d’un poids en avouant une pareille chose. Espérait-il inconsciemment une aide extérieure ? Cette pensée, bien que fugace, lui fit de nouveau claquer les crocs, preuve de son irritation portée envers lui-même et ces sentiments qu’il trouvait naïfs. Oui, il avait fait une erreur en ingérant ces potions. Mais il n’avait pas eu le choix. S’il le regrettait ? Pas tant que cela le mettait réellement en danger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infant

avatar

Messages : 476


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: Re: Special Unit • MOSTRO ♥   Mer 12 Avr - 12:48

« Ne pas imposer aux autres ce que j’ai vécu ? Tu ne crois pas que l’on peut dire la même chose de toi, en retour ? Après tout, qui se venge sur les lycans d’avoir été traité comme une engeance par des gens visiblement peu soucieux de son cas ? » Mezariel ne voulait pas de conflit avec son comparse, mais il se devait de rétablir les demi-vérités avant qu’il ne soit trop tard. Plus qu’une question de fierté, il y voyait une sorte… d’honneur.

Il ressenti une certaine tristesse vis-à-vis de son camarade infant, malgré tout. Une impossibilité à redevenir humain ? Quelle horreur… « J’ignorais que ce genre de produit existait. Enfin, j’en avais entendu parler, bien sûr, mais j’ai toujours pensé à une légende de mauvais goût. Rien de plus. Je vois que pour ce point, au moins, je peux dire m’être trompé. J’espère que tu pourras retrouver ton corps d’humain, un jour. » Mezariel ne se voyait pas rester indéfiniment sous l’une de ses deux peaux. Cela lui aurait fait bien trop de mal de délaisser l’une pour l’autre. Il avait cette aisance, cette capacité de pouvoir voguer entre les deux sans avoir de préférence. Il aimait ses deux puissances sans discrimination aucune. Un frisson le gagna alors qu’il tentait, par empathie, de se mettre à la place de Caleb.

Non, il ne pouvait pas. C’était trop… antinaturel pour qu’il puisse se laisser tenter à prendre cette place-là, même par la pensée. Reposant sa main sur le sol, signe qu’il ne touchera pas le blafard si ce dernier ne le souhaitait pas – c’était une règle d’or chez les lycans que de respecter la bulle privée de chacun lorsque cela s’avérait nécessaire – Mezariel changea donc sa position, s’asseyant donc sur son séant et non plus sur ses genoux, cette fois. « Sois tranquille, je ne ferais pas un mouvement de plus. Au départ, je comptais t’aider à remettre en place ton os déplacé mais si tu ne souhaites pas recevoir mon aide, je le comprends et l’accepte. »

Un silence se bâtît alors entre eux, l’espace de quelques maigres secondes. Mezariel s’affaira à fixer le plafond humide de ce sous-sol, ses pensées trop diffuses pour s’organiser en un nouveau plaidoyer. « Quoi qu’il en soit, si tu sors d’ici vivant, ce que je te souhaite, j’espère que tu sauras prendre du recul sur ta situation et comprendre que le monde entier n’est pas blanc ou noir. Tu as bien dit que les humains n’étaient pas tous bons ; pourquoi n’en serait-il pas de même pour les autres créatures, dis-moi ? »

Jusqu’au bout, l’Infant français désirait comprendre les motivations de son confrère. Cette apparente éducation par des humains le rendait… étrange, curieux. Peut-être un peu trop, d’ailleurs. « C’est dommage, si j’avais eu une meute, j’aurais pu envisager de te proposer de la rejoindre ; ainsi tu auras pu voir que ce que j’ai pu te dire ne se limite pas aux limites des mots et du vent. » Mais pour l’heure, Mezariel n’avait pas encore la volonté de devenir lui aussi un Alpha, comme son père avant lui. Pas encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infant

avatar

Messages : 44
Âge du personnage : 22 ans


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Loup errant
Statut amoureux: Célibataire

MessageSujet: Re: Special Unit • MOSTRO ♥   Sam 22 Avr - 13:41

Lors d’une joute verbale, il n’était pas rare que les adversaires se renvoient les mêmes insultes à la figure, ce qui signifiait généralement la fin de l’argumentation respective. Cependant, Mostro ne s’attendait pas à ce que son congénère le traite d’égoïste. Surpris, il ouvrit la gueule pour dévisager Mezariel quelques secondes, le temps de se ressaisir pour ne pas complètement perdre la face. Cette tirade le décontenança. Pire, il y entrevoyait un début de vérité. Souffrir de sa situation de paria justifiait-il le fait de s’en prendre aux lycans sous les directives d’humains ? Le loup blanc doutait de plus en plus. Difficile pour lui de remettre en cause toute l’éducation qu’il avait reçue et pourtant, les propos de son congénère trouvaient un écho certain en lui. L’autre Infant faisait preuve de sympathie pour lui. Un sentiment que Mostro ne connaissait pas. Certains humains lui témoignaient du respect, chose qu’il n’acceptait pas facilement. Avec Mezariel, c’était différent. Etait-ce en raison de leurs similitudes ? Le loup blanc ne trouvait pas ses mots. La présence de l’autre Infant le mettait de plus en plus mal à l’aise car il ne savait ni quoi penser de ses paroles, ni comment prendre son apparente bienveillance. Etait-ce là le vice dont il lui fallait se prémunir et dont les membres de l’Ordre ne cessaient de lui remplir la tête ? Mais alors, pourquoi ce congénère lui témoignerait-il encore de la sympathie en dépit de ses tentatives de meurtre ? Mostro ne pouvait pas croire qu’il soit aussi mauvais que l’Ordre l’affirme. C’était ce qui troublait le plus le loup blanc. Avant qu’il ne trouve quoi lui répondre concernant son os et la perspective de rejoindre une meute, ses oreilles se dressèrent, ayant capté un bruit de pas. Ce n’était pas celui, lourd et assuré de l’Alpha. Plutôt des pas discrets, hésitants.

« Mezariel ? Avec qui parles-tu ? »

Une jeune fille venait d’apparaître en bas des escaliers qui conduisaient aux cachots. A peine plus âgée que les deux Infants, elle continuait sa prudente progression, gardant constamment une main sur le mur pour se repérer dans l’espace. A ses yeux clos, on pouvait en conclure qu’elle était aveugle.

« Mezariel ? Je sais que tu es ici ! »

Dire que Lize s’était fait une joie de le revoir en apprenant sa visite chez ses parents qu’elle avait aussitôt pris une calèche depuis la capitale pour revenir en province. Ne sachant pas exactement combien de temps le jeune homme resterait parmi eux, elle avait tenu à rentrer le soir même. Mais quelle n’avait pas été sa surprise en percevant le trouble qui régnait au sein de la demeure familiale. Ni son père, ni sa mère n’avaient voulu lui répondre quoique ce soit. Son information, elle l’a tenait d’une servante à la langue un peu trop pendue. En dépit de son handicap visuel, la jeune fille connaissait sa maison sur le bout des doigts – littéralement- et il ne lui en avait pas fallu davantage pour trouver le chemin jusqu’aux cachots. Quand bien même, elle ne comprenait pas la raison de la présence de Mezariel ici bas…

« Pourquoi te retrouves-tu dans un endroit pareil ? Il fait froid et humide… » Son pied quitta la dernière marche des escaliers et elle s’avança un peu. « Tu… Tu n’es pas seul n’est-ce pas ? Je peux sentir sa présence… »

Le loup blanc n’avait rien perdu de l’arrivée de la nouvelle venue. Ni son handicap, ni son âge ne saurait l’émouvoir. A son odeur, il était clair qu’elle était une louve, un autre membre de cette meute maudite. Jamais il n’aurait espéré rencontrer une cible plus facile que celle-ci. Sauf qu’il n’était pas en état de tenter quoique ce soit.

« Est-ce la raison de toute cette tension… ? Que s’est-il passé ici… ? »

Ses doigts fébriles entrèrent au contact du métal glacial des barreaux et elle ne put réprimer un sursaut. Plus que jamais, Lize voulait comprendre. Et elle savait que Mezariel ne la laisserait pas dans l’ignorance.


Dernière édition par Mostro le Mar 2 Mai - 10:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infant

avatar

Messages : 476


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: Re: Special Unit • MOSTRO ♥   Mer 26 Avr - 16:06

Il avait attendu un retour de la part de son homologue infant ; une craquelure, même minime, pour entrevoir un début de retour à la ‘raison’ – qui n’était jamais qu’une notion très subjective venant du français, bien sûr. Mais l’autre n’eut guère le temps de répliquer face aux arguments de Mezariel qu’une voix féminine et précieuse vint heurter les parois du cachot. Lize. L’infant aurait reconnu cette voix entre mille, après tout il connaissait bien la demoiselle souffrant de cécité ; ses parents et son père étant amis de longues dates – justifiant son arrêt dans leurs demeure le temps de quelques jours pour le bien de sa mission originelle, notamment – et les deux êtres au sang teinté de la lycanthropie – à plus ou moins grande échelle – avaient eu le temps de créer des liens amicaux depuis un bon moment maintenant.

« Lize, je suis là. » D’un geste naturel et élégant, Mezariel se redressa sur ses deux jambes et fit demi-tour vers les grilles toujours scellées à clef puisqu’elles l’avaient été par ses soins.

« Ne t’approches pas trop, notre invité, si je peux le designer ainsi, ne semble pas être très au fait des conduites à tenir pour le bien de tous et le sien le premier. » Il ne voulait pas que Lize se retrouve blessée par sa faute, il estimait avoir déjà causé suffisamment de soucis aux parents de la louve pour ne pas continuer en ce sens. Déjà, il s’apprêtait à se faire sermonner et par l’Alpha Berkeley –c’aurait été légitime – et par son père lors de son retour en France. Ce serait un mauvais moment à passer.
Ceci étant dit, il devait au moins à son amie des explications concises, sans trop s’égarer sur d’inutiles détails. « Disons que j’ai été pris pour cible et que beaucoup de choses se sont enchainées par la suite. L’affaire est réglée, désormais, ne t’inquiètes pas. La tension finira par retomber. Il n’y a plus rien que je puisse faire désormais. J’étais venu lui parler un peu car… » Il se tourna vers Caleb « Je ne pense pas qu’agir en l’excluant tel un monstre, à la manière d’humains malintentionnés, soit la véritable solution au problème. »

Ses yeux ne mentaient pas. Mezariel aurait au moins voulu que son regard puisse transmettre ses intentions pacifiques envers l’autre Infant. Sa main vint instinctivement toucher le bandage autour de son cou. La plaie, fine, le lançait malgré tout par vague de quelques secondes à chaque fois. Et puis, pour ne rien arranger, sa fatigue prenait de plus en plus le pas sur son état général. Ramenant sa paume devant ses lèvres, Mezariel se laissa aller à bailler un peu, signe qu’il avait plus que jamais besoin de sommeil. « Restes loin des grilles Lize, je vais sortir pour aller me reposer et je ne voudrais pas qu’il essaie quoi que ce soit à ton encontre. » Bon, certes, Caleb avait un os déboité voir cassé et sa marge de manœuvre était donc grandement diminuée, mais Mezariel restait méfiant. Caleb avait démontré plus d’une fois qu’il était très intelligent. Mais aussi très entêté. Hors il y avait eu suffisamment de dégât pour le moment. Mezariel ne se voyait pas en rajouter davantage.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infant

avatar

Messages : 44
Âge du personnage : 22 ans


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Loup errant
Statut amoureux: Célibataire

MessageSujet: Re: Special Unit • MOSTRO ♥   Mar 2 Mai - 11:17

A présent rassurée d’entendre la voix de son ami faire écho à la sienne, la louve se détendit. Elle prêta une oreille plus qu’attentive aux explications de Mezariel mais celles-ci ne tardèrent à faire resurgir une pointe d’anxiété dans son cœur. En raison de sa cécité, laquelle exacerbait ses sens lupins, pourtant déjà bien supérieurs à ceux d’humains normaux, Lize pouvait ressentir toute la tristesse et la souffrance qui émanait de la cellule. Son bon cœur prit le pas sur la prudence qu’auraient dû lui inspirer les propos de l’Infant à son encontre.

« Est-il blessé ? »

Question idiote puisqu’elle avait déjà perçu la détresse du prisonnier. Cependant, quand elle apprit que Mezariel lui-même avait été mêlé à tout ceci, sa tête se tourna immédiatement dans la direction d’où provenait la voix de son ami. Est-ce que la personne qui se trouvait enfermée ici était la cause de tous ces problèmes ? Avait-elle volontairement intenté à la vie de l’Infant ? Peut-être même celles de ses proches à en juger par la tension extrême qui régnait au cœur du manoir ? La louve était face à un dilemme : sa conscience lui dictait d’aider cette personne, peu importent les actes commis. Et pourtant, elle savait qu’elle ne se le pardonnerait pas si jamais cette même personne commettait d’autres crimes. Mezariel parlait de lui comme d’un monstre. En effet, son odeur n’était pas celle d’un loup, il portait la même que son ami. Et Lize doutait que l’odeur de l’Infant se communique aussi facilement à celle d’un autre individu. Elle la connaissait bien et savait la différencier d’une autre.

« Il est vrai que tu as l’air épuisé… Monte donc te reposer. Je vais attendre Père ici car je ne doute pas qu’il descende sous peu. » mentit-elle sur la fin.

Dans le fond, elle n’avait aucune idée de ce qu’étaient les intentions de l’Alpha. En temps de crise, tant son père que sa mère prenait les choses en main. Mais peut-être qu’ils voudraient laisser passer la nuit ? Après tout, elle porterait conseil disait-on… Le cliquetis de la clé de la cellule ne lui échappa pas et quand elle fut certaine que Mezariel se soit suffisamment éloigné, la louve s’approcha d’une démarche assurée jusqu’aux grilles après avoir pris la clé. Trouver l’emplacement exact de la serrure sur le large cadenas fut plus difficile pour elle, d’autant plus que le temps lui était compté. A force de patience et de gestes précis, elle finit par y arriver et ouvrit la porte de la cellule. Mostro ne comprenait pas ce qui se passait. Pourquoi donc venait-elle se jeter droit dans ses pattes ? N’avait-elle pas écouté la mise en garde de son congénère ? Le loup blanc gronda de plus belle quand elle s’approcha de lui. La douleur était telle qu’il ne souhaitait pas se mouvoir davantage mais face à une proie aussi facile à abattre… Pesant le pour et le contre, Mostro se raidit quand une main s’approcha de lui, une nouvelle fois… et lui caressa le dos ?!

« Je ne te ferai pas de mal. Je sens que tu souffres et je veux simplement t’aider. »

« Je ne veux pas de ton aide ! »

« Je pense qu’au contraire, tu en as besoin. » répliqua-t-elle avec un doux sourire.

Son ton, bien que ferme, demeurait empreint de douceur, chose qui déstabilisa le loup blanc. Il eut beau grogner plus fort encore, la main ne quittait pas son pelage sale, poursuivant ses caresses. Peu à peu, la louve le sentit être moins sur la défensive. Quant à elle, la situation actuelle lui apparut soudain plus clairement : l’os de l’épaule était légèrement déboîté. S’il n’était pas remis en place, l’Infant finirait sa vie en boitant. Leur capacité à guérir plus vite que les humains normaux ne s’appliquait qu’en de bonnes conditions. Et sous sa forme actuelle, le loup ne pourrait pas remettre l’os à sa place originelle. Lize réfléchit à comment procéder : dès que ses doigts effleuraient l’épaule à la forme tordue du fait de l’os déplacé, elle pouvait sentir un frisson parcourir l’échine de l’animal. Il souffrait et elle ne pouvait pas le laisser ainsi plus longtemps. La louve continua de le caresser pour le détendre au maximum et quand elle jugea le moment opportun, remit l’os à sa place d’un coup sec. Le résultat ne se fit pas attendre et un hurlement de douleur résonna dans les cachots. Mostro tourna sa gueule ouverte en direction de l’intruse, prêt à refermer ses crocs sur cette gorge offerte mais devant la sérénité qui émanait cette dernière, il fut stoppé net dans son élan vengeur. L’instinct lui avait commandé d’agir de la sorte mais cette femme n’avait pas bougé le petit doigt sous la menace. Parce qu’elle lui faisait confiance pour ne pas la tuer ? Pourquoi cela le déroutait-il autant ? Elle ne le connaissait pas et ignorait sans doute ce qu’il avait essayé de faire sinon, jamais elle n’aurait voulu l’aider. Et pourtant, elle se tenait là, immobile, si facile à briser, tout comme son congénère était venu à lui pour tenter de le comprendre, d’instaurer un dialogue entre eux. Perturbé, le loup blanc ne bougeait plus et ce fut Lize qui brisa le tableau étrange qu’ils formaient en lui caressant la tête.

« C’est fini, tu ne souffriras plus. J’ai remis l’os à sa place. »

Doucement, toujours avec des gestes calculés, elle lui fit poser la tête sur ses genoux et continua de le caresser pour l’apaiser. Cette aura de tristesse n’avait pas complètement disparu et la louve ne savait pas comment faire pour y remédier. Sans doute ignorait-elle encore trop de choses à son sujet ? A ce stade, Lize espérait simplement pouvoir lui apporter un peu de chaleur de part sa présence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infant

avatar

Messages : 476


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: Re: Special Unit • MOSTRO ♥   Jeu 4 Mai - 16:05

Mezariel ne put retenir un sourire, en dépit de la fatigue harassante qui le clouait presque au sol. Lize était réellement une personne de cœur, avec une gentillesse et une pureté de convictions qui forçait le respect de l’Infant. Il n’avait aucun doute quant à la bonté de la louve. Et dire que certains persistaient à voir les lycans comme uniquement des monstres assoiffés de chaires et de sang. Un retint un soupir en songeant à cette spongieuse situation dans laquelle ils étaient plus ou moins tous embarqué, désormais. « Oui, son épaule est déboîtée, je crois. Je n’ai pas pu m’approcher davantage, il ne m’a pas laissé approcher. Sans doute m’a-t-il prit pour l’ennemi que je ne suis en rien… »

Cela le désolait de n’avoir rien pu faire pour aider son camarade, mais Mezariel avait avant tout un respect de la sphère privée et avait parfaitement comprit que Caleb ne souhaitait guère l’accepter à l’intérieur de celle-ci. Chacun ses sensibilités, après tout. Le français rouvrit donc la porte, prenant soin de la refermer derrière lui – faire courir un danger à Lize aurait été tout à fait hors de propos. Puis, saluant sa camarade sang-pur, il entreprit de monter se coucher, il est vrai qu’il était déjà très tard – ou tôt, c’était avant tout une question de point de vue, à ce stade – et que son corps avait grand besoin de sommeil. Il fit de son mieux, donc, pour ne pas faire trop de bruit – dans le cas où les enfants de la famille étaient parvenus à se rendormir, inutile de risquer de les réveiller.

Parvenu jusqu’à la chambre qui lui avait été attribuée par ses hôtes, Mezariel ôta donc sa chemise, passa une main dans ses cheveux et voulu retirer son cache-œil… avant de se rendre compte que ses phalanges avaient directement rencontrées sa paupière maudite. Il eut un sursaut avant de comprendre le cœur du problème : il avait très probablement oublié son cache-œil en bas, dans le sous-sol. Un lourd et long soupire traduisit son agacement envers lui-même – quand pourrait-il enfin dormir ?! – mais il n’eut pas le choix, Mezariel fut contraint de se rhabiller sommairement pour faire chemin inverse.

Il savait que s’il n’avait pas son cache-œil à portée de main, il ne serait pas tranquille et ne parviendrait probablement pas à trouver le sommeil non plus. Pathétique réflexe conditionné depuis qu’il avait été en mesure – ou plutôt dans l’obligation – d’en porter un, le jeune éphèbe dû supporter cette relance instinctive. Espérant simplement ne pas être source de nuisance pour quiconque le verrait errer encore et encore dans les couloirs, le blond fit donc chemin vers l’espèce de cachot possédé par les Berkeley. Il songea au fait qu’il pourrait toujours profiter de cette occasion manquée pour proposer une balade à Lize le lendemain, lorsqu’il aurait retrouvé des forces.

Mais en pénétrant dans l’enceinte du sous-sol, quelque chose le prit à la gorge. « Lize… ? » Il appela, peu sûr de lui. Puis, une sinistre idée fit son chemin jusqu’à son esprit trop imaginatif, le poussant à courir sur quelques mètres, jusqu’à le grille de la geôle qu’il avait quitté il n’y avait pas si longtemps. Il s’apprêtait à paniquer, bien entendu, mais ce qu’il vit le coupa net dans son élan. Caleb avait la tête ramenée sur les genoux de Lize et cette dernière ne semblait guère être en mauvaise posture, bien au contraire.

Admiratif ? Mezariel n’aurait su l’être davantage. Lentement et se contraignant à mettre son épuisement de côté pour le moment, il revint à son tour dans la cellule, organisant ses mouvements de manière lente et non agressive afin que sa présence ne soit pas confondue avec une tentative de nuisance envers Caleb ou Lize. « Eh bien… Si je m’attendais à cela… » Il n’allait pas jusqu’à tenter de caresser Caleb à son tour, le loup lui donnerait ou non son approbation pour cela, mais il observait les mouvements de Lize avec une attention toute particulière. Mais des pensées bien moins lumineuses vinrent obscurcir le jugement du français. « Lize… Que penses-tu que ton père décidera pour lui ?... » Il sera les dents. « Je ne désire pas qu’il lui arrive malheur, quand bien même il aurait pu m’arracher la gorge s’il l’avait voulu tout à l’heure. » Le bandage autour de sa nuque en témoignait aisément. « Sais-tu comment se porte Maria ? » Il espérait également que la louve grisâtre qui les avait guidés au tout départ ne souffre d’aucune lésion mortelle. Il y avait trop de personnes qu’il souhaitait voir être sorties d’affaires et Mezariel craignait que trop espéré ne le mène qu’à une désillusion encore plus sévère.

Amenant une paume amicale vers Caleb, il fit en sorte de lui demander son consentement avant toute chose « Puis-je ? ». Il respecterait les volontés de son intriguant comparse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infant

avatar

Messages : 44
Âge du personnage : 22 ans


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Loup errant
Statut amoureux: Célibataire

MessageSujet: Re: Special Unit • MOSTRO ♥   Jeu 11 Mai - 14:38

L’odeur de son ami lui parvint avant que ne s’élève le son de sa voix et Lize, bien qu’aveugle, tourna aussitôt la tête dans la direction d’où celle-ci provenait, son doux sourire flottant toujours sur ses lèvres, illuminant son visage même dans le plus sordide des cachots comme dans celui où elle se trouvait actuellement.

« Je suis là Mezariel. »

La louve avait bien perçu la légère inquiétude dans le timbre de voix de l’Infant et elle jugea préférable de lui répondre aussitôt pour éviter que la crainte ne se transforme en panique. Heureusement, le retour de son ami ne provoqua aucun mouvement chez le loup blanc et la jeune fille s’en félicita : ses caresses semblaient l’avoir détendu un petit peu. A moins que ce ne soit la disparition de la douleur à l’épaule qui le rendait de suite moins sur la défensive, y compris à l’encontre de ses propres congénères comme Mezariel ? Sans doute un peu des deux dans le fond. La remarque de l’Infant la rendit fière et elle parut reporter son attention sur Mostro, toujours à ses pieds, bien qu’elle ne puisse pas le voir en vérité.

« Maria ? Je ne sais pas… J’étais préoccupée par ce qui était passé et où tu te trouvais… Personne n’a fait mention d’elle… Il lui est arrivé quelque chose ? »

En entendant le prénom de la servante lycanne, le loup blanc se raidit soudain sous les doigts de Lize et cette dernière eut un début de réponse en ce qui concernait Maria. Son expression demeura inchangée mais elle garda le silence quelques minutes avant de répondre à son ami.

« Tu connais mon père tout comme moi Mezariel. Si on menace notre famille, il se montrera sans pitié. Et n’espère rien de ma mère pour le faire changer d’avis. »

L’animal entre eux s’agitait de plus belle. La tournure que prenait la conversation ne lui échappait pas, loin de là. Et apprendre qu’il serait très certainement mis à mort par l’Alpha ne lui plaisait pas tellement. Sentir le mouvement de son congénère lui provoqua un léger mouvement de recul. Il hésitait de nouveau. A quoi bon faire confiance à ces deux-là s’il se savait condamné ? N’avait-il pas pour principe d’abattre le maximum de cibles avant de mourir si telle devait se finir sa mission ? Ce fut Lize qui brisa le silence :

« Je ne veux pas non plus qu’il lui arrive malheur. Je crois… qu’il en a suffisamment vécu comme cela. Mezariel ? »

Digne et déterminée à la voix, elle tournait de nouveau la tête dans la direction où elle supposait que son ami se tenait.

« Je dois te demander un service : aide moi à le faire s’évader d’ici. »

A tous les coups, deux paires d’yeux ronds se tournèrent vers elle pour la dévisager à la suite de telles paroles.

« Pourquoi feriez-vous ça ? Cet homme va vous faire du mal ! » protesta-t-il en faisant allusion à l’Alpha en bondissant sur ses pattes.

Quand bien même il s’agissait du père de cette fille – Lize ? – un monstre restait un monstre. On lui avait raconté tellement d’histoires sur ces créatures qui en arriveraient parfois à se dévorer les uns les autres sous un coup de folie que Mostro se surprit à craindre de plus en plus pour la sécurité de la louve. Après tout, l’idée venait de cette dernière et son congénère ne faisait pas partie de sa meute n’est-ce pas ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infant

avatar

Messages : 476


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: Re: Special Unit • MOSTRO ♥   Mar 16 Mai - 22:42

Dire que Mezariel avait été surpris par la soudaine demande de son amie Lize aurait tenu du plus pur des euphémisme. A vrai dire, lui-même n’avait pas vraiment compris immédiatement la teneur forte de cette requête-ci. Il lui fallut une dizaine de seconde pour en prendre pleinement conscience. Et bien entendu, fatalement, il eut tout d’abord un mouvement de recul. « Lize ! Tu n’y penses pas enfin ! » Sa voix résonna sur la pierre du cachot et il mit d’instinct une main devant sa bouche, comme pour tenter de faire taire l’impossible à dompter. Les mots étaient déjà sortis, désormais.

Ceci étant dit… L’infant se sentit mal d’avoir eu une pareille réaction. Sa nuque le lançait toujours, mais du peu qu’il avait appris sur son camarade, une sorte d’empathie étrange et alchimique avait pris place dans son cœur. Il répondit, aux mots stressés de Caleb, une phrase qui se voulait avant tout pleine de bon sens. « En même temps, Caleb, comment réagirais-tu, toi, si l’on attentait à la vie de tes précieux humains ? » Ce n’était ni une critique, ni de l’ironie. Mezariel était sincèrement honnête en posant pareille question. Son confrère avait essayé de s’en prendre à la femme et à l’enfant à naître de monsieur Berkeley ; aussi, sans approuver une quelconque démarche de mise à mort, Mezariel pouvait au moins comprendre et admettre la méfiance exacerbée et l’envie de se débarrasser de l’intrus émanant de l’Alpha de la maisonnée. Après tout, son père à lui avait bien manqué de tuer la louve ayant failli le dévorer, plus jeune. Et dans ce cas de figure, ladite coupable était la servante de son grand-père, soit un ‘membre’ de sa famille à part entière. Complexes étaient ce genre de situations et c’était encore le cas présentement.

Un soupir brisa le court silence, s’enfuyant de ses lèvres rendues à leur liberté originelle. « Comment comptes-tu t’y prendre, exactement, Lize ? Je pourrais essayer, je ne sais pas… d’attirer l’attention en mimant une chute dans les escaliers, mais est-ce que cela serait crédible deux minutes ? D’autant que je ne te cache pas que mon épuisement se fait de plus en plus puissant à mesure que les minutes passent. » Il ne souhaitait pas risquer de s’évanouir, mais Mezariel était tout de même conscient de ses limites.

« J’imagine que tu sais ce qu’il peut t’arriver si tu désobéis ouvertement de la sorte, non ? »
Cela effrayait Mezariel que Lize puisse être sévèrement punie  à cause d’un acte de pure bonté et gentillesse. Mais il connaissait suffisamment la façon de penser de la plupart des sangs-purs pour ne pas la craindre comme une terreur viscérale. Après tout, il connaissait bien les Berkeley dans la vie ‘de tous les jours’, mais guère pas lorsqu’il était question de régler des affaires de familles. Pour ce genre de chose, il n’aurait plus son mot à dire, en aucun cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infant

avatar

Messages : 44
Âge du personnage : 22 ans


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Loup errant
Statut amoureux: Célibataire

MessageSujet: Re: Special Unit • MOSTRO ♥   Ven 30 Juin - 6:57

Dire qu’avec sa proposition de faire en sorte que le loup blanc puisse s’échapper, elle ne récoltait pas une mais deux exclamations, aux intonations pourtant bien différentes l’une de l’autre, ce qui tira un petit sourire amusée à la jeune fille. A leur façon, les deux garçons s’inquiétaient pour elle. En signe d’apaisement, elle posa d’abord une main sur la tête du loup blanc pour la lui caresser, espérant ainsi calmer la peur qu’elle avait sentie s’emparer de lui suite à son annonce. Pourtant, l’interrogation se lut dans ses sourcils légèrement froncés devant l’intervention de son ami. Des humains ? Que venaient-ils faire dans cette histoire ? Et en quoi étaient-ils liés à ce loup ? Lize ne comprenait pas à quoi l’Infant faisait référence, n’ayant pas été informée du passé du prisonnier. En revanche, elle perçut le grondement menaçant de ce dernier à l’encontre de Mezariel. Visiblement, la remarque n’était pas appréciée de l’intéressé.

« Est-ce une menace ? »

« Calmez-vous tous les deux. Personne ne blessera quiconque ici. »

Jugeant bon d’intervenir pour éviter une nouvelle ascension de violences au sein de sa demeure, le ton de la jeune fille ne laissait place à aucune contestation possible. Si elle était l’incarnation de la douceur tranchant avec la sauvagerie que l’on attribuait aux lycans, Lize savait également se montrer ferme lorsque la situation l’exigeait. Une main de fer dans un gant de velours. Toutefois, elle se retint de poser la question qui lui brûlait les lèvres. De quels humains parlaient Mezariel et qui était donc leur prisonnier ? Elle ne pouvait le voir mais avait clairement ressenti sa douleur et sa détresse, ainsi qu’une tristesse presque impossible à deviner devant la hargne qu’il mettait dans son comportement et ses propos. S’efforçant de chasser cette question de son esprit, la jeune fille se remit à caresser la tête de Mostro, ce dernier préférant garder le silence pour le moment, bien trop conscient que son sort se déciderait peut-être dans les prochaines minutes.

« Accolée aux cachots, il y a une vieille remise. Je n’y suis allée qu’une ou deux fois plus jeune mais… Je me souviens parfaitement de l’air frais sur mon visage. Il existe une sortie cependant j’ignore où elle se trouve exactement et à quoi elle ressemble. Pour cela, je vais avoir besoin de tes yeux Mezariel. » conclut-elle d’une voix grave, tournant la tête dans la direction où elle supposait que son ami se trouvait.

En dépit de sa cécité, ses sens demeuraient perçants, ce qui en surprenait plus d’un. Toutefois, Lize avait conscience de ses limites et si elle refusait la pitié de ses interlocuteurs à son encontre, elle ne possédait pas suffisamment d’égo pour renoncer à quérir l’aide d’autrui si cela s’avérait nécessaire de son point de vue. Hors, elle s’estimait être la seule personne capable de savoir quand exactement elle avait besoin d’aide, pour être la mieux au fait de son handicap. La mise en garde de son ami lui tira un nouveau sourire.

« Oui. Mais je prends le risque. M’aideras-tu ? »

La jeune fille attendit d’avoir la réponse de Mezariel avant d’émettre une exclamation soudaine :

« Ah ! J’ai failli oublier… »

Les prenant tous les deux de vitesse, elle attrapa le museau de Mostro entre ses mains, pressant son nez contre la truffe humide de son congénère à quatre pattes.

« Tu dois me promettre que tu ne blesseras plus personne. » déclara-t-elle d’une voix solennelle.

La première réaction du loup blanc, passée la surprise, fut un reniflement dédaigneux. Pour qui se prenait-elle avec ses grands airs ? De quel doit lui donnait-elle des ordres ? Ou du moins, c’est ainsi que la requête résonnait à ses oreilles. Elle, une lycanne, un monstre, une cible… Et la seconde personne dans ce manoir à lui avoir tendu la main aussi. Mostro hésitait, ne sachant quel parti adopter. On lui offrait la liberté et une nouvelle opportunité d’attaquer. L’autre Infant avait avoué de lui-même qu’il était affaibli par cette longue nuit. Tout comme lui d’ailleurs. Le loup blanc pesa le pour et le contre. Finalement, il accepta.

« C’est d’accord. »

« Promets-le. »

« Mais ce que t’es chiante ! Oui je le promets ! Contente ? » grogna t-il, mécontent tandis que la jeune fille affirmait sa satisfaction de le voir capituler de vive voix.

Il était temps pour eux de passer à l’action, avant que l’Alpha ne décide d’appliquer sa sanction à l’encontre de leur prisonnier.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infant

avatar

Messages : 476


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: Re: Special Unit • MOSTRO ♥   Mer 5 Juil - 15:09

Plus les choses allaient et moins Mezariel comprenait quel serait son rôle dans cette étrange affaire. Il n’était, certes, plus à une ‘dérive’ près mais il aurait tout de même largement préféré que Liz reste en dehors de tout ceci. Ceci étant dit, l’Infant connaissait suffisamment l’aveugle pour savoir que lorsqu’elle avait une idée en tête, il était difficile – voire impossible – de la faire changer d’avis. Non pas qu’il eut déjà l’occasion de tester lui-même – cela faisait déjà bien longtemps qu’ils ne s’étaient plus vu, après tout – mais de ce que lui en avait rapporté les parents de la jeune femme, elle n’était généralement pas disposée à se laisser ordonner si elle n’en avait guère eut la volonté sur l’instant présent.

C’était à la fois une force… et une véritable flamme à manipuler avec une extrême précaution si l’on ne souhaitait pas se voir caressé par le souffle chaud d’un retour brûlant en pleine figure. Mezariel avait beau réfléchir, il ne voyait pas comment la situation pouvait devenir plus critique encore. Le moindre faux-pas et c’en était fini pour eux trois – avec chacune une sanction précise à la clé, il n’en doutait pas, dépendamment de leurs identité. Mais puisque sa consœur sang-pur se refusait à revenir en arrière, soit. Il allait puiser dans ses ultimes réserves pour jouer son rôle programmé de manière totalement improvisée dans cette mascarade éreintante.

« Soit… » Il prit une grande inspiration, tiquant tout de même à l’appellation de Liz par Caleb.
Chiante. Quelle idée. Si elle l’était vraiment, il ne serait déjà plus en état de prononcer la moindre phrase, sans aucun doute. Mais l’hybride passa outre sa réprobation, trop fatigué qu’il était. Il était urgent, avant tout, de se concentrer sur l’essentiel et par la même occasion d’user des forces encore disponibles pour agir intelligemment. « Je vais chercher dans le cachot, dans ce cas, tu as ma parole. Mais… » Il laissa flotter une poignée de seconde avant de continuer. Lui aussi posait des conditions. « Afin d’être sûrs que l’on s’en sorte tous sans accrocs, une idée m’est venue. Liz, le passage mène directement vers la remise, c’est bien ça ? Une fois là-bas, Caleb pourra s’enfuir seul, si je ne m’abuse. »

Son regard clair se pointa ensuite sur son camarade. « Lorsque nous ouvriront le passage, tu pourras partir et faire vite pour éviter que l’alpha de ces lieux ne te rattrape. Je vais simplement te demander de bien vouloir jouer le jeu auquel je pense. » Posant une main sur l’une des épaules de Liz, il continua alors. « Liz, tu mimeras d’être tombée au sol, comme s’il l’on t’avait poussée violemment. Quant à moi eh bien… Tu pourras m’assommer, si le cœur t’en dit. Il faut que cela soit le plus crédible possible pour que l’on puisse prétendre que par un coup de génie, tu parvins à nous forcer à t’indiquer l’endroit le plus propice pour une fuite. » Il était absolument sûr de son fait.

« Ceci n’est pas négociable, en revanche. Je veux assurer une couverture efficace à tout le monde, mais cela implique une coopération d’exception. J’imagine que tu vois où je veux en venir, Caleb, n’est-ce pas ? » Ce n’était en rien une menace, simplement une formulation courtoise afin de s’assurer que l’autre Infant aurait bien comprit ce qu’il souhaitait mettre en place comme scène, un peu comme au théâtre. A la différence qu’au théâtre, les acteurs ne risquent pas leurs vies à la toute fin de la représentation.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infant

avatar

Messages : 44
Âge du personnage : 22 ans


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Loup errant
Statut amoureux: Célibataire

MessageSujet: Re: Special Unit • MOSTRO ♥   Sam 8 Juil - 10:02

Un élan d’espoir s’empara de lui. Malgré le fait qu’il n’aimait guère le fait qu’on lui ordonne de ne blesser personne pendant sa fuite, Mostro ne pouvait s’empêcher d’approuver l’idée. Ce n’étaient pas dans ses intentions de mourir ici, bêtement exécuté par l’une de ses cibles… Quitte à mourir en mission, le loup blanc préférait emporter avec lui son adversaire dans la tombe. Sauf qu’à l’heure actuelle – et même tout court – il n’avait aucune chance contre l’Alpha de cette meute. Fuir était l’unique option qui s’offrait à lui pour le moment, n’en plaise à sa fierté bafouée. Mostro les écouta en silence, attendant patiemment que son congénère accepte le plan de la jeune femme. Cependant, quand ce dernier évoqua la perspective d’une condition de sa part, le loup blanc ne put s’empêcher de grogner. Dire qu’ils avaient beau être de la même race, celle des sangs-mêlés, les deux Infants ne semblaient pas faits pour s’entendre. Quelque chose lui interdisait de lui faire complètement confiance, contrairement à la Lycanne de sang pur, ce qui était assez risible dans le fond. Accorder sa confiance à un ennemi au lieu de rallier l’un de ses semblables à sa cause… Doublement risible même. A moins que cette méfiance ne soit motivée par son incapacité à baisser complètement sa garde ? Même en dépit de l’aide apportée, Mostro ne parvenait pas à trancher sur la conduite appropriée envers son congénère. Pour sûr, il lui devait beaucoup et c’était peut-être ce qui l’effrayait dans le fond…

« … Si je fais cela, j’irais contre la promesse que je viens de faire à cette fille. »

Son ton avec un petit quelque chose de dédaigneux, comme s’il tentait de rabaisser Mezariel pour mieux maintenir la distance entre eux. Et surtout, le loup blanc voyait une faille de taille dans le plan de son congénère :

« Et puis, sous cette forme, je ne pourrais pas t’assommer, à moins de sauter incroyablement haut et encore… »

Toutefois, il pensait comprendre où l’autre voulait en venir. Effectivement, jouer la carte d’une évasion involontaire leur permettrait de s’en tirer sans trop de mal face à la colère de l’Alpha. Sauf que ce dernier ignorait ce qu’il en était et que son prisonnier demeurait bloqué sous sa forme animale. Ce qui leur permettait d’imaginer un scénario concordant avec les attentes de chacun.

« J’ai compris ce que vous cherchez à faire. Mais me faites-vous suffisamment confiance pour cela ? »

« Oui. »

Contre toute attente, Lize fut la première à répondre, les prenant de vitesse tous les deux. Le loup blanc la dévisagea quelques secondes, les yeux ronds, avant de se reprendre.

« Tu as promis de ne blesser personne ici. Autrement dit, tu ne reviendras plus attaquer ma famille. C’est ce que tu as promis. »

Cette fois, Mostro n’en revint pas. Non contente de le traiter comme un enfant avec ces promesses stupides, voilà qu’elle l’avait piégé ? Sans même avoir recours à la force, venait-elle de lui faire promettre de ne plus attaquer les Lycans de cette meute ? La stupeur l’empêcha de pousser le moindre grognement de protestation et la jeune fille en profita pour poursuivre :

« Cependant, le temps joue contre nous. Voilà ce que l’on va faire : Mezariel, je t’ai obligé à ouvrir la cage parce que je pensais maîtriser le prisonnier toute seule. Malheureusement, il m’a prise en otage, te contraignant à lui dévoiler la sortie vers la remise. Par chance, il ne m’a pas blessée dans sa fuite. »

Elle marqua une pause, le temps à chacun de ses interlocuteurs masculins d'appréhender l’idée en silence puis reprit :

« En procédant ainsi, tu ne seras pas puni pour t’être rendu ici Mezariel, je prendrai la responsabilité de ce qui s’est passé. Ne t’inquiète pas, mon père ne lèvera pas la main sur moi. Et pardon de te donner le mauvais rôle Caleb… » conclut-elle en tournant la tête vers l’endoit où elle supposait que le prisonnier se trouvait.

« Humpf. Pourquoi tu t’excuses idiote ? C’est bien ce que je suis dans l’histoire, le méchant loup. »

Une ombre parut passer sur le visage de la jeune fille et il regretta aussitôt ses paroles. Sans savoir pourquoi, Mostro eut l’impression de l’avoir blessée en disant cela.

« Désolé. Faisons comme tu as dit. » ajouta-t-il après quelques secondes d’hésitation.

Mieux valait qu’ils ne tardent pas à passer à l’action : l’aube n’attendait pas elle et il ignorait depuis combien de temps il se trouvait dans les cachots. Le coup porté par l’Alpha Berkeley l’avait très probablement sonné pour plusieurs heures, ajoutées à cela celles qu’ils venaient de passer à discuter tranquillement en dépit de l’urgence de la situation. Enfin, l’urgence le concernait davantage lui que ses hôtes mais curieusement, Mostro n’avait pas envie de les savoir punis pour l’avoir approché de trop près. Le loup blanc se surprit à espérer que cette fille, Lize, ne se trompait pas au sujet de son père. D’un autre côté, elle était certainement la mieux placée d’entre eux pour le connaître et prendre la bonne décision dans ce genre de situation. Pour la première fois depuis longtemps, il décida de s’en remettre au jugement d’autrui, ce qui ne laissa pas indifférent.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infant

avatar

Messages : 476


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: Re: Special Unit • MOSTRO ♥   Dim 9 Juil - 19:38

Bien, Mezariel fut soulagé de voir que son idée avait été bien acceptée par l’ensemble de ses ‘complices’ – il n’appréciait guère ce terme bafouant mais dans l’état actuel des choses, difficiles de formuler autrement leurs dénominations. De toute manière, l’infant français n’aurait pas laissé qui que ce soit s’opposer à lui sur cette décision-là. La sécurité du plus grand nombre passait avant tout. C’était sa priorité. Depuis qu’il était revenu de guère, il chérissait ce credo plus que n’importe quel autre. Peut-être que les affres de la cruauté humaine lui avait renvoyé une image de lui qu’il ne souhaitait plus revoir de sitôt. Sans doute. D’où la nécessité d’agir vite et bien mais surtout avec des précautions et une minutie à toute épreuve.

Il fit un signe de tête positif à la proposition de scénario de Liz. C’était crédible et largement acceptable aux yeux du français. Bien, soit. Se redressant sur ses deux jambes, le marquis vint se masser la nuque d’une main. Son cou lui faisait toujours un peu mal, mais il passerait outre pour cette fois. Ce n’était pas le plus urgent dont il devait s’inquiéter. Il ne releva guère les paroles de l’autre infant, débattre n’était plus dans les esprits pour l’heure et certainement pas dans le sien non plus. « Bien, je vais donc chercher l’issue dont tu me parlais tout à l’heure, Liz. »

Ainsi dit, il tourna les talons, ouvrit la porte de la cage et entreprit donc de chercher dans les autres cellules le fameux mécanisme dissimulé. Il eut un instant d’absence, se rattrapant au mur le plus proche pour ne pas tomber dessus. Une migraine le prenait de plus en plus au corps. Son unité était presque arrivée aux bouts de ses réserves. Il ne devait pas traîner davantage. Le temps était contre lui, contre eux tous.

Son inspection fut à chaque fois de très courte durée. Il cherchait les endroits les plus logiques où se dissimulerait un petit creux dans le mur, une difformité de pierre, n’importe quoi qui pourrait l’aider dans sa quête insensée. Mais, alors qu’il commençait à désespérer, ses doigts ripèrent sur une excroissance rocheuse, fichée dans la paroi de la toute dernière cellule juste avant les escaliers qui menaient au cachot. Appuyant dessus avec le peu de force qu’il lui restait, Mezariel eut la satisfaction de voir un passage se dessiner sous ses yeux fatigués. Rassuré sur les potentielles chances de réussite de son plan et de celui de Liz, il fit volteface et rejoignit le duo resté en arrière. « J’ai trouvé la sortie, elle est par ici. »

Revenant sur ses pas, Mezariel guida donc les autres concernés par l’affaire jusqu’au sombre couloir depuis lequel on pouvait deviner un vent frais, de liberté. « Nous y sommes, donc. » Escortant ses mots d’une action adaptée comme il le pensait, l’infant se mit donc à genoux sur le sol de pavés froids et offrit un regard à Caleb. « Tu peux m’assommer ainsi, ce sera bien plus pratique de la sorte et pour toi, et pour moi. » Inspiration, expiration. « Je ne sais si nous nous reverrons mais tâches de garder mes conseils en mémoire. Je n’ai en rien voulu te nuire, simplement te montrer que les choses ne sont pas toujours aussi simples qu’elles peuvent faire songer l’être. »

Tout allait se jouer maintenant.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infant

avatar

Messages : 44
Âge du personnage : 22 ans


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Loup errant
Statut amoureux: Célibataire

MessageSujet: Re: Special Unit • MOSTRO ♥   Lun 10 Juil - 14:38

Son congénère fut le premier à passer à l’action pour être celui qui était le plus en mesure de trouver la fameuse sortie dont la jeune femme faisait mention. Le loup blanc le suivit longuement du regard avant que les caresses de Lize reprirent de plus belle. Elle osa même le rassurer en affirmant avec une certitude plus que mignonne que son ami allait trouver un moyen pour qu’il s’échappe. Elle avait foi en lui, à tel point que Mostro se sentit un peu mal à l’aise. Ces deux-là n’étaient clairement pas de la même race et pourtant, l’autre Infant semblait complètement accepté parmi ces Lycans, une chose impensable pour le loup blanc. Pire encore, certains de ces prétendus monstres n’étaient pas si horribles puisque Lize acceptait d’endurer la punition pour lui permettre de s’enfuir, lui qui avait attenté à la vie de sa mère et de son enfant à venir… En avait-elle conscience ? Probablement que non, auquel cas, jamais elle n’aurait permis qu’il puisse s’échapper vivant d’entre ces murs. Comment pourrait-elle faire preuve de pardon alors qu’on décrivait ces créatures comme des monstres assoiffés de sang ?

Lorsque la voix de Mezariel retentit un peu plus loin, le loup blanc se déroba aux caresses de la jeune femme. Cela faisait trop d’éléments à analyser en même temps et il ne pouvait pas se décider sans prendre un peu de recul par rapport à la nuit qu’il venait de vivre. Et ce recul ne lui serait permis qu’en mettant de la distance entre lui et cette meute. Du coin de l’œil, Mostro s’assura que la Lycanne aveugle se remette debout et quitte la cellule sans le moindre problème. Il s’interrogea sur les raisons d’un tel instinct protecteur envers cette personne dont il ne connaissait rien si ce n’était le nom et les mains. A eux deux, ils rejoignirent son congénère hors de la cellule, ce dernier achevant de les guider vers la sortie. Lize n’avait pas menti : le loup blanc sentit avec plaisir le vent frais agiter son pelage sale. Le parfum de la liberté, voilà ce qu’il pouvait y déceler. Et en même temps, une étrange amertume. Retrouver la liberté signifiait aussi renouer avec son errance en solitaire… Mostro fut tiré de ses pensées par la voix de l’autre Infant et il grogna en le voyant faire :

« Qu’est-ce que tu fais ?! On n’a pas le temps pour ça ! »

Et les explications de Mezariel n’arrangèrent rien à son humeur. L’assommer ? Il était sérieux donc ? Le loup blanc le fixa pendant de longues minutes avant de consulter brièvement la jeune femme du regard, sachant bien que cette dernière étant aveugle, elle ne devait probablement pas se douter de la scène étrange qui se jouait devant ses yeux, pas plus qu’elle n’était en mesure de lui communiquer une réponse silencieuse au travers d’un regard en biais sur ce qu’il convenait de faire dans ce genre de situation. Abandonnant l’idée d’obtenir un soutien de la part de Lize, il reporta donc son attention sur son congénère. Dire qu’il avait promis de ne plus blesser personne… Ridicule ! C’était ridicule à quel point il se sentait curieusement lié à cette promesse, faite sur un coup de tête… Sans prévenir, Mostro bondit vers l’autre Infant et lui donna un violent coup de tête dans le visage, lequel ne parviendrait certainement pas à l’assommer mais aurait au moins le mérite de le faire saigner du nez. Abondamment. Plutôt satisfait de lui, le loup blanc étira les babines en un rictus qui pouvait paraître pour un sourire et se recula suffisamment pour éviter une riposte de la part de Mezariel.

« Dans ma fuite, je suis parvenu à te blesser tandis que tu tentais héroïquement de me retenir… » récita-t-il pour inscrire son fait dans le scénario qu’ils avaient imaginé tous les trois avant d’ajouter. « Mon nom est Mostro. Je jure que je payerai ma dette un jour. Mais ne va pas t’imaginer que ça fasse de nous des amis ! »

Sur cet ultime affront teinté de mauvaise foi, il s’enfuit à travers la sortie salvatrice, disparaissant dans la nuit sans jamais se retourner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Special Unit • MOSTRO ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 
Special Unit • MOSTRO ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» regles GdA : une arnaque !?
» London Stiller...she's a special girl
» Next - Space Marine Special Ops
» Sites special tailleurs
» Special House Show # 17 : Toronto, Canada - Trash To Cash.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EX CATHEDRA :: l'Angleterre :: Les Contrées Anglaises-