AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'homme est un loup pour l'homme. | Mostro [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Infant

avatar

Messages : 41
Âge du personnage : 22 ans


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Loup errant
Statut amoureux: Célibataire

MessageSujet: L'homme est un loup pour l'homme. | Mostro [Terminé]   Jeu 19 Jan - 16:26


Mostro

ÂGE ─ 22 ans
ANNIVERSAIRE ─ 21.11, jour où il a été recueilli
ORIENTATION SEXUELLE ─ Bisexuelle
OCCUPATION ─ Loup errant
PAYS ─ Origines italiennes mais se trouve actuellement en Angleterre à la suite d’une mission confiée par l’Ordre
CLASSE SOCIALE ─ Modeste
RACE ─ Infant lycan prisonnier de sa forme animale
AVATAR ─ feat. OC de Yuumei

Profil Psychologique

La philosophie de l’Ordre demeure bien ancrée dans son esprit. Mostro ne porte pas les créatures de la nuit dans son cœur et ce, quelle que soit leur nature profonde. On lui a inculqué depuis le plus jeune âge que ces monstres menaçaient l’intégrité physique des humains, souillant leurs lignées avec leurs immondes bâtards aux sangs mêlés, qu’ils étaient des horreurs diaboliques aux yeux de Dieu et que seule la mort les attend. Qu’en plus de cela, jamais il ne devait blesser un humain, sous peine d’être renié par l’Ordre, essentiellement constitué d’humains, ce qui lui vaudrait donc une double exclusion : d’abord du monde des créatures en tant que sang-mêlé puis de celui des humains.

Etant mi-homme, mi-loup, Mostro parvient difficilement à vivre avec sa partie lupine, notamment du fait de son éducation pour le moins religieuse et extrême dans ses méthodes. Il en résulte un jeune homme un peu perdu psychologiquement, comme handicapé par cette partie de lui qu’il n’accepte pas en tant que telle et qui lui sert malgré tout lors de ses missions. Il n’est pas vraiment méchant dans le fond mais maladroit et il est facile de le perturber lors d’une conversation, même anodine. Sous son air naïf, il n’en demeure pas moins cruellement déterminé à accomplir ses missions. Au cours de celles-ci, Mostro change d’attitude et ne montrera plus aucune pitié envers les créatures qu’on le charge de tuer.

Cependant, face aux autres Infants, notamment lycans, il tente de se montrer plus conciliant afin de les inciter à rejoindre l’Ordre eux aussi. N’est-ce pas leur raison première d’exister que de servir les divins desseins de cette organisation après tout ? Si Mostro respecte énormément l’Ordre, soit les personnes qui l’ont recueilli et élevé jusqu’à lui offrir une raison d’exister dans cette société, ainsi que ceux et celles qui se montrent plus tolérants envers un monstre comme lui, il se surprend parfois à s’interroger sur les intentions humaines. En effet, il arrive que ces derniers se montrent encore plus cruels envers leurs pairs, comme si la menace des créatures qui planait sur eux n’était pas suffisante.

S’il se tient généralement en dehors des intrigues humaines, Mostro n’en demeure pas moins décontenancé face à la violence gratuite, tant physique que morale dont font parfois preuve les humains qu’il vénère tant. C’est sans doute la raison pour laquelle il choisir de lire autant de livres pendant toute la période qu’il a passé en Italie, histoire de se cultiver et d’en apprendre davantage sur le monde qui l’entoure. Il va s’en dire que les ouvrages mis à sa disposition par l’Ordre – quand c’était effectivement le cas –  n’offraient jusque-là, qu’une vision modifiée des faits les plus importants. Ce que le jeune loup finira par apprendre tôt ou tard, peut-être même à ses dépens.
Histoire

Plusieurs dizaines d’années auparavant, vivait une femme. Elle avait tout pour être heureuse, notamment en la personne de son compagnon avec qui elle vivait le plus parfait des amours. Parfait dites-vous ? Pas exactement car l’homme disparut sans prévenir de sa vie, la laissant enceinte. Dévastée par son départ, la pauvre femme entreprit tout de même d’élever cet enfant, seul souvenir lui restant de son compagnon. Quelle ne fut pas sa surprise, une nuit de pleine lune, en découvrant une boule de poils dans le modeste berceau en osier qu’elle avait confectionné elle-même. Son adorable bambin avait vu son petit corps se recouvrir de poils hirsutes et blancs. Un monstre. Ou plutôt, le rejeton d’un monstre. Jamais totalement lycan, ni humain. L’enfant souillé d’une union interdite. La pauvre femme prit conscience de deux choses ce soir-là : son compagnon lui avait menti sur sa véritable nature et elle ne pourrait décemment pas élever cet enfant en fin de comptes.

Ce fut certainement la nuit la plus longue de son existence : elle enveloppa le louveteau dans la plus épaisse de ses couvertures et dut traverser une bonne partie de la ville pour aller le déposer aux pieds d’une église, avec l’espoir que le petit périsse instantanément, foudroyé par la colère divine sitôt qu’un prêtre l’aurait fait pénétrer à l’intérieur du bâtiment. Malheureusement pour elle, heureusement pour lui, ce ne fut jamais le cas. Ignorante comme elle était, la pauvre femme ne fit pas la différence entre un lycan et un infant lycan et ne sut pas qu’elle offrait à l’Ordre, l’un de ces soldats qu’elle convoitait tant en son sein. En effet, l’information de l’abandon remonta bien rapidement jusqu’aux oreilles des intéressés et le petit fut confié à l’Ordre quelques semaines plus tard.

D’être humain, à moitié créature de la nuit, l’enfant prénommé Mostro devint l’objet de toutes les convoitises mais également de toutes les craintes. De prime d’abord, on s’assura de son entière obéissance avec toutes les précautions du monde. Puis l’enfant grandit, en permanence observé, manipulé et contrôlé par son entourage. On lui inculqua dès son plus jeune âge ce qu’il était : tantôt un enfant maudit, tantôt un enfant élu parmi ses pairs, né dans un seul but, celui de tuer les démons. Lycans et vampires, l’Ordre ne faisait pas la distinction entre les deux races. Tous étaient des ennemis à abattre pour le bien de l’Eglise. Mostro lui-même n’était pas épargné. On n’avait de cesse de lui blâmer cette double-nature, cette partie de lui qui n’était que monstruosité. Que lui-même devait apprendre à canaliser pour mieux s’en servir contre les ennemis de l’Ordre. Une arme. Voilà ce qu’il était. Rien de plus.

Son immunité à l’argent et aux lieux saints en faisait un soldat particulièrement efficace. Seule ombre au tableau : en plus de ne pouvoir se transformer à volonté – ce qui lui valait parfois le recours à des élixirs de transformation, eux-mêmes formellement réprouvés par ses supérieurs – Mostro se voyait soumis à l’appel de la pleine lune, revêtissant sa forme animale toutes ces fois-là, avec ou sans son consentement. Cela ne l’empêcha pas de mener à bien les missions que lui confiait l’Ordre. En Italie d’abord, afin que ses supérieurs puissent s’assurer de sa bonne volonté et surtout, de sa capacité à réussir tout en discrétion.

Docile, rendu reconnaissant par la force des choses – et un bon lavage de cerveau – par ceux qui l’avaient recueilli quand il n’était encore qu’un bébé, Mostro obéissait sans se poser de question. Une partie de lui, humaine probablement, ne savait que faire de son côté lupin. Comme quelqu’un ayant perdu un bras ou une jambe brutalement et qui vit avec le souvenir de ce membre, le jeune homme gérait maladroitement sa double-nature. Elle lui faisait peur autant qu’elle l’intriguait. Mais surtout, il ne savait que trop bien les réactions humaines à la vue d’une créature de la nuit. Monstre. Raison de plus pour avoir honte de ce qu’il était et ne pas remettre en question son service auprès de l’Ordre. Ils lui avaient donné un but à poursuivre, un rôle dans cette société qui lui refusait toute possibilité d’intégration en vertu de la bienséance.

Dans son malheur, il lui arriva toutefois de croiser la route d’individus qui, à leur manière, étaient différents eux aussi. Il eut d’abord cet étrange personnage, un brin nonchalant et collant mais duquel il se dégageait un charisme sans nom. Il s’agissait probablement du premier bipède qui lui manifestait un tel intérêt, autre que le mépris teinté d’envie dans lequel il baignait depuis tout petit. Ce fut sans doute la raison pour laquelle l’Infant lycan se laissa tenter. Et puis, il y avait le Prince. Rencontre inattendue, résultant du plus pur hasard. A moins qu’elle ne soit prédestinée elle aussi ? Quoiqu’il en soit, son attirance pour ce bipède est bien réelle, elle. Ah qu’elle lui semble loin cette époque. Si seulement ce vampire n’était pas aussi fort. Si seulement il s’était montré plus prudent. Si seulement… Ah, avec des si, on refaisait le monde,  c’était bien connu ! Lui seul avait pris la décision de consommer ces élixirs, même à outrance. Il ne vivait que pour tuer ces créatures infâmes. Et tant pis s’il devait le payer de sa vie. Qui sait ? Peut-être finira-t-il par reprendre sa forme humaine afin de pouvoir rentrer en Italie ?
Questionnaire

QUE PENSEZ-VOUS DES LYCANS/VAMPIRES ─ Des horreurs, des créatures du Diable. S’ils n’existaient pas, les êtres souillés comme lui ne pourraient pas voir le jour et le monde ne s’en porterait que mieux. Les humains ne seraient plus en danger. Il faut les tuer. Tous.
QUEL EST VOTRE POINT DE VUE A PROPOS DES INFANTS ET DES SANG-MÊLES MAUDITS? ─ Des êtres maudits, qui ne trouveront jamais leur place. Des victimes à bien des égards sans aucun doute mais qui n’ont aucunement le droit de se plaindre de leur situation. A éliminer s’ils ne peuvent être convaincus de rejoindre l’Ordre.
ÊTES VOUS SATISFAIT(E) DE VOTRE VIE ACTUELLE? ─ Probablement. On m’a donné un nom, un but. Cependant, je me languis de pouvoir rentrer en Italie pour le revoir.
SI NON, QUE VOUDRIEZ-VOUS CHANGER? ─ J’aimerais être en mesure de reprendre ma forme humaine, la seule qui me permet de me fondre dans la population des hommes, oubliant un instant ma condition d’être souillé à jamais.
VOTRE POINT DE VUE SUR LE MONDE CONNU? ─ Les futilités de la noblesse ou de la royauté ne me concernent pas et ne me concerneront jamais. Il existe des êtres bons et d’autres moins, qui empestent l’avarice et le mensonge à plein nez. Ceux-là feraient mieux de disparaître mais hélas, je n’ai pas le droit d’en décider. Mieux vaut se souvenir uniquement des interlocuteurs gentils. Parfois, il arrive même que de simples humains causent plus de torts à leurs pairs que des créatures. J’en arrive à me demander qui sont les plus monstrueux au final…

Joueur

PSEUDO ─ Natsu
ÂGE ─ 24 ans
SEXE ─ Indéterminé
LA COULEUR DE TON PYJAMA ─ Rose /PAN/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infant

avatar

Messages : 460


Mémoire de vie
Race: Infant
Métier/Rang: Marquis
Statut amoureux: En couple

MessageSujet: Re: L'homme est un loup pour l'homme. | Mostro [Terminé]   Jeu 19 Jan - 19:32

••• Bienvenue parmi nous


CETTE FICHE ♥
Je crois que Mostro a été créer pour toi tant tu le dépeins à merveille! *-*
Quelques petites coquilles d'inattentions par endroit mais ça ne justifie en rien que je ne te colorise pas! ♥
Tu es donc validé! ♥

Le test d'entrée passé, te voilà désormais un CITOYEN INFANT.
Tu peux dés à présent aller recenser ton avatar, chercher des partenaires de rp et poster une fiches récapitulative de tes relations que nous te conseillons d'aller consulter pour une intégration rapide.

N'hésites pas, également, à apporter ta pierre à l'édifice d'Ex-Cathedra, nous comptons sur toi. Bon séjour parmi nous et n'hésite pas à nous solliciter si le besoin en est.
Mezariel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'homme est un loup pour l'homme. | Mostro [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quêtes : L'homme est un loup pour l'homme et un porc pour la femme. {Godfrey et Edward}
» l o u ♣ l'homme est un loup pour l'homme ; e. c
» "L'homme est un loup pour l'homme"
» L'Homme est un loup pour l'Homme. (Alfriston)
» l'homme est un loup pour l'homme. (victor) (+18)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EX CATHEDRA :: A chaque coeur son ouvrage :: Entités nouvelles :: Les Âmes Damnées-